Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 10 sur 10 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Tombeau de la famille Hayart
    Tombeau de la famille Hayart Hannonville-sous-les-Côtes - en village
    Localisation :
    Hannonville-sous-les-Côtes - en village
    Nature du dossier :
    sous-dossier
  • peinture : la charité de saint Martin
    peinture : la charité de saint Martin Hannonville-sous-les-Côtes - en village
    Localisation :
    Hannonville-sous-les-Côtes - en village
  • Tombeau de la famille Mettavant
    Tombeau de la famille Mettavant Hannonville-sous-les-Côtes - en village
    Localisation :
    Hannonville-sous-les-Côtes - en village
    Nature du dossier :
    sous-dossier
  • hôpital puis hôpital général puis hospice Sainte-Catherine, aujourd'hui maison de retraite Sainte-Catherine
    hôpital puis hôpital général puis hospice Sainte-Catherine, aujourd'hui maison de retraite Sainte-Catherine Verdun - 52, 54 rue Saint-Sauveur - en ville - Cadastre : 1973 AE 115
    Historique :
    antique de Reims à Metz) et la fortification de la ville, compte, avec celui de Saint-Nicolas, parmi les aurait été fondé au VIe siècle sous l’épiscopat d’Airy. Beaucoup plus tard, en 1094, il apparaît sous l'évêque Nicolas Psaume. En 1570, il est le seul capable, sous l’appellation d’Hôpital Général, d’assurer l’accueil des pauvres et à leur prodiguer tous les soins nécessaires. Son importance ne se démentira pas
    Description :
    : sous sols partiels, rez-de-chaussée, étage carré. Comble à surcroît dans les corps A,B, C (en partie),E milieu assez densément bâti. Les bâtiments s’élèvent entre la rue Saint Sauveur (tracé présumé d’une voie gallo-romaine) à l’est et le ruisseau canalisé du Brachieul à l’ouest. Les bâtiments s’organisent en , corps F (pavillon Peroux) au nord, corps H (pavillon Cumières) au sud, corps de liaison G entre les deux , corps D, façade ouest, corps E, corps F, corps G, encadrements de baies pour les autres façades. Moellon dans les allèges des baies du second niveau (façade sur cour) du corps HB Matériaux de toiture : Tuile mécanique sur l’ensemble des bâtiments. Les bâtiments les plus anciens ,au nord, étaient couverts à initial du collatéral nord (croisées d’ogives) dans la cage d’escalier menant à l’étage. Corps F : sous -sol, 2 étages carrés, comble à surcroît Corps F : sous-sol, 2 étages carrés, comble à surcroît, Corps niveaux de baies, couvertes en plein cintre au 1er niveau, à linteau droit au second niveau. Les deux
    Annexe :
    refend, 4 soupiraux sous les 4 croisées côté cour, 10 petites croisées au grenier sur les deux faces XIVe siècle. Il apparaît évident que les arcades aujourd’hui noyées dans la façade sud du corps C cette même façade ainsi qu’une ouverture semblable ouvrant aujourd’hui dans le comble du corps C. Les » incitent à placer cette campagne importante dans les années 1715-1725. Le grand nombre de marchés de l’église, de démolir les murs gouttereaux et de déraser le pignon de la façade est (sur rue). L’analyse du les deux premières travées du mur gouttereau sud furent épargnées. Il est très probable que ces les collatéraux (état actuel) alors couvertsde tuile creuse. En 1753, le campanile est reconstruit à neuf par les maîtres charpentiers J.B. et F. Burlé, ainsi que P. Faloise, maître maçon , J.F. Roussel son compagnon, de Verdun et Jean Dumont, couvreur, pour 700 livres. Les travaux de la flèche sont pour les malades mentaux. Les travaux, semble-t-il moins ambitieux sont réalisés de 1765 à 1774 et peut
  • lavoir
    lavoir Houécourt - rue de la Mairie rue de la Fontaine - en village - Cadastre : 2012 ZI 136
    Historique :
    Le lavoir saint-Quentin à Houécourt est reconstruit en 1818 sous la mairie de Claude-Antoine -Gabriel de Choiseul, Duc de Choiseul, selon les plans dressés en 1817 par Huot, conducteur des ponts et bâti en moellons, fermé sur 3 cotés, et couvert d'une charpente avec des tuiles creuses. A l'intérieur fondation de cette époque portant la mention "ERIGEE / LE 25 AOUST 1818 / SOUS LA MAIRIE de Mr / le DUC de de Saint Quentin. En 1858, le lavoir et des fontaines du village sont rénovées, selon les plans de
    Représentations :
    denticule et de la mention " ERIGEE / LE 25 AOUST 1818 / SOUS LA MAIRIE de Mr / le DUC de CHOISEUIL / PAIR
    Description :
    abrité par une structure de plan rectangulaire, construite en moellons et en pierre de taille pour les à genoux sur le sol dallé. Un baquet en bois pour protéger les jambes est encore présent en 2013 robinet avec une manivelle en fer est placé près du débord du bassin. Les abreuvoirs en bois ont disparus et les ouvertures ont été murées de parpaings.
