Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 14 sur 14 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • hôpital
    hôpital Remiremont - rue Georges Lang - Cadastre : 2020 AC 155 2020 AC 120 2020 AC 119 2020 AC 153 2020 AC 165
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique étude urbaine de Remiremont
    Historique :
    appartient à une vague de construction d'hôpitaux de proximité qui concerna le duché de Lorraine sous les en l'honneur de sa fondatrice. Situé entre le ruisseau de Maxonrupt et les anciennes fortifications jusqu'en 1751 daté à laquelle un bureau des pauvres fut créé en ville (cf. AM Remiremont, BB 39). Des " en 1903, une salle d'opération en 1908 ... et réaménage la chapelle en 1890. Les vitraux de cette dernière avaient été refaits en 1873 Les anciens bâtiments ont détruits en 1974 pour permettre la construction d'un nouvel équipement projeté dès 1965 et dont les travaux durent jusqu'en 1977. Seule la porte historiques. Les pots à pharmacie sont également protégés et présentés dans le nouvel hôpital tandis que les
    Référence documentaire :
    Remiremont au dix-huitième siècle dans Colloque, Les chapitres de dames nobles entre France et Empire, 1996 dix-huitième siècle. In : Colloque (18-20 avril 1996 ; Remiremont). Les chapitres de dames nobles Archives hospitalières de Remiremont, 1305-1984 Archives départementales des Vosges : Archives hospitalières de Remiremont, 1305-1984 (répertoire méthodique par Brigitte Chossenot, Epinal 2008 et 2012) Puton (Bernard), Notice historique sur l'hôpital de Remiremont, Nancy, 1887 PUTON (Bernard ), Notice historique sur l'hôpital de Remiremont, Nancy, Impr Voirin, 1887 Buisson (Abbé F.), Essai historique sur l'hôpital de Remiremont, Remiremont, 1888 BUISSON (Abbé F .), Essai historique sur l'hôpital de Remiremont, Remiremont, Impr. E. Guillemin, 1888 Hôpital-Hospice de Remiremont : programme d'extension et de modernisation et plan directeur, 1965 . Hôpital-Hospice de Remiremont : programme d'extension et de modernisation et plan directeur. - [S.l
    Canton :
    Remiremont
    Localisation :
    Remiremont - rue Georges Lang - Cadastre : 2020 AC 155 2020 AC 120 2020 AC 119 2020 AC 153
    Annexe :
    de la ville de Remiremont au dix-huitième siècle dans Colloque, Les chapitres de dames nobles entre , entre le ruisseau de Maxonrupt endigué et les anciennes murailles. Les travaux de construction furent hâte excessive. Les bâtiments- en U- s’ordonnaient autour d’une cour ouverte, suivant les principes de second. La pharmacie pourrait avoir été dès l’origine au rez-de-chaussée si l’on en croit les témoignages du XIX e siècle. Les façades sur rue ou sur cour étaient d’une grande simplicité encore plus grande bandeau qui souligne chaque niveau. Les percements étaient abondants, plus grands et plus nombreux aux collegistis me.M.DCC XXIV. ” Les salles des malades et des passants. Il y avait à l’origine deux salles pour les malades, l’une pour les hommes, l’autre pour les femmes; deux pièces à l’usage d’ouvroir pour les garçons et les filles, deux chambres pour les orphelines et enfin des chambres pour héberger les “pauvres n’était prévu pour isoler les malades contagieux. Un soin attentif et constant fut apporté à
  • Ancienne synagogue de Remiremont (détruite)
    Ancienne synagogue de Remiremont (détruite) Remiremont - avenue Carnot - en ville
    Historique :
    Si une présence juive est mentionnée avant 1324, la communauté juive de Remiremont remonte à financer les travaux. Ces derniers sont confiés à Charles-Henri Fachot, architecte de la ville de Remiremont de 1871 à 1908. Le premier projet (1867), beaucoup plus ambitieux que celui d’Épinal, consiste en , il est simplifié. Les travaux ayant été interrompus par la guerre de 1870, la synagogue est aménageant une salle pour les délibérations et une autre pour les mariages, à l’entrée, de part et d’autre du
    Référence documentaire :
    DURUPT, Pierre. "Les début de la communauté israélite à Remiremont (1801-1875)". Le Pays de Remiremont, 1986 DURUPT, Pierre. "Les début de la communauté israélite à Remiremont (1801-1875)". Le Pays de 2O401/13 : travaux (ville de Remiremont) cat. 390, p. 297 (Réd. C. Decomps et M.B Bouvet) Les Juifs et la Lorraine. Un millénaire d'histoire partagée [Exposition. Nancy, Musée lorrain. 2009]. Les Juifs et la Lorraine, un millénaire d'histoire Remiremont, 1986, n° 8, p. 79-96.
