Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 31 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Usine de la
    Usine de la "S.A. des Produits Chimiques et Soudières de la Meurthe", puis de Saint-Gobain, actuellement zone artisanale et lotissement concerté. Varangéville - rue d' Alsace - bâti lâche - Cadastre : 2016 AK 300, 303, 304, 306 2016 AL 67, 181
    Historique :
    La "S.A. des Produits Chimiques et Soudières de la Meurthe" est formée à Nancy le 18 juin 1891 à de Saint-Gobain absorbe la "S.A. des Produits Chimiques et Soudières de la Meurthe". La Première l'instigation d'Edmond Guérin (1844-1932), administrateur des faïenceries de Lunéville, et d'un groupe procédé Solvay à l'ammoniac et de dérivés sodiques. L'édification de la plupart des bâtiments intervient la fabrication d'engrais, au détriment des dérivés sodiques à usage de la chimie et de l'industrie d'industriels verriers du Nord-Est de la France. Elle a pour principal objet la fabrication de soude à l'aide du entre janvier 1892 et mars 1893 sous la direction de Paul Reclus (1858-1941), ingénieur de l'entreprise ; elle comporte une première cité ouvrière, composée de 4 barres de maisons jointives orientées Sud-Ouest -Nord-Est (rue et impasse Pierre-Brossolette). L'ensemble de la fabrication s'articule autour d'un plan canal de la Marne-au-Rhin : un plan incliné à wagonnets amène, depuis le canal, les matières (calcaire
    Parties constituantes non étudiées :
    atelier de réparation logement de contremaître
    Référence documentaire :
    17-01-1901, p.1 [projet de fusion entre la société de Saint-Gobain et la S.A. des Soudières de la no. 8681, 16-12-1893 [Paul Reclus, ingénieur, direction des travaux d'édification de la Soudière de création, machines à vapeur, agrandissements (1891-1893) Soudière de la Meurthe plan d'ensemble de l'usine au 1/1000e ; ensemble de clichés relatifs aux bâtiments avariés par bombardements (1914-1922) ; acquisitions de terrains et d'emprises diverses par la société de Saint-Gobain à Varangéville (1901-1908). Dommages de guerre : société de Saint-Gobain 7-02-1909, p. 325 [fusion avec la société de Saint-Gobain]. L'immeuble et la construction dans par ordre alphabétique des demandeurs). plan relatif à l'établissement d'une voie ferrée au dessus du canal (1894). Soudière de la Meurthe établissement de 3 sondages supplémentaires, plan, 23-08-1923. Concession salifère d'Art-sur
    Canton :
    Saint-Nicolas-de-Port
    Dénominations :
    usine de produits chimiques
    Murs :
    calcaire moellon sans chaîne en pierre de taille enduit
    Étages :
    en rez-de-chaussée surélevé
    Hydrographies :
    canal de la Marne-au-Rhin
    Précision dénomination :
    usine de soude usine de carbonate de soude
    Auteur :
    [ingénieur civil, ingénieur de l'entreprise] Reclus Paul
    Description :
    saillie pour les fenêtres, filets de séparation des niveaux en brique, toit à longs pans et appentis Bureau central et infirmerie : en rez de chaussée surélevé, encadrements de baies en béton armé surmontés de cintres en brique, enduit, croupe ; atelier de réparation et magasin industriel : brique peinte incendie ; cantine, puis bains-douches : baies avec écoinçons, harpes et appuis en pierre de taille calcaire, toit à longs pans, restauré ; bureau : chaînes et encadrements de baies jumelées en brique peinte : maisons jointives, soubassement en moellon de calcaire ébousiné sans chaîne en pierre de taille, chaînes en brique, encadrements de baies cintrées en brique avec appuis en pierre de taille calcaire, enduit
    Titre courant :
    Usine de la "S.A. des Produits Chimiques et Soudières de la Meurthe", puis de Saint-Gobain
    Appellations :
    S.A. des Produits Chimiques et Soudières de la Meurthe, puis de Saint-Gobain
    Illustration :
    Ensemble des vestiges depuis le Sud-Ouest : le canal (au premier plan), cantine, puis bains-douches (0945182 ; 6842032), bureau de direction et infirmerie (0945244 ; 6842020) ; au second plan, à gauche Cantine, puis bains-douches (0945182 ; 6842032), élévation Sud-Ouest, vue de face Atelier de réparation et magasin industriel (0945333 ; 6842000), élévation Sud-Ouest, ensemble Atelier de réparation et magasin industriel (0945333 ; 6842000), élévation Sud-Ouest, ensemble Atelier de réparation et magasin industriel (0945333 ; 6842000), élévation Sud-Ouest, ensemble Bureau (0945339 ; 6841979), vue de situation depuis le Sud. IVR41_20185403137NUC2A Bureau central ei infirmerie (0945244 ; 6842020), vue de situation depuis le Sud-Ouest Limite Est de l'emprise de l'usine et canal, au premier plan, vue en direction de l'Ouest Le canal, vue vers l'Est : élargissement (au fond, à gauche) de la berge Nord formant port
  • Verrerie-cristallerie et faïencerie Gallé-Reinemer puis entreprise Emile Gallé puis établissement Gallé S.A, puis école spéciale de radioélectricité puis lycée technique professionnel privé et garage de réparation automobile
    Verrerie-cristallerie et faïencerie Gallé-Reinemer puis entreprise Emile Gallé puis établissement Gallé S.A, puis école spéciale de radioélectricité puis lycée technique professionnel privé et garage de réparation automobile Nancy - 82-86 boulevard Jean Jaurès 39 avenue de la Garenne 13-15 rue du Docteur Bernheim - en ville - Cadastre : 1972 BN 213-216, 249, 246
    Historique :
    les bois précieux de placage, un hangar, une étuve, des bureaux, un magasin ; à proximité immédiate chêne avec la devise "Ma racine est au fond des bois" ; création d'un atelier de ferronnerie. En 1901 Hennebique) pour restructurer des planchers (1907 et 1912), la modification de l'atelier de décoration est atelier féminin). Après la mort de Mme Gallé (1914), devient en 1918 Etablissement Gallé S.A géré par Perdrizet, le gendre. 1919 : modification des ouvertures des caves du bâtiment de 1912 ; construction d'un fond des bois" est transférée au Musée de l’École de Nancy. Une partie des magasins modifiée abrite un En 1873, Charles Gallé quitte l'atelier installé dans le magasin de ses beaux-parents (maison Gallé -Reinenmer) pour s'installer dans la maison et atelier de décor qu'il a fait construire au 2, avenue de la Garenne. Dans le parc orné d'une collection de végétaux qui lui servent de modèle, son fils, Émile Gallé , fait construire en 1884-1885 un atelier d'ébénisterie puis de faïencerie connu par une aquarelle et
    Parties constituantes non étudiées :
    atelier de fabrication
    Dénominations :
    usine de meubles garage de réparation automobile
    Représentations :
    Atelier de décoration : tige végétale et bouton floral. Salle d'exposition : mosaïque en tesselle de marbre de couleur.
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Terrain clos boulevard Jean-Jaurès par un mur bahut en pierre de taille (bossage) rehaussé d'une grille et comprenant en son centre un verger remplaçant l'ancien jardin. Atelier de décoration : sous -sol, rez-de-chaussée surélevé, 2 étages carrés, 4 travées, moellon enduit et brique pour les encadrements dans la partie édifiée en 1894, pierre de taille et brique émaillée dans l'accroissement de 1912 . Ateliers : moellon enduit, en rez-de-chaussée, couvert en shed ou par un toit à longs pans, sous-sol (un géométrique. Salle d'exposition : en rez-de-chaussée, couvert de shed, 2 vaisseaux séparés par colonnes en fonte de fer, sol en carreaux blanc et noir ou en mosaïque de tesselles de marbre de couleur.
