Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 15 sur 15 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Église paroissiale Saint-Étienne
    Église paroissiale Saint-Étienne Combres-sous-les-Côtes - rue Maurice Genevoix - en village - Cadastre : 1978 C1 78
    Référence documentaire :
    p. 96 Les églises de la Première Reconstruction dans le département de la Meuse LURCON Pauline, Les
    Localisation :
    Combres-sous-les-Côtes - rue Maurice Genevoix - en village - Cadastre : 1978 C1 78
  • Église paroissiale Saint-Hubert
    Église paroissiale Saint-Hubert Vigneulles-lès-Hattonchâtel - Billy-sous-les-côtes
    Historique :
    guerre mondiale, elle fut restaurée par l'entrepreneur Victor Mescle de Saint-Mihiel sur les plans de
    Référence documentaire :
    p. 83 Les églises de la Première Reconstruction dans le département de la Meuse LURCON Pauline, Les
    Canton :
    Vigneulles-lès-Hattonchâtel
    Localisation :
    Vigneulles-lès-Hattonchâtel - Billy-sous-les-côtes
  • Église paroissiale Saint-Martin
    Église paroissiale Saint-Martin Hannonville-sous-les-Côtes - 41 rue chaude - en village - Cadastre : 1978 E 165
    Historique :
    , entrepreneur à Hannonville-sous-les-Côtes (Meuse), à la suite de la guerre 1914-1918, réconciliée le 29
    Description :
    voûte en berceau continue et deux bas-côtés et un chœur composé de deux travées et d'une abside voûtée
    Localisation :
    Hannonville-sous-les-Côtes - 41 rue chaude - en village - Cadastre : 1978 E 165
  • église paroissiale Saint-Maurice
    église paroissiale Saint-Maurice Saint-Maurice-sous-les-Côtes - rue de l'église - en village - Cadastre : 2012 AB 99
    Historique :
    réfection de la toiture sont donc entrepris en 1920 et suivis de travaux intérieurs en 1921 et 1923, par les entreprises Maechling et Franck. Les vitraux, œuvre de G. Janin, peintre verrier à Nancy, sont la copie de ceux qui existaient avant 1914. En 1937, Duilio Donzelli réalisa les fresques du chœur et de l’arc
    Référence documentaire :
    Les églises de la Première Reconstruction dans le département de la Meuse LURCON Pauline, Les
    Canton :
    Vigneulles-lès-Hattonchâtel
    Localisation :
    Saint-Maurice-sous-les-Côtes - rue de l'église - en village - Cadastre : 2012 AB 99
  • Église paroissiale Saint-Germain
    Église paroissiale Saint-Germain Heudicourt-sous-les-Côtes - rue Charles de Gaulle - en village - Cadastre : 2012 AA 92
    Historique :
    l'identique. Les nouveaux vitraux sont réalisés en 1925 par l'atelier Benoît de Nancy. Entre 1927 et 1940
    Référence documentaire :
    p. 121 Les églises de la Première Reconstruction dans le département de la Meuse LURCON Pauline , Les églises de la Première Reconstruction dans le département de la Meuse, travail scientifique
    Canton :
    Vigneulles-lès-Hattonchâtel
    Localisation :
    Heudicourt-sous-les-Côtes - rue Charles de Gaulle - en village - Cadastre : 2012 AA 92
  • Église paroissiale Saint-Laurent
    Église paroissiale Saint-Laurent Bonzée - place de l'église - en village
    Historique :
    -sous-les-Côtes (Meuse) et bénite le 22 mai 1930. Le baptême des trois cloches a eu lieu à la même date , reconstruite de 1927 à 1930 sur les plans de l'architecte Mancel, par l'entrepreneur Bucchazzio, d'Hannonville
    Référence documentaire :
    p. 84 Les églises de la Première Reconstruction dans le département de la Meuse LURCON Pauline, Les
  • église paroissiale catholique puis église de simultaneum puis temple calviniste de Hellering-lès-Fénétrange
    église paroissiale catholique puis église de simultaneum puis temple calviniste de Hellering-lès-Fénétrange Hellering-lès-Fénétrange - rue principale
    Historique :
    conduisit les protestants à se rendre au culte hors la commune alors que l’église fut transmise aux les deux communautés, le simultaneum fut arrêté en 1872 et une nouvelle église néo-gothique (Saint -Martin) fut construite pour les catholiques eurent dès lors une église spécifique, l’église Saint-Martin de style néo-gothique. Les deux autels latéraux de la nouvelle église pourraient provenir de
