Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 8 sur 8 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Ancien magasin puis ancienne maison du greffier, rue de la cave, Fénétrange.
    Ancien magasin puis ancienne maison du greffier, rue de la cave, Fénétrange. Fénétrange - 4 rue de la Cave - en ville - Cadastre : 1813 G 365-366 2020 8 48-49
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    pour y faire entrer un silo, une grande partie des baies étaient murées. La maison a fait l'objet d'une de la porte piétonne de droite. La structure initiale a été en partie modifiée notamment aux niveaux des ouvertures du rez-de-chaussée, mais les deux autres niveaux semblent être d'origine. La première les deux baies cintrées qui servaient de présentoir et de point de vente et le reste de la maison l'entrée de la ville, la tourelle d"escalier était mitoyenne de la tour de la porte d'Allemagne. Cette Fénétrange, une maison sise en la rue du kellergass et joignant la porte d’en bas bâtie sur le mur de la sur celle qui monte de la porte d’en bas vers celle d’en haut laquelle rue elle touche y ayante son entrée par une tourelle adjointe à la dite porte et au murs de la ville, d’autre part entre le nord et l’occident jointe à la maison de Joh Lerch de la longueur sur la Keller Gass elle a 64 pieds de largeur jusqu’au mur de la ville 28." La longueur de 64 pieds correspond bien à la réunion des deux maisons
    Référence documentaire :
    « Notes et documents pour servir à l'histoire de Fénétrange, » par Hippolyte Gide Manuscrits de la : Collection numérique : Originaux de la BNU Strasbourg Droits : domaine public Identifiant : ark Les corporations de Fénétrange. BENOIT, Louis. Les corporations de Fénétrange. Mémoires de la
    Représentations :
    L'agrafe de la porte piétonne est ornée de feuilles d'acanthes sculptées. Les encadrement des
    Description :
    pénétrait dans la boutique par une porte piétonne située à gauche de la grande baie cintrée. Cette porte a Cette maison se situe à l'angle de la rue de la cave et de la rue de la porte d'Allemagne. Elle est elle était divisée en trois logements avec trois portes piétonnes sur la façade antérieure (voir la photographie du Denkmalarchiv vers 1890-1930). La toiture à deux pans était couverte de tuile mécanique, sur la façade antérieure avant la restauration, la partie de droite est actuellement couverte de tuile plate tenant avant la restauration. Cette maison était construite sur le mur de la ville, les petites baies visibles sur la partie haute de la façade postérieure correspondent à l'ancien chemin de ronde. A l'origine, l'entrée dans le logis se faisait depuis la porte piétonne de la tourelle d'escalier située sur le pignon droit. Cette tourelle était accolée à la porte d'Allemagne ou d'en-bas avant que cette dernière ne soit détruite en 1838. La maison se développe sur deux étages carrés, au rez-de-chaussée les
    Localisation :
    Fénétrange - 4 rue de la Cave - en ville - Cadastre : 1813 G 365-366 2020 8 48-49
    Titre courant :
    Ancien magasin puis ancienne maison du greffier, rue de la cave, Fénétrange.
