Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 41 à 60 sur 126 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Architecture rurale de la commune de Ville-sur-Illon
    Architecture rurale de la commune de Ville-sur-Illon Ville-sur-Illon
    Dossier :
    Carte figurant les édifices repérés et étudiés dans le cadre de l'étude de l'architecture rurale de Dommartin et de Ville-sur-Illon. Architecture rurale de la commune de Ville-sur-Illon
  • Fontaine de l'Empereur
    Fontaine de l'Empereur Remiremont - faubourg de Neuvillers - rue Charles de Gaulle place Maxonrupt - en ville
    Historique :
    mobilier urbain mis en place à Remiremont, dans les années 1828-1830, par Stanislas Bresson, le maire. Elle est construite dans le faubourg de Neuvillers, en 1829, selon les plans de Jean-Baptiste Perrin , architecte, par Jean Etienne Sauret, entrepreneur à Remiremont.
    Canton :
    Remiremont
    Description :
    La fontaine de l'Empereur est située au centre de Remiremont, le long de la rue principale, sur le
    Localisation :
    Remiremont - faubourg de Neuvillers - rue Charles de Gaulle place Maxonrupt - en ville
  • fontaines de dévotion des Vosges
    fontaines de dévotion des Vosges
    Référence documentaire :
    Les fontaines qui au village pouvait guérir. L'exemple de la Meurthe et de la Meuse au XIXe siècle Aube, Jean-Paul. Les fontaines qui au village pouvait guérir. L'exemple de la Meurthe et de la Meuse au Les Saints lorrains : entre religion et identité régionale, fin XVIe- XIXe siècle Les Saints Les Chapelles de la montagne vosgienne. Bouvet Mireille-Bénédicte. Les Chapelles de la montagne . Les Cahiers Lorrains juin 1987 n°2 Sources, Fontaines et saints guérisseurs des Vosges. Les pouvoirs curatifs de l'eau Saint-Dizier , Marie-Helène. Sources, Fontaines et saints guérisseurs des Vosges. Les pouvoirs curatifs de l'eau
    Texte libre :
    l'Assomption. - Saint-Dié-des-Vosges - Saint-Etienne-lès-Remiremont : derrière l’église de l’Invention-de-Saint , Saint-Etienne-lès-Remiremont, et Gignéville. On peut relever que la plupart de ces fontaines se situent Sainte-Sabine à Saint-Etienne-lès-Remiremont, on peut solliciter la fonction thérapeutique en piquant La centaine de fontaines et sources miraculeuses ou de dévotion recensée dans les Vosges, ne %. (cf : Tableau de recensement des sources et fontaines de dévotion dans les Vosges). Toutefois leur habitants à proximité. 1. Christianisation des sources païennes et le culte des saints Les eaux sont probablement vénérées depuis les origines de l'humanité, en tant qu'élément fondamental de la vie, en lien d'une part avec la terre et ses forces protectrices et sa relation avec les morts, et d'autre part avec le ciel d'où la pluie apportent fécondité et purification. Les recherches archéologiques permettent l'Antiquité, comme Vittel, Martigny-les-Bains, Plombières-les-Bains, Bains-les-Bains. Si de nombreuses
    Illustration :
    Fontaine Sainte-Sabine à Saint-Etienne-lès-Remiremont, carte postale du début du 20e siècle Tableau de recensement des sources et fontaines de dévotion dans les Vosges Carte de répartition de fontaines de dévotion et commémoratives relevées dans les Vosges
  • usine de taille de granite dite graniterie
    usine de taille de granite dite graniterie Basse-sur-le-Rupt - au Jean-Pré - Nayes - en écart - Cadastre : 2011
    Description :
    Les bâtiments se composent d'une maison d'habitation sur laquelle s'appuie en retour d'équerre l'ancienne graniterie, d'un atelier qui abrite les machines actuellement utilisées et du bâtiment de turbine . L'ancienne graniterie abrite les vestiges d'une scie à pierre à fil, d'une scie à pierre à chassis horizontal (fabriquée par Althoffer à Remiremont) et d'une turbine (type Canson fabriquée par Althoffer à Remiremont ) qui les actionnait. Dans l'atelier, seule une ancienne polisseuse a été conservée. Les machines y
