Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 12 sur 12 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • hôpital
    hôpital Remiremont - rue Georges Lang - Cadastre : 2020 AC 155 2020 AC 120 2020 AC 119 2020 AC 153 2020 AC 165
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    "sombres, humides et malsaines" (cf Hdpt A 6) et une chapelle réduite à une simple pièce contre la rue et /E3). Devant tant de vétusté et en raison de la crainte d'y voir se développé un foyer de travaux d'agrandissement furent effectués au XVIIIe siècle augmentant la capacité du nombre de lits mais aussi de l'appartement du directeur à la demande du chanoine Pierre Andreu en 1753-1754. Après un incendie, de nouveaux bâtiments sont édifiés pour la direction de Charles Perron (1820-1970) à partir de " en 1903, une salle d'opération en 1908 ... et réaménage la chapelle en 1890. Les vitraux de cette dernière avaient été refaits en 1873 Les anciens bâtiments ont détruits en 1974 pour permettre la construction d'un nouvel équipement projeté dès 1965 et dont les travaux durent jusqu'en 1977. Seule la porte de la chapelle est conservée, déplacée et réinstallée, elle est protégée au titre des Monuments
    Référence documentaire :
    " dans La lorgnette hospitalière, 1992 BAUMGARTNER (Jean-Claude), Béatrix Hiéronyme de Lorraine -Lillebonne et l'hôpital de Remiremont" dans La lorgnette hospitalière, n° 15, septembre, 1992, p. 19-20 Bamgartner (Jean-Claude), 'hôpital de Remiremont, 1000 ans d'histoire hospitalière, dans La hospitalière, dans La Lorgnette hospitalière, n°16, décembre 1993, p. 5-6 Bouvet, Mireille-Bénédicte. Politique hospitalière et sociale des dames et de la ville de . Bouvet, Mireille-Bénédicte. Politique hospitalière et sociale des dames et de la ville de Remiremont au
    Précisions sur la protection :
    Portail, y compris la niche avec sa statue qui le surmonte : inscription par arrêté du 20 août 1974
    Représentations :
    niche accostée de volutes feuillagées qui abritait la statue de sainte Béatrix.
    Description :
    Il ne subsiste de l'ancien hôpital que le portail de la chapelle.
    Annexe :
    facilement accessible, le nouvel hôpital s’élevait au pied de la colline du Calvaire dans un endroit aéré achevés en 1724, avant la démolition des anciens locaux, permettant aux malades d’être transférés sans d’une toiture à longs pans et croupes avec une large façade sur rue. On ignore la distribution second. La pharmacie pourrait avoir été dès l’origine au rez-de-chaussée si l’on en croit les témoignages du XIX e siècle. Les façades sur rue ou sur cour étaient d’une grande simplicité encore plus grande bandeau qui souligne chaque niveau. Les percements étaient abondants, plus grands et plus nombreux aux rappelait à chacun la devise de l’hôpital et l’année de son ouverture gravées sur une plaque de marbre noir connaissons la capacité d’accueil de l’établissement en 1726 (13 lits pour les malades et 14 pour les orphelines) et surtout par les rapports de la fin du XVIII e siècle, après des travaux d’agrandissement logeaient probablement à l’étage (comme à Commercy) dans l’aile sud, proche de la chapelle mais aussi à
  • Hôpital du Saint-Esprit
    Hôpital du Saint-Esprit Neufchâteau - rue du Président Kennedy - en ville - Cadastre : 1810 B 72 1974 AK 3
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    1261 (date portée par le tympan de l'ancien portail, non in situ, de la chapelle, qui conserve son vaisseau central du 13e siècle). Placé du 14e siècle à la Révolution sous la protection de l'hôpital du Saint-Esprit de Besançon, l'hôpital est constitué au 15e siècle d'une grande salle à une nef et d'une historiques), par Thierry Houdiard. Au 14e siècle également, construction de la chapelle nord et percement de la baie est du vaisseau central. Bâtiments restaurés sous le frère Georges-Charles Mesnier (1656-1674 un incendie survenu en 1779. En 1793 (datation par source), pose de la rampe d'escalier provenant de le prolongement de la chapelle sur des plans de l'architecte Michaux (attribution par source). De 1897 à 1899 (datation par source), construction de la sacristie (détruite) par Regnier Labbé , entrepreneur à Grand, (attribution par source).
