Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 138 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Maisons, fermes de la commune de Grand
    Maisons, fermes de la commune de Grand Grand
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Localisation :
    Grand
    Titre courant :
    Maisons, fermes de la commune de Grand
  • Maisons, fermes de la commune de Liffol-le-Grand
    Maisons, fermes de la commune de Liffol-le-Grand Liffol-le-Grand
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Localisation :
    Liffol-le-Grand
    Titre courant :
    Maisons, fermes de la commune de Liffol-le-Grand
  • maison Grisot dit hôtel de Gormand puis maison des soeurs macarons actuellement immeuble
    maison Grisot dit hôtel de Gormand puis maison des soeurs macarons actuellement immeuble Nancy - 10 rue des Soeurs Macarons - en ville - Cadastre : 1830 A5 674 1865 A5 1184, 1185 1972 BC 240 2008 BC 240
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général (c) Communauté urbaine du Grand Nancy
    Historique :
    adjacent qu'il a fait construire quelques années auparavant (8 rue des Soeurs Macarons ; IA54002905). La entre le palier intermédiaire de l'escalier principal et un escalier secondaire en aile avant la ) mais non vérifiée à ce jour par aucune source d'archives, l'hôtel aurait appartenu à la famille de Gormand à la fin du 18e siècle, et compta à partir de 1790 parmi ses occupants Marie Mélanie de Gormand 1765 dans l'église du Saint-Sacrement, détruite) ; en 1793, la religieuse aurait accueilli 2 soeurs converses (dont Elisabeth Morlot) dans la maison familiale où elles produisirent et firent commerce des célèbres gâteaux. Toutefois, lors de la vente révolutionnaire de la maison le 31 mars 1794, la maison est la propriété de la famille Vallet, comme l'hôtel adjacent (n° 8), et elle est acquise alors par Morlot, détentrice de la recette des macarons, dont le mari, Monsieur Muller est pâtissier. La production , cheminées des pièces du 1er étage) datant probablement du Second Empire (1852-1870). La maison communiquait
    Précisions sur la protection :
    façades et toitures sur rue et sur cour, le grand escalier avec cage et rampe, les deux fours et la cheminée de la pièce sur cour : inscription par arrêté du 19 mai 1987
    Représentations :
    ordre composite : encadrement de la porte ; mascaron : figure de Mercure ; ornement végétal : platine du heurtoir ; ornement végétal et fleur : imposte de la porte ; monogramme A Z G : imposte de la
    Description :
    corps principal occupe également un côté de la cour. La porte piétonne occupe à gauche l'espace d'une 5e figurant une tête de Mercure. La menuiserie de la porte comporte deux panneaux moulurés à décor géométrique rue possèdent des verrières à décor géométrique dans leur partie basse. La façade postérieure est à 3 niveaux, le 1er étage à grande élévation correspond à l'emprise de l'escalier intérieur qu'éclairent 2 hautes baies aux chambranles moulurés. Balcon d'angle aux étages avec garde-corps en fer forgé. La façade en retour comporte 2 niveaux de hautes fenêtres et un dernier niveau de baies plus petites. La pièce du rez-de-chaussée sur la cour conserve une cheminée 18e siècle (IM54014091) accostée de 2 fours
    Illustration :
    L'immeuble en 1972, avec l'enseigne de la fabrique de macarons. IVR41_19725401245Z
  • Ferme n°73
    Ferme n°73 Vrécourt - 15 Grande Rue - en village - Cadastre : 2014 ZW 39
    dc_52cd4446-d2fb-44eb-9947-7e9d7c624059_16 :
    jour rectangulaire au-dessus de la pierre à eau
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    La ferme n°73 possède une structure qui remonte au 3e quart du 19e siècle, selon la pierre de fondation située à droite de la porte charretière de la façade postérieure. Celle-ci porte la mention "Cette la cour, se trouve un pilier de clôture provenant du château de Vrécourt (source orale) ; un second pilier identique se trouve dans le jardin voisin (IA88030150 Ferme n°72 de la commune de Vrécourt).
    Représentations :
    La toiture du pavillon est ornée de deux épis de faitage, servant de girouettes : l'un représentant un chasseur et l'autre un cervidé (?). La porte piétonne est garnie de grille de facture récente.
    Datation principale :
    3e quart 19e siècle porte la date
    Description :
    . C'est une maison de vigneron avec une grande cave voûtée sous le logis (accès par la cour arrière) et un La ferme n°73 possède 3 rains et est implantée parallèlement à la rue principale au cœur du bourg cellier à l'arrière de l'étable. La grange traversante, avec balancier, est datée de 1859, par la pierre de fondation qui est située à droite de la porte charretière, en façade postérieure. Le logis , la "Belle Chambre" s'ouvre sur la rue, et la cuisine sur le jardin, avec une petite chambre entre les deux. Celle-ci possède une alcôve (détruite). La cuisine est munie d'une cheminée contre le mur bandeaux en pierre de taille séparent les niveaux et la toiture est soulignée par une corniche. Les encadrement des ouvertures sont en pierre de taille à linteau droit. La porte charretière est à linteau
    Localisation :
    Vrécourt - 15 Grande Rue - en village - Cadastre : 2014 ZW 39
    Dates :
    1859 porte la date
    dc_52cd4446-d2fb-44eb-9947-7e9d7c624059_12 :
    Ferme et maison de vigneron avec grande cave voutée sous le logis (accès par la cour arrière) et remise à l'arrière. Cuisine à l'arrière et Belle Chambre sur la rue. puits dans la cour. Cave vouté sous
    Illustration :
    Ferme, vue de la facade antérieure, vue d'ensemble de trois quarts droit. IVR41_20148830545NUC2A Ferme, vue de détail de la pierre de fondation. IVR41_20148830546NUC2A ferme, vue intérieure de la cuisine, vue de la cheminée IVR41_20158833125NUC2A ferme, vue intérieure de la cuisine, vue du placard au dessus de la pierre à eau
  • Maison de François Delorme receveur du Chapitre de Remiremont puis maison de Jean-Baptiste Noël.
    Maison de François Delorme receveur du Chapitre de Remiremont puis maison de Jean-Baptiste Noël. Remiremont - 77 rue du Général de Gaulle - en ville - Cadastre : 2017 AL 13
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    Cette maison dont l'architecte demeure inconnu a été édifiée en 1742 selon la date qui figure sur le heurtoir de porte. Elle devient rapidement la propriété de François Delorme receveur du chapitre intérieurs car le D de son initiale orne la ferronnerie du garde-corps de l'escalier. Après la Révolution dans la famille jusqu'au début du 2oe siècle.