    Illustration :
    Ancienne graniterie, Turbine de type Canson fermée, fabriquée par Althoffer à Remiremont
  • Architecture rurale de la commune de Ville-sur-Illon
    Architecture rurale de la commune de Ville-sur-Illon Ville-sur-Illon
    Historique :
    , les chanoines réguliers de Dommartin-lès-Ville possèdent quelques biens en gagnages à Bainville , Bégnécourt, Dommartin-lès-Ville, Hymont, Les Ableuvenettes et Valfroicourt, pour un total de 447 jours de les deux brasseries sur le site de Dommartin dans la société « Maudru et compagnie ». Suite au décès Dans les années 1630, Ville-sur-Illon est un bourg rural attractif. La plupart des habitants possède quelques têtes de bétails, des meix, des jardins et des chènevières. Les articles et statuts communaux du 31 mars 1620 précisent les règles communes notamment en matière de pratiques agricoles. Trente de la garde de troupeaux communs par les pâtres. La culture se fait assolement triennal, alternant la vigne n’est pas mentionnée. Il y a deux fours banaux, l’un à Ville et l’autre à Dommartin, un moulin et un magasin à sel. Les professions des habitants y sont variées (artisanat, commerce alimentaire proximité de La Croix la Blanche et une autre de grès à La Perrière (Morizot, Jean-Aimé. Les Livron et les
    Référence documentaire :
    Idoux, M.-C. Les ravages de la guerre de Trente Ans dans les Vosges : 2e fascicule. Annales de la société d'émulation du département des Vosges, 1912, p. 1-234 Idoux, M.-C. Les ravages de la guerre de Trente Ans dans les Vosges : 2e fascicule. Annales de la société d'émulation du département des Vosges Michler, Mathieu. Les Vosges 88 . Paris : Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2004. - 426 p. : ill., croquis, plans, cartes ; 30 cm. (Carte archéologique de la Gaule) Michler, Mathieu. Les Morizot, Jean-Aimé. Les Livron et les débuts du Marquisat de Ville. JEV 2011 Morizot, Jean-Aimé . Les Livron et les débuts du Marquisat de Ville. In Actes des 13eme Journées d'Etudes Vosgiennes.14, 15 Jean-Paul Rothiot. Les propriétés ecclésiastiques autour de Dompaire et leur vente pendant la Révolution. In JEV 2011 Rothiot, Jean-Paul. Les propriétés ecclésiastiques autour de Dompaire et leur vente
    Description :
    , les autres fermes sont de grandes dimensions, à trois travées (21%) avec la grange séparant le logis Abandonnés, ruinés et gênant les champs remembrés, ils ont tous disparu, sauf trois (IA88032080), dont l'un ). Tous les bâtiments relevés sont parallèles à la voie, et 87% sont mitoyens. En effet le bourg est dense par la porte charretière. Les logis sont plutôt en profondeur (59%), avec une chambre (le poêle ) s’ouvrant sur la rue et une cuisine derrière éclairée par le mur pignon. Les logements en largeur (41 %) présentent les deux pièces d’habitation en façade antérieure, avec souvent une chambre derrière. Deux pièces (poirier) est encore présent en façade. Les jardins potagers s’étendent généralement à l’arrière, clôturés par des murets en pierre sèche avec une couvertine en pierres de taille demi-cylindriques. Les fermes laquelle repose des tuiles mécaniques. Des matériaux de couverture tels que les tôles, le ciment-amiante sont aussi visibles (20%). Les encadrements des ouvertures sont en pierre de taille de grès dont les
    Illustration :
    Ville-sur-Illon, vue de Dommartin-lès-Ville depuis La Folie. IVR41_20208830546NUC2A Carte figurant les édifices repérés et étudiés dans le cadre de l'étude de l'architecture rurale de Dommartin et de Ville-sur-Illon. IVR41_20208810384NUDA Carte figurant les édifices repérés et étudiés dans le cadre de l'étude de l'architecture rurale de Carte figurant les édifices repérés et étudiés dans le cadre de l'étude de l'architecture rurale Ville-sur-Illon, Dommartin, vue de la rue de Mirecourt. IVR41_20208831523NUC2A Ferme n°9, Ville-sur-Illon, Dommartin, 23 route de Mirecourt, façade antérieure, vue d'ensemble de Ferme n°9, Ville-sur-Illon, Dommartin, 23 route de Mirecourt, façade antérieure, vue de détail de Ferme n°9, Ville-sur-Illon, Dommartin, 23 route de Mirecourt, façade antérieure, vue de détail de Ferme n°10, Ville-sur-Illon, Dommartin, 31 route de Mirecourt, façade antérieure, vue d'ensemble de