    Description :
    moulurée et chaine d’angle s’achevant en chapiteau toscan sur la façade ; les encadrements des baies sont
    Localisation :
    Hellering-lès-Fénétrange - rue principale
    Titre courant :
    église paroissiale catholique puis église de simultaneum puis temple calviniste de Hellering-lès
    Annexe :
    semblable eut déjà lieu en 1829 …notre table sainte est renversée sur un de ces côtés et comme elle a les l’église de Hellering était consacrée des 1475 au seul culte catholique et que les luthériens usant en 1565 . Ils ont été maintenus dans cette possession jusqu’à l’an X de la République où les luthériens obtinrent d’en partager l’usage …Proposition que les luthériens utilisent l’ancien temple de Guerling situé donnant les horaires : Réformés : 10 à 12 h puis de 2 à 4 heures Catholiques : 8 à 10 h 00 ; 12 à 14 h de chaque office tous les meubles et effet à l’usage de leur culte qui ne doivent pas nécessairement été bâtie en 1786 par SM. Louis XVI seulement pour les catholiques et que les protestants ont été …. [d’après les protestants, ceux-ci] ont payé plus que les catholiques » Plainte sans date des catholiques contre « les protestants de la confession helvétique … tandis qu’on leur avait assigné un temple dans un autre lieu et que les temples qu’ils fréquentaient avant la révolution existent encore et ne sont
    Illustration :
    Vue de la charpente pendant les travaux de restauration en 2015 IVR41_20175754804NUC2A
  • Église paroissiale de la Nativité-de-la-Vierge
    Église paroissiale de la Nativité-de-la-Vierge Écrouves - Chemin Haut - en village - Cadastre : 2011 AB 318
    Historique :
    -côtés ayant à l’origine des toitures distinctes (2 longs pans pour la nef, appentis pour les bas-côtés art intermédiaire entre roman et gothique, qui se développe en Lorraine dans les années 1180-1200 , préfigurant le style gothique qui s’épanouit dans la région à partir de 1220, avec les cathédrales de Toul et de Metz. Depuis sa construction, l’église a subi quelques remaniements. Les plus importants sont la surélévation des murs gouttereaux des bas-côtés d’environ 2 mètres et la modification des toitures, nef et bas située à l’angle du bas-côté sud et du portail - tourelle percée d’archères -. Au 18e siècle, les fenêtres des bas-côtés sont agrandies, une sacristie est accolée à la travée droite du chœur, le porche est décembre 1883. Au début du 20e siècle (date non connue à ce jour), les lambris qui couvraient les murs de Charles Najean : vitraux hagiographiques dans 2 baies du choeur (IM543004451), grisailles dans les autres fouilles sont entreprises dans le choeur sous la direction d'Edouard Salin (cf Revue Historique de la
    Description :
    basilical, elle compte 4 travées voûtées d'ogives, de plan barlong pour la nef, de plan carré pour les bas -côtés. Il n'y a pas de transept, la nef se prolonge directement par le choeur formé d'une abside à 5 , la nef comprend 3 niveaux d'élévation : le 1er est constitué par les grandes arcades ouvertes sur les bas-côtés par des arcs en tiers point, le 2e niveau est constitué par une série de baies (arc trilobé ) ouvrant sur le comble de chaque bas-côté, et au 3e niveau sont percées les fenêtres hautes en plein cintre . Les piliers sont très massifs, ils se composent de 8 colonnettes engagées, correspondant chacune à un arc et à une nervure de la voûte ; les chapiteaux sont sculptés de feuilles plates, de feuilles à 3 ou 5 lobes et de crochets. On note la présence de culots supportant les arcs formerets ; ils sont sculptés de visages grimaçants tout comme une corniche appuyée au mur occidental de la nef, sous la tribune à l'appui des baies. La 2e est formée d'un cordon de 2 rangées qui se prolongent sur les archivoltes