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé en rez-de-chaussée
    Localisation :
    Nancy - 82-86 boulevard Jean Jaurès 39 avenue de la Garenne 13-15 rue du Docteur Bernheim - en
    Titre courant :
    Gallé S.A, puis école spéciale de radioélectricité puis lycée technique professionnel privé et garage de
    Appellations :
    Gallé-Reinemer fabricant de cristaux et porcelaine école spéciale de radioélectricité
    Déplacement :
    parties déplacées à 54,Nancy,Musée de l'Ecole de Nancy
    Illustration :
    Vue de situation de la porte des ateliers de Gallé par Vallin, déplacée dans le jardin du Musée de Vue d'ensemble de la porte des ateliers de Gallé par Vallin, déplacée dans le jardin du Musée de Vue d'ensemble de la porte des ateliers de Gallé par Vallin, déplacée dans le jardin du Musée de Vue cavalière de la cristallerie d'Emile Gallé. Extrait du "Nouveau plan de Nancy monumental Atelier de décoration : élévation de la façade antérieure (adjonction de 1912 : état en 1973 Atelier de décoration : élévation de la façade antérieure (adjonction de 1912). IVR41_20035401010X Atelier de décoration : élévation de la façade postérieure, trois quarts droit. IVR41_20035401009X Atelier de décoration : élévation de la façade latérale gauche, trois quarts gauche (à l'arrière -plan, travée correspondant à l'adjonction de 1912). IVR41_20035401008X Atelier de décoration : détail de la façade antérieure. IVR41_20035401007X
  • Fontaines des Vosges
    Fontaines des Vosges
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental des Vosges
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale édifices des eaux des Vosges
    Référence documentaire :
    Les fontaines-lavoirs de Franche-Comté GRISEL, Denis. Les fontaines-lavoirs de Franche-Comté Fontaines & lavoirs de Haute-Saone. Baudin, Pierre. Fontaines & lavoirs de Haute-Saone. Franche -comté édition. 2003. Bibliothèque municipale de Vesoul, cote : FC 731.72 BAU. ; Regards sur. Editions de la Lanterne, 1986. - 95 p. : ill., plans.
    Murs :
    pierre pierre de taille
    Titre courant :
    Fontaines des Vosges
    Texte libre :
    . Elles sont établies bien en vue, sur une place ou à un carrefour, afin de montrer la prospérité des années 1820 et 1830 au moment où l'adduction d'eau au cœur des villes et villages est un symbole de de servir de réservoirs en cas d'incendie, mais au surplus, ils doivent embellir des rues. Les cinq : la fontaine du Jardin du Prince Charles à Senones, les deux fontaines de l'ancien jardin des fontaines de pierre et de fonte constituent une part importante des MH du département, qui compte également forteresse de Chatel-sur-Moselle, puits du fort d'Uxegney, fontaine du Château des Capucins de Rambervillers , traces des anciens bains de la Rotonde de Thaon). Ce principe de fontaines d'ornement correspondant à -les-Bains) La plus grande partie des fontaines à vocation ornementale sont de plan circulaire (68 %). Cette forme permet de différencier ces fontaines à eau de consommation humaine, des bassins rectangulaires d'abreuvoirs courants qui représentent plus de 81% du corpus des fontaines relevées dans les
    Illustration :
    Fontaine des Dauphins à Remiremont, vue de détail d'une borne de protection en fonte Fontaine de la salle des fêtes de Granges-sur-Vologne, vue de détail de la statue de trois quarts Répartition des dates de constructions des fontaines et fontaines-abreuvoirs relevées dans les Graphique de répartition des matériaux relevés pour les fontaines ornementales dans les Vosges Graphique de répartition des matériaux relevés pour la construction de fontaines-abreuvoirs dans Carte présentant la densité des fontaines issues de la BD TOPO® dans les Vosges Fontaine Neptune à Remiremont, vue d'ensemble de trois quarts droit (classé MH : 1966/12/20 Fontaine des Dauphins à Remiremont, vue d'ensemble depuis le nord-ouest IVR41_20168834963NUC2A Fontaine de Bazoilles-sur-Meuse, vue d'ensemble de partie centrale IVR41_20178835573NUC2A Fontaine de la place de la République à Monthureux-sur-Saône, vue d'ensemble depuis l'ouest
  • Fontaine des trois Coliches
    Fontaine des trois Coliches Raon-l'Étape - rue Jules Ferry - en ville
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental des Vosges
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale édifices des eaux des Vosges
    Historique :
    La fontaine des trois Coliches fait partie d'un ensemble de 12 fontaines établies entre 1863 et le d'alimentation porte également la mention "JJ. DUCEL / Me de Forges. PARIS". d’eau dans la ville pour améliorer la qualité de vie et l’hygiène, mais aussi pour parer aux incendies qui ont fait des ravages les décennies précédentes, et à embellir cette commune à l'économie rachète en 1878 les modèles de « J. J. Ducel et fils ». Les 11 fontaines de Raon-l'Etape sont inscrites à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques le 19 décembre 1986, puis classées le 15 septembre 1995 (cf. PA00107242). La fontaine des trois Coliches correspond au modèle n°10247, Planche 203, Folio 226, du catalogue de Ducel Val d'Osne. Le bassin est identique à celui présenté sur la planche 528bis le socle "DUCEL PARIS", est identique à celui de la fontaine du Bonheur. Le socle de la colonne
    Référence documentaire :
    Une petite ville vosgienne – Raon l'Etape de ses origines à 1918 Louis Sadoul annonce dans « Une petite ville vosgienne – Raon l'Etape de ses origines à 1918 » Édition du syndicat d'initiative de Raon haut-Marnais (ASPM) - janvier 2011. contenant les articles : "Raon l'Etape, secret d'archives" de Guy Desrues, et "Raon l'Etape, ville de fontaines" de Berd Gölz.
    Précisions sur la protection :
    Ensemble de 11 fontaines
    Représentations :
    La colonne d’alimentation est ornée de guirlandes de fleurs (rose, lys) et de feuilles. La partie supérieure présente une frise d'ornements rocaille entremêlés de fleurs et d'ailes. Le groupe au sommet de la s'enroulent. Le bassin est décoré de frises à motifs géométriques et floraux.
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    grès pierre de taille
    Description :
    La fontaine des trois Coliches est située au centre de Raon L'étape, le long de la rue principale sont visibles sur les jambes de l'un des enfants. , sur le trottoir. Elle est composée d'un bassin ovale d'abreuvoir en fonte reposant sur un socle de d'eau. Elle sert de piédestal au groupe de trois chérubins. Quelques fractures du métal et dégradations
    Titre courant :
    Fontaine des trois Coliches
    Appellations :
    Fontaine des trois Coliches
    Illustration :
    Fontaine des trois Coliches à Raon l'Etape, vue d'ensemble de trois quarts gauche Fontaine des trois Coliches à Raon l'Etape, vue d'ensemble de trois quarts droit Fontaine des trois Coliches à Raon l'Etape, vue de détail de la colonne d'alimentation Fontaine des trois Coliches à Raon l'Etape, vue de détail de la colonne d'alimentation Fontaine des trois Coliches à Raon l'Etape, vue de détail de la signature sur la colonne Fontaine des trois Coliches à Raon l'Etape, vue de détail du groupe d'enfants Fontaine des trois Coliches à Raon l'Etape, vue de détail du groupe d'enfants Fontaine des trois Coliches à Raon l'Etape, vue de détail du groupe d'enfants Fontaine des trois Coliches à Raon l'Etape, vue de détail de la signature sur le socle du groupe Fontaine des trois Coliches à Raon l'Etape, vue de détail des jambes du groupe d'enfants
  • Usine de produits chimiques et saline Solvay
    Usine de produits chimiques et saline Solvay Dombasle-sur-Meurthe - 2 rue Gabriel Péri - en ville - Cadastre : 2019 A 15, 1699 Bordure Nord canal : réservoirs et fours à chaux. 2019 F 1246, 1252, 1526, 1528, 1529, 1801 à 1804 Bordure Sud canal : soudière et saline.