  • église conventuelle Sainte-Anne des soeurs de la Doctrine chrétienne
    église conventuelle Sainte-Anne des soeurs de la Doctrine chrétienne Nancy - rue Saint-Dizier - en ville - Cadastre : 1865 D 238 1972 BW 215 2008 BW 215
    Historique :
    (IM54014236), réalise le dallage du choeur, sous la direction d'Antonin Rougieux (1854-1923), architecte
    Description :
    accosté de bas-côtés, transept saillant et chevet à 5 pans coupés précédé d'une travée de choeur. Les bas nef compte 2 niveaux d'élévation : arcades trilobées ouvertes sur les bas-côtés et fenêtres hautes -côtés sont très étroits, couverts d'appentis et percés d'une suite d'oculi à quatre-feuilles ornés de 20 verrières à décor végétal. L'édifice est voûtée d'ogives, à l'exception des bas-côtés voûtés d'arêtes. La piles à colonnettes engagées ; la sous-face de la tribune est couverte de voûtes d'ogives à clés
    Nature du dossier :
    sous-dossier
    Illustration :
    Clé pendante sous la tribune. IVR41_20135412026NUC2A
  • fontaine - lavoir - abreuvoir
    fontaine - lavoir - abreuvoir Attigny - rue de Monthureux-sur-Saone - en village - Cadastre : 2016 A 653
    Historique :
    La fontaine a été établie en 1870, dans la Grande Rue à l’angle des Pompes à incendie, selon les plans dressés par Victor Adam, architecte. Elle est alimentée par les eaux de la source Froide Fontaine précise que les tuyaux courbes ne seront utilisés que lorsque c'est nécessaire, près des 3 bassins de regard avec grenouillère en zinc conique. Les robinets, les clapets, les bouches à clefs et les commune Aimé Lallemand, selon les plans de 1877 établis par Lucien Mangin (architecte à Mirecourt
    Représentations :
    La colonne d'alimentation de la fontaine et les piliers du lavoir sont ornés de moulures. La
    Description :
    délimite une placette pavée devant les abreuvoirs. L'eau se déverse ensuite dans les 5 bassins est abrité sous une construction en moellons avec des encadrements en pierre de taille, surmontée d'un toit à longs pans avec croupe. Elle est ouverte sur deux cotés par des piliers.
    Typologies :
    lavoir ouvert sur deux cotés
  • Ferme n°48
    Ferme n°48 Damas-et-Bettegney - Damas - 13 rue du Lieutenant Larsen - en village - Cadastre : 2019 ZB 42 1841 B2 505
    Historique :
    réfection de la façade antérieure dans les années 1870/1880. En effet, le décor de volutes gravées en façade antérieure est similaire à celui visible sur le lavoir de Baudricourt (1874, selon les plans réalisés par
    Représentations :
    logis et les bandeaux séparant le rez-de-chaussée de l'étage sont en pierre de taille. La toiture est soulignée par une corniche moulurée. Des baies à meneau sont utilisés pour l'engrangement. Les gardes-corps et les grilles des soupiraux en fonte présentent des motifs végétaux, des volutes et des rubans.