    Dates :
    1261 porte la date
    Illustration :
    Plan au sol, au 1/50e, de la chapelle. Relevé Inv. C. Lamy, A. Remy IVR41_19828800311P Bâtiment principal. Cage d'escalier : ensemble de la première volée. IVR41_19838801911V Chapelle. Vaisseau central grandes arcades sud : ensemble trois-quarts droit. IVR41_19828800540V Chapelle. Bas côté sud : chapiteau entre la première et la deuxième travée au nord Chapelle. Bas-côté sud : clef de voûte de la première travée (armes de Neufchâteau Chapelle. Bas-côté sud : clef de voûte de la deuxième travée (croix du Saint-Esprit
  • Église Paroissiale Saint-Mansuy
    Église Paroissiale Saint-Mansuy Franconville - rue de l' Eglise - en village - Cadastre : 1988 D 180
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Meurthe-et-Moselle (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    L'église conserve un choeur construit probablement au 16e siècle. La nef a fait l'objet de nombreux travaux successifs, notamment en 1676. En 1700, lors de la visite du doyenné de Deneuvre, le visiteur ordonne de faire promptement "racommoder" la toiture du choeur et de la nef. Le visiteur réitérera sa demande lors de l'inspection de 1737. La nef est reconstruite en 1819 par Hilaire, maçon à l'instigation de M. Noirclère maire de la commune. L'entrepreneur Ernest Henry de Lunéville recrépit les murs ouest et sud de la tour en 1876 sous le contrôle de l'architecte lunévillois Antoine. Les entrepreneurs Coultier et Louviot d'Einvaux remplacent entièrement le plancher et la charpente vermoulus des combles en 1880. Ils posent également de nouvelles tuiles. La face ouest de la tour est conjointement recrépie la flèche du clocher. Le montant des travaux s'élève à 1497 francs.
    Représentations :
    La porte de l'église est surmontée d'un gâble portant des motifs floraux et s'achevant par une
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    L'église est construite en moellons calcaire enduits avec quelques éléments de grès. Le toit de la nef et du choeur est couvert de tuiles mécaniques et la flèche de la tour d'ardoises. Le choeur est
    Dates :
    1819 porte la date
    Illustration :
    Elévation et coupe de la baie axiale IVR41_20065405058NUCAB
  • Ferme
    Ferme Essey-la-Côte - 12 rue Saint-Léopold - en village - Cadastre : 1991 F 354
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Meurthe-et-Moselle (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    Maison probablement édifiée à la fin du 17e siècle avec repercement des fenêtres au 18e siècle (linteau segmentaire délardé). La travée d'exploitation date du 20e siècle. L'édifice a été entièrement détruit après la première enquête de l'Inventaire général.
    Représentations :
    La porte piétonne est surmontée d'un cartouche au-dessus duquel un fronton en arc segmentaire brisé reçoit en son centre une niche avec coquille. Un petit fronton triangulaire surmonte le tout. La façade
    Description :
    Ferme construite en moellons de calcaire enduits. La partie logement comprenait deux travées de part et d'autre de la porte piétonne et une unique travée d'exploitation à droite.
    Localisation :
    Essey-la-Côte - 12 rue Saint-Léopold - en village - Cadastre : 1991 F 354
  • Ancien couvent de capucins, actuellement maison
    Ancien couvent de capucins, actuellement maison Marsal - 8 rue des Capucins - en village - Cadastre : 1828 G 165 1988 2 142, 143, 144, 145
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général (c) Conseil départemental de la Moselle
    Historique :
    Les capucins s'établissent à Marsal en 1650 pour desservir l'hospice fondé la même année par
    Description :
    principale (bouchée) donnait sur la rue et un ancien bâtiment conventuel. Les deux bâtiments sont couverts de
  • Église paroissiale Saint-Paul
    Église paroissiale Saint-Paul Repaix - rue Suzanne Aubry
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général (c) Conseil départemental de la Meurthe-et-Moselle
    Historique :
    la tour-clocher. Les archives ont conservé mention de travaux effectués en 1690 sur la charpente et la couverture. En 1736, l'église fut entièrement reconstruite en modifiant l'orientation de manière à conserver la tour. La Première Guerre mondiale ne causa que des dommages minimes. Le 16 novembre 1933, fut lors de la Seconde Guerre mondiale, ont été détruits en 1958 et remplacés par du mobilier réalisé en calcaire oolithique de même que la table de communion et la chaire. Les verrières du choeur et de la nef