  • Église paroissiale de l'Assomption-de-la-Vierge
    Église paroissiale de l'Assomption-de-la-Vierge Saulx-lès-Champlon - - 15 rue principale - en village - Cadastre : 1978 A 426
    Historique :
    François Buschiazzo, d'Hannonville-sous-les-Côtes (Meuse), bénédiction le 10 octobre 1929. Sculptures du Église détruite par les Suédois en 1636 au cours de la guerre de 30 ans, reconstruite en 1660. En , reconstruite de 1927 à 1929, sur les plans d'André César-Millery, architecte à Nancy, par l'entrepreneur portail de Duilio Donzelli. Bénédiction de trois cloches, fondues dans les ateliers de G. Farnier à
    Référence documentaire :
    Les églises de la Première Reconstruction dans le département de la Meuse LURCON Pauline, Les
    Description :
    centre l’entrée de l’édifice, au nord, l’accès au clocher et au sud, les fonts baptismaux. La sacristie , la hampe se dressant entre les deux abat-sons. Deux colonnes aux chapiteaux de type corinthien
    Localisation :
    Saulx-lès-Champlon - - 15 rue principale - en village - Cadastre : 1978 A 426
    Illustration :
    Vue sur la façade de l'église de Saulx-lès-Champlon IVR41_20205510086NUC4A
  • Église paroissiale n°3 Notre-Dame de l'Assomption
    Église paroissiale n°3 Notre-Dame de l'Assomption Corcieux - place des Martyrs - en village - Cadastre : 2015 AC 6
    Historique :
    projet au plan en croix, il est alors refusé par la Commission d’Art Sacré, sous la pression de second en 1954, au plan en T, qui est cette fois approuvé en 1955 par les deux instances. La première
    Description :
    côtés de la nef sont percés de petites baies en plein cintre et le chevet d’une rose. Le sous-sol, sous Église de plan en T, à vaisseau unique, avec faux transept pour les chapelles latérales, adossée à l'ancienne tour-porche (coiffée d'une toiture à bulbe et lanternon) hors-œuvre avec tour d’escalier. Les le chœur, accueille une chapelle, les salles de catéchisme et la chaufferie. L’ensemble est construit
  • Église paroissiale Saint-Martin
    Église paroissiale Saint-Martin Étain - 1 place de la Martinique - en ville - Cadastre : 1978 AB 349
    Historique :
    Église construite au 12e siècle dont il subsiste la tourelle d'escalier sud et les murs contigus ainsi que des vestiges dans la travée droite de chœur. Les 5 premières travées de la nef et des bas -côtés sont construites au 13e siècle, après que l'archevêque de Trêves eut échangé en 1221, avec la en Moselle). Les 6e et 7e travées ont été ajoutées au 14e siècle. Le chœur a été reconstruit à partir ajoutées aux bas-côtés nord et sud aux 14e, 15e et 16e siècles : à la 5e travée nord, chapelle fondée en et 1953 par le service des Monuments Historiques par l'architecte Marcel Delangle, sous la direction
    Nature du dossier :
    dossier avec sous-dossier
  • Eglise Paroissiale Saint-Brice dite Eglise Notre-Dame-d' Avioth
    Eglise Paroissiale Saint-Brice dite Eglise Notre-Dame-d' Avioth Avioth - rue de l' Abbé Delhotel - en village - Cadastre : 1848 6 1047 1978 AB 56
    Historique :
    portails, les parties inférieures de la nef et des bas-côtés appartiennent au début du 14e siècle par travaux historiques, il commença la reprise en sous oeuvre des murs et des piles supportant les développait depuis le 12e siècle, les piles de l' abside et deux des piles de la nef témoignent d' une première campagne de construction et d' un plan préétabli qui ne fut pas respecté par la suite ; les deux ; suivirent l' abside, le transept, la façade et les tours : les parties hautes de la nef sont du début du 15e
  • Église Paroissiale Saint-Martin de Fribourg et grotte Notre-Dame de Lourdes
    Église Paroissiale Saint-Martin de Fribourg et grotte Notre-Dame de Lourdes Fribourg - rue Principale - en village - Cadastre : 2018 02 97
    Historique :
    -dit « Les Talbourg » pour protéger le voie Metz-Tarsal-Sarrebourg. Jusqu’au XVIIe siècle, les et de Binsing. En 1622, les églises paroissiales de ces deux villages sont détruites, leurs matériaux