  • Les petites industries hydrauliques des Hautes-Vosges
    Les petites industries hydrauliques des Hautes-Vosges
    Historique :
    Les moulins sont cités dans les archives dès le 12e siècle, les premières scieries sont attestées ’énergie relocalisent les industries vers les bourgs au plus près de la main d’'œuvre et des dessertes routières et ferroviaires. L’énergie hydraulique est complétée à la fin du 19e siècle par les machines à vapeur puis au début du 20e par les moteurs thermiques puis par l’électricité. L’exploitation des sites hydrauliques de faible puissance (inférieurs à 10 cv) ne perdure que dans les très petites industries isolées qui l’'utilise en entrainement direct, elle cesse leur activité dans les années 1960 - 1970. Les sites au potentiel plus importants sont exploités, dès les années 1920, pour produire de l’'électricité à l
    Description :
    Les moulins, situés au centre des villages, n’'ont laissés que peu de traces. Ils sont généralement aléatoire. Les scieries domaniales initialement construites au pied des forêts sont délaissées au cours du 19e siècle au profit de nouvelles constructions en bordure de village où l’eau est plus abondante. Les féculeries, ainsi que les nouvelles industries grosses consommatrices d’eau les y rejoignent. Les traces de le long des rivières, mais aussi par les étangs-réservoirs avec déversoir de superficie et conduite forcées destinés à alimenter les turbines. Au cours de l'étude 397 édifices ont été repérés et 46 étudiés . BIBL Des bois dont on fait les Vosges. Une histoire de la forêt vosgienne : catalogue / Exposition
    Titre courant :
    Les petites industries hydrauliques des Hautes-Vosges
    Texte libre :
    conduire, d’élever et de ménager les eaux pour les différens besoins de la vie [1737-1739]. Paris : Jombert , 1782-1789, Première partie, tome premier. BELHOSTE, Bruno, LEMAÎTRE, Louis. « J.V. Poncelet, les ingénieurs militaires et les roues et turbines hydrauliques ». Cahier d’histoire des sciences et des techniques, no 29, 1990, p. 33-89. BOILEAU, Pierre-Prosper. Instruction pratique sur les scieries [1855 ]. Paris : E. Lacroix, 1861. BOITHIAS, Jean-Louis, BRIGNON, Marc. Les Scieries et anciens sagards des et bûcherons. Barembach : J.-P. Gyss, 1983 (1896). HENRY Jean-Yves, « Les scieries hydrauliques : 10.4000/insitu.12965 HUSSON, Jean-Pierre, Les hommes et la forêt en Lorraine. Paris : C. Bonneton, 1991 -1846]. Nancy : chez l’auteur, 1848. MICHIELS, Alfred, SCHULER Théophile, Les bûcherons et les comprenant les premiers éléments de la science des machines et leur application aux scieries forestières ,1547. Autres sources : Archives départementales des Vosges : 98P (Scieries et ouvrages dans les forêts
    Illustration :
    siècle, tirée de "Les montagnes de France. Les Vosges" de G Fraipont. IVR41_20148810034NUC2A
  • Dossier de synthèse de l'aire d'étude urbaine de Remiremont
    Dossier de synthèse de l'aire d'étude urbaine de Remiremont Remiremont
    Dossier :
    Vue aérienne depuis l'Est : au premier plan le faubourg vers Bussang et les grands ensembles Dossier de synthèse de l'aire d'étude urbaine de Remiremont
  • Fontaine du Jardin des Olives
    Fontaine du Jardin des Olives Remiremont - rue des Prêtres - en ville - Cadastre : 2016 AB 224 au centre du jardin enclos situé au sud-est du palais abbatial
    Dossier :