    Historique :
    procédé de fabrication de la soude à partir de l'ammoniaque. P Hanrez assurera la direction des même année. Des agrandissements sont opérés en 1882, un bâtiment à usage de bureaux d'entreprise est de la plus grande partie des bâtiments encore visible actuellement, entre la voie ferrée et la , dans une première version, des fours annulaires, probablement de type Hoffmann. Des douches sont La société Solvay de Couillet (Belgique) forme, dans les premiers mois de l'année 1872, le projet d'installer une usine à Varangéville-Dombasle. Son édification débute en juin 1873, sous la direction de établissements de Dombasle jusqu'en 1899 (?). Achevée en 1874, l'usine commence sa production en octobre de la édifié en 1883, sur les plans de l'architecte nancéien Ferdinand Genay (1846-1909). Une importante campagne d'agrandissement et de reconstruction intervient entre 1887 et 1894, elle comporte la réalisation bordure Sud du canal ; le mur de clôture longeant l'actuelle rue Gabriel Péri est édifié en 1901
    Référence documentaire :
    Autorisations de voirie bordure R.N. 4 : Solvay et Cie, plan des bâtiments en cours d'édification concessions de Haraucourt et Flainval : état des sondages en 1922 avec date de leur mise en service établissement d'une conduite pour l'alimentation des sondages de la concession de Flainval (31-08 demande formulée par Hanrez, directeur, pour construction de l'usine, avec descriptif sommaire des 9-09-1894, p. 2028 [charpente métallique construite par les Ets. Perbal]. Echo des mines et de la 5-12-1904, p. 1447 [demande d'extension de la concession de Haraucourt]. Echo des mines et de la 1-11-1928 (concessions inexploitées : (...) Flainval (...)]. Echo des mines et de la métallurgie. 12-1905 (construction de douches, H. Masson, entrepreneur). Le béton armé. Organe des 22e année, no. 15, 10-04-1909, p. 114 [nécrologie de l'architecte F. Genay : attribution des Plan d'ensemble, 1/1000e, 08-1893 ; plan de détail (bordure Sud canal), 1/100e, 17-08-1893
    Précision dénomination :
    usine de dérivés sodiques
    Dénominations :
    usine de produits chimiques
    Description :
    Site industriel desservi par embranchements ferroviaires à la ligne Paris-Strasbourg et canal de la
    Auteur :
    [ingénieur de l'entreprise, ingénieur civil] Hanrez Prosper, Auguste [entrepreneur] Lefevre Frères (entreprise de sondage)
    Localisation :
    , 156 Partie Nord-Ouest de l'usine (saline et soudière), de part et d'autre de la voie ferrée Paris à 93 Partie Sud-Est de l'usine (saline et partie de la soudière), de part et d'autre de la voie
    Titre courant :
    Usine de produits chimiques et saline Solvay
    Appellations :
    Solvay et Cie, actuellement Solvay S.A.
    Aires d'études :
    Saint-Nicolas-de-Port
  • Lavoir
    Lavoir Commercy - quai Neptune - en ville - Cadastre : 1970 AB 53
    Historique :
    Lavoir construit sur le canal des forges de 1852 à 1854 par Didolot, entrepreneur à Commercy, sur les plans de pierre Augustin Lerouge, architecte à Commercy.
    Hydrographies :
    canal des Forges
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    C'est un édifice de plan allongé, largement ouvert sur le canal par une colonnade du type autrefois fréquent de lavoir «au cours de l'eau».
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Illustration :
    Lavoir au bord du canal des forges, quai de Neptune IVR41_19865500724V
  • Statue de Diane de Gabies
    Statue de Diane de Gabies Raon-l'Étape - avenue Charles de Gaulle - en ville
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental des Vosges
    Inscriptions & marques :
    Le socle de la statue porte la mention "JJ. DUCEL / Me de Forges. PARIS".
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale édifices des eaux des Vosges
    Historique :
    parer aux incendies qui ont fait des ravages les décennies précédentes, notamment celui de 1860 dans le faubourg des Maisons Rouges. C'est aussi l'occasion d'embellir et de démontrer la richesse de la commune partir de la statue antique découverte lors des fouilles en 1792 à Gabies, en Italie, et conservée au .-C). Le socle de la statue est signé "JJ. DUCEL / Me de Forges. PARIS". La statue de Diane de Gabies surmonte une fontaine qui fait partie d'un ensemble de 12 fontaines multiplier les points d’eau dans la ville pour améliorer la qualité de vie et l’hygiène, mais aussi pour , issue de ses forêts et commerces. La statue de Diane de Gabies correspond à la figure n°2 de la planche 571 du catalogue de Ducel Val d'Osne, ou la planche n°262 du catalogue Ducel. Elle a été réalisée à Musée du Louvre (MR 154), copie du Ier siècle ap. J.-C, d'après une œuvre de Praxitèle (3e siècle av. J
    Matériaux :
    fonte de fer peint
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La statue de Diane de Gabies est placé au sommet de la fontaine, et représente une femme debout Artémis (Diane). Ses cheveux ondulés sont relevés en chignon et maintenu par un ruban. Elle porte des sandales. Derrière son pied droit, un tronc d'arbre sert de support.
    Localisation :
    Raon-l'Étape - avenue Charles de Gaulle - en ville
    Titre courant :
    Statue de Diane de Gabies
    Appellations :
    de Diane de Gabies
    Illustration :
    Statue de Diane de Gabies sur la fontaine à Raon l'Etape, vue d'ensemble. IVR41_20168834850NUC2A Statue de Diane de Gabies sur la fontaine à Raon l'Etape, vue de détail du buste Statue de Diane de Gabies sur la fontaine à Raon l'Etape, vue de détail de la signature sur le
  • temple de protestants à Bar-le-Duc aujourd'hui magasin de commerce
    temple de protestants à Bar-le-Duc aujourd'hui magasin de commerce Bar-le-Duc - 24 rue du Gué - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique étude urbaine de Bar-le-Duc
    Historique :
    . Dès l'année suivante, la communauté projeta de construire un temple pour lequel un terrain de 375 m modifiés pour suivre les observations de la commission des inspecteurs généraux des édifices diocésains 1870 suscita des dégâts à la toiture tandis que l'usage de l'édifice par l'armée prussienne fragilisa le mobilier. En 1886, le comte de Nettancourt-Vaubécourt de Thillombois proposa d'offrir à l’église définirent le ressort de la communauté : les arrondissements de Bar-le-Duc et de Commercy, à l'exception des classique (Inventaire des orgues, Meuse, p. 141-143 ; AD 55: 58V6). Faute de moyens financiers et en raison atelier de création intitulé "Atelier de création des gardiens du temple". Le culte fut célébré au Le nombre de protestants à Bar-le-Duc était assez faible durant la première moitié du XIXe siècle ² fut acquis et des plans commandés à l'architecte départemental Alexandre Guiot. Deux projet sont été soumis au consistoire " l’un d’un style nommé gothique anglais, l’autre de la Renaissance". Le
    Référence documentaire :
    p. 291 Historique de la ville de Bar-le-Duc BELLOT-HERMENT, historique de la ville de Bar-le-Duc
    Précision dénomination :
    de protestants
    Dénominations :
    magasin de commerce
    Représentations :
    dent de scie ornement géométrique protestante du XIXe siècle dans l'ouest et le sud-ouest de la France, mais aussi dans l'Est (cf. 55-Verdun, 51
    Description :