    Représentations :
    maquettes de Théo Hanssen. Si les deux verrières du chœur, sans légende, représentant la Cène et le Chemin de Damas, s'adaptent exactement aux dimensions des baies, il n'en est pas de même pour celles de la fait, entourées de larges bordures géométriques pour occuper toute la surface. Dans la nef, sont ", "Mater Dolorosa Ora pro nobis", "St Dominique reçoit le rosaire des mains de la T. sainte Vierge", "Ste
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    L'église-grange, axée nord-sud, compte quatre travées, le rez-de-chaussée de la tour occupant la demi-travée au sud-ouest. L'entrée se situe sur la façade ouest. Deux baies éclairent le chœur polygonal où la piscine liturgique du 18e siècle est conservée. Gravée sur la plate-forme supérieure du degré d'autel, une inscription, en latin, détaille les circonstances et la date de la dédicace et de la
    Illustration :
    Vue de la nef vers le choeur IVR41_20155434895NUC2A Vue du choeur vers la nef IVR41_20195430458NUC2A
  • orgue,buffet d'orgue
    orgue,buffet d'orgue Saint-Mihiel - en ville
    Inscriptions & marques :
    armoiries identifiées de dom Hennezon:à la fasce chargée de trois panthères passantes,accompagnées
    Historique :
    Grand orgue réalisé de 1679 à 1681 par le facteur Jean Adam,lors des travaux entrepris dans l ' église abbatiale par l' abbé dom Hennezon; buffet réalisé à la même époque par une équipe de menuisiers ,parmi lesquels Claude Jeanson et Luc Briffaux,sous la direction du Frère Jean,la sculpture étant effectuée par François Mollet,auteur de la chaire à prêcher;orgue reconstruit entre 1789 et 1792 par le Rambervillers,la tuyauterie en métal ayant été réquisitionnée en 1917 par l' occupant allemand;relevé en 1958 par la maison Jacquot Lavergne,de Rambervillers;les cariatides supportant la tribune,anciennes mais de
    Matériaux :
    décor dans la masse décor rapporté
    Précision dénomination :
    grand orgue
    Représentations :
    masque feuillu. Ange jouant de la trompette. Couronne ducale. Couronne royale.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Tribune. Tourelle de pédale(2). Tourelle du grand orgue(3)
    Dimension :
    1000 la;300 pr ; dimensions approximatives
    États conservations :
    Couleurs des armoiries de dom Hennezon très passées et manquent les trois panthères qui chargent la
  • Hospice dit Maison de Charité
    Hospice dit Maison de Charité Neufchâteau - 30 rue Sainte-Marie - en ville - Cadastre : 1810 B 792 1974 AB 110
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    , fondé en 1680, daté par travaux historique, par la confrérie des dames de la Charité ; travaux à l'initiative du curé Claude Leblanc ; rebâti presque entièrement en 1734, daté par source, à la suite d'un nouvel incendie, aux frais des époux Duteil, l'hospice ayant alors son plus grand ; reconstruction de la chapelle ouverte sur la rue en 1758, daté par source. Bénédiction le 16 novembre 1759, daté secondaire ; reconversion en 1846, daté par source, de la chapelle en dortoir et réfectoire, travaux réalisés Demoisson, entrepreneur à Grand, sur des plans de l'architecte Jacquemard, attribution par source
    Représentations :
    sujet : feuillage, support : vantaux de la porte gauche sur rue
    Illustration :
    Vue d'ensemble depuis la rue Sainte-Marie. Carte postale du début du siècle IVR41_19768800097XB
  • Architecture rurale de la commune de Hagécourt
    Architecture rurale de la commune de Hagécourt Hagécourt
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    pâtre est employé par la communauté au moins jusque 1936, logé dans une maison située dans la Grande Rue pommes de terre. La plus grande partie du blé, de l’orge et du seigle est consommée dans le village. On Hagécourt a beaucoup souffert lors de la guerre de Trente ans et de l’épidémie de peste de 1629 . Sur les 36 habitants avant la guerre, il en est compté 10 en 1642, puis plus que 5 en 1647 qui sont pauvres. Un seul foyer est reporté sur les lignes de comptes de 1648 (Idoux. Les ravages de la guerre de visible ancien. La plus ancienne porte la date de 1684, ce qui correspond à la période de reconstruction après la guerre de Trente ans. D’autre part, les dates portées 1824 et 1879, évoquent le développement démographique du 19e siècle. La population du village atteint son maximum en 1846 avec 395 habitants. Puis cette ). Les édifices repérés sont ainsi datables du 18e siècle et de la première moitié du 19e siècle. Seules deux fermes ont été établies dans la seconde moitié du 19e siècle (critères morphologiques et
