Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 20 sur 29 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Les fermes de la commune de Raon-sur-Plaine
    Les fermes de la commune de Raon-sur-Plaine Raon-sur-Plaine - bâti dense
    Localisation :
    Raon-sur-Plaine - bâti dense
    Titre courant :
    Les fermes de la commune de Raon-sur-Plaine
    Texte libre :
    Les fermes de la commune de Raon-sur-plaine répondent à la typologie de la vallée de la Plaine . Elles sont principalement mitoyennes au centre du bourg et organisée de part et d'autre de l'axe routier qui mène au Col du Donon (716 m). 9 fermes ont été repérées sur le territoire de la commune dont quatre sont étudiées. Elles ont toutes perdu leur fonction agricole au profit d'une fonction essentiellement résidentielle. 7 sont situés au centre du bourg et 2 fermes d'altitude aux abords de la route du
  • Les fermes de la commune de Celles-sur-Plaine
    Les fermes de la commune de Celles-sur-Plaine Celles-sur-Plaine - bâti dense
    Localisation :
    Celles-sur-Plaine - bâti dense
    Titre courant :
    Les fermes de la commune de Celles-sur-Plaine
    Texte libre :
    Les fermes de la commune Celles-sur-Plaine répondent à la typologie de la vallée de la Plaine . Elles sont principalement mitoyennes au centre du bourg et organisée de part et d'autre de la route départementale 392A. Elles ont été majoritairement reconstruites au 19e siècle, suite à de multiples incendies et dont quatre sont étudiées. Elles ont toutes perdu leur fonction agricole au profit d'une fonction essentiellement résidentielle. Elles sont situées au centre du bourg. Les chronogrammes s'étagent entre 1740 et
  • Les fermes de la commune de Luvigny
    Les fermes de la commune de Luvigny Luvigny
    Texte libre :
    Les fermes de la commune de Luvigny répondent à la typologie de la vallée de la Plaine. Elles sont principalement mitoyennes au centre du bourg et organisée en îlots au centre du bourg. 6 fermes ont été repérées sur le territoire de la commune dont une est étudiée. Elles ont toutes perdu leur fonction agricole au profit d'une fonction essentiellement résidentielle. Elles sont situées au centre du bourg. Les
  • Les fermes de la commune d'Allarmont
    Les fermes de la commune d'Allarmont Allarmont
    Texte libre :
    Les fermes de la commune d'Allarmont répondent à la typologie de la vallée de la Plaine. Elles sont principalement mitoyennes au centre du bourg et organisée de part et d'autre de la route départementale 392 et de l'axe routier qui enjambe la Plaine pour rejoindre Bionville. 8 fermes ont été repérées sur le territoire de la commune dont deux sont étudiées. Elles ont toutes perdu leur fonction agricole au profit d'une fonction essentiellement résidentielle. Elles sont situées au centre du bourg. Les chronogrammes
    Illustration :
    Ferme n°3, aujourd'hui auberge, détail de la porte piétonne au linteau daté de 1722
  • Architecture rurale de la commune de Bulgnéville
    Architecture rurale de la commune de Bulgnéville Bulgnéville
    Historique :
    de Damblain vers la Haute-Marne. Quatre tumuli ont été identifiés au lieu-dit « Le Prieur », probablement antérieurs au Hallstatt ancien. A la limite de la commune de Mandres-sur-Vair, dans le bois trouvées au lieu-dit « Le Haut-Bois », « La cote », entre la R.D. 164 et le ruisseau au sud de la Ferme de siècle) a été fouillée par INRAP en 2015 au lieu-dit « Les Longues Rayes ». Un cimetière mérovingien a aussi été relevé au lieu-dit « La Tinchotte » Sous l'ancien régime, Bulgnéville relevait au spirituel c’est la localité la plus importante de la plaine thermale (700 habitants en 1700). La baronnie est terre, la charrue, les écus, la société villageoise de la plaine thermale des Vosges de 1697 à 1789 , situé au nord-ouest du bourg, est en activité jusqu'en 1710. Il permettait la fabrication de taques, de ). In : Journées d'études vosgiennes 2001). Au milieu du 19e siècle, la production artisanale et agrandie progressivement au fil du développement de la production.
    Référence documentaire :
    La terre, la charrue, les écus, la société villageoise de la plaine thermale des Vosges de 1697 à 1789 JACQUET, Alain. La terre, la charrue, les écus, la société villageoise de la plaine thermale des , Vittel). Des sources au thermalisme, Contrexéville-Vittel. Contrexéville : Centre d'Etudes locales rurale de la Plaine des VOsges - Association les Récollets, 2003.224p., ill., plans, carte.