    choeur pentagonal où l'on accède par deux degrés. Des carreaux de ciment à motifs géométrique Le temple de Bar-le-Duc est érigé à l'angle de la rue du gué, du passage du gué et d'une impasse et occupe l'ensemble de la parcelle triangulaire dont l'arrière est occupé par un jardin. Une telle implantation rend sa façade et son clocher visible depuis le boulevard de La Rochelle, lui donnant une visibilité dans la cité. Construit dans un style néo-médiéval associant des éléments d'inspiration romane et distingue d'une église catholique que par le décor de son tympan : au centre d'une archivolte ornée en dents -de-scie est suspendu une Bible ouverte proclamant le verset Jn 5, 39 (Sondez les écritures) entouré de l'inscription " Gloire soit à Dieu, Paix sur la terre". Un petit clocher dans oeuvre, percé d'un quadrilobe et de baies jumelles et orné de denticules amorti le pignon de le façade. L'édifice est construit en moellon de calcaire enduit sur un soubassement en pierre de taille et le voutement en brique, il
    Titre courant :
    temple de protestants à Bar-le-Duc aujourd'hui magasin de commerce
    Annexe :
    soixante-et-un, le 10ème du règne de sa Majesté Napoléon III, Empereur des Français, le 23ème jour du mois ministre des Cultes, Mr Eugène Périquet étant préfet de la Meuse, Mr Claude Millon, député-maire de la provisoirement par les soins des pasteurs de la consistoriale à Bar-le-Duc et à Verdun (25 J 16) 1850 17 juin commission des inspecteurs généraux des édifices diocésains de simplifier le projet et de diminuer le chiffre engagement collectif, la contribution des fidèles s’élève actuellement à 20 000 fr La ville de Bar-le-Duc dépouillement d'archives Texte déposé lors de la pose de la première pierre : « l’an mil huit-cent de mai, sous le ministère de leurs exc : Mr de Persigny ministre de l’Intérieur, et Mr Rouland ville de Bar-le-Duc, et Mr Roupelle Jacquemin, adjoint, la première pierre de ce temple consacré au service du culte réformé a été posée par Mle Cornélia Claire Chastel de Boinville, et par Mr Jean Eisenmann, Mr C.Schmitt étant président du Consistoire de Nancy, Mr Chastel de Boinville pasteur de l’église
  • Hospice dit Maison de Charité
    Hospice dit Maison de Charité Neufchâteau - 30 rue Sainte-Marie - en ville - Cadastre : 1810 B 792 1974 AB 110
    Historique :
    développement ; nouveaux travaux en 1746, daté par source, avec contribution des forges de Bazoilles , fondé en 1680, daté par travaux historique, par la confrérie des dames de la Charité ; travaux après le départ des soeurs de Saint-Charles ; transformation en 1804, daté par source, en école Demoisson, entrepreneur à Grand, sur des plans de l'architecte Jacquemard, attribution par source Hospice appelle localement maison de Charité qui dépendit un temps de l'hôpital du Saint-Esprit suite d'un nouvel incendie, aux frais des époux Duteil, l'hospice ayant alors son plus grand ; reconstruction de la chapelle ouverte sur la rue en 1758, daté par source. Bénédiction le 16 novembre 1759, daté par source ; en 1800, daté par source, transformation des bâtiments en gendarmerie et dépôt militaire secondaire ; reconversion en 1846, daté par source, de la chapelle en dortoir et réfectoire, travaux réalisés source, par Charles Petot, entrepreneur, sur des plans d'Abel Mathey, architecte à Neufchâteau
    Représentations :
    sujet : feuillage, support : vantaux de la porte gauche sur rue
    Titre courant :
    Hospice dit Maison de Charité
    Appellations :
    dit Maison de Charité
    Destinations :
    centre des impôts
    Illustration :
    Corps XVIIIe siècle. Elévation antérieure : porte de gauche, ensemble. IVR41_19848801561X Corps XVIIIe siècle. Elévation antérieure : porte de droite, ensemble. IVR41_19848801562X
  • ensemble du décor intérieur du grand salon
    ensemble du décor intérieur du grand salon Nancy - 1-1bis rue des Loups 2 rue René d'Anjou
    Historique :
    Ensemble de décor de la fin du 19e siècle mis en place à la demande du propriétaire des lieux, le comte Alexandre Herbin et son épouse Marie-Juliette Vivien, probablement sous la direction de construction d'un corps accolé au corps principal. On retrouve dans le décor du plafond les 2 initiales des
    Parties constituantes non étudiées :
    lambris de revêtement
    Dénominations :
    lambris de revêtement
    Représentations :
    femme de profil homme de profil
    Description :
    Situé au rez-de-chaussée de l'aile gauche, entre cour et jardin, ce salon est richement orné d'un décor d'inspiration Louis XIII. Lambris de demi-revêtement, plafond à caissons peints, portes ornées de médaillons sculptés en demi-relief avec bustes de profil d'un homme et d'une femme sur fond peint doré (certains observateurs ont cru y voir les portraits des commanditaires), volets peints, verrières à cives . Dans les angles du plafond 4 cartouches ovales entourés de cuir (peint doré), ruban, laurier, dragon de rinceaux, acanthes, mascarons féminins, griffons, putti, candélabres, peints dans chaque caisson
    Localisation :
    Nancy - 1-1bis rue des Loups 2 rue René d'Anjou
    Illustration :
    Porte à droite de la cheminée, ensemble face. IVR41_20195410057NUC4A Porte à droite de la cheminée, ensemble face. IVR41_20195410058NUC4A Porte à droite de la cheminée, ensemble trois quarts gauche. IVR41_20195410055NUC4A Porte à droite de la cheminée, détail. IVR41_20195410059NUC4A Porte à droite de la cheminée, détail. IVR41_20195410060NUC4A Porte à gauche de la cheminée, détail. IVR41_20195410063NUC4A Porte à droite de la cheminée et volet, détail. IVR41_20195410068NUC4A Porte à gauche de la cheminée et volet, détail. IVR41_20195410065NUC4A Décor de porte : buste masculin. IVR41_20195410061NUC4A Décor de porte : buste féminin IVR41_20195410062NUC4A
  • Fontaine de Diane de Gabies
    Fontaine de Diane de Gabies Raon-l'Étape - avenue Charles de Gaulle - en ville
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental des Vosges
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale édifices des eaux des Vosges
    Historique :
    partir de la statue antique découverte lors des fouilles en 1792 à Gabies, en Italie, et conservée au .-C). Les socles de la statue et du bassin sont signés "JJ. DUCEL / Me de Forges. PARIS". La fontaine de Diane de Gabies fait partie d'un ensemble de 12 fontaines établies entre 1863 et le d’eau dans la ville pour améliorer la qualité de vie et l’hygiène, mais aussi pour parer aux incendies qui ont fait des ravages les décennies précédentes, et à embellir cette commune à l'économie rachète en 1878 les modèles de « J. J. Ducel et fils ». Les 11 fontaines de Raon-l'Etape sont inscrites à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques le 19 décembre 1986, puis classées le 15 septembre 1995 (cf. PA00107242). La fontaine de Diane de Gabies est identique au modèle n°11032 présenté sur la planche 262, folio 235 du catalogue de Ducel Val d'Osne (1880). La statue correspond aussi à la figure n°2 de la planche 571 du même catalogue, ou la planche n°262 du catalogue Ducel. Elle a été réalisée à
    Référence documentaire :
    Une petite ville vosgienne – Raon l'Etape de ses origines à 1918 Louis Sadoul annonce dans « Une petite ville vosgienne – Raon l'Etape de ses origines à 1918 » Édition du syndicat d'initiative de Raon haut-Marnais (ASPM) - janvier 2011. contenant les articles : "Raon l'Etape, secret d'archives" de Guy Desrues, et "Raon l'Etape, ville de fontaines" de Berd Gölz.
    Précisions sur la protection :
    Ensemble de 11 fontaines
    Représentations :
    La statue au sommet de la fontaine représente une femme debout, déhanchée, habillée d'un chiton ondulés sont relevés en chignon et maintenu par un ruban. Elle porte des sandales. Derrière son pied droit , un tronc d'arbre sert de support. Le bassin est décoré de frises à motifs géométriques et floraux.
