Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 6 sur 6 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Architecture rurale de la commune de Bulgnéville
    Architecture rurale de la commune de Bulgnéville Bulgnéville
    Historique :
    de Damblain vers la Haute-Marne. Quatre tumuli ont été identifiés au lieu-dit « Le Prieur », probablement antérieurs au Hallstatt ancien. A la limite de la commune de Mandres-sur-Vair, dans le bois trouvées au lieu-dit « Le Haut-Bois », « La cote », entre la R.D. 164 et le ruisseau au sud de la Ferme de siècle) a été fouillée par INRAP en 2015 au lieu-dit « Les Longues Rayes ». Un cimetière mérovingien a aussi été relevé au lieu-dit « La Tinchotte » Sous l'ancien régime, Bulgnéville relevait au spirituel c’est la localité la plus importante de la plaine thermale (700 habitants en 1700). La baronnie est terre, la charrue, les écus, la société villageoise de la plaine thermale des Vosges de 1697 à 1789 , situé au nord-ouest du bourg, est en activité jusqu'en 1710. Il permettait la fabrication de taques, de ). In : Journées d'études vosgiennes 2001). Au milieu du 19e siècle, la production artisanale et agrandie progressivement au fil du développement de la production.
    Référence documentaire :
    La terre, la charrue, les écus, la société villageoise de la plaine thermale des Vosges de 1697 à 1789 JACQUET, Alain. La terre, la charrue, les écus, la société villageoise de la plaine thermale des , Vittel). Des sources au thermalisme, Contrexéville-Vittel. Contrexéville : Centre d'Etudes locales rurale de la Plaine des VOsges - Association les Récollets, 2003.224p., ill., plans, carte.
    Description :
    , IA88031374, IA88031376 et IA88031379). Il est à noter sept fermes à pavillon au caractère urbain marqué qui , pour bénéficier d'un ensoleillement au sud. La cuisine est alors accessible depuis la rue par un petite baie (rectangulaire ou oculus) au-dessus de la pierre à eau est observable dans 19% des cuisines
    Décompte des œuvres :
    nombre des immeubles au dernier recensement de l'INSEE 661
  • Architecture rurale de la commune de Mandres-sur-Vair
    Architecture rurale de la commune de Mandres-sur-Vair Mandres-sur-Vair
    Historique :
    /Nijon de la voie romaine Langres/Moselle. Au lieu-dit « Le Haut-Bois » se trouve une partie de l'ensemble tumulaire de Bulgnéville. Plusieurs sarcophages mérovingiens ont été trouvés « Au Cras » (300 m à l'est du village). La plus ancienne mention date de 1179, au moment où Mathieu est seigneur de Mandres (1751), et au spirituel du diocèse de Toul, Doyenné de Vittel (cf. Lepage et Charton. Le département fin du 18e et s'est fortement développé au 19e siècle, comme en témoigne les quelques pierres datées -sur-Vair bénéficie au 18e siècle d'une forte hausse de la population (+ 225%) et de la présence de (moellons et taille) (cf. Lepage et Charton). Au début du 20e siècle, la répartition (1/3 de propriétaire ou lingère. On peut noter de plus la présence de la scierie au centre du village.Quelques ouvriers 1939 au sculpteur Henri Guingot (1897-1952), inauguré en 1955. Près du site de l'ancien moulin de Vanel au début du 20e siècle. Les bâtiments accueillent depuis 1965, un commerce de matériels agricoles
    Référence documentaire :
    La terre, la charrue, les écus, la société villageoise de la plaine thermale des Vosges de 1697 à 1789 JACQUET, Alain. La terre, la charrue, les écus, la société villageoise de la plaine thermale des
    Description :
    usage dans les villages-rues au 19e siècle. Les autres habitations en longueur, leur cuisine s'ouvre sur
    Annexe :
    Vaine pâture et berger à Mandres-sur-Vair. Au 18e siècle, les habitants de Mandres ont l'habitude habitants de Mandres-sur-Vair au seigneur de Vancourt, qui fait paître ses troupeaux de grande taille (bêtes surveillent et soignent les bêtes. "Nicolas Grésys, pâtre à Mandres-sur-Vair, est lui aussi témoin au procès villageoise de la plaine thermale des Vosges de 1697 à 1789. Nancy 1998). Après la Révolution, les troupeaux seigneuriaux disparaissent, au profit de l’élevage ovin qui perpétue la vaine pâture sur les terrains communaux tout, un jardin derrière (1 are), un puits mitoyen au devant, des aisances et dépendances (AD88 - 2 O
    Décompte des œuvres :
    nombre des immeubles au dernier recensement de l'INSEE 172
    Illustration :
    Mandres-sur-Vair, vue du commerce de matériels agricoles au Moulin de Vanel IVR41_20188838355NUC2A
  • architecture rurale du canton de Bulgnéville
    architecture rurale du canton de Bulgnéville
    Historique :