    Dates :
    1599 porte la date
    Annexe :
    , cent jantes de voitures non façonnées. A la cave, une tonne à choux-groutte, une grande cuve, deux Documents d'archives AD57, 336U41806, vente d’une maison près de la porte basse à David Karcher chamoiseur et sa femme, d’une part la porte de l’autre Fréderic Muller tonnelier du devant sur la rue et du derrière appuyé sur le mur de la ville sur la cour et dépendances du sieur Regnard. AD57, 338U20, 1846 -chaussée prenant jour par deux croisées sur la rue dite Kellergasse. Dans la cuisine. Dans une chambre croisées sur la rue. Dans une autre chambre au même étage prenant jour par une croisée sur la rue. Au grenier à foin. Dans un autre grenier au-dessus du précédent. Dans la boutique de charron, les outils de fumier. Devant la porte, une brouette et une voiture de fumier. AD57, 2O204/4 Démolition de la porte d’Allemagne qui entrave la libre circulation des voitures et notamment à la rentrée des récoltes. Vente en 21 lots. L’arcade de cette porte est trop basse et étroite, elle gêne la communication du passant avec
    Illustration :
    Plan de la ville de Fenestrange et l'ordre et quantité de maisons et masures avec le noms des de la cave. IVR41_20215731013NUC2A Reproduction de la façade de l'ancienne boutique en par L. Benoît, extrait de : Louis Benoît, Notes sur la Lorraine allemande. Les corporations de Fénétrange, Nancy, 1864. IVR41_20215731014NUC2 Agrafe du linteau de la porte piétonne du 4 rue de la cave, emblème des tonneliers Reproduction de la maison vers 1890-1930, fonds des Photographies du Denkmalarchiv, AD57, Document Maison, 4 rue de la cave, vue d'ensemble. IVR41_20215731709NUC2A Vue de la maison, partie de droite, avant restauration en 2017. IVR41_20215731009NUC2 Maison, 4 rue de la cave, partie gauche. IVR41_20215731011NUC2A Maison 4 rue de la cave, élévation postérieure. IVR41_20215731027NUC2A
  • Maison, 12 Grand Rue, Saint-Georges.
    Maison, 12 Grand Rue, Saint-Georges. Saint-Georges - 12 rue grand - en village - Cadastre : 1814 E 164 2019 1 262
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    Cette maison conserve des éléments architecturaux du 16e siècle dont l’encadrement de la porte piétonne à arc en accolade et l’escalier en vis placé dans la tour. Cette maison est transformée aux
    Description :
    Maison puis ferme, à deux travées de plan. La partie la plus ancienne, en pignon a une porte droite de la porte piétonne un escalier en vis placé dans une tour hors-d’œuvre permet l'accès à l'étage noyau, situé dans une cage de plan circulaire. Dans cette partie, derrière la cuisine subsiste une ancienne chambre à four. La façade antérieure a été modifiée au 18e siècle. Deux travées de plan, un logis et une grange. Sur la partie arrière, façade latérale droite, en état de ruine, une petite porte
    Localisation :
    Saint-Georges - 12 rue grand - en village - Cadastre : 1814 E 164 2019 1 262
    Titre courant :
    Maison, 12 Grand Rue, Saint-Georges.
    Illustration :
    Carte postale ancienne de la commune de Saint-Georges, maison 12 Grande rue, ancien café Voinson Maison, 12 Grande rue, intérieure, porte piétonne et porte d'entrée de la tour d'escalier Maison, 12 Grande rue, tour d'escalier en vis, vue de l'escalier depuis le haut de la tourelle Maison, 12 Grande rue, élévation antérieure. IVR41_20205730132NUC2A Maison, 12 Grande rue, vue d'ensemble. IVR41_20175710869NUC4A Maison, 12 Grande rue, élévation latérale droite, tourelle d’escalier. IVR41_20175710870NUC4A Maison, 12 Grande rue, élévation latérale droite, porte piétonne avec arc en accolade Maison, 12 Grande rue, cuisine, cheminée au large. IVR41_20175710872NUC4A Maison, 12 Grande rue, cuisine, pierre à eau. IVR41_20175710873NUC4A Maison, 12 Grande rue, ancienne chambre à four. IVR41_20175710874NUC4A
  • Maison
    Maison Liffol-le-Grand - rue de la Corvée - en ville - Cadastre : 1937 B3 1031, 1032
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    Maison construite à la fin du 16e siècle ou au début du 17e siècle, partiellement repercée au 19e