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    grès pierre de taille
    Description :
    La fontaine de Diane de Gabies est située à la périphérie ouest de Raon L'étape, le long de la rue de grès rose. La colonne d'alimentation circulaire en fonte repose sur un bord du bassin. Elle est cannelée et flanquée de deux consoles. Elle possède un jet d'eau orné d'un parchemin surmonté d'une tête de loup. Elle sert de piédestal à la statue de Diane de Gabies.
    Localisation :
    Raon-l'Étape - avenue Charles de Gaulle - en ville
    Titre courant :
    Fontaine de Diane de Gabies
    Appellations :
    Fontaine Diane de Gabies
    Illustration :
    Fontaine de Diane de Gabies à Raon l'Etape, vue d'ensemble de trois quarts gauche Fontaine de Diane de Gabies à Raon l'Etape, vue d'ensemble de trois quarts droit Fontaine de Diane de Gabies à Raon l'Etape, vue d'ensemble de profil droit. IVR41_20168834847NUC2A Fontaine de Diane de Gabies à Raon l'Etape, vue de détail du bassin et de la signature Fontaine de Diane de Gabies à Raon l'Etape, vue de détail de la colonne d'alimentation Fontaine de Diane de Gabies à Raon l'Etape, vue de détail de la statue IVR41_20168834850NUC2A Fontaine de Diane de Gabies à Raon l'Etape, vue de détail du buste de la statue Fontaine de Diane de Gabies à Raon l'Etape, vue de détail de la signature sur le socle de la statue
  • temple de protestants de Lunéville
    temple de protestants de Lunéville Lunéville - rue Charles Vue rue du Chauffour - en ville - Cadastre : 1988 AH 7
    Genre :
    de protestants
    Historique :
    ) le plan d'un temple qui fut achevé à la veille de la guerre de 1870. L'arrivée des optants d'Alsace durant la première guerre mondiale, des travaux s'echelonnèrent de 1920 à 1923 et des vitraux furent l'atelier Benoit entre 1961 et 1970 pour le centenaire de la création du temple. Des travaux de restauration La population protestante de Lunéville comptait 63 habitants en 1819. A partir de 1831, elle réclama par l'intermédiaire du pasteur de Nancy un lieu de culte et demanda à ce que la chapelle du château lui soit attribuée. Mais elle ne put obtenir que l'usage d'une salle dans la Justice de paix puis -Moselle contraignit à la construction de tribunes destinées à accuillir les fidèles dont le nombre s'était posés par l'atelier William Geisler de Nancy. Après 1955, plusieurs projets de réorganisation intérieure 1978 la chaire pastorale en position centrale, le poële. De nouveaux vitraux furent alors posés par systématique des archives et la découverte des dessins d'Henri Macoin.
    Référence documentaire :
    demande d'utiliser la chapelle du château comme lieu de culte AD 54 25 J 1O registre du consistoire de Nancy, 1873 registre du consistoire de Nancy,
    Description :
    pierre de taille (les encadrements des baies jumelles sont en grès rose) et couvert d'un toit à longs les bancs. La lumière du jour pénètre par des baies percées dans les murs gouttereaux (2 de chaque côté) et la rosace. Une tribune de menuiserie, portée par quatre colonnes de fonte et des consoles fait Situé dans le quartier de l'extension de la ville au 19e siècle, à proximité de la gare, le temple triangulaire (place du Chauffour). L'édifice est construit en moellon de calcaire enduit avec chaîne d'angle en , surélevé par un léger emmarchement, couvert en cul de four. Le sol est dallé mais pourvu d'un plancher sous le tour de la nef et forme une avancée au dessus de la porte sans doute pour accueillir un choeur de
    Titre courant :
    temple de protestants de Lunéville
    Annexe :
    des forges d’Audincourt et dépendances (Doubs) (arch. Paroissiales) s.d [1958 et sq] : ensemble de publique et des cultes informe le préfet de la demande du pasteur de Nancy de son souhait de voir « affecté à l’usage des protestants de Lunéville une chapelle du château de Hohenlohe qui appartient au département de la guerre dès qu’elle lui deviendrait nécessaire » La population protestante est estimée alors et des cultes signale au préfet que la chapelle serait une cause de risque d’intrusion dans la exagéré » 1833 7 mai : Le préfet écrit au ministère de l’intérieur et des cultes : « j’ajouterais avec M aux frais des protestant qui en conserveront la propriété 1833 octobre : le ministre de la guerre fait cour des cazernes qui s‘y trouvent contigues ne permettent pas de l’affecter même temporairement à un … [impossible] parce que cette chapelle contient des galeries et des tribunes au-dessus de l’enceinte ordinaire logement de troupe, il resterait encore la galerie et la tribune auxquelles on arrive par des passages
    Couvrements :
    fausse voûte en cul-de-four
  • Fontaine de la pomme de pin
    Fontaine de la pomme de pin Raon-l'Étape - rue Auguste Ferry rue Adrien Sadoul square Louis Joinard - en ville
    Historique :
    "JJ. DUCEL / Me de Forges. PARIS". La partie supérieure a été modifiée et la pomme de pin d'origine a La Fontaine de la pomme de pin ou Fontaine Joinard fait partie d'un ensemble de 12 fontaines multiplier les points d’eau dans la ville pour améliorer la qualité de vie et l’hygiène, mais aussi pour parer aux incendies qui ont fait des ravages les décennies précédentes, et à embellir cette commune à -Val, qui rachète en 1878 les modèles de « J. J. Ducel et fils ». Les 11 fontaines de Raon-l'Etape sont inscrites à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques le 19 décembre 1986, puis classées le 15 septembre 1995 (cf. PA00107242). La fontaine de la pomme de pin correspond au modèle n°8698, Planche 407 , Folio 174bis, du catalogue de Ducel Val d'Osne. Le socle de la colonne d'alimentation porte la mention été remplacée par une autre plus petite. Le bassin de granite est de facture récente. La Fontaine de la pomme de pin a été déplacée à plusieurs reprises : près du pont de la Plaine, place de la
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale édifices des eaux des Vosges
    Référence documentaire :
    Une petite ville vosgienne – Raon l'Etape de ses origines à 1918 Louis Sadoul annonce dans « Une petite ville vosgienne – Raon l'Etape de ses origines à 1918 » Édition du syndicat d'initiative de Raon haut-Marnais (ASPM) - janvier 2011. contenant les articles : "Raon l'Etape, secret d'archives" de Guy Desrues, et "Raon l'Etape, ville de fontaines" de Berd Gölz. Les Fontaines de Raon l'Etape Janot, Bernard. Les Fontaines de Raon l'Etape, dans Journées d'études -Paul Rothiot, Jean-Pierre Husson. Epinal : Société d'émulation des Vosges, 2010.
    Murs :
    granite pierre de taille
    Statut :
    propriété de la commune
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental des Vosges
    Hydrographies :
    ruisseau de la Plaine
    Précisions sur la protection :
    Ensemble de 11 fontaines
    Représentations :
    ornement végétal feuille ornement géométrique mufle de lion pomme de pin La colonne d’alimentation est ornée de coquilles, de fleurs et de motifs végétaux. Elle est surmontée d'une pomme de pin.
    Description :
    La Fontaine de la pomme de pin ou Fontaine Joinard est située à la périphérie nord du centre de Raon L'étape, dans un square près du ruisseau de la Plaine. Elle est composée d'un bassin circulaire monolithique en granite reposant sur un socle en pierre de taille. La colonne d'alimentation circulaire en fonte est placée au centre et possède un jet d'eau, ornée d'un mascaron à mufle de lion.