    Description :
    , IA88031374, IA88031376 et IA88031379). Il est à noter sept fermes à pavillon au caractère urbain marqué qui , pour bénéficier d'un ensoleillement au sud. La cuisine est alors accessible depuis la rue par un petite baie (rectangulaire ou oculus) au-dessus de la pierre à eau est observable dans 19% des cuisines
    Décompte des œuvres :
    nombre des immeubles au dernier recensement de l'INSEE 661
  • Les fermes de la commune de Raon-l'Etape
    Les fermes de la commune de Raon-l'Etape Raon-l'Étape - bâti dense
    Texte libre :
    exception. Situé à l'entrée de la vallée de la Plaine, ses fermes répondent à la typologie locale. 9 fermes leur fonction agricole au profit d'une fonction essentiellement résidentielle. Elles sont situées au
  • Les fermes de la commune des Rouges-Eaux
    Les fermes de la commune des Rouges-Eaux Les Rouges-Eaux
    Description :
    fermes reprennent la typologie propre au canton de Brouvelieures situé à la limite entre montagne et plaine. 6 fermes ont été repérées sur le territoire de la commune, une seule est étudiée. Elles ont toutes perdu leur fonction agricole principale au profit d'une fonction essentiellement résidentielle.
  • Les fermes de la commune de Vervezelle
    Les fermes de la commune de Vervezelle Vervezelle
    Description :
    territoire. Les fermes reprennent la typologie propre au canton de Brouvelieures situé à la limite entre montagne et plaine. 4 fermes ont été repérées sur le territoire de la commune dont deux sont étudiées . Elles ont toutes perdu leur fonction agricole principale au profit d'une fonction essentiellement
  • Architecture rurale de la commune de Mandres-sur-Vair
    Architecture rurale de la commune de Mandres-sur-Vair Mandres-sur-Vair
    Historique :
    /Nijon de la voie romaine Langres/Moselle. Au lieu-dit « Le Haut-Bois » se trouve une partie de l'ensemble tumulaire de Bulgnéville. Plusieurs sarcophages mérovingiens ont été trouvés « Au Cras » (300 m à l'est du village). La plus ancienne mention date de 1179, au moment où Mathieu est seigneur de Mandres (1751), et au spirituel du diocèse de Toul, Doyenné de Vittel (cf. Lepage et Charton. Le département fin du 18e et s'est fortement développé au 19e siècle, comme en témoigne les quelques pierres datées -sur-Vair bénéficie au 18e siècle d'une forte hausse de la population (+ 225%) et de la présence de (moellons et taille) (cf. Lepage et Charton). Au début du 20e siècle, la répartition (1/3 de propriétaire ou lingère. On peut noter de plus la présence de la scierie au centre du village.Quelques ouvriers 1939 au sculpteur Henri Guingot (1897-1952), inauguré en 1955. Près du site de l'ancien moulin de Vanel au début du 20e siècle. Les bâtiments accueillent depuis 1965, un commerce de matériels agricoles
    Référence documentaire :
    La terre, la charrue, les écus, la société villageoise de la plaine thermale des Vosges de 1697 à 1789 JACQUET, Alain. La terre, la charrue, les écus, la société villageoise de la plaine thermale des
    Description :
    usage dans les villages-rues au 19e siècle. Les autres habitations en longueur, leur cuisine s'ouvre sur
    Annexe :
    Vaine pâture et berger à Mandres-sur-Vair. Au 18e siècle, les habitants de Mandres ont l'habitude habitants de Mandres-sur-Vair au seigneur de Vancourt, qui fait paître ses troupeaux de grande taille (bêtes surveillent et soignent les bêtes. "Nicolas Grésys, pâtre à Mandres-sur-Vair, est lui aussi témoin au procès villageoise de la plaine thermale des Vosges de 1697 à 1789. Nancy 1998). Après la Révolution, les troupeaux seigneuriaux disparaissent, au profit de l’élevage ovin qui perpétue la vaine pâture sur les terrains communaux tout, un jardin derrière (1 are), un puits mitoyen au devant, des aisances et dépendances (AD88 - 2 O
    Décompte des œuvres :
    nombre des immeubles au dernier recensement de l'INSEE 172
    Illustration :
    Mandres-sur-Vair, vue du commerce de matériels agricoles au Moulin de Vanel IVR41_20188838355NUC2A
  • Les fermes de la commune de Domfaing
    Les fermes de la commune de Domfaing Domfaing
    Description :