    Référence documentaire :
    p. : ill., croquis, plans, cartes ; 30 cm. (Carte archéologique de la Gaule) Michler, Mathieu. Les Idoux, M.-C. Les ravages de la guerre de Trente Ans dans les Vosges : 2e fascicule. Annales de la société d'émulation du département des Vosges, 1912, p. 1-234 Idoux, M.-C. Les ravages de la guerre de Trente Ans dans les Vosges : 2e fascicule. Annales de la société d'émulation du département des Vosges Hagécourt et Maroncourt. Situation des communes à la veille de la Révolution en 1789. Statistique rétrospective. 1889. Monchablon. Hagécourt et Maroncourt. Situation des communes à la veille de la Révolution en La Paroisse d’Hagécourt à la veille de la Révolution. La revue Lorraine Populaire, n°120, octobre 1994. Claudel, Jean-Paul. La Paroisse d’Hagécourt à la veille de la Révolution. In La revue Lorraine
    Datation principale :
    4e quart 17e siècle 18e siècle 19e siècle porte la date daté par travaux historiques
    Description :
    corpus repéré) avec la grange séparant le logis de l’étable. Les autres fermes sont de plus grandes d’un grenier (8%). Trois fermes à pavillon et quatre fermes avec un plan en L sont aussi repérées. La part des fermes à double logis de la commune est important par rapport aux autres territoires des la rue principale de manière peu dense, avec 60% de fermes relevées mitoyennes formant des îlots de 2 parallèles à la voie qui est orientée nord-sud. Toutefois certains sont implantés le long d’une ruelle perpendiculaires à la rue principale, s’ouvrant vers les champs alentours. Près de la moitié des fermes repérées sont marquées par l’absence de portes piétonnes, on entre dans l'habitation par la porte charretière chambre (le poêle) s’ouvrant sur la rue et une cuisine derrière éclairée par le mur pignon. Aucune pièce borgne en raison de la mitoyenneté n’a été identifiée, toutefois, quelques cuisines aveugles éclairées est accessible en passant par la grange. Des chambres à grains sont installées au-dessus des pièces de
    Titre courant :
    Architecture rurale de la commune de Hagécourt
    Illustration :
    Hagécourt, plan de la maison et du jardin potager que la commune échange à M. Thouvenin, réalisé en Hagécourt. Vue du Haut de la Moise. Carte postale du début du 20e siècle (coll. privée Hagécourt. Rue de l'Eglise. Vue de la Maison Bégel (épicerie, café, boucherie). Carte postale du Hagécourt, vue de la rue de la Corvée. IVR41_20208830113NUC2A Hagécourt, vue de la rue du Haut de la Moise et de l'ancien presbytère. IVR41_20208830114NUC2A la pierre sculptée remployée dans l'angle supérieur droit. IVR41_20208830116NUC2A la baie des combles (remploi) IVR41_20208830117NUC2A Ferme n°4 de Hagécourt, Milieu du Village, 7 rue de la Croix, facade antérieure, vue d'ensemble de Ferme n°5 de Hagécourt, La Quart, 73 rue des Meix Quirin, facade antérieure, vue d'ensemble de Ferme n°6 de Hagécourt, 102 rue du Saulcy, facade antérieure, vue de détail de la porte charretière
  • Église paroissiale Saint-Remy
    Église paroissiale Saint-Remy Domrémy-la-Pucelle - rue principale - en village - Cadastre : 2010 AB 152
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    transept Est pour faciliter la circulation lors des grands pèlerinages et une fenêtre est percée au que l’actuel, orienté l’Est selon l’usage. Il ne subsiste de cette époque que la façade orientale percée de deux baies en arc brisé et la tour dans œuvre, le tout pouvant être daté du XIIIe ou du début Vaucouleurs. Le procès en nullité indique en effet que Jeanne se rendait à la messe au village voisin de Greux . L’église fut en partie reconstruite durant le dernier quart du 16e siècle comme l’indiquent tant la travées, un transept saillant et un chevet plat. Deux chapelles flanquaient la tour, au nord celle de saint Nicolas est contemporaine de la reconstruction (1582, date portée) au sud celle de la Vierge a été départementales des Vosges, 2V11). Après les travaux de restauration de la maison de Jeanne, un projet de remodelage de la place est engagé en 1824 et entraine un important remaniement de l’église. Le cimetière qui la façade orientale ouverte sur la place, les chapelles et le transept sont harmonisés sous un toit
    Référence documentaire :