    Description :
    La synagogue de Remiremont n'est plus connue que par un plan et quelques photographies anciennes bichromie des matériaux, notamment visible dans les deux tourelles d'angle. Elle était couverte par une toiture à longs pans en ardoise les deux tourelles étant coiffées de sortes de bulbes à l'Impériale. Le caractère israélite de l'édifice était indiqué par les deux colonnes engagées couronnées de pinacle, de part et d'autre de la rosace, symbolisant les colonnes du Temple de Salomon et les tables de la Loi en
    Localisation :
    Remiremont - avenue Carnot - en ville
    Titre courant :
    Ancienne synagogue de Remiremont (détruite)
  • Fontaine des Capucins
    Fontaine des Capucins Remiremont - rue Charles de Gaulle - en ville
    Historique :
    La fontaine des Capucins fait partie d'un ensemble de mobilier urbain mis en place à Remiremont , dans les années 1828-1830, par Stanislas Bresson, le maire. Construite en 1829, selon les plans de des Capucins. (cf. Carte géométrique des terrains et de la route qui sont traversés par les différentes files de corps provenant de la fontaine des Capucins située à Remiremont. dressé par Daval , géomètre et architecte à Remiremont, le 15 juin 1822). En 1876, la conduite d'alimentation de la fontaine des Capucins est reconstruite depuis la source, jusqu’à l’hôtel de Mulhouse, selon les plans de
    Référence documentaire :
    Remiremont... Echelle de trois cents mètres [=Om. 120 ; 1 : 2 500 ]. Fait et levé sur les lieux par le Carte géométrique des terrains et de la route qui sont traversés par les différentes files de corps provenant de la fontaine des Capucins située à Remiremont Carte géométrique des terreins et de la route qui sont traversés par les différentes files de corps provenant de la fontaine des Capucins située à soussigné, géomètre et architecte, Daval à Remiremont, le 15 juin 1822". conservé à la Bibliothèque
    Canton :
    Remiremont
    Description :
    La fontaine des Capucins est située au centre de Remiremont, le long de la rue principale, sur le mascaron à mufle de lion en fonte. Les deux barres de fer placées sous le jet pour y poser un seau à
    Localisation :
    Remiremont - rue Charles de Gaulle - en ville
    Illustration :
    Fontaine des Capucins à Remiremont, vue d'ensemble de face. IVR41_20168834944NUC2A Fontaine des Capucins à Remiremont, vue d'ensemble de trois quarts droit. IVR41_20168834945NUC2A Fontaine des Capucins à Remiremont, vue d'ensemble de l'arrière IVR41_20168834946NUC2A Fontaine des Capucins à Remiremont, vue de détail du mascaron IVR41_20168834947NUC2A
  • Fontaines des Vosges
    Fontaines des Vosges
    Référence documentaire :
    Les fontaines-lavoirs de Franche-Comté GRISEL, Denis. Les fontaines-lavoirs de Franche-Comté
    Texte libre :
    de ceux de Remiremont (cf. IA88031164) et Raon-l'Etape (cf. IA88031165). Tous les deux protégés en Chanoinesses de Remiremont, et les deux fontaines du jardin du Chanoine de Serres à Saint-Dié. Ces 24 denses et dans les villes du piémont (Raon l'Etape, Saint-Dié, Remiremont, Bains-les-Bains, Plombières Sur les 1145 fontaines et abreuvoirs recensés dans les Vosges, plus des trois quarts sont des -fontaine). Les 20% restant correspondent à des fontaines dont la vocation ornementale est très marquée communes qui ont eu les moyens de les édifier. Aussi sont-elles de grandes dimensions, généralement avec des décors sculptés, parfois porteuses d'un message symbolique. Si une partie a été installée dans les entre la fontaine d'une part, et les lavoirs et les abreuvoirs d'autre part, est affirmée. De même que les lavoirs sont progressivement couverts et isolés des animaux, les fontaines destinées à la fontaines similaires (Ortoncourt, Serécourt, fontaines du pont de la République à Saint-Dié…). Les plus