    et est établi jusqu'en bordure de forêt. Les fermes reprennent la typologie propre au canton de Brouvelieures situé à la limite entre montagne et plaine. 11 fermes ont été repérées sur le territoire de la commune dont trois sont étudiées. Elles ont toutes perdu leur fonction agricole principale au profit d'une
  • Les fermes de la commune de Mortagne
    Les fermes de la commune de Mortagne Mortagne
    Description :
    comporte pas d'habitat isolé. Les fermes reprennent la typologie propre au canton de Brouvelieures situé à la limite entre montagne et plaine. 15 fermes ont été repérées sur le territoire de la commune dont 4 sont étudiées. Elles ont toutes perdu leur fonction agricole principale au profit d'une fonction
  • Les fermes de la commune de Biffontaine
    Les fermes de la commune de Biffontaine Biffontaine
    Description :
    et est établi jusqu'en bordure de forêt. Les fermes reprennent la typologie propre au canton de Brouvelieures situé à la limite entre montagne et plaine. 15 fermes ont été repérées sur le territoire de la commune dont trois sont étudiées. Elles ont toutes perdu leur fonction agricole principale au profit d'une
  • Les fermes de la commune de Bois-de-Champ
    Les fermes de la commune de Bois-de-Champ Bois-de-Champ
    Description :
    et est établi jusqu'en bordure de forêt. Les fermes reprennent la typologie propre au canton de Brouvelieures situé à la limite entre montagne et plaine. 8 fermes ont été repérées sur le territoire de la commune dont deux sont étudiées. Elles ont toutes perdu leur fonction agricole principale au profit d'une
  • Les fermes de la commune des Poulières
    Les fermes de la commune des Poulières Les Poulières
    Description :
    et est établi jusqu'en bordure de forêt. Les fermes reprennent la typologie propre au canton de Brouvelieures situé à la limite entre montagne et plaine. 15 fermes ont été repérées sur le territoire de la commune dont trois sont étudiées. Elles ont toutes perdu leur fonction agricole principale au profit d'une
  • Les fermes de la commune de Belmont-sur-Buttant
    Les fermes de la commune de Belmont-sur-Buttant Belmont-sur-Buttant
    Description :
    est établi jusqu'en bordure de forêt. Les fermes reprennent la typologie propre au canton de Brouvelieures situé à la limite entre montagne et plaine. 15 fermes ont été repérées sur le territoire de la commune dont trois sont étudiées. Elles ont toutes perdu leur fonction agricole principale au profit d'une
    Illustration :
    Ferme, 2 au Meuzi. IVR41_20188838765NUC2A
  • Les fermes du canton de Raon-l'Etape
    Les fermes du canton de Raon-l'Etape Raon-l'Étape
    Texte libre :
    parties : la vallée de la Plaine (de Celles-sur-Plaine à Raon-sur-Plaine), bande étroite, fortement boisée . L’habitat de la vallée de la Plaine est groupé en bourg, souvent disposé sur un parcellaire laniéré de cheminée au large adossée à un puits de lumière (une vise-à-jour ou encore flamande) qui lui apporte un peu a tendance à faire fonction de cuisine au cours du 19e siècle. Les annexes se développent moulures sur l'encadrement de la porte piétonne qui persistent qu'au 18ème siècle, peut-être faut-il y voir
    Illustration :
    Celles-sur-Plaine, rue principale. IVR41_20178835710NUC2A Raon-sur-Plaine, fontaine en bordure de voie publique. IVR41_20178835714NUC2A
  • Maisons ; fermes de la commune de Fremifontaine
    Maisons ; fermes de la commune de Fremifontaine Fremifontaine
    Annexe :
    Plaine : le point le moins élevé se trouve au confluent des Près Colnots avec le ruisseau des Roseaux, à bigarré. Il appartient au canton de Brouvelieures, dans l’arrondissement de Saint-Dié mais dessine une toit en pavillon (1988 B 309) construit au milieu du 19e siècle et quelques toits en appentis pour les
    Illustration :
    réemployé et daté de 1825 au-dessus de la porte du garage. IVR41_20078803020NUC2A
  • Ferme n°18
    Ferme n°18 Saint-Remimont - 150 rue Numa Aubry - en village - Cadastre : 2017 AA 89
    Historique :