    Datation principale :
    milieu 18e siècle porte la date
    Description :
    Cette maison canoniale dite « maison Delorme » est mitoyenne, parfaitement alignée sur la rue et dispose d'un jardin situé à l'arrière. Elle est composée d’un corps de bâtiment donnant sur la rue Charles siècle) ; une chaine d'angle simulant un pilastre toscan marque la distinction entre ces deux parties linteaux segmentaires délardés, platebande et crossette ainsi que par la présence d'un même bandeau mouluré entre les niveaux. La partie gauche destinée à l'habitation est pourvue d'une cave et d'un soubassement en pierre de taille, absents tout deux de la partie droite dévolue à l'origine aux services ou aux
    Dates :
    1742 porte la date
    Illustration :
    Photographie de la maison du 77 Grande Rue. IVR41_19748800588X
  • architecture rurale de la commune de Crainvilliers
    architecture rurale de la commune de Crainvilliers Crainvilliers
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    La carte archéologique mentionne des traces d'occupation gallo-romaine au lieu-dit les "Terres rouges", sur l'éperon de "La Follière". Un important cimetière du haut Moyen-Age est aussi signalé au au lieu-dit "La Noue". Il y avait également une maison des Templiers au lieu-dit "Tuilon". Plusieurs été reconstruite après la Guerre de Trente Ans. (cf. DROUOT, Statistique rétrospective sur la commune de Crainvilliers présentant la situation à tous les points de vue à la veille de la Révolution. 1888 territoire. A la fin du 19e siècle, c'est 25 ménages qui dépendent de cette activité. Environ 120 habitants l'on puisse observer une architecture particulièrement adaptée, hormis des caves avec accès direct à la
    Référence documentaire :
    rétrospective sur la commune de Crainvilliers présentant la situation à tous les points de vue à la veille de la
    Datation principale :
    18e siècle 19e siècle 17e siècle porte la date daté par travaux historiques
    Description :
    fermes sont à pavillon. Parallèles à la voie, 9/10 fermes sont mitoyennes. On pénètre dans le logis par logis par la porte charretière. 62% des logis ont une seule pièce en façade et sont plus profonds que larges. Leurs cuisines s'ouvrent alors sur la rue, et le poêle sur le jardin à l'arrière. Dans le cas au-dessus de la pierre à eau est observable dans 21% des cuisines. Le bâti conserve des éléments de
    Titre courant :
    architecture rurale de la commune de Crainvilliers
    Illustration :
    Village, vue de la place de la Mairie vers l'Eglise, Grande Rue. IVR41_20158832136NUC2A
  • Ancien relais de poste, auberge, boucherie, actuellement maison médicale, 9 place Albert Schweitzer, Fénétrange
    Ancien relais de poste, auberge, boucherie, actuellement maison médicale, 9 place Albert Schweitzer, Fénétrange Fénétrange - 9 Place Albert Schweitzer - en ville - Cadastre : 1813 G 447 2018 8 45
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    Cette grande maison a certainement été édifiée au 16e siècle comme l'indique la présence de baies à hospice ainsi que les marques de tâcherons (IA57030421), d'un cordon dans la partie haute de la façade rue de l’Église et la présence de quelques éléments architecturaux à l'intérieur. Elle est à l'origine écuries et une chambre à four. C'est la demeure de bouchers et marchands de bestiaux, la fonction de Muller, maître de la poste aux chevaux, cabaretier et négociant correspond bien à cette propriété (voir annexe). Les granges fermant la cour du coté de la rue de l'église n'ont été édifiées qu'au 18e siècle , dans la cour, le linteau d'une porte piétonne d'une des grange porte la date de 1733 et les initiales AMB et JHM et la seconde porte charrière, sur la rue, porte la date de 1757 et les initiales J.M (Jacob Muller, maître de la poste aux chevaux). La première porte charretière a une agrafe sculptée avec ). Sur le plan de 1715, la maison appartient à Henri Muller, boucher et à l'arrière il y a une cour et
    Référence documentaire :
    « Notes et documents pour servir à l'histoire de Fénétrange, » par Hippolyte Gide Manuscrits de la : Collection numérique : Originaux de la BNU Strasbourg Droits : domaine public Identifiant : ark
    Description :
    , avec une façade antérieure donnant sur la place Albert Schweitzer ancienne place du Château ou Grande rue, la façade latérale droite sur la place de l'Eglise (ancienne place de la justice). La façade grange avec un logis au premier étage dont l'agrafe de la porte charretière est datée 1747 et une seconde coté de la place de l'église. Ces deux granges et écurie ont été édifiées au 18e siècle alors que relais pour les chevaux de la poste. L'agrafe de la porte charrière est sculptée d'un agneau pascal, le bestiaux. Dans la cour il y avait une chambre à four avec une chambre à l'étage et des écuries (vestiges Annexe). Le bâtiment d'habitation a deux étages carrés et un étage de combles, une cave se situe sous la travée de gauche. Les baies à meneaux dont une grande partie ont été restaurées, gardent pour certaines des sculptures à la base des encadrements composées de volutes et de feuille identiques à celles de l'ancien hospice (ref. ). D'après un inventaire après décès, il y avait une galerie sur la façade
    Dates :
    1757 porte la date
    Annexe :
    mortuaire située dans la ville entrée au poil qui prend jour au-devant sur la grande rue (3 tables), dans la chambre au-dessus du poile, dans la chambre à côté de la précédente, dans la chambre au-dessus du grand poile qui prend jour du devant sur la rue, dans la chambre au-dessus de la chambre à côté du grand poile d’autre situé sur la grande rue d’une part Sébastien Bop d’autre les héritiers de Christophe Bop du devant sur la grand rue vis-à-vis de l’église et du derrière sur le jardin du domaine porté par contrat passé documents d'archives AD54 B 11765 Terrier original des biens fonds sis en la ville et sur le ban et enseigne le bœuf à Fénétrange. Une maison où il réside où pend pour enseigne le bœuf rouge sise en la rue de la porte d’en haut façante sur icelle et sur la place devant le château, joignante vers l’occident et la porte la maison de Jacob Koch, d’autre part à une ruelle qui sert d’entrée à la cour de la cabaretier où pend pour enseigne l’agneau d’or. Deux maisons situées sur la rue de la Porte d’en haut où il
    Datation secondaire :
    3e quart 18e siècle porte la date
    Illustration :
    Plan de la ville de Fénétrange et l'ordre et quantité des maisons et mazures avec les noms des habitants et officiers quy y résident, 1713, parcelle de la Maison à Henrick Muller boucher, cour à Henrick Fenêtre de la façade antérieure située au-dessus de l'enseigne, détail de la sculpture en volute et feuille d'eau à la base de l’encadrement mouluré. IVR41_20215731738NUC2A Fenêtre située au rez-de-chaussée, pignon droit, détail de la sculpture en volute et feuille d'eau à la base de l’encadrement mouluré. IVR41_20215731739NUC2A Fenêtre située au rez-de-chaussée, pignon droit, détail de la sculpture en volute à la base de Fenêtre située au rez-de-chaussée, pignon droit, détail de la sculpture en volute et feuille d'eau à la base de l’encadrement mouluré. IVR41_20215731741NUC2A
  • Ancien magasin puis ancienne maison du greffier, rue de la cave, Fénétrange.