    Titre courant :
    Fontaine de la pomme de pin
    Appellations :
    Fontaine de la pomme de pin
    Illustration :
    Fontaine de la pomme de pin, carte postale du début du 20e siècle. IVR41_20168834871NUC2Y Fontaine de la pomme de pin, vue d'ensemble depuis l'est IVR41_20168834872NUC2A Fontaine de la pomme de pin, vue d'ensemble depuis le sud IVR41_20168834873NUC2A Fontaine de la pomme de pin, vue de la colonne d'alimentation depuis le nord IVR41_20168834874NUC2A Fontaine de la pomme de pin, vue de la colonne d'alimentation depuis le sud IVR41_20168834875NUC2A Fontaine de la pomme de pin, vue de détail de la signature sur la colonne d'alimentation Fontaine de la pomme de pin, vue de détail de la pomme de pin IVR41_20168834877NUC2A
  • Fontaine de l'Automne
    Fontaine de l'Automne Raon-l'Étape - place des Martyrs de la Résistance rue Emile Marande - en ville
    Historique :
    portent la mention "JJ. DUCEL / Me de Forges. PARIS". La Fontaine de l'Automne fait partie d'un ensemble de 12 fontaines établies entre 1863 et le début dans la ville pour améliorer la qualité de vie et l’hygiène, mais aussi pour parer aux incendies qui ont fait des ravages les décennies précédentes, et à embellir cette commune à l'économie florissante en 1878 les modèles de « J. J. Ducel et fils ». Les 11 fontaines de Raon-l'Etape sont inscrites à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques le 19 décembre 1986, puis classées le 15 septembre 1995 (cf. PA00107242). La statue de la Fontaine de l'Automne correspond au modèle n°10856, Planche 250 , Folio 384, du catalogue de Ducel Val d'Osne. Elle a été conçue par Eugène Louis Lequesne, sculpteur. Le d'alimentation correspond au modèle "DI" de la planche 569. Les socles de la colonne d'alimentation et du bassin
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale édifices des eaux des Vosges
    Référence documentaire :
    Une petite ville vosgienne – Raon l'Etape de ses origines à 1918 Louis Sadoul annonce dans « Une petite ville vosgienne – Raon l'Etape de ses origines à 1918 » Édition du syndicat d'initiative de Raon haut-Marnais (ASPM) - janvier 2011. contenant les articles : "Raon l'Etape, secret d'archives" de Guy Desrues, et "Raon l'Etape, ville de fontaines" de Berd Gölz.
    Murs :
    grès pierre de taille
    Statut :
    propriété de la commune
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental des Vosges
    Hydrographies :
    ruisseau de la Plaine
    Précisions sur la protection :
    Ensemble de 11 fontaines
    Représentations :
    femme draperie fruit feuille raisin pomme pomme de pin corbeille oiseau arbre symbole des saisons trophée de chasse différent dans un panneau à ornement de rocaille et de coquilles, séparée par des des feuilles et des grappes de raisins. Elle porte dans ses mains, du côté droit, un panier tressé contenant des fruits (raisin, grenade, pomme, pomme de pin, abricot...). Derrière ses pieds nus, une trompe déesse serpent tête de femme sanglier bélier draperie carquois flèche ceinturon cor de chasse trompe de chasse arc ruban Le bassin est décoré de frises à motifs géométriques et floraux. La colonne d’alimentation est ornée d'un mascaron à tête de Méduse, coiffée de serpent. Au dessus, chaque face est décorée d'un consoles : - au sud : carquois avec 3 flèches, ceinture, trompe de chasse, et rameau de chêne noués d'un ruban - à l'est : peau de jeune bélier avec un ruban autour de la tête - au nord : carquois avec 3
    Description :
    La Fontaine de l'Automne est située en périphérie nord du centre de Raon L'étape, sur une grande place, non loin du ruisseau de la Plaine. Elle est composée d'un bassin ovale d'abreuvoir en fonte reposant sur un socle de grès rose. La colonne d'alimentation de section carrée en fonte repose sur un bord
    Localisation :
    Raon-l'Étape - place des Martyrs de la Résistance rue Emile Marande - en ville
    Titre courant :
    Fontaine de l'Automne
    Appellations :
    Fontaine de l'Automne
    Illustration :
    Fontaine de l'Automne à Raon l'Etape, vue d'ensemble de face. IVR41_20168834878NUC2A Fontaine de l'Automne à Raon l'Etape, vue d'ensemble de trois quarts droit IVR41_20168834879NUC2A Fontaine de l'Automne à Raon l'Etape, vue d'ensemble de trois quarts gauche IVR41_20168834880NUC2A Fontaine de l'Automne à Raon l'Etape, vue de détail de la signature sur le bassin Fontaine de l'Automne à Raon l'Etape, vue de détail de la signature sur la colonne d'alimentation Fontaine de l'Automne à Raon l'Etape, vue de détail du mascaron sur la colonne d'alimentation Fontaine de l'Automne à Raon l'Etape, vue de détail de la face au sud de la colonne d'alimentation Fontaine de l'Automne à Raon l'Etape, vue de détail de la face à l'est de la colonne d'alimentation Fontaine de l'Automne à Raon l'Etape, vue de détail de la face au nord de la colonne d'alimentation Fontaine de l'Automne à Raon l'Etape, vue de détail de la face à l'ouest de la colonne
  • Fontaine de Minerve
    Fontaine de Minerve Raon-l'Étape - avenue Aristide Briand rue Jacques Mellez - en ville
    Historique :
    planche 528bis, volume 2 du même catalogue. Il porte la mention "JJ. DUCEL / Me de Forges. PARIS", de même La fontaine de Minerve fait partie d'un ensemble de 12 fontaines établies entre 1863 et le début du la ville pour améliorer la qualité de vie et l’hygiène, mais aussi pour parer aux incendies qui ont fait des ravages les décennies précédentes, et à embellir cette commune à l'économie florissante. Les 1878 les modèles de « J. J. Ducel et fils ». Les 11 fontaines de Raon-l'Etape sont inscrites à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques le 19 décembre 1986, puis classées le 15 septembre 1995 (cf. PA00107242). La statue de Minerve correspond au modèle La Liberté ou L'Amazone n°11069, Planche 267, Folio 383, du catalogue de Ducel, repris par la fonderie du Val d'Osne à partir de 1878. Elle a que la colonne d'alimentation. Celle-ci correspond au modèle "ET" de la planche 570b de ce catalogue . La fontaine a été légèrement déplacée lors de l'aménagement du carrefour.
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale édifices des eaux des Vosges
    Référence documentaire :
    Une petite ville vosgienne – Raon l'Etape de ses origines à 1918 Louis Sadoul annonce dans « Une petite ville vosgienne – Raon l'Etape de ses origines à 1918 » Édition du syndicat d'initiative de Raon haut-Marnais (ASPM) - janvier 2011. contenant les articles : "Raon l'Etape, secret d'archives" de Guy Desrues, et "Raon l'Etape, ville de fontaines" de Berd Gölz.
    Murs :
    grès pierre de taille
    Statut :
    propriété de la commune
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental des Vosges
    Précisions sur la protection :
    Ensemble de 11 fontaines
    Représentations :
    ornement géométrique ornement végétal ornement architectural mufle de lion Le bassin est décoré de frises à motifs géométriques et floraux. Le statue au sommet de la fontaine manteau en peau de lion noué sur les épaules. Ses cheveux ondulés sont rassemblés en chignon, et sont vers le sol. Derrière ses pieds nus, un tronc d'arbre sert de support à un carquois rempli de flèches
    Description :
    La fontaine de Minerve est située au sud-est du centre de Raon L'étape, à l'entrée de la ville, à un carrefour. Elle est composée d'un bassin circulaire en fonte reposant sur un socle de grès rose . Au centre, la colonne d'alimentation circulaire possède un jet d'eau, ornée d'un mascaron à mufle de lion. Elle sert de piédestal à la statue de Minerve.