    noblesse locale. Le territoire dépendait au spirituel du diocèse de Toul. Les abbayes vosgiennes et les ). Le territoire a fortement souffert de la période de la guerre de Trente Ans et des épidémies au 17e , Saulxures, Sauville, Surcelles, Ovillet, Vrécourt... sont incendiés au moins en bonne partie. En effet, la suédoise se prolonge au moins jusqu’en 1650. La reconstruction ne se fait que lentement et s'étale sur (Crainvilliers, La Vacheresse, La Rouillie, Saint-Ouen, Parey). Au vu des dénombrements de populations de 1710 , Suriauville, Vrécourt). Bulgnéville demeure la localité la plus importante de la plaine thermale (700 démographique au cours du 19e siècle, tandis que les franges sud et ouest subissent plus durement la transition progressivement au cours du 19e siècle. Auparavant, les champs étaient labourés avec des charrues de bois et , les chevaux sont remplacés par des moteurs ou des treuils au cours du 20e siècle. L'emploi de machines prairies artificielles sont aménagées, au détriment de la pratique de la vaine pâture qui est en usage
    Référence documentaire :
    La terre, la charrue, les écus, la société villageoise de la plaine thermale des Vosges de 1697 à 1789 JACQUET, Alain. La terre, la charrue, les écus, la société villageoise de la plaine thermale des vosgiennes (27-28 octobre 2001 ; Contrexéville, Vittel). Des sources au thermalisme, Contrexéville-Vittel Topographie ancienne du département des Vosges : 7e fascicule- La Plaine FOURNIER, Alban . Topographie ancienne du département des Vosges : 7e fascicule- La Plaine (première partie). Annales de la
    Annexe :
    , semelle qui sont en fer forgé avec pointe en acier, le tout faconné au marteau par le ou les forgerons du .[...] Il bat ses grains en grange, au fléau, tout l'hiver et les nettoie au van ou au tamis d'osier. Pour commodes et faciles à manœuvrer. Vers 1850, apparaissent au pays les charrues Dombasles, tout en acier et rechanges se transforment au besoin en scarificateurs, extirpateurs et buttoirs. […] La faucille fut plan de la commune au 1/1000 11 T 15/38 ANONYME, Belmont-sur-Vair, état de la commune à la veille de la Roncourt au 1/10000ème 1888 11 T 29/312 COLLOT, La commune de Saint-Ouen-lès-Parey avant la Révolution entre le curé de Saulxures de Prantois et l’abbé de Luxeuil au sujet de la dîme et d’une carte de la commune au 1/26800ème 11 T 31/347 PERRON, La Vacheresse-et-la-Rouillie. Situation à la veille de la
    Texte libre :
    . L'organisation des fermes 1.1 L'organisation des fermes au sein du village Les villages les plus anciens réputés communaux, mais à l’usage réservé des riverains, sans toutefois faire obstacle au passage. A l'inverse, dans les Vosges méridionales, les usoirs sont en majorité cadastrés au 19e siècle et appropriés par les riverains. Dans le canton de Bulgnéville, les deux modèles se côtoient, parfois même au sein anciennes fermes y sont mitoyennes au moins sur un côté et s'assemblent en îlots de quelques maisons "dents creuses" dans les alignements. De manière générale, on trouve au centre du village, les maisons au 18e siècle Puis, au 19e siècle, les fermes de plus grande taille s'installent le long de la rue . Elle est variée dans sa mise en œuvre et influencée au contact des territoires voisins du pays de au minimum : Le logis s'articule autour d'une cuisine, à laquelle on peut parfois ajouter une seconde au sein de la ferme partagée. Si la grange est souvent mutualisée, une étable peut être attribuée à
    Illustration :
    Ferme N°8 de Parey-sous-Montfort, schéma d'organisation au sol. IVR41_20178837983NUC1YY Ferme n°24 à La-Vacheresse-et-La-Rouillie, schéma d'organisation au rez-de-chaussée Ferme n°29 à La-Vacheresse-et-La-Rouillie, schéma d'organisation au rez-de-chaussée Ferme n°17 à La Vacheresse-et-la-Rouillie, schéma d'organisation au rez-de-chaussée accusé une forte baisse de leur population au cours des 19e et 20e siècles : qui ont perdu plus de la subi une hausse de leur population au 19e siècle, puis une baisse au 20e siècle (cas particulier de Carte montrant la répartition de l’évolution démographique au 19e siècle et au 20e siècle
  • architecture rurale de la commune de Urville
    architecture rurale de la commune de Urville Urville
    Historique :
    itinérants semblent avoir une importance régionale au 18e siècle, il n'en reste plus un seul à la fin 19e siècle (cf JACQUET, Alain. La terre, la charrue, les écus, la société villageoise de la plaine thermale chute de la population du village au fil des siècles : 458 habitants en 1793, 190 en 1886, 69 en 2006.