    Illustration :
    Fontaine Neptune à Remiremont, vue d'ensemble de trois quarts droit (classé MH : 1966/12/20 Fontaine des Dauphins à Remiremont, vue d'ensemble depuis le nord-ouest IVR41_20168834963NUC2A Fontaine des Dauphins à Remiremont, vue de détail d'une borne de protection en fonte Répartition des dates de constructions des fontaines et fontaines-abreuvoirs relevées dans les Graphique de répartition des matériaux relevés pour les fontaines ornementales dans les Vosges les Vosges IVR41_20178835686NUC2A Liste des fontaines ornementales relevées dans les Vosges IVR41_20178835690NUC4Y Carte de répartition de fontaines circulaires et hémicirculaires relevées dans les Vosges et de Carte présentant la densité par commune des fontaines d'ornement avec statue relevées dans les Carte présentant la densité des fontaines issues de la BD TOPO® dans les Vosges
  • Bains-douches des Vosges
    Bains-douches des Vosges
    Référence documentaire :
    Les bains-douches en Limousin, une hygiène populaire au début du XXe siècle Aymard, Colette. « Les Comment les bains-douches sont devenus municipaux dans "Histoire & Patrimoine du Pays de Mirecourt " Chiaravalli, Danièle. Comment les bains-douches sont devenus municipaux dans "Histoire & Patrimoine du Pays de Mirecourt", Les Amis du vieux Mirecourt-Regain. septembre 2011, n°4, p. 10 Strasbourg, Colmar, Mulhouse : les programmes de bains municipaux en Alsace au début du XXe siècle , une politique volontaire d'hygiène publique. Triboux, Patrice. Strasbourg, Colmar, Mulhouse : les
    Texte libre :
    médecin sur le site (Gérardmer, Remiremont, Épinal, Thaon-les-Vosges). Attachés aux bains, ils de bains luxueuses différenciées. Par exemple, les bains de Remiremont et d'Epinal au début du 20e siècle jusque dans les années 1970, où la majorité a fermé, suite à la généralisation des salles de bain les curistes dans une optique médicale, mais aussi par les autochtones qui viennent s'y baigner régulièrement. Ainsi plusieurs stations thermales proposent des bains payants pour les curistes et gratuits pour les habitants (financés par la commune). Toutefois, des organisations et des espaces différents sont développement de la morale et de l’ordre public. Sur le modèle de l'Angleterre qui redécouvre les bains l'intérieur, de l'agriculture et du commerce, chargée de recueillir en France et à l’étranger tous les documents relatifs aux moyens de créer dans les grands centres de population des bains et lavoirs publics commission de disposer d'un crédit de 600 000 francs, pour encourager dans les grandes villes la création
    Illustration :
    lavoir - établissement de bains du Bastard à Remiremont, carte postale vers 1905 Carte de répartition des piscines existantes dans les Vosges IVR41_20178835524NUC2A Carte de répartition des établissements de bains-douches relevés dans les Vosges
  • lavoir - établissement de bains du Bastard
    lavoir - établissement de bains du Bastard Remiremont - place du Batardeau - en ville
    Historique :
