Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 2 sur 2 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Château de Romécourt
    Château de Romécourt Azoudange - Romécourt - isolé
    Historique :
    et officier des salines de Dieuze. Michel l'Enfant y édifie dans les années qui suivent une maison actuellement encore à cette famille. Au domaine des Martimprey appartenant aussi la ferme de Milberg. Vers 1850, le comte Felix de Martimprey reconstruit un bâtiment au nord de la porte d'Allemagne et fait façade ouest reçoit ses percements en 1909. En 1914, le comte Edouard de Martimprey transforme l'aile le chœur est déplacé pour déboucher dans la nef. Le dossier des dommages de guerre de 1919 indique effectués dans la maison d'habitation,. En 1930, Xavier de Mertimprey réalise des transformations (percement de la grange, cloisonnement du logis...). Après la Seconde guerre mondiale, une partie des murs du A l'origine du château de Romécourt il y a un fief noble érigé par le cardinal de Lorraine en 1564 sur les terres de Romécourt octroyées à Michel l'Enfant secrétaire de la reine d'Ecosse Marie Stuart 1698, Joseph de Martimprey fait l'acquisition du domaine de Romécourt et Milberg, il appartient
    Référence documentaire :
    Evaluation des dommages de guerre aux bâtiments du château de Romécourt Restauration du corps de logis du château de Romécourt à Azoudange (Moselle) : étude préalable Restauration du corps de logis du château de Romécourt à Azoudange (Moselle) : étude préalable/ Jacques Fabbri dossier de préinventaire Dossier de pré inventaire établit par l'abbé Barthélémy en 1974 et
    Précisions sur la protection :
    Façades y compris le puits qui y est adossé et toitures, à l'exception de celles des bâtiments
    Précision dénomination :
    château de Romécourt
    Dénominations :
    croix de chemin
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur
    Description :
    reste des meurtrières encore visibles sur les murs, la plupart ont été bouchées ou servent de fenêtres l'exception de celles des bâtiments modernes (écuries, grange et remise) sont inscrits au titre des MH par arrêté du 28 décembre 1976. Les trois tours d'angle, de plan rectangulaire ont des toit à pavillon grange de même profondeur. Au nord, un bâtiments abritant des écuries occupe toute la surface. Les à l'ouest la porte de France. L'une des tours est formée par la chapelle fortifiée (ref. IA570300048 murs en briques forment des quadrillages en losange de briques noirs, procédé unique en Moselle. Les enduits actuels masques une partie de la mise en œuvre des briques. Les couvertures des tours sont en galerie du bord de l'eau au Louvre (1595-1610). On retrouve exactement les même décorations à losanges des des Vosges. La porte de France est plus petite que la porte d'Allemagne. Coté parc elle est orné d'une piétonnes en bois ont des impostes vitrées et des linteaux galbés. De part et d'autre deux petites fenêtres
    Titre courant :
    Château de Romécourt
    Dimension :
    la 50.0 m ensemble de la ferme fortifiée l 90.0 m ensemble de la ferme fortifiée
    Illustration :
    Plan du projet des transformations des communs Sud Est en logement, archives de Romécourt Château de Romécourt, porte d'Allemagne, détail des pierres sculptées et armoiries, ensemble face Plan global du château en 1920, archives de Romécourt, eproduction par J. Fabri en 1997 Plan du r.d.c du corps de logis et grange en 1909, archives de Romécourt, reproduction par J. Fabri Essai de restitution du plan et élévation du château, dessin de J. Fabri en 1997 Château de Romécourt, vue du logis principale et du la grange depuis la cour, ensemble trois quarts Château de Romécourt, vue de la chapelle, ensemble trois quarts droit. IVR41_20155710945NUC4A Château de Romécourt, vue sur le couloir traversant du corps de logis, ensemble face Château de Romécourt, détail de l'encadrement d'une porte du logis donnant sur le coulair, ensemble Château de Romécourt, vue du couloir traversant dans le logis, détail d'un arc sur consoles
  • lavoir - bassin
    lavoir - bassin Haillainville - rue derrière l'Eglise - en village - Cadastre : 2016 AB 134 près du ruisseau
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental des Vosges
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale édifices des eaux des Vosges
    Historique :
    de fonte avec des regards tous les 100 mètres, selon les plans établis par Louis Gahon, architecte de vannage est défectueux. Les eaux du lavoir alimentent ensuite un baignoir pour le bétail et des remplacer et doivent être alimentées par des tuyaux de plomb avec un robinet régulateur. L’aire du lavoir et déposer les baquets et autres objets à l’usage des lavandières. L'abri à deux versants est à couvrir de des fours de Charmes, le sable de la Moselle, la pierre de taille de Bazien, Bru ou Damas-aus-Bois, le entrepreneur de bâtiment à Damas-aux-Bois. Il s'agit alors d'un bassin de 8 pieds de large, 7 toises de long , avec des arbalétriers pour supporter la toiture. Un plan du lavoir actuel est établi au milieu du 19e siècle (non daté, signature illisible). En 1849, la conduite d’eau en bois est remplacé par des tuyaux fonte est fournie par Dormoy d’Attignéville et Patrey de Varigney, maîtres de forge pour 4850 francs . En 1867, le bassin est repris et couvert selon les plans de Victor Adam, architecte. Les travaux sont
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    construit en moellons et en pierres de taille pour les encadrements des baies. Il est ouvert sur un coté dans un canal. Son niveau est réglé par une vanne à coulisse de bois. Au centre du canal, des supports de fer avec boulons soutenaient des planches de bois (disparues) qui reposaient aussi sur la margelle crantée de pierre. Le lavage se faisait à genoux. Le sol est dallé et des bancs de pierre sont placés sur Le lavoir est situé en contrebas de l’église non loin du ruisseau, en retrait de la rue. Ce lavoir la particularité de ne pas être composé de bassins, le lavage se faisant au fil de l'eau. En effet . Le sol était probablement pavé et remonte en pente douce vers la route. L'évacuation de l'eau se fait par une rigole qui passe sous la route à l'ouest de l'entrée de l'égayoir.
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [fabricant] Société Anonyme des Produits Céramiques de Rambervillers [fondeur] Fonderie de Varigney [fondeur] Forges d'Attignéville
    Typologies :
    lavoir au fil de l'eau
    Illustration :
    Lavoir de Hallainville, vue intérieure, vue de détail des supports des planches à laver au centre Lavoir de Hallainville, vue intérieure, vue de détail des bancs IVR41_20168833677NUC2A Lavoir de Hallainville, vue intérieure, vue de détail des supports des planches à laver et du Lavoir de Hallainville, vue de détail d'un des piliers soutenant la toiture. IVR41_20168833681NUC2A Lavoir-égayoir de Hallainville, plan et coupe du lavoir (non daté, signature illisible).(AD88 Lavoir-égayoir de Hallainville, coupe du lavoir (non daté, signature illisible)(AD88 - Edpt 232/1M1 Lavoir-égayoir de Hallainville, plans et coupes du lavoir dessiné par J. Macron en 1881. (AD88 Lavoir-égayoir de Hallainville, coupe du lavoir dessiné par J. Macron en 1881. (AD88 - Edpt 232/1M1 Lavoir-égayoir de Hallainville, élévation sud du lavoir dessiné par J. Macron en 1881. (AD88 - Edpt Lavoir-égayoir de Hallainville, coupe longitudinale du lavoir dessiné par J. Macron en 1881. (AD88
1