    Groupe "Les derniers jours d'Herculanum" de Denis Foyatier (sculpteur) dans le jardin de l'Abbatiale de Remiremont, carte postale du début du 20e siècle. Fontaine du Jardin des Olives
  • Bains-douches des Vosges
    Bains-douches des Vosges
    Référence documentaire :
    Les bains-douches en Limousin, une hygiène populaire au début du XXe siècle Aymard, Colette. « Les Comment les bains-douches sont devenus municipaux dans "Histoire & Patrimoine du Pays de Mirecourt " Chiaravalli, Danièle. Comment les bains-douches sont devenus municipaux dans "Histoire & Patrimoine du Pays de Mirecourt", Les Amis du vieux Mirecourt-Regain. septembre 2011, n°4, p. 10 Strasbourg, Colmar, Mulhouse : les programmes de bains municipaux en Alsace au début du XXe siècle , une politique volontaire d'hygiène publique. Triboux, Patrice. Strasbourg, Colmar, Mulhouse : les
    Texte libre :
    médecin sur le site (Gérardmer, Remiremont, Épinal, Thaon-les-Vosges). Attachés aux bains, ils de bains luxueuses différenciées. Par exemple, les bains de Remiremont et d'Epinal au début du 20e siècle jusque dans les années 1970, où la majorité a fermé, suite à la généralisation des salles de bain les curistes dans une optique médicale, mais aussi par les autochtones qui viennent s'y baigner régulièrement. Ainsi plusieurs stations thermales proposent des bains payants pour les curistes et gratuits pour les habitants (financés par la commune). Toutefois, des organisations et des espaces différents sont développement de la morale et de l’ordre public. Sur le modèle de l'Angleterre qui redécouvre les bains l'intérieur, de l'agriculture et du commerce, chargée de recueillir en France et à l’étranger tous les documents relatifs aux moyens de créer dans les grands centres de population des bains et lavoirs publics commission de disposer d'un crédit de 600 000 francs, pour encourager dans les grandes villes la création
    Illustration :
    lavoir - établissement de bains du Bastard à Remiremont, carte postale vers 1905 Carte de répartition des piscines existantes dans les Vosges IVR41_20178835524NUC2A Carte de répartition des établissements de bains-douches relevés dans les Vosges
  • ensemble de 17 verrières : verrières figurées (baies 0, 1, 2, 5, 6, 11 à 20) ; verrières géométriques (baies 3, 4)
    ensemble de 17 verrières : verrières figurées (baies 0, 1, 2, 5, 6, 11 à 20) ; verrières géométriques (baies 3, 4) Nancy - 10 boulevard Georges Clémenceau - en ville
    Historique :
    destruction des anciennes verrières en 1944. Les verrières du choeur sont une copie de celles qui furent l'église de Dommartin-la-Chaussée (lors de la construction de la chapelle en 1875) et détruites en 1918. Le -Marie devant l'église de Dommartin-la-Chaussée a été réalisé d'après un dessin du peintre lorrain Pierre documentation de l'école, les baies côté nord (5, 6, 11, 13, 15, 17) ont été remaniées afin de permettre
    Représentations :
    , représentation de l'église de Dommartin-la-Chaussée ; baie 1 : Annonciation / Nativité ; baie 2 : Présentation au
    Description :
    Toutes les baies sont composées d'une lancette en arc trilobé surmontée d'un jour de réseau en trèfle. Les verrières 1, 2, 5, 6 se composent de 2 registres figurés encadrés d'un décor géométrique. Les verrières 3 et 4 sont géométriques. Les verrières de la nef 11 à 18 présentent une scène unique hagiographique ou mariale. Sur le registre inférieure de la verrière axiale (0) sont représentées les soeurs de , en arrière-plan, l'église de Dommartin-la-Chaussée, village lorrain (54, canton de Thiaucourt , édifice contenant les verrières (IA54002434). Les verrières 0, 1, 2 sont signées "Benoît frères maîtres verriers" et datées 1947 ; les verrières 11, 13 à 17 sont datées 1949, la 11 signée "Benoît Frères Nancy " ; les verrières 12, 18 sont datées 1950, la 12 signée "Benoît Frères Nancy".