    Ancien magasin puis ancienne maison du greffier, rue de la cave, Fénétrange. Fénétrange - 4 rue de la Cave - en ville - Cadastre : 1813 G 365-366 2020 8 48-49
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    pour y faire entrer un silo, une grande partie des baies étaient murées. La maison a fait l'objet d'une de la porte piétonne de droite. La structure initiale a été en partie modifiée notamment aux niveaux des ouvertures du rez-de-chaussée, mais les deux autres niveaux semblent être d'origine. La première les deux baies cintrées qui servaient de présentoir et de point de vente et le reste de la maison l'entrée de la ville, la tourelle d"escalier était mitoyenne de la tour de la porte d'Allemagne. Cette Fénétrange, une maison sise en la rue du kellergass et joignant la porte d’en bas bâtie sur le mur de la sur celle qui monte de la porte d’en bas vers celle d’en haut laquelle rue elle touche y ayante son entrée par une tourelle adjointe à la dite porte et au murs de la ville, d’autre part entre le nord et l’occident jointe à la maison de Joh Lerch de la longueur sur la Keller Gass elle a 64 pieds de largeur jusqu’au mur de la ville 28." La longueur de 64 pieds correspond bien à la réunion des deux maisons
    Référence documentaire :
    « Notes et documents pour servir à l'histoire de Fénétrange, » par Hippolyte Gide Manuscrits de la : Collection numérique : Originaux de la BNU Strasbourg Droits : domaine public Identifiant : ark Les corporations de Fénétrange. BENOIT, Louis. Les corporations de Fénétrange. Mémoires de la
    Représentations :
    L'agrafe de la porte piétonne est ornée de feuilles d'acanthes sculptées. Les encadrement des
    Description :
    pénétrait dans la boutique par une porte piétonne située à gauche de la grande baie cintrée. Cette porte a Cette maison se situe à l'angle de la rue de la cave et de la rue de la porte d'Allemagne. Elle est elle était divisée en trois logements avec trois portes piétonnes sur la façade antérieure (voir la photographie du Denkmalarchiv vers 1890-1930). La toiture à deux pans était couverte de tuile mécanique, sur la façade antérieure avant la restauration, la partie de droite est actuellement couverte de tuile plate tenant avant la restauration. Cette maison était construite sur le mur de la ville, les petites baies visibles sur la partie haute de la façade postérieure correspondent à l'ancien chemin de ronde. A l'origine, l'entrée dans le logis se faisait depuis la porte piétonne de la tourelle d'escalier située sur le pignon droit. Cette tourelle était accolée à la porte d'Allemagne ou d'en-bas avant que cette dernière ne soit détruite en 1838. La maison se développe sur deux étages carrés, au rez-de-chaussée les
    Localisation :
    Fénétrange - 4 rue de la Cave - en ville - Cadastre : 1813 G 365-366 2020 8 48-49
    Titre courant :
    Ancien magasin puis ancienne maison du greffier, rue de la cave, Fénétrange.
    Dates :
    1599 porte la date
    Annexe :
    , cent jantes de voitures non façonnées. A la cave, une tonne à choux-groutte, une grande cuve, deux Documents d'archives AD57, 336U41806, vente d’une maison près de la porte basse à David Karcher chamoiseur et sa femme, d’une part la porte de l’autre Fréderic Muller tonnelier du devant sur la rue et du derrière appuyé sur le mur de la ville sur la cour et dépendances du sieur Regnard. AD57, 338U20, 1846 -chaussée prenant jour par deux croisées sur la rue dite Kellergasse. Dans la cuisine. Dans une chambre croisées sur la rue. Dans une autre chambre au même étage prenant jour par une croisée sur la rue. Au grenier à foin. Dans un autre grenier au-dessus du précédent. Dans la boutique de charron, les outils de fumier. Devant la porte, une brouette et une voiture de fumier. AD57, 2O204/4 Démolition de la porte d’Allemagne qui entrave la libre circulation des voitures et notamment à la rentrée des récoltes. Vente en 21 lots. L’arcade de cette porte est trop basse et étroite, elle gêne la communication du passant avec
    Illustration :
    Plan de la ville de Fenestrange et l'ordre et quantité de maisons et masures avec le noms des de la cave. IVR41_20215731013NUC2A Reproduction de la façade de l'ancienne boutique en par L. Benoît, extrait de : Louis Benoît, Notes sur la Lorraine allemande. Les corporations de Fénétrange, Nancy, 1864. IVR41_20215731014NUC2 Agrafe du linteau de la porte piétonne du 4 rue de la cave, emblème des tonneliers Reproduction de la maison vers 1890-1930, fonds des Photographies du Denkmalarchiv, AD57, Document Maison, 4 rue de la cave, vue d'ensemble. IVR41_20215731709NUC2A Vue de la maison, partie de droite, avant restauration en 2017. IVR41_20215731009NUC2 Maison, 4 rue de la cave, partie gauche. IVR41_20215731011NUC2A Maison 4 rue de la cave, élévation postérieure. IVR41_20215731027NUC2A
  • maison
    maison Bar-le-Duc - 15 place Saint-Pierre - en ville - Cadastre : 1825 F 1407 2012 AT 156
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    siècle par l'adjonction d'une cheminée et la mise en place d'une boutique. A la même époque, la façade
    Référence documentaire :
    Histoire d’une partie méconnue de la ville de Bar-le-Duc, l’îlot de la halle BALAY (Jérôme ), Histoire d’une partie méconnue de la ville de Bar-le-Duc, l’îlot de la halle, rapport tapuscrit, Nancy Bar-le-Duc, 1850 : 80 dessins de la comtesse de Vesins Bar-le-Duc, 1850 : 80 dessins de la
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    cheminée (19e siècle, h = 109, la = 159, pr = 6(), 1er étage : 1 corbeau de bois, 1 cheminée (19e siècle , h = 109, la = 159, pr = 6(), 2 fenêtres inscrites à l'intérieur de l'arcade ; 2e étage : pan de bois , corbeau en pierre ; Cave surélevée ou rez-de-chaussée : traverse toute la parcelle jusqu'à la cour, voûtée s'ouvrant sur la cour (au-dessus de la galerie ?)