    Localisation :
    Liffol-le-Grand - rue de la Corvée - en ville - Cadastre : 1937 B3 1031, 1032
  • immeuble
    immeuble Nancy - Ville Vieille AL îlot C - 101 Grande Rue rue des Etats - en ville - Cadastre : 1830 H 6 2805 1865 G 3280 1972 AL 172
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    porte piétonne Grande Rue, disparue). Modification de la façade à une date indéterminée : installation d'une boutique en rez-de-chaussée et suppression de la porte piétonne Grande Rue (4e quart 20e siècle?). Immeuble construit à la fin du 16e siècle ou début 17e siècle, remanié en 1731 (date portée sur la
    Référence documentaire :
    Nancy inconnu SOUHESMES, Raymond de. Nancy inconnu. Répertoire archéologique de la ville et des
    Description :
    Façade Grande Rue : travée unique sur quatre niveaux ; le rez-de-chaussée est occupé par une boutique. La date de 1731 portée sur la porte, n'est plus lisible, mais fut relevée par Albert Laprade dans
    Localisation :
    Nancy - Ville Vieille AL îlot C - 101 Grande Rue rue des Etats - en ville - Cadastre : 1830 H 6
    Dates :
    1731 porte la date
    Annexe :
    Inscription La bibliographie signale une inscription : Mon espérance est en Dieu, 1731 Sources . L. Kreis, 1904, p. 234SOUHESMES, Raymond de. Nancy inconnu. Répertoire archéologique de la ville et
    Illustration :
    Croquis de la porte piétonne. IVR41_20085411254NUC2A
  • maison Sirejean actuellement immeuble
    maison Sirejean actuellement immeuble Nancy - 14, 15 place Saint-Epvre - en ville - Cadastre : 1830 G 76 1865 G 171, 172, 173 1972 AN 189 2008 AN 189
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général (c) Métropole du Grand Nancy
    Historique :
    annonçant la vente indiquant "grande maison réédifiée tout à neuf" (AD 54, 4 E 27). Construction entre 1830 occupe l'emplacement d'une autre construction de la fin du 16e siècle ou au début du 17e siècle . Reconnaissable à sa galerie à arcades du rez-de-chaussée, cette dernière figure sur le plan dit de la Ruelle
    Description :
    sont à linteaux segmentaires à crossettes et agrafes sur la façade principale (14 place Saint-Epvre ), leur traitement est plus simple sur la façcade latérale (15 place Saint-Epvre). L'escalier en pierre
  • hôtel de PImodan
    hôtel de PImodan Toul - 6 bis, 6 rue Général Gengoult - en ville - Cadastre : 1820 L 1293 2010 AR 581, 777
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    Originaire d'Argonne, la famille de Rarécourt de la Vallée de Pimodan remonte au XIIIe siècle . Jacques de la Vallée s'établit à Toul à la fin du XVIe siècle. C'est probablement lui qui édifie l'hôtel de Pimodan vers 1600 (datation par dendrochronologie). La cave conserve une porte du 15e siècle en réemploi ou vestige d'un habitat antérieur. Les membres masculins de la famille occuperont jusqu'à la Révolution la charge de bailli et de lieutenant du roi à Toul. Les fenêtres de lucarne illustrent l'utilisation d'origine de l'étage en surcroît comme espace d'engrangement. Contemporain de la construction, le 1825 et ayant probablement fait son apprentissage à la manufacture Keller et Guérin, emménage dans le objet de faciliter la collaboration déjà engagée avec la manufacture de Toul-Bellevue. C'est que naît Louis Majorelle le 3 octobre 1859. La famille quitte Toul pour Nancy en 1860. Les fenêtres sur cour de siècle. La porte piétonne à gauche de l'élévation antérieure est percée à la limite entre le 19e et le
    Référence documentaire :
    p. 14-15 Majorelle BOUVIER (Roselyne), Majorelle, Paris-Metz, La Bibliothèque des Arts, éditions
    Description :
    au tailloir rectangulaire soutient 1 grande poutre transversale. La pièce abrite 1 pressoir. 1 ; corps 3 : élévation antérieure : escalier demi-hors-oeœuvre). Cave sous-corps 1 accessible depuis la espace distribuant les 3 pièces de la cave. Au nord, 1 porte piétonne à piédroits et linteau droit chanfreinés ouvre sur 1 grande pièce plafonnée au sol de terre battue. Non centrée, 1 colonne ronde en pierre escalier débouchait autrefois sur la rue Général Gengoult. Face à l'escalier donnant sur cour, 1 porte ouvre sur 1 petite pièce dont la paroi sud est percée pour accéder à la 3e pièce. Porte cochère de l postérieures, la taille des fenêtres diminue avec l'élévation. On note la présence d'un pressoir à vin (corps 1