    Illustration :
    Verrière 0, détail du registre inférieur : l'abbé Daunot et les soeurs de la Sainte-Enfance de Marie devant l'église de Dommartin-la-Chaussée. IVR41_20075410278NUC2A
  • Charrue
    Charrue Ville-sur-Illon - Dommartin - rue de Dommartin - en village - Cadastre : 2020 AA 34 Sur l'usoir public, devant la parcelle cadastrale 2020 AA 34
    Historique :
    La charrue située rue de Dommartin, à Ville-sur-Illon provient des ateliers de fabrication de
    Description :
    La charrue située rue de Dommartin, à Ville-sur-Illon est le modèle n°504 de l'atelier de entretoise métallique est fixé, ainsi que le coutre et un soc dissymétrique en dessous. Les assemblages sont
    Localisation :
    Ville-sur-Illon - Dommartin - rue de Dommartin - en village - Cadastre : 2020 AA 34 Sur l'usoir
    Illustration :
    Charrue, Ville-sur-Illon, rue de Dommartin. Vue d'ensemble du coté droit. IVR41_20208831638NUC2A Charrue, Ville-sur-Illon, rue de Dommartin. Vue d'ensemble du coté gauche. IVR41_20208831639NUC2A Charrue, Ville-sur-Illon, rue de Dommartin. Vue d'ensemble du coté droit. IVR41_20208831640NUC2A Charrue, Ville-sur-Illon, rue de Dommartin. Vue de détail de la signature sur l'avant-train Charrue, Ville-sur-Illon, rue de Dommartin. Vue de détail de la signature sur l'avant-train
  • Statue de l'Enfant au dauphin
    Statue de l'Enfant au dauphin Remiremont - rue des Pretres - en ville - Cadastre : 2016 AB 224 au centre du jardin enclos situé au sud-est du palais abbatial
    Dossier :
    Statue de l'enfant au dauphin de la fontaine du jardin des Olives à Remiremont, vue d'ensemble de Fontaine du jardin des Olives à Remiremont, vue de détail de la statue de fonte Production de fontaines par les fonderies de Ducel et du Val d'Osne dans les Vosges Fontaine du jardin des Olives à Remiremont, vue de détail de la statue de fonte Fontaine du Jardin
  • Fontaine - abreuvoir de la rue Maucervelle
    Fontaine - abreuvoir de la rue Maucervelle Remiremont - rue Maucervelle place Jules Méline - en ville
    Historique :
    Remiremont, dans les années 1828-1830, par Stanislas Bresson, le maire. Elle est établie sur la place du Defranoux, maitre maçon à Remiremont. Les éléments de fonte sont fournis en 1829 par Henry Stehelin, maitre marché aux bêtes et construite en 1828, selon les plans de Jean-Baptiste Perrin, architecte, par Jacques
    Canton :
    Remiremont
    Représentations :
    Les trois cygnes en fonte qui ornent les jets d'eau sont représentés de face, les ailes ouvertes et
    Description :
    Remiremont, en bordure de l'ancienne place de marché aux bêtes, le long d'une des rues principales. Elle est surmonté par un fronton arrondi sculpté d'une coquille. Les deux barres de fer placées sous les jets pour y
    Localisation :
    Remiremont - rue Maucervelle place Jules Méline - en ville
  • ensemble des 8 fontaines à Remiremont
    ensemble des 8 fontaines à Remiremont Remiremont - rue Charles de Gaulle place de la Libération rue des Pretres - en ville
    Historique :
    Les 8 fontaines font partie d'un ensemble de mobilier urbain mis en place à Remiremont, dans les installées entre 1828 et 1829, selon les plans de Jean-Baptiste Perrin, architecte à Remiremont. Elles sont construites par Jean Etienne Sauret, Pierre Sauret entrepreneurs à Remiremont, Jacques Defranoux, maitre maçon à Remiremont, et Henry Stehelin, propriétaire de forges à Bitchwiller (Alsace) La fontaine du jardin des Olives complète l'ensemble vers 1849, selon les plans de Charles Perron, architecte à Remiremont, mis en œuvre par Jean-Baptiste Pierre, Romary Pierre et Antoine Pierre entrepreneurs associés à Remiremont. Au fils du temps, certaines ont été détériorés et ont dû être reconstruites avec des