    Illustration :
    Vue d'ensemble : façade antéieure, sous l'enduit apparait la grande arcade IVR41_20045500283VE
  • Architecture rurale de la commune de La-Vacheresse-et-la-Rouillie
    Architecture rurale de la commune de La-Vacheresse-et-la-Rouillie La Vacheresse-et-la-Rouillie - Vacheresse (La) Rouillie (La)
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    La première mention des deux hameaux de La-Vacheresse-et-la-Rouillie remonte à 1280. Les deux hameaux sont réunis dans la même commune entre 1790 et 1794. "La Ferme des Annonciades" de Neufchâteau et "La Ferme des Prémontrés" de Flabémont, dites "Fermes des Charmailles" ont été vendues comme Biens Nationaux en 1795, puis détruites (PERRON, La Vacheresse-et-la-Rouillie. Situation à la veille de la la qualité des forêts permet aux habitants de se consacrer à la production et au commerce du bois
    Référence documentaire :
    monographie communale La Vacheresse-et-la-Rouillie. Situation à la veille de la Révolution de 1789 PERRON, La Vacheresse-et-la-Rouillie. Situation à la veille de la Révolution de 1789.1889 (AD88 - 11 T 31
    Datation principale :
    18e siècle 19e siècle porte la date daté par travaux historiques
    Description :
    La Vacheresse-et-la-Rouillie comprend 69 bâtiments (source INSEE), dont 32 repérés et 6 étudiés vaches ont aussi été relevées sur la commune à titre représentatif des nombreux abris pour bovins situés en plein champ dans le canton du Bulgnéville. Toutes les fermes sont parallèles à la voie, sauf une trois quarts des maisons. En l'absence de porte piétonne, on entre dans le logis par la porte s'ouvrent alors sur la rue, et le poêle sur le jardin à l'arrière. Un petit jour (rectangulaire ou oculus ) est parfois placé au-dessus de la pierre à eau (12%) ou de la porte charretière pour éclairer les
    Localisation :
    La Vacheresse-et-la-Rouillie - Vacheresse (La) Rouillie (La)
    Titre courant :
    Architecture rurale de la commune de La-Vacheresse-et-la-Rouillie
    Carte :
    Localisation des fermes repérées et étudiées à La Vacheresse-et-la-Rouillie
    Illustration :
    La Rouille, vue de la partie nord de la Grande Rue. IVR41_20158832080NUC2A Village, vue d'ensemble de la rue Haute à La Vacheresse IVR41_20158831955NUC2A
  • Architecture rurale de la commune de Saint-Remimont
    Architecture rurale de la commune de Saint-Remimont Saint-Remimont
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    La carte archéologique ne signale rien, mais la plus ancienne mention remonte à 880 après J.C. Elle régime, Saint-Remimont appartenait à la prévôté de Châtenois, bailliage de Neufchâteau et au spirituel du relevées par Lepage et Charton en 1845. A la fin du 18e siècle, le village pratiquait la vaine pâture dans les bois et sur les terrains communaux. Une des fermes était la propriété des Dames de Bouxières et habitants faisaient de la dentelle et des fuseaux « qui se payaient assez bien » (sources : 11T29/316). Les . L'ensemble des fermes a été établi régulièrement entre le 17e siècle et la fin du 19e siècle. La démographie . en 1896 et 210 hab. en 2006), malgré qu'un sixième de la population ait péri suite à l'épidémie de village assez contrasté avec une forte proportion de rentiers (9% des actifs du village, surtout dans la
    Référence documentaire :
    Plan de la rue haute de Saint Remimont - 1865 plan de Saint-Remimont, dressé en 1865 par Sartori Saint-Remimont. État de la communauté à la veille de la Révolution de 1789. Ripart. Saint-Remimont . État de la communauté à la veille de la Révolution de 1789. (11 fevrier 1889). Archives départementales
    Datation principale :
    17e siècle 18e siècle 19e siècle 20e siècle porte la date daté par travaux historiques
    Description :
    grandes constructions qui ont plus de quatre travées (11%) et une petite maison à logis simple. Il est à été installée au sud-est sur la rue de la 2e D.B., bénéficiant de bonnes conditions climatiques , tandis que la partie agricole (grange et étable) est rejetée au nord-ouest, accessible par un usoir perpendiculaire à la rue Saint-Jean (cf. IA88031615, IA88031640). Huit fermes à double logis, six bâtiments à à la voie sauf une et 66% sont mitoyennes. Dans le village, on pénètre dans le logis par une porte piétonne que dans 44% des maisons. En l'absence de cette porte, on entre dans l'habitation par la porte profonds. Les autres possèdent une cuisine qui s'ouvre alors sur la rue, et le poêle sur le jardin à
    Titre courant :
    Architecture rurale de la commune de Saint-Remimont
    Illustration :
    Saint-Remimont, vue de la Grande Rue (rue Numa Aubry) IVR41_20178838205NUC2A Saint-Remimont, vue de la rue Bel Air IVR41_20178838206NUC2A
  • Maisons, fermes de la commune de Moussey
    Maisons, fermes de la commune de Moussey Moussey
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    Le patrimoine bâti de la commune de Moussey est composé de fermes des 18e et 19e siècles et de maisons et fermes de la Seconde reconstruction construites par l'architecte Joseph Denny. Le bâti modifié pour les édifices publiques. Il y avait une bergerie qui appartenant à la famille Richelieu Chinon
    Description :
    Les fermes et maisons de la commune de Moussey sont composées de fermes des 18e et 19e siècles , d'une école primaire construite pendant la première annexion, de fermes et de maisons de la seconde de la seconde Reconstruction Joseph Denny, qui est installé à Moussey. Les fermes des 18e et 19e cuisine centrale. La porte piétonne ouvre sur un couloir traversant. Le poêle, sur rue, est parfois travées parallèles, dans les plus petites fermes, l'écurie se situe derrière la grange. Une porcherie et . Denny). Sur le cadastre ancien, un grand nombre de fermes ont des cours cadastrées à l'arrière du également une ferme de la seconde Reconstruction associée au site d'écluse n°9 (réf.IA57030030) et les maisons de la cité de la chaussures de Bataville sur le territoire de Moussey (réf.IA57030346).