    , entrepreneurs à Remiremont et François Fleurot, entrepreneur au Val d’Ajol, pour 24 286, 50 francs. Les de gardien est entreprise sur la place Batardeau, en remplacement du lavoir de la Courtine, selon les plans et devis dressés par Charles Perron, architecte à Remiremont. C'est l'un des premiers établissements de bains dans les Vosges (avec celui de la Louvière à Epinal en 1851). Il s'inscrit dans une dépenses totales évaluées à 52000 francs, soit une subvention de 17000 francs. Les 2/3 restants sont à la charge de la commune. Les travaux du corps central sont attribués à Antoine Pierre, Nicolas Etienne Defranoux et Louis Schveikofer, entrepreneurs à Remiremont, Jacques Macron entrepreneur à Bains, et Jean construction des deux pavillons latéraux pour la buanderie, les bains publics et les clôtures d’aisances utilisée par les habitants qui préfèrent les méthodes traditionnelles. Les bains eux sont bien appréciés . L’établissement du Bâtard étant en déficit, la commission des Bains publics de Remiremont propose en 1878 de le
    Référence documentaire :
    Archives communales de Remiremont Archives communales de Remiremont - Archives départementales des Remiremont. Histoire de la ville et de son abbaye Société d'Histoire de Remiremont. Remiremont
    Canton :
    Remiremont
    Description :
    Le lavoir du Bastard (détruit) a été implanté au centre de la ville de Remiremont, sur une place sur deux niveaux, pour abriter les bains, la buanderie et le logement du gardien. La buanderie est , des bandeaux, des corniches et des piliers en pierre de taille. Les toitures sont à longs pans
    Localisation :
    Remiremont - place du Batardeau - en ville
    Texte libre :
    Lavoir et bains de la place du Bastard à Remiremont (sources : AD88 - 2O401/14) 1. Construction et qui doit être changé d’endroit car il est trop étroit. Selon les plans et devis dressés par Charles Perron, architecte à Remiremont, le projet débutera par la construction d'une partie centrale puis construire dressé par Charles Perron, le 20 10 1851) Le 19 août 1851, les travaux du corps central sont attribués à Antoine Pierre, Nicolas Etienne Defranoux et Louis Schveikofer, entrepreneurs à Remiremont 1852, le bâtiment central est achevé et les deux bâtiments latéraux (bains et buanderie) sont prévus avril 1852. Elle précise que les travaux devront être achevés avant le 1 janvier 1854, car la subvention a été prise sur le budget 1852, reporté en 1853. Cette lettre valide également les prix du Gouvernement de les augmenter : - Cuvier pour lessive sans combustible : 50c plus, avec linge : 30c A la lecture des instructions concernant les bains et lavoirs publics, données
    Illustration :
    lavoir - établissement de bains du Bastard à Remiremont, plan de situation dressé par Charles Evolution des entrées aux bains du Bastard à Remiremont, entre la mise en service (mai 1855) et la lavoir - établissement de bains du Bastard à Remiremont, carte postale vers 1905 lavoir - établissement de bains du Bastard à Remiremont, carte postale vers 1905 lavoir - établissement de bains du Bastard à Remiremont, vue de la facade antérieure avant 1903
  • Fontaine
    Fontaine Ville-sur-Illon - rue des Halles rue du général Ferry - en ville - Cadastre : devant les halles (mairie)
    Historique :
    . Dominique Retournay, entrepreneur à Dommartin est en charge de la construction des halles, mais meurt avant l’achèvement en 1838. Les travaux de finition sont repris et achevés par Hypolite Mangin, entrepreneur, en 1859 , selon les plans de Victor Adam, architecte : notamment la pose des pavés, des portes et grilles de fer
    Description :
    le jet pour y reposer les seaux à remplir. Une autre barre de fer protège le dessus de la margelle du
    Localisation :
    Ville-sur-Illon - rue des Halles rue du général Ferry - en ville - Cadastre : devant les
  • Fontaine du Cygne
    Fontaine du Cygne Remiremont - rue Charles de Gaulle place de la Libération rue des Prêtres - en ville
    Historique :