    Canton :
    Remiremont
    Description :
    L'ensemble des 8 fontaines établies vers 1828-1830 à Remiremont est réparti le long des principales
    Localisation :
    Remiremont - rue Charles de Gaulle place de la Libération rue des Pretres - en ville Remiremont - rue Lattre-de-Tassigny place de la Courtine rue de la Xavée - en ville Remiremont - rue Maucervelle place Jules Meline - en ville Remiremont - place du palais abbatial - en ville Remiremont - rue Charles de Gaulle - en ville Remiremont - faubourg de Neuvillers - rue Charles de Gaulle place Maxonrupt - en ville Remiremont - place des Travailleurs rue de la Xavée boulevard Thiers - en ville Remiremont - rue des Prêtres - en ville
    Titre courant :
    ensemble des 8 fontaines à Remiremont
    Illustration :
    Fontaine du Cygne à Remiremont, vue d'ensemble de trois quarts droit. IVR41_20168834950NUC2A Fontaine des Dauphins à Remiremont, vue d'ensemble depuis le nord-ouest IVR41_20168834963NUC2A Fontaine Mesdames à Remiremont, vue d'ensemble depuis l'ouest IVR41_20178835037NUC2A Fontaine des Capucins à Remiremont, vue d'ensemble de trois quarts droit. IVR41_20168834945NUC2A Fontaine des Travailleurs à Remiremont, vue d'ensemble depuis le sud IVR41_20168834973NUC2A Fontaine du jardin des Olives à Remiremont, vue d'ensemble de face. IVR41_20168834982NUC2A
  • ensemble de 17 verrières : verrières figurées (baies 0, 1, 2, 5, 6, 11 à 20) ; verrières géométriques (baies 3, 4)
    ensemble de 17 verrières : verrières figurées (baies 0, 1, 2, 5, 6, 11 à 20) ; verrières géométriques (baies 3, 4) Nancy - 10 boulevard Georges Clémenceau - en ville
    Dossier :
    Verrière 0, détail du registre inférieur : l'abbé Daunot et les soeurs de la Sainte-Enfance de Marie devant l'église de Dommartin-la-Chaussée. ensemble de 17 verrières : verrières figurées (baies 0
  • Présentation du village de Corcieux - Version provisoire
    Présentation du village de Corcieux - Version provisoire Corcieux - en village
    Historique :
    , Vienville, Rennegoutte et les Arrentès-de Corcieux. Le territoire de la Houssière et une partie de celui de la tour de Fléville" y est attesté à partir du 17e siècle. Les seigneurs de Courcol, Royer, de Franc pour le temporel du chapitre de Remiremont et pour le spirituel du chapitre de Saint-Dié (?). La haute justice y était exercée par le duc de Lorraine. En 1792, les différentes communes prennent leur contour fusillés et 104 déportés. Mi-novembre 1944, devant l'avancée des troupes alliées, les troupes nazies pratiquent une politique de terre brûlée et détruisent par les flammes 9 cités de la montagne vosgienne dont
    Description :
    les fonctions administratives et religieuses et accueille plus de 70 commerçants. La majeure partie de la population vit dans près de 150 fermes réparties dans les nombreux hameaux périphériques à
    Texte libre :
    Bibliographie BOUVIER, Félix. Les Vosges pendant la Révolution, 1789-1795-1800 : étude historique transvosgiens : 80e anniversaire de la fin du conflit 1914-1918 dans les Vosges, 1999, n° 14, p. 12-23 . Les perles de la Vologne et le Château-sur-Perles. Mémoires de l’Académie Stanislas, 1869, p. 10-30 . HEILI, Pierre. Les Vosgiens vus par eux-mêmes : us et coutumes des habitants des Vosges dans la première moitié du XIXe siècle. In : Regards inédits sur les Vosges. Les projets de statistique départementale documents sur l’histoire des Vosges ; 2). HURSTEL, Jean. Les coffres en sapin polychromés des Hautes-Vosges . Pierre Nicole et l’hospice de Vichibure. Issy-les-Moulineaux : Impr. St-Paul, 1951. PHILIPPE, André. Les armoires eucharistiques dans l’Est de la France et particulièrement dans les Vosges. Dans Annales de la société d’émulation du département des Vosges, 1924-1925, p. 1-56. PFISTER, Charles. Les testaments des , 1911. SESMAT, Pierre. Les églises-halles classiques en Lorraine. Th. habilitation. : Hist. Art
