Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 3 sur 3 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Immeuble
    Immeuble Nancy - 51 boulevard Lobau - en ville - Cadastre : 1972 AX 12
    Historique :
    des beaux arts de Nancy. Les plans sont dressés en 1903 et 1904. L'immeuble est occupé entre 1904 et 1903, de fers ronds pour béton armé aux forges de Sedan confirment la présence de ce matériau pour les Immeuble construit de 1904 à 1905 pour l'entrepreneur nancéien Auguste Bichaton (1864-1933), par 1905 (dates et attribution par source). Le fonds France Lanord et Bichaton conserve de nombreux documents dont le plan du rez-de-chaussée, deux projets sur quatre. Le dessin de la façade postérieure, daté d'entablement actuellement sculpté était primitivement projeté en grès. Les commandes, des 28 et 29 septembre planchers sur caves et du rez-de-chaussée ainsi que pour les linteaux de cet étage. L'exécution du gros premier immeuble de rapport d'une série de quatre, exécutés dans le même alignement aux 55, 61 du même ateliers derrière ce front d'immeubles y accédait par la grande porte cochère du numéro 51 dont le front de
    Référence documentaire :
    Fonds des archives de l'entreprise France Lanord et Bichaton
    Représentations :
    sujet : ornement géométrique, support : baies, garde-corps, vantaux de la porte cochère ; sujet
    Murs :
    granite pierre de taille calcaire pierre de taille
    Description :
    verticalité de l'immeuble est accentuée par une succession de petits balcons superposés des travées 2 et 4. La ferronnerie de la porte charretière évoque le dessin d'ailes de papillon tandis que les garde-corps des balcons sont "en coup de fouet", motif que l'on retrouve sculpté au dessus du linteau des baies des 1er et La façade, sur un soubassement de granite rose en opus incertum, est entièrement en pierre de taille mais la structure du bâtiment est en béton armé. A l'exception du rez-de-chaussée percé à droite d'une porte charretière et d'une porte piétonne à gauche, le rythme des percements est régulier et la
    Auteur :
    [entrepreneur de maçonnerie] France-Lanord et Bichaton
    Illustration :
    Façade sur rue, ensemble. D'après les Nouvelles constructions de Nancy, 1908. IVR41_19755409243V
  • Immeuble Lombard
    Immeuble Lombard Nancy - 69 avenue Foch - en ville - Cadastre : 1972 CD 523
    Historique :
    Immeuble de rapport construit entre 1902 et 1904 pour Jules Lombard, maître carrier à Cousances-les -Forges (55) (attribution par source) par Émile André (1871-1933), architecte à Nancy. La date et la . Le dessin du chambranle de la porte portait un décor floral qui n'a pas été exécuté. Émile André est l'auteur du dessin des ferronneries (attribution par source).
    Représentations :
    sujet : ornement végétal, support : grilles des vantaux de la porte cochère et de son imposte , garde-corps de la coursière
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    . La composition de la façade présente comme originalité des baies qui s'élargissent du bas vers le ; colonnes jumelles) supportant des arcs en plein cintre. Ce dernier niveau, rendu encore plus pittoresque par l'usage de la brique rouge en alternance avec la calcaire d'Euville, n'est pas sans évoqué le parti de Jules Lavirotte au même moment à Paris en 1902-1903 (immeuble de la rue Rapp). Il est réutilisé
    Étages :
    2 étages de comble
    Illustration :
    Façade sur rue, portail. D'après les Nouvelles constructions de Nancy, 1908. IVR41_19755409189V
  • immeuble
    immeuble Toul - 4 rue Chanzy - en ville - Cadastre : 1820 L 1402 2010 AR 779
    Copyrights :
    (c) Ville de Toul
    Historique :
    de la Gendarmerie (1801), sénateur (1805), comte de l'Empire (1808) devint pair de France en 1814 Immeuble construit en 1750 par Jean-François Gouvion, avocat au bailliage et siège présidial de Toul et lieutenant criminel honoraire. Il est le père de Jean-Baptiste, de Louis et de Victor Gouvion qui vécurent dans cette maison. Le 1er (1747-1792), fut major général de la garde nationale de Paris (1789-1791), maréchal de camp (1791), député de Paris à la législative de 1791 et 1792. Le second (1749 -1790), capitaine du Génie, administrateur du département de la Meurthe (1790), fut mortellement blessé alors qu'il se trouvait à la tête de la garde nationale de Toul lors de la répression du soulèvement de la garnison de Nancy (1790). Le dernier, (1752-1823), général de division (1799), inspecteur général . Plus tard, Julien Cordier (1844-1919), député de 1885 à 1893 y naquît et y passa sa vie de même que son fils, maire de Toul. Les fenêtres de lucarne illustrent l'utilisation ancienne de l'étage en surcroît
    Murs :
    calcaire moellon sans chaîne en pierre de taille enduit
    Description :
    surcroît. La taille des fenêtres diminue avec l'élévation. Le toit à longs pans est couvert de tuiles pierre de taille comportant un décrottoir. L'étagement se compose d'un sous-sol formant une cave, d'un rez-de-chaussée, d'un étage carré et d'un étage en surcroît. L'étagement est marqué par un bandeau placé sous les fenêtres de chaque niveau. La cave est enterrée avec accès extérieur par une entrée à linteau droit percée, tous comme les soupiraux, à la base de l'élévation antérieure. Voûtée en berceau pendeloque est surmonté d'une imposte en petit bois. Les fenêtres du rez-de-chaussée et du 1er étage sont à linteau en arc segmentaire délardé et feuillures, de même que les fenêtres de lucarne de l'étage en escalier en équerre en maçonnerie avec rampe en fer forgé à motif d'enroulements et de feuilles stylisées dans le goût de Jean Lamour.
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Illustration :
    Elévation antérieure, entrée de cave, vue d'ensemble IVR41_20115430460NUC1A
1