    décembre 1831. Elle est réparée en 1842, selon les indications de Danis, architecte à Remiremont. En La fontaine du Cygne fait partie d'un ensemble de mobilier urbain mis en place à Remiremont, dans les années 1828-1830, par Stanislas Bresson, le maire. Elle a été réalisée devant la poste aux chevaux , en 1829 selon les plans de Jean-Baptiste Perrin, architecte, par Jean Etienne Sauret et Pierre Sauret , entrepreneurs associés à Remiremont pour 1006 francs. Le procès verbal de réception définitif est établi le 1 1845, le conseil municipal prend la décision de reconstruire cette fontaine, située entre les deux -être été réalisée par les fonderies de Tusey à ce moment. Suite à la démolition d’une dizaine de
    Canton :
    Remiremont
    Représentations :
    La statue de fonte représente un cygne émergeant des roseaux, debout, les ailes ouvertes, et le cou
    Description :
    La fontaine du Cygne est située au centre de Remiremont, le long de la rue principale, sur une
    Localisation :
    Remiremont - rue Charles de Gaulle place de la Libération rue des Prêtres - en ville
    Illustration :
    Fontaine du Cygne à Remiremont, carte postale de la fin du 19e siècle ou du début du 20e siècle Fontaine du Cygne à Remiremont, carte postale du milieu du 20e siècle. IVR41_20168834949NUC2Y Fontaine du Cygne à Remiremont, vue d'ensemble de trois quarts droit. IVR41_20168834948NUC2A Fontaine du Cygne à Remiremont, vue d'ensemble de trois quarts droit. IVR41_20168834950NUC2A Fontaine du Cygne à Remiremont, vue d'ensemble de l'arrière IVR41_20168834951NUC2A Fontaine du Cygne à Remiremont, vue d'ensemble de profil gauche IVR41_20168834952NUC2A Fontaine du Cygne à Remiremont, vue de détail de la statue IVR41_20168834953NUC2A
  • Ferme des Champs
    Ferme des Champs Vrécourt - Maison des Champs La Ferme des Champs - - isolé - Cadastre : 2014 ZP 87 2014 ZP 88
    Historique :
    , la ferme appartient à Madame de Dommartin, et est exploitée par la famille Touvenin. Les bénéfices se
    Description :
    . En vis à vis, l’exploitation agricole est établie par une alternance de 3 étables et 2 granges. Les , servant désormais de gite. Les encadrements des ouvertures sont en pierre de taille à linteau droit, sans
  • Ancienne synagogue d'Epinal
    Ancienne synagogue d'Epinal Épinal - rue de l'ancien Hospice - en ville
    Historique :
    sont succédés à Épinal entre les années 1790 et 1940. Dès 1797, des offices sont célébrés dans la maison d'Abraham Salomon, rue du Petit Rualménil. L'enquête sur les synagogues dépendant du consistoire du canal du Grand Moulin. Les travaux de transformation en synagogue sont exécutés entre 1862 et 1865 incendiée durant l'été 1940 par les allemands.
    Référence documentaire :
    cat. 390, p. 297 (Réd. C. Decomps et M.B Bouvet) Les Juifs et la Lorraine. Un millénaire d'histoire partagée [Exposition. Nancy, Musée lorrain. 2009]. Les Juifs et la Lorraine, un millénaire d'histoire
    Description :
    , la façade principale de style néo-roman présente un triple porche, comme celle de Remiremont. Au , amorti par des Tables de la Loi. Ses dispositions intérieures sont celles de toutes les synagogues de cette période : grande tribune pour les femmes et estrade de lecture placée devant l'arche sainte
  • moulin puis minoterie-saboterie-scierie
    moulin puis minoterie-saboterie-scierie Xamontarupt - sur le Moulin - , 20 Le Village - en village - Cadastre : 2011 A 458
    Historique :
    de la porte piétonne). Les bâtiments de meunerie sont surélevés à cette même période. A l’extrême fin
    Description :
    abrite la scierie (construction en bois). Le second groupe de bâtiments est disposé en L, il comporte les Remiremont est installée sous la saboterie.
