Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 7 sur 7 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Les fermes de la commune des Rouges-Eaux
    Les fermes de la commune des Rouges-Eaux Les Rouges-Eaux
    Copyrights :
    (c) Université de Lorraine
    Historique :
    Les fermes de la commune portent des chronogrammes qui s'étagent entre 1783 et 1822.
    Murs :
    bois essentage de planches
    Description :
    L'habitat de la commune est largement dispersé, il est établi en bordure de voie ou de forêt. Les fermes reprennent la typologie propre au canton de Brouvelieures situé à la limite entre montagne et plaine. 6 fermes ont été repérées sur le territoire de la commune, une seule est étudiée. Elles ont
    Titre courant :
    Les fermes de la commune des Rouges-Eaux
    Illustration :
    été fondé par monsieur le comte de Montur(eux) Ficquelmon(t) 1822. IVR41_20188839006NUC2A Tableau des repérés - sélectionnés. IVR41_20188839003NUC2A Ferme de l'Herbet. IVR41_20188839009NUC2A
  • Ecurie, Magasin de Fourrage dit la Concentration
    Ecurie, Magasin de Fourrage dit la Concentration Neufchâteau - place des Grandes Ecuries - en ville - Cadastre : 1810 B 70
    Historique :
    1777, date du début des travaux, par le comte de Choiseul Stainville, gouverneur militaire. Travaux Devant les difficultés de logement des troupes, l'armée prend la décision de construire deux bâtiments abritant des écuries et un magasin de fourrages au 1er étage. Plans dressés en 1765, approuvés en logement des troupes, mais maintenant les écuries. Bâtiment restauré par l'architecte Mathey, le bâtiment
    Dénominations :
    magasin de fourrage
    Localisation :
    Neufchâteau - place des Grandes Ecuries - en ville - Cadastre : 1810 B 70
    Titre courant :
    Ecurie, Magasin de Fourrage dit la Concentration
    Couvrements :
    voûte en berceau en anse-de-panier
  • calice disparu
    calice disparu Barisey-au-Plain - rue Saint Hubert - en village
    Copyrights :
    (c) Conseil général de la Meurthe-et-Moselle
    Inscriptions & marques :
    1782 ; poinçon de maître : initiale illisible et C. sous une fleur de lys au dessus des armes de poinçon de maître poinçon de communauté lettre-date : X surmonté d'une fleur de lys, lettre datée de la généralité de Besançon pour l'année Besançon conférées par Charles Quint ; poinçon de jurande : initiales C. C. entrelacées et couronnées
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale orfèvrerie religieuse de Meurthe-et-Moselle
    Historique :
    Calice réalisé au cours du 4e quart du 18e siècle à Besançon. Le calice a disparu de l'église entre 1979, année du pré-inventaire, et 2010 date de l'étude thématique.
    Représentations :
    La Croix de la Crucifixion est représentée sur le pied circulaire bordé de godrons. Le noeud de la
    Statut :
    propriété de la commune
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Franche-Comté, 25, Besançon
  • Ferme du château de Roncourt
    Ferme du château de Roncourt Hagnéville-et-Roncourt - Roncourt - 1 rue Château (du) - en village - Cadastre : 2017 AB 31 colombier AB 32 ferme/commun 2017 AB 33 chateau
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental des Vosges
    Historique :
    "En 1202, Thibaut, comte de Bar établit sur les habitants de Romont une redevance" (sources ). La seigneurie est ensuite transférée à Nicolas Hennequin, comte de Fresnel (vers 1760), puis au sieur siècle, le comte de Fresnel ne s'en servant que rarement comme un "pied-à-terre de chasse". Lors de son peut-être de l'ancienne chapelle : colonnes, pierres sculptées et des panneaux de bois de la porte d’engrangement sont dépouillés des aménagements intérieures et le corps de bâtiment sud est détruit. Dans la ont été trouvées enterrées lors de la fabrication de la terrasse récemment). Des vestiges enfouis non : Lepage et Charton). A la fin du 16e siècle (1583), la seigneurie de Roncourt est donnée par René d'Anglure, seigneur de Lignéville, de Bourlémont et gouverneur de La Mothe à la famille à la famille Menu qui vient d'être anoblie par le duc Charles III de Lorraine (sources : Pelletier, Ambroise. Nobiliaire ou armorial général de la Lorraine et du Barrois. Chez Thomas père et fils Imprimeurs-libraires, 1758
    Référence documentaire :
    Lepage, Henri et Charton, Charles. Le département des Vosges : statistique historique et administrative. Nancy : Berger-Levrault 1978, réimpression de l'ouvrage paru en 1845. Lepage, Henri et Charton , Charles. Le département des Vosges : statistique historique et administrative. Nancy : Berger-Levrault 1978, réimpression de l'ouvrage paru en 1845. Nobiliaire ou armorial général de la Lorraine et du Barrois Pelletier, Ambroise. Nobiliaire ou armorial général de la Lorraine et du Barrois. Chez Thomas père et fils Imprimeurs-libraires, 1758 . Conservé à la Bibliothèque municipale de Lyon. Numérisé le 3 févr. 2012 et consulté le 29 nov. 2017 : https Monographie de Roncourt Crouvisier. Monographie de Roncourt, 1888. Conservé aux Archives départementales des Vosges, Épinal, série 11T28/292.