    Auteur :
    [commanditaire)] Jacques de la Vallée
  • couvent de capucins, puis couvent de soeurs de la Doctrine chrétienne ; école privée Charles de Foucauld
    couvent de capucins, puis couvent de soeurs de la Doctrine chrétienne ; école privée Charles de Foucauld Nancy - 149, 155 rue Saint-Dizier 40, 42, 44 rue Charles III - en ville - Cadastre : 1830 D 176 à 181 1865 D 234 à 245 1972 BW 215 2008 BW 215
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Genre :
    de soeurs de la Doctrine chrétienne
    Historique :
    Un couvent de capucins est fondé à Nancy dès la création de la Ville Neuve en 1592, date à laquelle la Ruelle de 1611, le couvent, en retrait de la rue, comprenait une église, un bâtiment conventuel , une galerie formant cloître et un vaste jardin (potager en grande partie). D'après l'historien 1615, en raison du peu de solidité de la construction ; toutefois cet état n'apparaît nullement sur la constructions sur la rue, une série de 7 maisons formant lotissement (IA54002943) est construite entre la rue et toutefois la maison accolée à leur église. Une dizaine d'années plus tard (entre 1721 et 1730 environ), une grande partie (voire l'ensemble ?) des bâtiments conventuels est reconstruite. Cette datation a été donne comme date d'abattage du bois (chêne et sapin) celle de 1730. Durant la période révolutionnaire , suite à la dissolution de l'ordre, une partie des bâtiments sert de magasin à fourrages et de boucherie voisin (ancien noviciat des jésuites). En 1803, la propriété des bâtiments est cédée aux soeurs vatelotes
    Description :
    L’'ensemble des bâtiments occupe une grande partie d’'un îlot de la Ville-Neuve, à l’'angle des , les bâtiments B, C et D à des constructions complémentaires pour la congrégation de la Doctrine primaire et gymnase). Le bâtiment A est disposé en H autour de 2 cours. La 1e cour carrée (au nord) dite un niveau, entièrement vitrée sur 3 côtés (de type véranda). La 2e cour (au sud) dite cour Saint une moulure en tore ou un linteau chanfreiné en bois (façade sur la cour Saint-Damase). Les bâtiments C et D s’élèvent sur la rue Charles III de part et d’'autre d'une petite cour d'entrée dite cour Saint-Nicolas, fermée sur la rue Charles III par un portail métallique moderne. Ils comportent un rez-de -chaussée surélevé sur un haut soubassement dont la hauteur varie selon la pente du terrain, 2 étages carrés bâtiment C est encadré de 2 corps plus bas ; ces derniers présentent sur la rue un mur sans percement, orné
    Titre courant :
    couvent de capucins, puis couvent de soeurs de la Doctrine chrétienne ; école privée Charles de
    Illustration :
    Représentation du couvent en 1611 (numéroté 10). Détail du plan de la ville de Nancy dit de la trouve en retrait de la rue, à gauche de l'église figurée qui est celle du noviciat des jésuites Plan du couvent en 1797 (en rouge). Détail d'un plan de "portion de la ville de Nancy [...] daté 8 Bâtiment C (sur la rue Charles III) : projet, plan du sous-sol. Calque, encre et lavis ; n.d. [1893 Bâtiment C (sur la rue Charles III) : projet, plan du rez-de-chaussée. Calque, encre et lavis ; n.d Bâtiment C (sur la rue Charles III) : projet, plan du 1er étage. Calque, encre et lavis ; n.d Bâtiment C (sur la rue Charles III) : projet, plan du 2e étage. Calque, encre et lavis ; n.d. [1893 Bâtiment C (sur la rue Charles III) : projet, élévation sur rue, ensemble. Calque, encre et lavis Bâtiment C (sur la rue Charles III) : projet, élévation sur rue, détail. Calque, encre et lavis Bâtiment C (sur la rue Charles III) : projet, élévation sur rue, détail. Calque, encre et lavis