    cadastrale 2012 ZD 11). Ce saint est en effet apprécié au moins jusqu'au 18e siècle dans la plaine des Vosges La ferme pourrait remonter au milieu du 17e siècle, selon la date "1656" inscrite sur le linteau de la porte d'étable. La façade antérieure a semble-t-il été rénovée au 18e siècle, avec des modifications postérieures, notamment l'ajout d'une remise accolée au nord dans la seconde moitié du 20e siècle . En 1979, lors du pré-inventaire effectué par R. Truttmann, le propriétaire est Robert Fenard. Au
    Représentations :
    l'Enfant. Au dessus, un relief figure la "Chasse de saint Hubert". La façade antérieure est ornée de
    Description :
    La ferme est située au centre de Saint-Remimont, le long de la rue principale, non mitoyenne et en successifs. L'étable se situe à l'arrière de la chambre à four. Une annexe a été accolée récemment au mur
    Illustration :
    Ferme, vue de la façade antérieure, vue de détail de la niche et du relief au-dessus de la porte
  • architecture rurale du canton de Bulgnéville
    architecture rurale du canton de Bulgnéville
    Historique :
    noblesse locale. Le territoire dépendait au spirituel du diocèse de Toul. Les abbayes vosgiennes et les ). Le territoire a fortement souffert de la période de la guerre de Trente Ans et des épidémies au 17e , Saulxures, Sauville, Surcelles, Ovillet, Vrécourt... sont incendiés au moins en bonne partie. En effet, la suédoise se prolonge au moins jusqu’en 1650. La reconstruction ne se fait que lentement et s'étale sur (Crainvilliers, La Vacheresse, La Rouillie, Saint-Ouen, Parey). Au vu des dénombrements de populations de 1710 , Suriauville, Vrécourt). Bulgnéville demeure la localité la plus importante de la plaine thermale (700 démographique au cours du 19e siècle, tandis que les franges sud et ouest subissent plus durement la transition progressivement au cours du 19e siècle. Auparavant, les champs étaient labourés avec des charrues de bois et , les chevaux sont remplacés par des moteurs ou des treuils au cours du 20e siècle. L'emploi de machines prairies artificielles sont aménagées, au détriment de la pratique de la vaine pâture qui est en usage
    Référence documentaire :
    La terre, la charrue, les écus, la société villageoise de la plaine thermale des Vosges de 1697 à 1789 JACQUET, Alain. La terre, la charrue, les écus, la société villageoise de la plaine thermale des vosgiennes (27-28 octobre 2001 ; Contrexéville, Vittel). Des sources au thermalisme, Contrexéville-Vittel Topographie ancienne du département des Vosges : 7e fascicule- La Plaine FOURNIER, Alban . Topographie ancienne du département des Vosges : 7e fascicule- La Plaine (première partie). Annales de la
    Annexe :
    , semelle qui sont en fer forgé avec pointe en acier, le tout faconné au marteau par le ou les forgerons du .[...] Il bat ses grains en grange, au fléau, tout l'hiver et les nettoie au van ou au tamis d'osier. Pour commodes et faciles à manœuvrer. Vers 1850, apparaissent au pays les charrues Dombasles, tout en acier et rechanges se transforment au besoin en scarificateurs, extirpateurs et buttoirs. […] La faucille fut plan de la commune au 1/1000 11 T 15/38 ANONYME, Belmont-sur-Vair, état de la commune à la veille de la Roncourt au 1/10000ème 1888 11 T 29/312 COLLOT, La commune de Saint-Ouen-lès-Parey avant la Révolution entre le curé de Saulxures de Prantois et l’abbé de Luxeuil au sujet de la dîme et d’une carte de la commune au 1/26800ème 11 T 31/347 PERRON, La Vacheresse-et-la-Rouillie. Situation à la veille de la
    Texte libre :
    . L'organisation des fermes 1.1 L'organisation des fermes au sein du village Les villages les plus anciens réputés communaux, mais à l’usage réservé des riverains, sans toutefois faire obstacle au passage. A l'inverse, dans les Vosges méridionales, les usoirs sont en majorité cadastrés au 19e siècle et appropriés par les riverains. Dans le canton de Bulgnéville, les deux modèles se côtoient, parfois même au sein anciennes fermes y sont mitoyennes au moins sur un côté et s'assemblent en îlots de quelques maisons "dents creuses" dans les alignements. De manière générale, on trouve au centre du village, les maisons au 18e siècle Puis, au 19e siècle, les fermes de plus grande taille s'installent le long de la rue . Elle est variée dans sa mise en œuvre et influencée au contact des territoires voisins du pays de au minimum : Le logis s'articule autour d'une cuisine, à laquelle on peut parfois ajouter une seconde au sein de la ferme partagée. Si la grange est souvent mutualisée, une étable peut être attribuée à