    Typologies :
    ferme de la seconde reconstruction
    Titre courant :
    Maisons, fermes de la commune de Moussey
    Texte libre :
    cimetière à l’orient et la grande rue au midi et les jardins. La maison composée d’une porte de cave, de 5 côté de la grange, une grande écurie ensuite deux autres écuries qui règnent au bout de la grange AD54 1Q594 An 6, vente d’un bâtiment dit de la bergerie situé à l’extrémité orientale de la commune de Moussey entre le chemin de Réchicourt au midi d’une part Germain Vautrin et la veuve Thiry d’autre part, ensemble un jardin verger et potager de la consistance de 15 ares 93 centiares. Le domaine à l’extrémité orientale de la commune de Moussey entre le chemin de Réchicourt au midi d’une part a sur une profondeur réduite de 9m25c. La distribution de ce bâtiment consiste en un logement de berger composé d’une allée qui perce de la rue sur la cour et par laquelle on communique à une cuisine prenant jour sur le chemin de Réchicourt, un poêle sur la rue et deux petites chambres sur le derrière. Au une place de grange au-dessus sont les greniers à foin. Ce bâtiment y compris la cour derrière icelui
    Illustration :
    Plan parcellaire de la commune de Moussey, section D dite du village, 1814, AD57, 35P486 Projet de reconstruction de la salle d’œuvres de la paroisse de Moussey (mairie actuelle), fonds Photographie des dommages de guerre de la ferme, 18 rue de Bourdonnay, AD57, 45J153 Vue des maisons et fermes, usoirs, coté droit de la rue de Bourdonnay. IVR41_20195731036NUC2A Fermes de la Seconde reconstruction, 3 et 1 route de Remoncourt, élévation antérieure Fermes de la Seconde reconstruction, 5 et 7 route de Remoncourt, élévation antérieure Ferme de la Seconde reconstruction, 16 et 18 rue des Marais, élévation antérieure Ferme de la Seconde reconstruction, 10 rue des Marais, élévation antérieure Ferme et maison de manouvrier, 5 et 3 rue de la Croix, élévation antérieure. IVR41_20195731075NUC2A Ferme, 9 rue de la Croix, vue d'ensemble. IVR41_20195731076NUC2A
  • Ancien presbytère catholique de Fénétrange.
    Ancien presbytère catholique de Fénétrange. Fénétrange - 14 rue de L'Eglise - en ville - Cadastre : 1813 G 435 2020 9 85
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    hôpital depuis la rue de l'Hospice. Sur le plan terrier elle occupe toute la parcelle actuelle et est notée : L maison curiale. En 1716, la maison curiale appartient "aux bourgeois et communauté de la ville de Fénétrange, la maison curiale sise derrière l'église avec ses écurie et cour séantes du devant vers l'église...le maison règne le long d'une ruelle qui vient de l'église en la rue Kellergass (rue de " des fenêtres, des portes piétonnes, de la toiture et le mur pignon de l'écurie en pan de de bois est n’apparaissent déjà plus sur le cadastre ancien. Des écuries et bûcher accolées à la façade latérale gauche sont certainement un four saillant du côté de la rue de l'hospice mais il n'est plus visible aujourd'hui. L'ensemble
    Référence documentaire :
    « Notes et documents pour servir à l'histoire de Fénétrange, » par Hippolyte Gide Manuscrits de la : Collection numérique : Originaux de la BNU Strasbourg Droits : domaine public Identifiant : ark
    Représentations :
    Encadrement de la porte piétonne mouluré, linteau est orné d'une fleur sculptée, la porte piétonne d’angelot. La cheminée au large de la cuisine, en pierre, a ses poutres moulurées, le poteau est galbé il repose sur un socle rectangulaire mouluré pareil au chapiteau. La cheminée adossée du rez-de-chaussée a . La cheminée adossée du premier étage a ses jambages galbés, le linteau est orné de deux spirales
    Statut :
    propriété de la commune de Fénétrange
    Description :
    de l'hospice ouvre sur la pièce du coté de la cour par une grande porte vitrée. Les trois pièces en Le presbytère catholique est situé entre la rue de l’Église et la rue de l'Hospice. Il y a une porte de sortie du côté de la rue de l'Hospice. Un petit passage depuis la rue de l'hospice entre la écuries. La parcelle est fermée par un mur percé d'un portail encadré de deux pilastres et d'une porte intérieur perpendiculaire percé par une porte piétonne permet l'accès entre la cour du bâtiment d'habitation siècle. L'accès au bâtiment d'habitation se fait par une porte piétonne, la partie supérieure des boiseries est vitrée et protégée par une grille en fonte de fer. L'encadrement de la porte, en pierre de taille de grès est mouluré et est surmontée d'une imposte vitrée à dix carreaux. La porte est amortie d'un fronton à deux volutes encadrant une sculpture en relief représentant une tête d'angelot. La façade postérieure à 5 travées d'élévation, un étage sur un rez-de-chaussée surélevé, la présence d'une
    Annexe :
    consistance d'un 8e cinq verges, d'une part l’hôpital et d’une Godcho Levy, au midy la grande rue et au nord . Les piédroits de la grande porte d’entrée de la cour sont en pierre de taille d’un seul bloc chacun et doculents d'archives AD54, B11765, terrier 1716. fol 999, aux bourgeois et communauté de la ville de Fénétrange la maison curiale sise derrière l'église avec ses écurie et cour séantes du devant vers l'église...le maison règne le long d'une ruelle qui vient de l'église en la rue Kellergass en laquelle rue prince de Salm. Une maison au-dessous de l’église et de la place de la justice proche l’altenbaw faisant un quart de deux rues faisant de longueur le long de la rue qui vient de la place de la justice, du derrière où elle a une ruelle de sortie joint avec sa ruelle aux écuries et jardin de la cure, touche du haut vers le midi à la maison des héritiers de Melchior Hubou d’autre sur la rue, sa longueur est de 66 présent et acceptant pour lui ses héritiers et ayant cause une maison cy devant curiale de la commune de
    Illustration :