    Dimension :
    d 48.5 cm socle de la statue
    Titre courant :
    Fontaine de Minerve
    Appellations :
    Fontaine de Minerve
    Illustration :
    fontaine de Minerve à Raon l'Etape, vue d'ensemble de face. IVR41_20168834926NUC2A fontaine de Minerve à Raon l'Etape, vue d'ensemble de profil gauche IVR41_20168834927NUC2A fontaine de Minerve à Raon l'Etape, vue de détail du bassin IVR41_20168834928NUC2A fontaine de Minerve à Raon l'Etape, vue de détail de la signature sur le bassin fontaine de Minerve à Raon l'Etape, vue de détail du mascaron sur la colonne d'alimentation fontaine de Minerve à Raon l'Etape, vue de détail de la signature sur la colonne d'alimentation fontaine de Minerve à Raon l'Etape, vue de détail de la statue IVR41_20168834932NUC2A
  • Fontaine de la Concorde
    Fontaine de la Concorde Raon-l'Étape - rue Anatole France rue Gambetta - en ville
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental des Vosges
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale édifices des eaux des Vosges
    Historique :
    mention "JJ. DUCEL / Me de Forges. PARIS". Elle est à son emplacement d'origine. La Fontaine de la Concorde fait partie d'un ensemble de 12 fontaines établies entre 1863 et le d’eau dans la ville pour améliorer la qualité de vie et l’hygiène, mais aussi pour parer aux incendies qui ont fait des ravages les décennies précédentes, et à embellir cette commune à l'économie rachète en 1878 les modèles de « J. J. Ducel et fils ». Les 11 fontaines de Raon-l'Etape sont inscrites à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques le 19 décembre 1986, puis classées le 15 septembre 1995 (cf. PA00107242). La Fontaine de la Concorde correspond au modèle n°11070, Planche 267, Folio 383, du catalogue de Ducel Val d'Osne. La statue au sommet de la fontaine a été conçue par Eugène Louis Lequesne colonne d’alimentation correspond au modèle "ES" de la planche 570bis. Ils portent tous les deux la
    Référence documentaire :
    Une petite ville vosgienne – Raon l'Etape de ses origines à 1918 Louis Sadoul annonce dans « Une petite ville vosgienne – Raon l'Etape de ses origines à 1918 » Édition du syndicat d'initiative de Raon haut-Marnais (ASPM) - janvier 2011. contenant les articles : "Raon l'Etape, secret d'archives" de Guy Desrues, et "Raon l'Etape, ville de fontaines" de Berd Gölz.
    Précisions sur la protection :
    Ensemble de 11 fontaines
    Représentations :
    ornement végétal ornement géométrique mufle de lion feuillage femme draperie couronne olivier faisceau de licteur oiseau coupe ornement architectural symbole Le bassin est décoré de frises à motifs géométriques et floraux. La colonne d’alimentation est ornée d'un mascaron à mufle de lion feuillagé, dont les moustaches s'étirent en deux volutes de feuilles . La statue au sommet de la fontaine représente la Concorde sous les traits d'une femme debout gauche, un faisceau de bois lié, symbole Républicain. Derrière ses pieds nus, un pilier à chapiteau
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    grès pierre de taille
    Description :
    , non loin des quais de la Meurthe. Elle est composée d'un bassin ovale d'abreuvoir en fonte reposant La fontaine de la Concorde est située au centre de Raon L'Etape, à l'angle de deux petites rues sur un socle de grès rose. La colonne d'alimentation circulaire en fonte repose sur un bord du bassin et possède un jet d'eau orné d'un mascaron. Elle sert de piédestal à la statue en fonte de la
    Titre courant :
    Fontaine de la Concorde
    Appellations :
    Fontaine de la Concorde
    Illustration :
    Fontaine de la Concorde à Raon l'Etape, vue d'ensemble de face. IVR41_20168834859NUC2A Fontaine de la Concorde à Raon l'Etape, vue d'ensemble de trois quarts gauche Fontaine de la Concorde à Raon l'Etape, vue d'ensemble de trois quarts droit Fontaine de la Concorde à Raon l'Etape, vue d'ensemble de profil droit. IVR41_20168834862NUC2A Fontaine de la Concorde à Raon l'Etape, vue de détail du bassin. IVR41_20168834863NUC2A Fontaine de la Concorde à Raon l'Etape, vue de détail de la signature sur le bassin Fontaine de la Concorde à Raon l'Etape, vue de détail de la colonne d'alimentation Fontaine de la Concorde à Raon l'Etape, vue de détail de la signature sur la colonne d'alimentation Fontaine de la Concorde à Raon l'Etape, vue de détail de la statue de trois quarts droit Fontaine de la Concorde à Raon l'Etape, vue de détail de la statue de profil gauche
  • Ensemble de deux fontaines - abreuvoirs
    Ensemble de deux fontaines - abreuvoirs Ortoncourt - rue de l'ancienne Gare place de l'Eglise - en village - Cadastre : 2016 C 138 ancien lavoir
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental des Vosges
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale édifices des eaux des Vosges
    Historique :
    . Le bassin de fonte de 980kg est décompté à 392 francs, provenant des Forges de Varigney (Haute-Saône sable vient de la Moselle, la chaux de Maseley, et la pierre de taille de Rambervillers ou équivalent construite en 1862, en remplacement d’une fontaine préexistante de plan rectangulaire, à l'identique de celle de la place de l’église, selon les plans de Henri-Louis Reiveilliez (architecte). Le bassin provient aussi de Varigney (signature). Ce projet comprend également une troisième fontaine-abreuvoir au nord du village, avec un bassin hémi-circulaire (dénaturé). (sources : AD88 - 2O359/9). Auprès de chacune de ces
    Hydrographies :
    Ruisseau de la Nauve
    Précision dénomination :
    Ensemble de deux
    Représentations :
    Les mascarons en fonte représentent une tête d'homme barbu avec une couronne de roseaux.
    Murs :
    grès pierre de taille
    Description :
    fonte posé sur un socle en pierre de taille. Au centre, une colonne d'alimentation octogonale en pierre , de plan octogonal, possède deux jets d'eau qui sont ornés de mascarons en fonte. Celle-ci est servent aujourd'hui de bac à fleurs.