    Illustration :
    Ferme N°8 de Parey-sous-Montfort, schéma d'organisation au sol. IVR41_20178837983NUC1YY Ferme n°24 à La-Vacheresse-et-La-Rouillie, schéma d'organisation au rez-de-chaussée Ferme n°29 à La-Vacheresse-et-La-Rouillie, schéma d'organisation au rez-de-chaussée Ferme n°17 à La Vacheresse-et-la-Rouillie, schéma d'organisation au rez-de-chaussée accusé une forte baisse de leur population au cours des 19e et 20e siècles : qui ont perdu plus de la subi une hausse de leur population au 19e siècle, puis une baisse au 20e siècle (cas particulier de Carte montrant la répartition de l’évolution démographique au 19e siècle et au 20e siècle
  • Architecture rurale du canton de Dompaire
    Architecture rurale du canton de Dompaire Vosges
    Historique :
    qui s’organisent au Haut-Moyen-âge. La structuration spirituelle se fait au Moyen-âge dans le cadre avec le Duc de Lorraine et les seigneurs locaux. Ces communautés appartiennent au Duché de Lorraine des seigneurs au 12e siècle, et devient un bourg médiéval protégé par une enceinte et un centre politique, juridique et économique important au début du 13e siècle. Le territoire qui en dépend à la fin du battant à écorces est aussi mentionné à Dompaire pour les broyer et en extraire le tan indispensable au fortifications sont proches de la ruine au 17e siècle, n’offrant pas de résistance pendant la guerre de Trente -Vallier. Les terres sont en friche et deux villages sont définitivement abandonnés : « Blaye » au nord de plus ancienne mention en place sur une ferme du territoire d’étude, date 1618, et a été relevée au nord communautés se reconstituent ensuite assez rapidement au début du 18e siècle, au vu des dénombrements de organisation est bouleversée par leur aliénation au profit de marchands urbains, de cultivateurs aisés, de
    Description :
    1. L'organisation des fermes au sein du village Les villages l’ex-canton de Dompaire, les plus manière générale, on trouve au centre du village, les maisons les plus anciennes et s’y intercalant les fermes construites au 18e siècle. Puis, au 19e siècle, les fermes de plus grande taille s'installent le extrémités, formant parfois de petits quartiers. Les rares fermes établies au 20e siècle, demandant de très l’usage réservés des riverains, sans toutefois faire obstacle au passage. A l'inverse, dans les Vosges méridionales, les usoirs sont en majorité cadastrés au 19e siècle et appropriés par les voisins. Dans le canton de Dompaire, les deux modèles se côtoient, parfois même au sein de la même commune, selon la période la Grande Rue), Bocquegney, Bouxières-aux-Bois, Bouzemont (hormis au sud de l’Église, et au nord , Maroncourt, Regney (hormis un ilot au centre), Saint-Vallier, Velotte-et-Tatignécourt. Les usoirs peuvent . Toutefois, cette mitoyenneté propre au modèle de la ferme de la Lorraine centrale a entrainé la présence
    Annexe :
    laissent toutefois plus de liberté aux cultivateurs. L’interdiction de clôture est également liée au droit fumiers sont interdits au 19e siècle dans les grandes rues des villes comme Dompaire (AD88 - 11T19/111 de facilité de transport. Ces dernières se contentent souvent de l’engrais au moment du pâturage du canton, aux endroits où les marnes irisées inférieures et moyennes affleurent. Au milieu du 19e agricoles dans la seconde moitié du 19e siècle et tout au long du 20e siècle. La surface de culture des . Celles de seigle est principalement destinée à la confection de liens, au liage de la vigne et à la . Autres cultures Houblon La production de malt est attestée à Ville-sur-Illon au 17e siècle, mais la à Begnécourt et Vaubexy, livrant leur production au magasin de Mirecourt. Lin, chanvre et graines , cameline) sont aussi abandonnées au milieu du 19e siècle. La laine locale est également utilisée pour l’habillement. Une mention de sériciculture inhabituelle est faite à Jorxey au 19e siècle (sources : Bernard
    Illustration :
    Superposition d’une photo aérienne de Begnécourt prise au milieu du 20e siècle et des limites du