    Plan de la ville de Fénétrange et l'ordre et quantité des maisons et mazures avec les noms des habitants et officiers quy y résident, 1713, parcelle de la maison au curé ou doyen avec jardin, cour et Plan de la ville de Fénétrange, L maison curialle, AD54, B 11765. IVR41_20205730913NUC2A Ancien presbytère catholique, vue depuis la rue de l'église. IVR41_20215731032NUC2A Cuisine au rez-de-chaussée, détail de la cheminée au large, seconde pièce en profondeur, coté rue Troisième pièce en largeur, rez-de-chaussée, coté cour, petit placard 18e siècle sous la fenêtre Troisième pièce en largeur, rez-de-chaussée, coté cour, petit placard 18e siècle sous la fenêtre Cheminée dans la seconde pièce en largeur du rez-de-chaussée, coté cour. IVR41_20215731724NUC2A Détail du décor de la cheminée dans la seconde pièce en largeur du rez-de-chaussée, coté cour Porte de la cave voûtée depuis l'intérieur, porte donnant sur la rue de l'Hospice
  • maison
    maison Bar-le-Duc - 22 rue des Ducs de Bar - en ville - Cadastre : 1825 F 1417 2012 AT 194
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    La parcelle est identique à celle définie par le privilège du duc Antoine en 1542. La demeure qui s'y trouvait et qui n'est pas documentée a été détruite en grande partie par l'incendie du 25-26 septembre 1788 (sauf une partie de la façade postérieure) et reconstruite en pierre de taille par bandeaux soulignant les niveaux et corniche. La toiture à longs pans brisés est sans doute postérieure à
    Référence documentaire :
    Histoire d’une partie méconnue de la ville de Bar-le-Duc, l’îlot de la halle BALAY (Jérôme ), Histoire d’une partie méconnue de la ville de Bar-le-Duc, l’îlot de la halle, rapport tapuscrit, Nancy Bar-le-Duc, 1850 : 80 dessins de la comtesse de Vesins Bar-le-Duc, 1850 : 80 dessins de la reconstruction des maisons de la halle reconstruction des maisons de la halle après l'incendie de reconstruction des maisons incendiées de la halle reconstruction des maisons incendiées de la halle
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    soulignant l'allège Façade postérieure : sur la cour, en partie antérieure à 1788, repercée au 19e siècle
    Annexe :
    neuf maisons situées grande rue (aujourd’hui rue des ducs de Bar) et la partie ouest de la galerie de De l'incendie à la reconstruction Durant la nuit du 25 au 26 septembre 1788, un incendie détruisit bois. Le procès-verbal de visite du 20 octobre 1789 attribuait l’importance du sinistre à la présence obtenu pour des cens modiques des permissions de batir au pourtour de la même halle, constructions arrive très souvent à la ville haute ». Une reconstruction fut proposée dès 1789. Un premier mur en moellon devait être édifiées puis seize arcades de pierre de taille dont treize sur le grand côté (côté du premier ou bel étage les piliers qui supportent la charpente de la couverture et comme les piliers ». De l’autre côté, un mur-dossier était prévu, en simple moellon. La charpente de la partie brûlée accompagné d’un dessin d’élévation très précis, l’architecte soulignait que la séparation entre les habitations et la galerie « en partie en maçonnerie et partie en pans de bois avec torchies enduite de fauge
  • Maisons, fermes de la commune de Réchicourt-le-Château
    Maisons, fermes de la commune de Réchicourt-le-Château Réchicourt-le-Château
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    Le patrimoine bâti de la commune de Réchicourt-le-château est composé de maisons et de fermes
    Description :
    l'exploitation à l'arrière rue de la Haute Chambre et le logis placé à l'avant avec un accès par la Grande Rue Les fermes et maisons de la commune de Réchicourt sont en moellons calcaire et grès, en brique et profondeur, le poêle ou la cuisine sont en façade. Un couloir traversant permet l'accès au logis par une porte latérale percée pour donner accès à la cuisine centrale. Les exploitations sont à une ou deux travées de plan, dans les fermes plus petites l'écurie est placée derrière la grange. Du coté gauche de la Grande rue, des fermes ont des structures différentes, travées parallèles horizontales avec , ou un grand logis sur trois niveau et une grange traversante avec accès du côté de chaque rue (voir ferme 23 Grande rue). Des maisons et fermes plus grandes, anciennes auberges et commerce se situent dans la rue Maculée, certaines ont été détruites pendant la Seconde guerre mondiale. Il subsiste des maisons de manouvriers route de Foulcrey. Le presbytère fait partie des bâtiments reconstruit pendant la
    Typologies :
    ferme de la seconde reconstruction
    Titre courant :
    Maisons, fermes de la commune de Réchicourt-le-Château
    Texte libre :
    , four dans cheminée et chambre et à coté une grande salle pour la salle de classe. Reconstruction école bout de la grande rue, plusieurs maisons situées en la Grande rue. Ferme du Lansquenette proche 29J383 1820, projet de reconstruction de la maison d’école de Réchicourt Plan le logis avec cuisine de filles, école de garçon. Description de la maison qui est achetée pour construire l’école des dite chemin d’Azoudange au midi grande rue. Cadastrée 90. Composée d’un rdc avec caves en dessous un petite chambre à coté et au midi de la dite cuisine. Une cave non voutée sous la cuisine cave voutée dessous la salle et le cabinet. Une grange au midi passage derrière cette grange écurie entre ce passage est la maison du sieur Callot. Un jardin situé à l’est de cette maison de l’autre côté de la rue dite chemin d’Azoudange de deux ares 80 centiares section K 158 et qui le sépare d’avec la dite maison au midi par le hallier du bâtiment. La maçonnerie des murs de face et de refend est en moellon avec mortier de
    Illustration :
    Carte postale ancienne, Place de la grande Fontaine, au bout de la grande rue (la fontaine est Vue de la Grande rue depuis le bas. IVR41_20195731106NUC2A Vue de la Grande Rue, coté gauche, depuis le haut. IVR41_20195731107NUC2A Plan pour la remise en état de la maison, 23 Grande Rue et 2 rue Haute Chambre, rez-de chaussée Plan pour la remise en état de la maison, 23 Grande Rue et 2 rue Haute Chambre, 1er et 2d étage Ferme, 34 A Grand Rue, détail de la porte piétonne, du tympan triangulaire et de la niche Ferme, 34 A Grand Rue, détail de la porte piétonne, linteau daté 1713. IVR41_20195731167NUC2A Vue de la ferme 38 Grande Rue, façade postérieure. IVR41_20205730033NUC2A Ferme, 32 Grande Rue, élévation antérieure, détail de la niche au-dessus de la porte piétonne Ferme, 29 Grande Rue, élévation antérieure, détail de la partie habitation. IVR41_20205730009NUC2A