    Précision dénomination :
    de Roncourt
    Représentations :
    ornement architectural trophée instrument de musique Les cheminées des chambres et leur trumeau portent des motifs sculptés : ornement architecturaux (pilastres...), médaillons, trophée d'instruments de musique (violon, flutes...). La rampe de l'escalier intérieur est en fer forgé à motifs de volutes peinte en noir, avec de petits ornements feuillagés dorés.
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier en équerre en maçonnerie
    Murs :
    béton parpaing de béton
    Description :
    enduits avec des encadrements en pierre de taille, et couvert d'une toiture à longs pans avec deux croupes La propriété du château de Roncourt est située le long de la route entre Beaufremont et Saint-Ouen -lès-Parey. Elle est actuellement composée d'un pavillon d'habitation à l'est, d'un colombier de plan constituée de trois travées (étable, grange, logis), dont l'intérieur a été détruit. Ses portes et les petits jours au-dessus sont en plein cintre. Le colombier est doté d'une cheminée qui a été ajoutée lors de la création d'un logis au rez-de-chaussée (probablement au 19e siècle). La façade antérieure du logis (Est) a été placée dans l'alignement de la rue principale du village. Ordonnancées les ouvertures sont nombreuses et de grandes dimensions. La porte piétonne centrale, surélevée, possède un encadrement en pierre de taille surmonté d'une corniche moulurée. Elle s'ouvre sur un vestibule comprenant l'escalier desservant les chambres à l'étages. Au rez-de-chaussée, trois grandes chambres s'ouvrent vers l'est, avec
    Étages :
    étage de comble en rez-de-chaussée surélevé
    Titre courant :
    Ferme du château de Roncourt
    Appellations :
    communs du château de Roncourt
    Illustration :
    Chateau, vue de la façade latérale sud, vue de détail d'une baie des combles (1982 Communs et colombier, vue de la façade latérale gauche, vue d'ensemble de trois quart gauche (1982 Communs et colombier, vue de la façade antérieure, vue d'ensemble de trois quart droit Communs en ruines, vue de la façade antérieure, vue d'ensemble de trois quart gauche Communs en ruines, vue de la façade postérieure, vue d'ensemble de trois quart gauche Chateau, vue de la façade antérieure, vue d'ensemble de face IVR41_20178837648NUC2A Chateau, vue de la façade latérale nord, vue d'ensemble de trois quart gauche (1982 Chateau, vue de la façade latérale sud, vue d'ensemble de face (1982) IVR41_19828803919Z Chateau, vue de la façade latérale sud, vue d'ensemble de trois quart gauche (1982 Maison près de l'église, vue de la façade antérieure, vue d'ensemble de trois quart gauche
  • halles
    halles Bar-le-Duc - place de la halle place Saint-Pierre rue Albert Cim rue des ducs de Bar - en ville - Cadastre : 2012 AT 153 à 158 A COMPLETER 2012 AT 160 à 183 2012 AT 190, 192 à 199 2012 AT 279, 290-291, 298-300, 309, 320-323
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique étude urbaine de Bar-le-Duc
    Historique :