    Référence documentaire :
    La terre, la charrue, les écus, la société villageoise de la plaine thermale des Vosges de 1697 à 1789 JACQUET, Alain. La terre, la charrue, les écus, la société villageoise de la plaine thermale des
    Description :
    jardin à l'arrière. Un petit jour (rectangulaire ou oculus) au-dessus de la pierre à eau est observable
    Décompte des œuvres :
    nombre des immeubles au dernier recensement de l'INSEE 32
  • Architecture rurale de la commune de Parey-sous-Montfort
    Architecture rurale de la commune de Parey-sous-Montfort Parey-sous-Montfort
    Historique :
    La carte archéologique mentionne la découverte de traces gallo-romaines au sud de Parey-sous -Montfort (pavés, tuiles, poteries, coq en bronze, monnaies...), à proximité d'une voie pavée identifiée au ), puis de la Cour souveraine de Nancy, bailliage de Bourmont (1751), et au spirituel du diocèse de Toul l'abbaye de Flabémont. Reconstruit au milieu du 18e siècle, il est vendu en tant que bien national en 1793 . Certaines parties ont disparu au fil des siècles, la mairie, l'école et le logement de instituteur sont installés au 19e siècle dans le bâtiment qui était habité par les religieux. La partie sud de l'aile droite mentionnent les années 1777, 1781 et 1786. Elles évoquent une période de fort développement du village. Au , la Charrue, les écus : la société villageoise de la plaine thermale des Vosges de 1697 à 1789. Nancy
    Référence documentaire :
    La terre, la charrue, les écus, la société villageoise de la plaine thermale des Vosges de 1697 à 1789 JACQUET, Alain. La terre, la charrue, les écus, la société villageoise de la plaine thermale des
    Description :
    %). Deux ensembles particuliers au centre du village sont à distinguer : - L'ancienne maison seigneuriale reconstruit au milieu du 18e siècle, et dont deux des dépendances agricoles ont été en partie conservées (cf
    Décompte des œuvres :
    nombre des immeubles au dernier recensement de l'INSEE 72
  • Architecture rurale de la commune de Hagnéville-et-Roncourt
    Architecture rurale de la commune de Hagnéville-et-Roncourt Hagnéville-et-Roncourt
    Historique :
    l'ancien régime, Hagnéville et Roncourt dépendait de la prévôté de Châtenois, bailliage des Vosges, et au ), puis au sieur de Stack (originaire d'Irlande) en 1784. Le château de Roncourt est semble-t-il à l'abandon au 18e siècle, le comte de Fresnel ne s'en servant que rarement comme un "pied-à-terre de chasse entre le 17e siècle et la fin du 19e siècle, avec un développement plus important au 18e siècle et dans /manœuvre (cf. Jacquet, Alain, La terre, la Charrue, les écus : la société villageoise de la plaine thermale pendant l'hiver ; les femmes filant et les hommes tissant. Les ballots étaient apportés au sieur Mathieu , Hagnéville compte 179 habitants et Roncourt 73, tandis que 88 habitants au total y vivent en 2015. En
    Référence documentaire :
    La terre, la charrue, les écus, la société villageoise de la plaine thermale des Vosges de 1697 à 1789 JACQUET, Alain. La terre, la charrue, les écus, la société villageoise de la plaine thermale des
    Description :
    ou Est de la voie publique, la façade antérieure se trouvant donc au Nord ou à l'Ouest. Afin de , IA88031526). Indépendamment, un petit jour (rectangulaire ou oculus) au-dessus de la pierre à eau est
    Décompte des œuvres :
    nombre des immeubles au dernier recensement de l'INSEE 6
1