  • maison
    maison Bar-le-Duc - 18-20 rue des Ducs de Bar - en ville - Cadastre : 1825 F 144-1416 2012 AT 193
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    La parcelle correspond à trois fois la taille de celle définie par le privilège du duc Antoine en 1542. La demeure qui s'y trouvait et qui n'est pas documentée a été détruite par l'incendie du 25-26 . Les caves gardent des traces des caves antérieures accessibles depuis la rue et s'étendaient
    Référence documentaire :
    Histoire d’une partie méconnue de la ville de Bar-le-Duc, l’îlot de la halle BALAY (Jérôme ), Histoire d’une partie méconnue de la ville de Bar-le-Duc, l’îlot de la halle, rapport tapuscrit, Nancy Bar-le-Duc, 1850 : 80 dessins de la comtesse de Vesins Bar-le-Duc, 1850 : 80 dessins de la reconstruction des maisons de la halle reconstruction des maisons de la halle après l'incendie de reconstruction des maisons incendiées de la halle reconstruction des maisons incendiées de la halle
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    en berceau, puits (bouché), très nombreuses reprises de maçonnerie qui donnent à penser que la cave se continuait sous la rue actuelle
    Annexe :
    neuf maisons situées grande rue (aujourd’hui rue des ducs de Bar) et la partie ouest de la galerie de De l'incendie à la reconstruction Durant la nuit du 25 au 26 septembre 1788, un incendie détruisit bois. Le procès-verbal de visite du 20 octobre 1789 attribuait l’importance du sinistre à la présence obtenu pour des cens modiques des permissions de batir au pourtour de la même halle, constructions arrive très souvent à la ville haute ». Une reconstruction fut proposée dès 1789. Un premier mur en moellon devait être édifiées puis seize arcades de pierre de taille dont treize sur le grand côté (côté du premier ou bel étage les piliers qui supportent la charpente de la couverture et comme les piliers ». De l’autre côté, un mur-dossier était prévu, en simple moellon. La charpente de la partie brûlée accompagné d’un dessin d’élévation très précis, l’architecte soulignait que la séparation entre les habitations et la galerie « en partie en maçonnerie et partie en pans de bois avec torchies enduite de fauge
    Illustration :
    Vue de détail : essin en escalier du bandeau de séparation de niveau pour rattraper la différence
  • maison
    maison Bar-le-Duc - 24 rue des Ducs de Bar - en ville - Cadastre : 1825 F 1418 2012 AT 195
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    La parcelle est identique à celle définie par le privilège du duc Antoine en 1542. La demeure qui choix d'un parti ordonnancé avec bandeaux soulignant les niveaux et corniche. La toiture à longs pans
    Référence documentaire :
    Histoire d’une partie méconnue de la ville de Bar-le-Duc, l’îlot de la halle BALAY (Jérôme ), Histoire d’une partie méconnue de la ville de Bar-le-Duc, l’îlot de la halle, rapport tapuscrit, Nancy Bar-le-Duc, 1850 : 80 dessins de la comtesse de Vesins Bar-le-Duc, 1850 : 80 dessins de la reconstruction des maisons de la halle reconstruction des maisons de la halle après l'incendie de reconstruction des maisons incendiées de la halle reconstruction des maisons incendiées de la halle
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    soulignant l'allège Façade postérieure : sur la cour, repercée au cours du 19e siècle cave : entrée
    Annexe :
    neuf maisons situées grande rue (aujourd’hui rue des ducs de Bar) et la partie ouest de la galerie de De l'incendie à la reconstruction Durant la nuit du 25 au 26 septembre 1788, un incendie détruisit bois. Le procès-verbal de visite du 20 octobre 1789 attribuait l’importance du sinistre à la présence obtenu pour des cens modiques des permissions de batir au pourtour de la même halle, constructions arrive très souvent à la ville haute ». Une reconstruction fut proposée dès 1789. Un premier mur en moellon devait être édifiées puis seize arcades de pierre de taille dont treize sur le grand côté (côté du premier ou bel étage les piliers qui supportent la charpente de la couverture et comme les piliers ». De l’autre côté, un mur-dossier était prévu, en simple moellon. La charpente de la partie brûlée accompagné d’un dessin d’élévation très précis, l’architecte soulignait que la séparation entre les habitations et la galerie « en partie en maçonnerie et partie en pans de bois avec torchies enduite de fauge
  • Maison d'Industriel dite Villa Frühinsholz
    Maison d'Industriel dite Villa Frühinsholz Nancy - Parc de Saurupt - 77 avenue du Général Leclerc - en ville - Cadastre : 1972 BN 12
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    , datés de juillet et septembre 1908, sont conservés à l'office d'hygiène de la ville de Nancy. L'ensemble
    Représentations :
    sujet : feuilles de chêne, support : baies, rampe d'escalier, fronton pignon de la grande lucarne de la façade latérale droite ; sujet : fleurs, support : mosaïque du sol de la cage d'escalier sujet : ornement géométrique, support : garde-corps de la terrasse du bow-window sur la façade latérale droite
    Illustration :
    Façade antérieure : fronton pignon de la grande lucarne, détail. IVR41_19795409474ZA Vue d'ensemble de la verrière au chevrefeuille de la cage d'escalier IVR41_19825400317VA
  • Maisons, fermes de la commune de Gondrexange
    Maisons, fermes de la commune de Gondrexange Gondrexange
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    partiellement endommagées. La commune déclarée sinistrée le 29 août 1945 est alors soumise au projet de . Schott, architecte agrée de Sarrebourg qui a travaillé à la reconstruction ainsi que Joseph Denny. Dates
    Description :