    Description :
    été transformée en atelier. Un pigeonnier a été installé au-dessus du logis, sous les combles avec sur deux côtés, elle est composée de trois travées de plan avec une étable, une grange et un logis au
    Étages :
    sous-sol
    Illustration :
    Damas-et-Bettegney, Ferme n°48, pignon sud, vue de détail de la pierre d'envol du pigeonnier sous les combles du logis. IVR41_20198840228NUC2A
  • Synagogue d'Ennery
    Synagogue d'Ennery Ennery - 7 rue des Jardins - en village
    Historique :
    -devant, chargé d’un livre, des cierges des deux côtés, et une table au milieu, sur laquelle les juifs de Metz. En 1789, selon les cahiers de doléances, la commune compte 24 feux juifs pour 66 catholiques l’issue d’une visite judiciaire d'un certain Antoine Audry, les 23 et 24 septembre 1653, le jour « de la s’agit sous le titre d’« Usage des juifs répandus dans le pays messin » de la plus ancienne description planches de sapin, en laquelle on a pratiqué de petites ouvertures ou fenêtres, pour voir les cérémonies qui se font dans l’appartement des hommes, sans qu’il y ait aucune communication avec les femmes qui lieu où les hommes s’assemblent, une armoire dans laquelle sont les tables de Moyse et un pupitre au (comme nous sommes entrés) posaient les habits dont ils se servent en leurs cérémonies ayant déjà achevé
    Description :
    débouche sur un vestibule et une salle bordée sur trois côtés par une galerie en bois destinée aux femmes directement depuis l’extérieur. Le fait que les fenêtres de la façade latérale, côté vestibule, aient été
  • Église paroissiale Saint-Nicolas
    Église paroissiale Saint-Nicolas Nancy - 49 bis rue Charles III - en ville - Cadastre : 1972 BW 131 2008 BW 414
    Historique :
    municipales de Nancy 2 M 32). Il semblerait que l'édifice soit resté inachevé, notamment les 2 tours latérales source d'archives ; preuves de cette interruption du chantier, des pierres de harpage en attente sur les murs latéraux des tours, et les chapiteaux de la façade tout juste épannelés. Malgré les réfections les murs et décollement de pierre dans la nef, côté droit) et fermé au culte en attendant une Trinité de Paris, dont la construction entre 1861 et 1867 par Théodore Ballu compte parmi les œuvres réalisée par Giorné Viard (1823-1885), les statues des apôtres à l'intérieur de la nef par Arthur Pierron (1840-1906), tous deux sculpteurs nancéiens. Les verrières sont l’œuvre de l'atelier Champigneulle de
    Représentations :
    supportant les nervures de la coupole ; anges en pied portant des phylactères sous les nervures de la coupole ; chapiteau ionique portant une croix de Lorraine : colonnes sous les nervures de la coupole ; entrelac musiciens dans les nuées : culot de la tribune d'orgue ; têtes d'anges ailés : culot des colonnettes
    Description :
    aménagée sous le chœur ; on y accède par une porte extérieure dans l’axe du chevet, et deux escaliers droits à retour situés entre les sacristies et la nef. La nef est couverte d’une toiture à deux pans et croupes couverte d’ardoises, et les deux sacristies, plus basses, de toiture en appentis également revêtues d’ardoises. La façade compte 3 niveaux d'élévation et 5 travées, les travées latérales formant figuratives) ; les travées sont en ressaut et la travée centrale forme avant-corps ; le 1er niveau est percé de 3 portes, celle du centre en plein cintre, celles des côtés à linteau droit et fronton cintré est celui des tours, les tours latérales ne comptent qu'un étage et sont couvertes d'un dôme en pierre percé d'oculi, la tour centrale contient les cloches (au nombre de 8), elle est ornée d'une niche , comporte une tribune abritant un orgue accessible par les deux escaliers en vis latéraux (instrument classé au titre des MH : PM54001011 et PM54001316). Les 3 travées de la nef sont couvertes de voûtes
1