Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 3 sur 3 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Hospice dit Maison de Charité
    Hospice dit Maison de Charité Neufchâteau - 30 rue Sainte-Marie - en ville - Cadastre : 1810 B 792 1974 AB 110
    Historique :
    développement ; nouveaux travaux en 1746, daté par source, avec contribution des forges de Bazoilles , fondé en 1680, daté par travaux historique, par la confrérie des dames de la Charité ; travaux après le départ des soeurs de Saint-Charles ; transformation en 1804, daté par source, en école Demoisson, entrepreneur à Grand, sur des plans de l'architecte Jacquemard, attribution par source Hospice appelle localement maison de Charité qui dépendit un temps de l'hôpital du Saint-Esprit suite d'un nouvel incendie, aux frais des époux Duteil, l'hospice ayant alors son plus grand ; reconstruction de la chapelle ouverte sur la rue en 1758, daté par source. Bénédiction le 16 novembre 1759, daté par source ; en 1800, daté par source, transformation des bâtiments en gendarmerie et dépôt militaire secondaire ; reconversion en 1846, daté par source, de la chapelle en dortoir et réfectoire, travaux réalisés source, par Charles Petot, entrepreneur, sur des plans d'Abel Mathey, architecte à Neufchâteau
    Représentations :
    sujet : feuillage, support : vantaux de la porte gauche sur rue
    Titre courant :
    Hospice dit Maison de Charité
    Appellations :
    dit Maison de Charité
    Destinations :
    centre des impôts
    Illustration :
    Corps XVIIIe siècle. Elévation antérieure : porte de gauche, ensemble. IVR41_19848801561X Corps XVIIIe siècle. Elévation antérieure : porte de droite, ensemble. IVR41_19848801562X
  • hôtel de Norroy, dit hôtel d'Obelstein actuellement immeuble
    hôtel de Norroy, dit hôtel d'Obelstein actuellement immeuble Nancy - Ville Vieille - 23 rue Saint-Michel 16 rue du Duc Raoul - en ville - Cadastre : 1830 G 119 1865 G 212, 223, 224, 225 1972 AN 151 2008 AN 151
    Historique :
    1980) pour Jean-Louis de Norroy, avocat à la cour et receveur des finances de Lorraine, à l'emplacement (IA54003343) et des baies sur la façade de la rue du duc Raoul avec vestiges de meneau et traverse en pierre d'Obelstein, du nom de son propriétaire entre 1783 et 1818, Charles Auguste comte d'Obelstein d'Ennebourg ; ce est percée, la trace de l'ancien porche étant toujours visible, les baies des étages sont transformées créer des liaisons entre le corps de bâtiment acquis en 1835 et le reste de l'hôtel. de trois anciennes maisons sur la rue Saint-Michel et d'une autre en ruine sur l'actuelle rue du Duc Raoul ; de ces anciennes constructions on conserve un puits portant la date 1574 dans l'angle de la cour . L'escalier principal est repris au milieu du 18e siècle (rampe en fer forgé à motifs de volutes, fenêtres sur 1835, il est acheté par Pierre François Marchal, ancien député de la Meurthe et maire de Nancy, en même : IA54003344). Au cours du 20e siècle, la façade sur la rue du duc Raoul est modifiée : une porte de garage y
    Représentations :
    garde-corps des fenêtres du 1er étage et rampe de l'escalier : volute ; consoles du portail
    Description :
    passage abrité en rez-de-chaussée, ouvert sur la cour par trois arcades en anse de panier reposant sur des Édifice situé entre la rue Saint-Michel et la rue du Duc Raoul, à deux corps de bâtiment (A et B ) alignés sur les deux rues et reliés par deux corps de liaison, l'ensemble étant séparé par une vaste cour principale). La porte cochère à linteau en anse de panier est encadrée de bossages continus en table limités par une corniche saillante supportée par deux consoles de plan triangulaire ornées de glyphes et d'une guirlande végétale. Elle se compose de 2 vantaux en bois à panneaux supérieurs moulurés chantournés et panneaux inférieurs moulurés losangés, avec heurtoir en boucle de gibecière et platine découpée. Ce portail en fer forgé à motifs de volutes. La cour principale, de forme presque carrée, est entourée par les deux corps de bâtiment A et B et les deux corps de liaison ; celui de droite (côté Ouest) forme un pilastres toscans. Ce passage donne également accès à une seconde cour, de petite dimension, surélevée de
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [commanditaire] Norroy de Jean-Louis
    Titre courant :
    hôtel de Norroy, dit hôtel d'Obelstein actuellement immeuble
    Appellations :
    hôtel de Norroy
    Illustration :
    Plan de masse (extrait cadastral). IVR41_20155412225NUDA Plan du rez-de-chaussée. IVR41_19825400875P Elévation sur cour du corps de liaison Est. IVR41_19825400871P Extrait (annoté) du plan cadastral de 1830. IVR41_20155412226NUDA Corps de liaison Ouest, état en 1973 (avant ouverture d'un passage vers la 2e cour Corps A, façade antérieure sur la rue Saint-Michel, détail : heurtoir de la porte cochère Corps de liaison Est, façade sur cour, ensemble trois quarts gauche. IVR41_20165410059NUC4A Corps de liaison Ouest, façade sur cour, ensemble trois quarts gauche. IVR41_20165410064NUC4A Corps de liaison Ouest, façade sur cour, détail : rez-de-chaussée. IVR41_20165410062NUC4A
  • Usine métallurgique
    Usine métallurgique Bazoilles-sur-Meuse - la Forge - isolé - Cadastre : 1810 C 229 1877 C3 497, E4 596 1967 ZH 52
    Historique :
    siècle, entre 1693 et 1698, pour Jean de Barbeau, comte de Thiaucourt, propriétaire de la seigneurie de Forge mentionnée pour la 1ère fois en 1542 dans des baux d'affermage. Reconstruite fin 4e quart 17e Bazoilles. Haut fourneau et fonderie construits, forge agrandie 1er quart 18e siècle par Louis de Barbarat , seigneur de Mazirot, propriétaire de la seigneurie depuis 1710. En 1785 la forge comprend 1 haut fourneau et 2 feux d'affinerie. La forge est achetée en 1802 par Muel, puis en 1815 par le comte d'Alsace qui construit en 1821 (datation par source), un atelier pour 1 feu de chaufferie et 2 martinets. En 1812, la forge est composée de : 1 haut fourneau, 2 feux d' affinerie, 1 gros marteau, 1 bocard à crasse. En 1822
    Référence documentaire :
    Plan d'ensemble des bâtiments industriels de l'usine, 1er février 1820 Plan d'ensemble des bâtiments industriels de l'usine, 1er février 1820 : plan aquarellé
1