    l’extérieur du village sur de grandes parcelles, avec un logis bien distinct de la partie exploitation. couverts de tuile mécanique et de tuile creuse. La particularité de cette commune est d'avoir reçu un plan plan. La cuisine est centrale, elle est éclairée par une cloison vitrée ou une flamande. La porte donnant accès à la cuisine en seconde pièce en profondeur. L'exploitation est composée d'une grange avec écurie derrière quand la ferme est à deux travées ou à coté de la grange dans les fermes à trois travées de plan. Les fermes ont de grands usoirs dont une partie devant l’exploitation est pavée. Il y a des maisons de manouvriers, quelques-unes rue de la Pêche subsiste et rue Madeleine. La porte piétonne servait au passage de deux vaches et des poules qui étaient logés à l'arrière du logis. La cuisine y est parfois borgne avec une seconde pièce noire à l'arrière. Des flamande sont aménagées. Dans la cuisine la cheminée est au large. Il y a des placards chauffant et des placard aménagés dans l'épaisseur des murs. La
    Typologies :
    ferme de la seconde reconstruction
    Titre courant :
    Maisons, fermes de la commune de Gondrexange
    Texte libre :
    Richelieu échu et versés dans la caisse des domaines : le grand étang de Gondrexange, le neuf étang de à un grand cabinet. Sur la rue à coté du vestibule est la cuisine placée au centre des appartements garde-robe le pourtour de la dite chambre lambrissé de hauteur en chêne. Il y a une grande armoire, une devant une chambre, un cabinet, et sur le derrière trois grands cabinets. A la suite de la cour il y a un de terre et de prés qui ne sont pas tous en état. Il y a à présent une marcairie et une ferme. La en même temps. La maison où il réside est nouvellement bastie et consiste en logement grange écurie . Cette cense de même que la marcairerie est considérablement augmentée au moyen des défrichements et de la construction d’une maison pour un fermier qui coutera fort peu les pierres estant sur place de Réparations faites à la maison bergerie de Gondrexange. Réparations faites à la maison bergerie et à celle de Gondrexange, la ferme de Ketsin située sur le ban de Gondrexange, la ferme de la canardière, la maison dite
    Illustration :
    Vue aérienne de Gondrexange pendant la reconstruction après 1945, ensemble scolaire et baraquements Relevé de l'état ancien de la ferme Chemidlin, 89 rue de France, P. Schott, 1951, AD57, 45J93 Relevé de l'état ancien de la ferme Chemidlin, plans de distribution de la ferme 89 rue de France Ferme de la Seconde reconstruction, 4 rue de Hertzing, élévation antérieure. IVR41_20195730753NUC2A Ferme de la Seconde reconstruction, 4 rue de Hertzing, maison d’habitation, élévation latérale Ferme de la Seconde reconstruction, 1 rue de Hertzing, élévation antérieure. IVR41_20195730760NUC2A Ferme de la Seconde reconstruction, 1 rue de Hertzing, bâtiment d'exploitation, élévation Vues de fermes, rue de la Liberté. IVR41_20195730762NUC2A Vue de maisons, rue de la Pêche. IVR41_20195730763NUC2A Vue de maisons, rue de la Pêche. IVR41_20195730764NUC2A
  • Maison du chanoine Andreu aussi appelée
    Maison du chanoine Andreu aussi appelée "Maison de la Bibliothèque" Remiremont - 20 rue des Prêtres - en ville - Cadastre : 2020 AC 183 Localisation sur le cadastre Napoléonien : section A, n°595.
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    l'emplacement de la maison de Nicolas Bagré (marguillier et vitrier de Remiremont). Son commanditaire en avait désignée : "maison de la bibliothèque". Une partie de ces collections constitue le fonds ancien de la ). La demeure été vendue aux enchères en tant que bien national (avec d’après l’acte de vente : « le jardin, la bûcherie, les écuries, aisances et dépendances attenantes ») et adjugée pour 2800 livres à ensuite passée à la famille Thouvenel puis à Madame Boulangé (fille du président Thouvenel), à son fils Charles-Paul Boulangé puis à la veuve de ce dernier, avant d'être achetée en 1933 par Françis Puton.
    Référence documentaire :
    Archives départementales des Vosges, plan de la maison/bibliothèque du chanoine Andreu, Fond Friry , cote : 6I42. Archives départementales des Vosges, Plan de la maison/bibliothèque du chanoine Andreu Archives municipales de Remiremont, notice sur la bibliothèque du chanoine Andreu par M. Richard (bibliothécaire). Cote : Ms 126/1. Archives municipales de Remiremont, notice sur la bibliothèque du chanoine
    Représentations :
    La porte bâtarde en bois est située sur la gauche de l'édifice. Elle est à linteau segmentaires gratuitement l'eau de la vie". Apoc. XXII).
    Description :
    Cette maison mitoyenne de chanoine est composée d'un corps de bâtiment principal donnant sur la rue segmentaires délardés moulurés et d'une porte bâtarde sur la gauche. Il compte une cave, un rez-de-chaussée
    Titre courant :
    Maison du chanoine Andreu aussi appelée "Maison de la Bibliothèque"
    Annexe :
    Histoire de la Bibliothèque La décision de créer une bibliothèque à Remiremont remonte au 11 mai 1727 lors de la visite du cardinal de Rohan sur place[1]. C’est alors qu’il a ordonné l’établissement de conférences ecclésiastiques ainsi que la formation d'une petite bibliothèque à laquelle le clergé de Remiremont en 1714 puis écolâtre en 1720 est alors chargé de la constituer. Son fond initial était de la princesse Béatrix de Lorraine (1662-1738) qui a acheté des ouvrages à Nancy et Paris[3]. Le Remiremont (au sein duquel le chanoine avait également un logement). Face à l’augmentation constante de la collection, le chanoine n’eut d’autre choix que de songer à trouver un espace plus grand. C’est ainsi qu’il a décidé en 1742 de faire construire une maison, appelée plus tard « Maison de la Bibliothèque », au 20 rue : l’abbé Bagré (vicaire de la paroisse). Le chanoine a ensuite légué la maison ainsi que sa bibliothèque au Andreu, mort en 1760)[4]. À la mort du chanoine Andreu (le 8 avril 1748), un long procès concernant la
    Illustration :
    Plan de la maison que le sieur François Andreu a fait construire à la rue des prêtres à Remiremont Elévation de la façade antérieure IVR41_20208810054NUDA Photographie de la maison du 20 rue des Prêtres IVR41_19748800058X
1 2 3 4 7 Suivant