    Illustration :
    Saboterie, intérieur, machine à broyer les céréales. IVR41_20118811386NUC4A Saboterie, intérieur, machines à fabriquer les sabots. IVR41_20118811378NUC4A Saboterie, intérieur, machine à broyer les céréales.. IVR41_20118811387NUC4A
  • Ensemble de deux puits - pompe à eau - auge-abreuvoir
    Ensemble de deux puits - pompe à eau - auge-abreuvoir Sandaucourt - rue de la Halle rue de l'Eglise - en village
    Historique :
    probablement bien antérieurs. En 1872, ces deux puits sont reconstruits, selon les plans de Paul Grandidier fils, architecte à Neufchâteau, et Charles Perron, architecte à Remiremont, par Joseph Collenot circulaire en fonte et une pompe. Le 12 mars 1873 : Louis Victor Fourquin, architecte à Saint-Ouen-lès-Parey l'entrepreneur : Les puits ont commencé à être creusés avec des malfaçons non avérées. Les pompes ne sont pas installées. Suite à l'abandon du chantier par l'entrepreneur, la commune reprend les travaux en régie aux frais de Joseph Collenot en juin. En 1874, les puits sont creusés plus profondément (de 15 mètres supplémentaire) car les eaux sont insuffisantes et corrompues par les eaux de surfaces. La pompe du puits de la Croix St Marc est remplacée en 1878 par Martin Maire, entrepreneur à Sandaucourt pour 625 francs : Les travaux comprennent un balancier et des triangles en fer, des tuyaux de cuivre rouge avec les boulons et les raccords, une pompe et des jets en cuivre. La console du balancier est en fonte avec deux galets
    Représentations :
    Les deux puits sont surmontés d'un portique en plein cintre dont l'encadrement est en pierres de
    Description :
    Les puits de la Croix St Marc et de la rue Lefevre sont situés dans la partie haute de Sandaucourt surmontée d'un fronton. Deux anneaux de fer fixés à l'avant permettent d'attacher les animaux et les abords les bassins rectangulaires servant d'abreuvoirs.
  • Manteau de Torah (mehil) n° 1
    Manteau de Torah (mehil) n° 1 Épinal - 9 rue Charlet - en ville
    Inscriptions & marques :
    [émoire soit] B[énie] / D[e la] S[ainte] C[ommunauté] de Remiremont 632 LPQ [1872] ; [au-dessus de l'arbre
    Historique :
    Ce manteau offert en 1872 est un des seuls objets subsistant de l'ancienne synagogue de Remiremont -lorrains (détruite en 1979 à la suite de la disparition de la communauté). Si les bordures de ceps de vigne et les anges évoquent fortement le répertoire et le style des ornements chrétiens fabriqués dans
    Référence documentaire :
    p. 139 et cat. 216 (Réd. C. Decomps) Les Juifs et la Lorraine. Un millénaire d'histoire partagée [Exposition. Nancy, Musée lorrain. 2009]. Les Juifs et la Lorraine, un millénaire d'histoire partagée
    Représentations :
    les Tables de la Loi
    Origine :
    lieu de provenance Remiremont
  • Synagogue d'Epinal
    Synagogue d'Epinal Épinal - 9 rue Charlet - en ville
    Historique :
    les femmes, grille de communion (sic, il s'agit sans doute de la clôture de l'almémor), sacristie remplacement de Vesoul (Haute-Saône). La synagogue est incendiée en juin 1940. De la Libération à 1948, les rue Charlet. Les travaux sont effectués entre 1956 et 1958 par l'architecte Deschler, sur les plans de juives sépharades arrivées en 1962-1963 La synagogue accueille alors les objets provenant des synagogues disparues (Remiremont, Le Thillot, Rambervillers, Raon-l'Etape)
    Référence documentaire :
    des synagogues de Lorraine". In : [Exposition. Nancy, Musée lorrain. 2009]. Les Juifs et la Lorraine
    Description :
    de grille surmonté d'une claustra en béton moulé dont le dessin en résille évoque les tables de la Saint-Avold en Moselle) mais privilégie généralement le magen David. Entre les deux niveaux, court une
1