  • maison de plaisance d'Antoine de Lenoncourt puis noviciat de jésuites puis orphelinat dit hospice Saint-Stanislas, actuellement maison de retraite Saint-Stanislas
    maison de plaisance d'Antoine de Lenoncourt puis noviciat de jésuites puis orphelinat dit hospice Saint-Stanislas, actuellement maison de retraite Saint-Stanislas Nancy - 163 rue Saint-Dizier rue des Fabriques - en ville - Cadastre : 1830 D 189, 190, 191 1865 D 214 à 225 1972 BW 207 2002 BW 207
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général (c) Communauté urbaine du Grand Nancy
    Genre :
    de clercs réguliers de la compagnie de Jésus
    Historique :
    parcelle de la Ville Neuve en partie aménagée en jardin (marché du 15 mars et 24 avril 1599, AD 54 3 E 1998 jésuites qui y installent leur noviciat. La maison (correspondant en partie au corps C) est agrandie, les corps A (notamment de la façade sur rue sur laquelle se trouvait le monogramme du duc, d'’après un dessin conservé à la bibliothèque municipale). Après l’'expulsion des jésuites de Lorraine en 1768, l '’église sert au culte de la paroisse Saint-Nicolas (jusque 1802), les bâtiments conventuels sont [enseignement de la théologie]). En 1793, l'ensemble est reconverti en prison et dépôt militaire avant de servir ’Hospice des enfants de la Patrie durant la période révolutionnaire ; c’est vraisemblablement durant cette abandonnés recueillis dans divers sites de la ville : hôpital Saint-Julien, hôpital des Enfants trouvés surélevés d'un étage en 1859. Un nouveau décor vient orner l’'architrave du portail sur la rue Saint-Dizier selon un dessin différent du siècle précédent. Durant la seconde guerre mondiale, les locaux sont
    Référence documentaire :
    Description, estimation et plans de la maison du noviciat des Jésuites de Nancy Description , estimation et plans de la maison du noviciat des Jésuites de Nancy, 1769, par Charles Louis de Montluisant et La sensibilité religieuse en Lorraine après le Concile de Trente : les églises des Jésuites et leur décor aux XVIIe et XVIIIe siècles - le cas de Nancy et de Pont-à-Mousson HINGRAY, Nathalie. La
    Description :
    la rue des Fabriques à 2 ou 3 niveaux de baies à linteau droit. L'intérieur, en grande partie Ensemble construit sur un terrain légèrement en pente vers l'Est, en angle sur la rue Saint-Dizier (où les bâtiments sont alignés sur les maisons mitoyennes) et la rue des Fabriques, comprenant les anciens bâtiments conventuels, la chapelle, la maison de retraite (moderne), 2 cours et un jardin. La 1e qui longe la rue des Fabriques (F) et qui se termine par un petit corps en retour (G) ; au nord une 2e petite cour entourée de dépendances et de l'ancienne chapelle dont la façade s'élève rue Saint-Dizier ; à l'arrière, se trouve un vaste jardin encadré par les corps C, F, G et la maison de retraite (H) élevée à l'extrémité Est de la parcelle et dont l'entrée se trouve rue des Fabriques. Élevé sur la rue Saint-Dizier le en quart de rond. Il est percé d'un porche traversant, marqué d'un riche portail à 2 niveaux sur la d'angelots ; corniche saillante dont la soffite porte des caissons à décor végétal ; attique supérieure nue
    Illustration :
    Plan de situation d'après le cadastre de 1972 (avant la construction de la maison de retraite Plan des bâtiments en 1797 (en bleu). Détail d'un plan de "portion de la ville de Nancy [...] daté Plan du rez-de-chaussée (durant la période d'occupation par le collège). Encre et aqurelle, s.d Plan partiel du 1er étage (durant la période d'occupation par le collège). Encre et aqurelle, s.d Vue en perspective des bâtiments et de l'église, depuis la rue. Gravure, 17e siècle. 23,9 x 12,3 cm Représentation des bâtiments en 1611 (numérotés 11). Détail du plan de la ville de Nancy dit de la Représentation des bâtiments au milieu du 18e siècle. Détail du plan de la ville de Nancy gravé par "l'écurie de la retraite" ; 6, coupe du corps F ; 7, coupe de l'église ; 8, coupe de "la retraite Corps C, plan du sous-sol. Corps F, plan de la cage d'escalier au rez-de-chaussée. Corps D, plan de la cuisine. IVR41_19875402975P
1