    p. 37-45 Domremy-la-Pucelle (Lorraine, Vosges). Histoire et patrimoine Domremy-la-Pucelle p.155 Histoire abrégée de la vie et des exploits de Jeanne d'Arc surnommée la Pucelle d'Orléans
    Datation principale :
    4e quart 16e siècle porte la date
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    maçonnerie. Deux sacristies ont été aménagées de part et d'autre du chœur, comptant chacune un étage. La tour -dessus de la porte principale. Une tourelle d'escalier a été ajoutée postérieurement, elle est construite en moellons mais sans emprise sur le mur. elle n'est pas liée à la maçonnerie du bas côté nord. La toiture est couverte de tuiles mécaniques. L'église était à l'origine couverte de tuiles creuses. La toiture à longs pans englobe le volume de la nef. Le clocher a une toiture à deux pans
    Localisation :
    Domrémy-la-Pucelle - rue principale - en village - Cadastre : 2010 AB 152
    Dates :
    1582 porte la date 1585 porte la date 1698 porte la date
    Aires d'études :
    Domrémy-la-Pucelle
    Datation secondaire :
    4e quart 17e siècle porte la date
  • orgue (1)
    orgue (1) Neufchâteau - place Saint-Nicolas - en ville
    Historique :
    sculpteur Christophe II Jacquin (attribution par travaux historiques). Le grand buffet est agrandi 1er quart 18e siècle par la construction des plates faces latérales, ce travail pourrait être l' oeuvre d' un été vendu comme bien national en 1792 à la famille La Valette, puis rendu à la paroisse en 1800 sans
  • Église paroissiale Saint-Sébastien
    Église paroissiale Saint-Sébastien Nancy - place Charles III - en ville - Cadastre : 1865 D 802 1972 BX 156
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    successeur Philippe Claude fit boucher partiellement la baie axiale pour y installer un grand Christ en croix . Première paroisse de la ville neuve créée par l'évêque de Toul Christophe de La Vallée (1589 communauté de prêtres ; une tour y est ajoutée en 1682 à la demande du curé David-Nicolas Phulpin (actuelle tour sud). Après de longues hésitations et des discussions à partir de 1708, la ville fut contrainte à une reconstruction, l'ancien bâtiment étant démoli à partir du 28 déc. 1718 à la demande du duc Jean-Nicolas Jennesson (1686-1755) fut désigné et la première pierre posée le 29 juillet de la même année (avec frappe d'une médaille commémorative par Ferdinand de Saint-Aubin). En 1723, la toiture était Dieudonné Pierre (et non Mesny comme parfois cité) fit le décor de la façade et François Chassel réalisa les armoiries du duc (martelées à la Révolution), tous deux furent payés en 1727. La première messe fut dite en l'ancienne église ne subsistaient que la tour sud et l'épitaphe de Nicolas Lenoir, donateur mort en 1660
    Observation :
    de Nancy ... dans Revue de l'art, n°27, 1975 ; Blanc, M. l'abbé Barthélémy ancien curé de la paroisse
    Représentations :
    brandissant la croix et le duc Léopold avec parchemin, encadrés de pots à feu. Vantaux : baptême du Christ . Coupole de la croisée du transept : anges musiciens (flûtes, violons, contrebasse et trompette). Arc doubleau : têtes d'ange. Coupole : scènes de la vie de saint Sébastien (Sébastien devant l'empereur ). Vitrail de la baie axiale : décor géométrique et végétal
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Située au coeur de la ville Neuve, entre les rues Saint-Sébastien, Saint-Thiebaut et la place s'inscrit dans un rectangle. La façade principale, sur deux niveaux, avec ordres superposés (toscan, ionique rejetées en arrière comme à Sainte-Marie-Majeure de Pont-à-Mousson. La discrétion du transept est contrebalancée par la présence d'anges musiciens sculptés (gypserie) sur l'arc en plein cintre des baies de chaque bras. Le volume intérieur est rendu plus vaste par la position des murs gouttereaux à l'aplomb blanc éclairent la nef en créant un fort contraste avec le choeur profond (pour accueillir la communauté des prêtres) plus sombre car il ne bénéficie que de la baie axiale. La croisée du transept est marquée par une coupole sur pendentifs richement ornée de scènes de la vie du saint patron (gypserie) tandis en calcaire blanc à bouchon noir, un emmarchement le sépare de la nef simplement dallée. Les tours par un escalier en vis à noyau creux. La toiture est à longs pans et croupes en ardoise. Au nord
    Dimension :
    L = 54 m ; la = 24, 80 m ; h = 20 m ; la du vaisseau central = 9, 80 ; la des collatéraux = 9, 80
    Illustration :
    Détail du plan de Nancy en 1841 par Chatelain (l'église est représentée dans la partie inférieure
1