    halles moyennant un cens. Un texte de 1551 précise qu'il s'agit de " bouticles ci l'entour des halles -chaussée puisqu'en 1731 puis 1738 sont réalisés des réparations avec le changement de pierre de taille . L'édifice devait alors comporter un ou plusieurs niveaux de caves (avec des dépassements au-dessus du niveau détruisit 9 maisons et les halles, il est prévu alors par l'inspecteur des Ponts et Chaussée de reconstruire reconstruction des maisons détruites en pierre de taille. L’architecte de la ville fit le choix d’un parti en raison de sa vétusté. En 1975, le secteur des Halles est retenu pour le plan de sauvegarde et de Au 13e siècle, le Comte Henri (1214-1239) fait transférer les marchés et foire dans la ville haute de Bar-le-Duc. En 1392, sont attestés la boucherie, la poissonnerie, la boulangerie et un lieu pour matériaux de construction. Il s'agit alors d'un bâtiment en bois couvert de tuiles creuses et éclairé par des fenêtre "flamaines". En 1542, le duc Antoine autorise les occupants à construire autour des
    Observation :
    Moyen Age et au début des temps modernes, est un bâtiment de plan carré ou rectangulaire, en charpente Les halles de Bar-le-Duc appartiennent à une typologie plutôt rare de halles constituées par une et couvert par une toiture volumineuse à longs pans et croupes. S’il n’existe pas de répertoire formel des halles en France, on citera néanmoins comme appartenant à ce même type peu abondant la grande halle de Saumur construite sous le règne d’Henri II d’Angleterrre (détruite), la halle aux laines de Calais (détruite), la vieille halle de Rouen (détruite) et le marché de La Flotte-en-Ré. La présence couplée de halles et de logis est rare ; l’exemple le plus ancien est peut-être celui cité par Viollet-le -Duc à Paris « en [1183], Philippe-Auguste fit faire deux halles entourées d’une muraille garnie de logis et fermée de bonnes portes, afin que, quand il pleut, les marchands y pussent vendre les une halle comportant un enclos, un cour, des maisons et des boutiques
    Référence documentaire :
    registres des comptes de la cour ducale registres des comptes de la cour ducale, 15e siècle p. 112 La France des halles et des marchés BAILLY (Gilles-Henri) et LAURENT (Philippe), La France des halles et des marchés, Toulouse, éd. Privat, 1998, 153 p. la halle de Bar-le-Duc, l’histoire en suspens …. FABREGUE (Claire) et GENOT (Fabrice), la halle de Bar-le-Duc, l’histoire en suspens …. Travail de fin d’études, Ecole d’architecture de Nancy, 1999 Histoire d’une partie méconnue de la ville de Bar-le-Duc, l’îlot de la halle BALAY (Jérôme ), Histoire d’une partie méconnue de la ville de Bar-le-Duc, l’îlot de la halle, rapport tapuscrit, Nancy Description de la ville de Bar faite en l’an 1617 Plan : Description de la ville de Bar faite en l’an 1617Description de la ville de Bar faite en l’an 1617
    Précisions sur la protection :
    L’îlot des halles comme la ville haute est géré depuis 1975 (arrêté ministériel du 7 mai 1975) par un secteur sauvegardé. Les maisons n° 5, 6, 7 et 11 place des halles, n°1, 3, 5, 7, 9, 11, 13, 15, 19 , 21 place Saint-Pierre, n° 2, 4, 6, 8 rue Albert Cim et n° 34 et 36 rue des Ducs sont signalées sur le plan de sauvegarde et de mise en valeur comme à conserver. Le n° 17 place Saint-Pierre peut être amélioré ou conservé. Les autres parcelles sont dépourvues de prescription. Le n° 3-3bis place de la Halle a été inscrit au titre des Monuments historiques le 3 février 1988 puis classé par arrêté du 11 passage (propriété de la commune). Depuis 2003, la ville bénéficie du label ville d’art et d’histoire.