    Description :
    sur les bas côtés, deux fenêtres divisées en deux lancettes trilobées ont des tympans à mouchettes et . Sous bassement et chaîne d'angle en pierre de taille de grès. Une sacristie de plan carré derrière le une rose à polylobé éclaire le fond. Dans la nef les fenêtres à arc brisé, trumeau divisa, 2 lancettes
    Texte libre :
    . On se servira de tuiles plates placées un lattis qui recouvrira tous les anciens bardeaux que l’on ne
  • Église Paroissiale Sainte-Thérèse-de-l'Enfant-Jésus
    Église Paroissiale Sainte-Thérèse-de-l'Enfant-Jésus Vasperviller - - rue de l'Eglise - en ville - Cadastre : 2017 4 01 249, 183
    Historique :
    côtés des fidèles, et à faire appel aux dons, notamment par la vente de timbre symbolisant une brique se poursuit par le gros oeuvre, confié à l’entreprise Bopp et Dintzner. Les verrières sont réalisées septembre 1968, bien que les travaux ne soient pas complètement achevés, l’église est consacrée par Dom Gabriel Lemaître de Lettenbach, sous le vocable de Sainte-Thérèse de Lisieux. L'église a reçu le label
    Description :
    silos industriels. Les murs extérieurs du volume principal de l’église sont traités selon le principe aléatoire. A l'intérieur, les vitraux au plomb retracent l'arbre généalogique du Christ. L’un de tableaux représentant Rachel dérobant les deux théraphim de son père Laban (Genèse 31.11), attire l’attention du visiteur qui peut y percevoir les visages d’Adolf Hitler et de Mao Tse Tung. Le mobilier, entièrement
    Illustration :
    Vue vers l'autel depuis les fauteuils en 1er plan. IVR41_20165710495NUC2A
  • Église paroissiale Saint-Nicolas
    Église paroissiale Saint-Nicolas Nancy - 49 bis rue Charles III - en ville - Cadastre : 1972 BW 131 2008 BW 414
    Historique :
    municipales de Nancy 2 M 32). Il semblerait que l'édifice soit resté inachevé, notamment les 2 tours latérales source d'archives ; preuves de cette interruption du chantier, des pierres de harpage en attente sur les murs latéraux des tours, et les chapiteaux de la façade tout juste épannelés. Malgré les réfections les murs et décollement de pierre dans la nef, côté droit) et fermé au culte en attendant une Trinité de Paris, dont la construction entre 1861 et 1867 par Théodore Ballu compte parmi les œuvres réalisée par Giorné Viard (1823-1885), les statues des apôtres à l'intérieur de la nef par Arthur Pierron (1840-1906), tous deux sculpteurs nancéiens. Les verrières sont l’œuvre de l'atelier Champigneulle de
    Représentations :
    supportant les nervures de la coupole ; anges en pied portant des phylactères sous les nervures de la coupole ; chapiteau ionique portant une croix de Lorraine : colonnes sous les nervures de la coupole ; entrelac musiciens dans les nuées : culot de la tribune d'orgue ; têtes d'anges ailés : culot des colonnettes
    Description :
    aménagée sous le chœur ; on y accède par une porte extérieure dans l’axe du chevet, et deux escaliers droits à retour situés entre les sacristies et la nef. La nef est couverte d’une toiture à deux pans et croupes couverte d’ardoises, et les deux sacristies, plus basses, de toiture en appentis également revêtues d’ardoises. La façade compte 3 niveaux d'élévation et 5 travées, les travées latérales formant figuratives) ; les travées sont en ressaut et la travée centrale forme avant-corps ; le 1er niveau est percé de 3 portes, celle du centre en plein cintre, celles des côtés à linteau droit et fronton cintré est celui des tours, les tours latérales ne comptent qu'un étage et sont couvertes d'un dôme en pierre percé d'oculi, la tour centrale contient les cloches (au nombre de 8), elle est ornée d'une niche , comporte une tribune abritant un orgue accessible par les deux escaliers en vis latéraux (instrument classé au titre des MH : PM54001011 et PM54001316). Les 3 travées de la nef sont couvertes de voûtes
1