    Auteur :
    [fondeur] Fonderie de Varigney
    Localisation :
    Ortoncourt - rue de l'ancienne Gare place de l'Eglise - en village - Cadastre : 2016 C 138 ancien
    Titre courant :
    Ensemble de deux fontaines - abreuvoirs
    Illustration :
    Fontaine-abreuvoir de l'Eglise à Ortoncourt, vue d'ensemble depuis l'ouest. IVR41_20168834742NUC2A Fontaine-abreuvoir de l'Eglise à Ortoncourt, vue de détail de la colonne d'alimentation Fontaine-abreuvoir de l'Eglise à Ortoncourt, vue de détail de la signature sur le bassin Fontaine-abreuvoir au sud d'Ortoncourt, vue de détail d'un mascaron IVR41_20168834749NUC2A Fontaine-abreuvoir au sud d'Ortoncourt, vue de détail de la colonne d'alimentation
  • Ensemble de 3 fontaines-abreuvoirs
    Ensemble de 3 fontaines-abreuvoirs Domptail - 8 rue de Lauroux - en village
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental des Vosges
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale édifices des eaux des Vosges
    Historique :
    Les trois fontaines-abreuvoirs de Domptail ont été créées en 1863 et proviennent des Forges de Varigney, selon les signatures sur les bassins "VARIGNEY 1863" Elles sont établies dans la continuité de la conduite provenant de la source de Valverde mise en œuvre en 1961 selon les plans de Victor Adam 47766 francs. Elles font partiesd'un projet d'établissement de 3 nouvelles fontaines et d'un abreuvoir nécessaires en cas d’incendie : - une fontaine devant la maison Louis (place de la mairie) : un moine et 3 fontaine à l’extrémité du jardin de la cure : moine et 3 bassins en fonte - un abreuvoir devant la maison Demange : 2 bassins en fonte alimentés par le trop plein des fontaines. (sources : AD88 - 2O158/11)
    Précision dénomination :
    Ensemble de trois
    Représentations :
    grecque pomme de pin
    Murs :
    grès pierre de taille
    Description :
    octogonale, ornée d'une frise de grecque et surmontée d'une pomme de pin (disparue). L'eau s'écoule dans deux ou trois bassins rectangulaires d'abreuvoirs reposant sur un socle de pierre de taille. Deux barres de fer placées sous le jet d'eau permet de poser un seau à remplir. La fontaine du jardin de la cure
    Auteur :
    [fondeur] Fonderie de Varigney
    Localisation :
    Domptail - 8 rue de Lauroux - en village Domptail - place de la Mairie - en village Domptail - place de l'Eglise - en village
    Titre courant :
    Ensemble de 3 fontaines-abreuvoirs
    Appellations :
    fontaine à l’extrémité du jardin de la cure
    Illustration :
    Fontaines-abreuvoirs de Domptail, plans, élévations et coupes dressés par V. Adam, architecte en Fontaine-abreuvoir de la rue Lauroux à Domptail, vue d'ensemble depuis le nord Fontaine-abreuvoir de la rue Lauroux à Domptail, vue d'ensemble depuis le sud Fontaine-abreuvoir de la rue Lauroux à Domptail, vue de détail de la signature et de la date sur le Fontaine-abreuvoir de la place de la Mairie à Domptail, vue d'ensemble depuis le sud Fontaine-abreuvoir de la place de la Mairie à Domptail, vue de détail de la colonne d'alimentation Fontaine-abreuvoir de la place de l'Eglise à Domptail, vue d'ensemble depuis l'ouest
  • fontaine - abreuvoir de Jeanne d'Arc
    fontaine - abreuvoir de Jeanne d'Arc Médonville - place Jeanne d'Arc - en village
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental des Vosges
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale édifices des eaux des Vosges
    Historique :
    Dès 1863, un projet de remplacement du lavoir existant sur la place principale de Médonville est putti avec des coquillages, l'ensemble étant surmonté d'une statue nue avec un oiseau. L'iconographie de SAONE" est apposée sur le bassin, "UNION ARTISTIQUE / DE VAUCOULEURS" et "L.GASNE / MAITRE DE FORGES / A DE FORGES / A TUSEY (MEUSE)" sur le socle de la statue. Celle-ci a été conçue d'après un modèle de abreuvoir et la reconstruction du lavoir qui est mal établi, insalubre, vétuste. Il est alors proposé de déplacer le lavoir pour agrandir la place, et profiter de l’occasion pour y placer une fontaine ornementée qui sera un motif d'embellissement et de salubrité. Le projet prévoit une fontaine en fonte de 3577 kg (bassin et colonne d'alimentation) et une évacuation des eaux vers le nouveau lavoir. Toutefois, le projet est ajourné en 1867, car les travaux de l'église mobilisent tous les fonds disponibles. Un plan de 1865, établi par Vautrin, architecte à Nancy, montre la présence de l'ancien lavoir de plan
    Précision dénomination :
    de Jeanne d'Arc
    Représentations :
    épée fleur fleur de lys couronne laurier chêne ruban ornement végétal croix de Lorraine armoiries arc armure drapeau croix de Lorraine La colonne d'alimentation porte sur quatre faces d'écussons aux armes de Jeanne d'Arc (une épée couronnée, flanquée de deux fleurs de lys), encadrés de branches de laurier et de chêne. Les inscriptions sont encadrées de croix de Lorraine. Les angles et les mascarons sont ornés de feuillages. La statue main gauche, un drapeau à fleurs de lys, et sa main droite est posée sur son cœur. Derrière sa jambe
    Murs :
    grès pierre de taille
    Description :
    , encadrés de branches de laurier et de chêne, surmontés des mentions "VIVE LABEVR" (face sud) ; "1412-1431 La fontaine Jeanne d'Arc est située sur la place principale de Médonville. Elle est composée d'un bassin circulaire en fonte, avec au centre un socle de pierre sur lequel est posée une colonne d'alimentation en fonte à 4 jets. Celle-ci est ornée sur les quatre faces d'écussons aux armes de Jeanne d'arc " (face ouest) ; "JHESVS MARIA" (face nord) ; "EN NOM DIEV" (face est). L'ensemble sort de piédestal à , dans le catalogue de la fonderie de Tusey (1896).
    Auteur :
    [fondeur] Union internationale artistique de Vaucouleurs [fondeur] Fonderie de Varigney [fondeur] Fonderies de Tusey
    Titre courant :
    fontaine - abreuvoir de Jeanne d'Arc
    Illustration :
    Lavoir de Médonville, extrait du plan de 1865, établi par Vautrin, architecte (AD88 - 308/10 Fontaine Jeanne d'Arc et lavoir de la rue de la Terrasse à Médonville, plans, coupes et élévations Fontaine Jeanne d'Arc à Médonville, vue d'ensemble de trois quarts droit. IVR41_20168834250NUC2A Fontaine Jeanne d'Arc à Médonville, vue d'ensemble de trois quarts gauche. IVR41_20168834252NUC2A Fontaine Jeanne d'Arc à Médonville, vue de détail de la face sud de la colonne d'alimentation Fontaine Jeanne d'Arc à Médonville, vue de détail de la face ouest de la colonne d'alimentation Fontaine Jeanne d'Arc à Médonville, vue de détail de la face nord de la colonne d'alimentation Fontaine Jeanne d'Arc à Médonville, vue de détail de la face est de la colonne d'alimentation Fontaine Jeanne d'Arc à Médonville, vue de détail de la signature sur la colonne d'alimentation Fontaine Jeanne d'Arc à Médonville, vue de détail de la signature sur la colonne d'alimentation
  • Ensemble d'industrie chimique Solvay
    Ensemble d'industrie chimique Solvay Dombasle-sur-Meurthe - rue Gabriel Péri - en ville - Cadastre : 2019 A Usine. 2019 AB Usine. 2019 E1 Usine. 2019 F Usine. 2019 E2 Bassin de décantation. 2019 E3 Bassin de décantation. 2019 AA Cités. 2019 AK Cités. 2019 AL Cités. 2019 AT Cités 2019 AV Cités. 2019 AX Cités. 2019 AY Cités. 2019 AW Cités.
    Historique :
    , partiellement exploité par dissolution depuis la fin des années 1860 (saline de Sommerviller). La présence de concours dans plusieurs réalisations (salle des fêtes de l'entreprise, dite "casino" ; hôpital ; maisons profit de la société Solvay S.A., la concession de Cercueil-Buissoncourt (non étudiée) pour le début du XXe siècle (effondrements de terrains au dessus des champs d'exploitation ; établissement de bassins de décantation des eaux résiduaires formant reliefs artificiels importants). Depuis les récemment (2015), "Une enfance". Depuis les années 1970, ou peu avant, la plupart des maisons de la cité ont Détentrice d'un procédé de fabrication de la soude à partir de saumure, la société belge "Solvay et Cie" forme, en 1872 ou peu avant, le projet d'installer une usine de soude et de produits dérivés , dans la commune de Dombasle-sur-Meurthe, sur l'important gisement de sel situé à l'Est de Nancy voies de communications propices (canal de la Marne-au-Rhin et voie ferrée) à l'installation
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Ensemble industriel constitué d'une usine de produits chimiques associant saline et usine de dérivés sodiques, de champs d'exploitation du sel par dissolution et de bassin de décantation de résidus et d'une cité ouvrière formée de plusieurs groupes répartis sur le territoire de la commune de Dombasle-sur-Meurthe. Toutes ces réalisations présentent un emploi prédominant de la brique.
    Auteur :
    [ingénieur de l'entreprise, ingénieur civil] Hanrez Prosper, Auguste
    Localisation :
    E1 Usine. 2019 F Usine. 2019 E2 Bassin de décantation. 2019 E3 Bassin de décantation. 2019 AA Varangéville - en village - Cadastre : 2019 AM Partie Ouest de l'usine et ancien bassin de Bassin de décantation. 2019 AW Bassin de décantation. 2019 AX Bassin de décantation.
    Aires d'études :
    Saint-Nicolas-de-Port