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    calcaire pierre de taille bois pan de bois
    Description :
    Situées au centre de la ville haute, ces halles sont constituées par une galerie à deux niveaux importantes est le bouchage des arcades. Construites en calcaire local (Combles), les maisons qui entourent la cour se composent de plusieurs niveaux de sous-sol, généralement deux, parfois un 3e (citerne ?), d'un rez-de-chaussée à vocation de boutique à l'origine et de deux étages carrés complétés par un étage de comble. Les plus anciennes cloisons intérieurs sont en pan de bois et datent du milieu du XVIe siècle. La
    Étages :
    2 étages de sous-sol rez-de-chaussée étage de comble
    Auteur :
    [charpentier] Brullon Adam (de) [charpentier] Marwaiges Jehan (de) [entrepreneur de maçonnerie] Arnould Christophe
    Localisation :
    Bar-le-Duc - place de la halle place Saint-Pierre rue Albert Cim rue des ducs de Bar - en ville
    Texte libre :
    Depuis les années 1980, la commune de Bar-le-Duc a acquis les parcelles des anciennes halles au fur et à mesure des possibilités. En 1992, une première étude de programmation fut lancée, relayée par comtesse de Vézins inspirée par l’aspect pittoresque du quartier. En 2003, la réactualisation des études a donné lieu à un relevé de géomètres, une étude historique fondée sur le dépouillement des archives une seconde en 1999, menée par un cabinet d’études et deux étudiants de l’école d’architecture de Nancy. Essentiellement tournées vers un projet de réhabilitation à vocation touristique, ces études n’était connu que par les travaux de l’architecte municipal Charles Demoget et par les dessins de la (Jérôme Balay) et une étude de l’Inventaire général conduite en 2003-2004. Celle-ci est mise en ligne en
    Illustration :
    Vue d'ensemble depuis la tour de l'église Saint-Etienne IVR41_20055500004NUCA
  • fontaine - abreuvoir
    fontaine - abreuvoir Bruyères - place Stanislas - en ville
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental des Vosges
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale édifices des eaux des Vosges
    Historique :
    , entrepreneurs pour 3436frcs. La fonte provient des forges de Muel frères à Sionne (dia 54mm). La fontaine Stanislas de Bruyères, aussi appelée la Grande Fontaine ou Fontaine de Neptune, a été érigée en 1788 par Jean-Baptiste Mougeot selon la mention inscrite. Les 4 gravures des médaillons sont fontaine / amenée des montagnes voisines / a été / élevée décorée conservée à l'utilité des citoyens / et / l'embellissement de la ville / par les officiers municipaux / l'an de N.S. MDCCLXXXVIII" ; - plaque à l'ouest : "Ce terrain / autrefois montueux marécageux / a été / aplani desséché bâti / sous le règne / de Louis le Bien aimé / par les propriétaires / des édifices / élevés sur cette place / en / MDCCLXX " ; - plaque au nord : "Cette place / destinée aux foires du bétail / principal objet / du commerce des Vosges / a été / circonscrite plantée ombragée / afin / de réunir en un même lieu / l'agréable à l'utile quelques différences. - plaque à l'est : "La 4e année du règne de / Louis XVI, François / Georgel Clerc
    Représentations :
    subsistent. Ils étaient également flanqués de guirlandes (disparues) visibles sur les cartes postales anciennes. L'obélisque est sculpté en bas-relief sur ses 4 faces de chutes d'objets : - face à l'est : chute d'objets de l'abondance : nœud, caducée, couteau, hache, faisceaux, bloc de pierre sculpté de : chutes d'objets de l'agriculture : nœud, gerbes de blé, râteau, faucille, fléau, panier, roues, poids , poire, feuillage. - face au sud : chute d'objets des arts et des sciences : nœud, lyre, bombarde Neptune ; on a donc placé dans sa main droite un trident de fer.
    Murs :
    grès pierre de taille
    Description :
    La fontaine Stanislas de Bruyères est composée d'un grand bassin carré en grès rose, cerclé de bande de fer, et dont les angles sont à pans coupés. Deux barres de fer sont également placées sous les médaillons de fondation, et est surmontée d'un obélisque sculpté en bas-relief. Au dessus, une statue d'un
    Appellations :
    Fontaine de Neptune
    Illustration :
    Fontaine Stanislas à Bruyères, vue de détail du bassin IVR41_20168834233NUC2A Fontaine Stanislas à Bruyères, vue de détail de l'inscription placée à l'Est Fontaine Stanislas à Bruyères, vue de détail de l'inscription placée au nord Fontaine Stanislas à Bruyères, vue de détail de l'inscription placée à l'ouest Fontaine Stanislas à Bruyères, vue de détail de l'inscription placée au sud. IVR41_20168834237NUC2A Fontaine Stanislas à Bruyères, vue de détail du relief sur l'obélisque placé à l'Est Fontaine Stanislas à Bruyères, vue de détail du relief sur l'obélisque placé au nord Fontaine Stanislas à Bruyères, vue de détail du relief sur l'obélisque placé à l'Ouest Fontaine Stanislas à Bruyères, vue de détail du relief sur l'obélisque placé au sud Fontaine Stanislas à Bruyères, vue de détail de la statue au sommet de l'obélisque
  • Hospice, école
    Hospice, école Liffol-le-Grand - 12 rue du Bourg Saint-Arnould - en village - Cadastre : 1810 A 2507 1937 B3 648
    Historique :
    ). Bâtiments reconstruits en 1783 (datation par travaux historiques), sur des plans de Charles Caron nouveau bâtiment de 1897 à 1899 (datation par travaux historiques), à l'initiative du comte d'Alsace , architecte de la subdélégation de Neufchâteau (attribution par travaux historiques). Edifice agrandi d'un . Corps principal partiellement repercé au 20e siècle. Marques de tâcheron.
1