    Illustration :
    Plan de reconstruction et d'aménagement, représentant les bâtiments détruits, 1946
  • lavoir - établissement de bains du Bastard
    lavoir - établissement de bains du Bastard Remiremont - place du Batardeau - en ville
    Historique :
    , entrepreneurs à Remiremont et François Fleurot, entrepreneur au Val d’Ajol, pour 24 286, 50 francs. Les de gardien est entreprise sur la place Batardeau, en remplacement du lavoir de la Courtine, selon les plans et devis dressés par Charles Perron, architecte à Remiremont. C'est l'un des premiers établissements de bains dans les Vosges (avec celui de la Louvière à Epinal en 1851). Il s'inscrit dans une dépenses totales évaluées à 52000 francs, soit une subvention de 17000 francs. Les 2/3 restants sont à la charge de la commune. Les travaux du corps central sont attribués à Antoine Pierre, Nicolas Etienne Defranoux et Louis Schveikofer, entrepreneurs à Remiremont, Jacques Macron entrepreneur à Bains, et Jean construction des deux pavillons latéraux pour la buanderie, les bains publics et les clôtures d’aisances utilisée par les habitants qui préfèrent les méthodes traditionnelles. Les bains eux sont bien appréciés . L’établissement du Bâtard étant en déficit, la commission des Bains publics de Remiremont propose en 1878 de le
    Référence documentaire :
    Archives communales de Remiremont Archives communales de Remiremont - Archives départementales des Remiremont. Histoire de la ville et de son abbaye Société d'Histoire de Remiremont. Remiremont
    Canton :
    Remiremont
    Description :
    Le lavoir du Bastard (détruit) a été implanté au centre de la ville de Remiremont, sur une place sur deux niveaux, pour abriter les bains, la buanderie et le logement du gardien. La buanderie est , des bandeaux, des corniches et des piliers en pierre de taille. Les toitures sont à longs pans
    Localisation :
    Remiremont - place du Batardeau - en ville
    Texte libre :
    Lavoir et bains de la place du Bastard à Remiremont (sources : AD88 - 2O401/14) 1. Construction et qui doit être changé d’endroit car il est trop étroit. Selon les plans et devis dressés par Charles Perron, architecte à Remiremont, le projet débutera par la construction d'une partie centrale puis construire dressé par Charles Perron, le 20 10 1851) Le 19 août 1851, les travaux du corps central sont attribués à Antoine Pierre, Nicolas Etienne Defranoux et Louis Schveikofer, entrepreneurs à Remiremont 1852, le bâtiment central est achevé et les deux bâtiments latéraux (bains et buanderie) sont prévus avril 1852. Elle précise que les travaux devront être achevés avant le 1 janvier 1854, car la subvention a été prise sur le budget 1852, reporté en 1853. Cette lettre valide également les prix du Gouvernement de les augmenter : - Cuvier pour lessive sans combustible : 50c plus, avec linge : 30c A la lecture des instructions concernant les bains et lavoirs publics, données
    Illustration :
    lavoir - établissement de bains du Bastard à Remiremont, plan de situation dressé par Charles Evolution des entrées aux bains du Bastard à Remiremont, entre la mise en service (mai 1855) et la lavoir - établissement de bains du Bastard à Remiremont, carte postale vers 1905 lavoir - établissement de bains du Bastard à Remiremont, carte postale vers 1905 lavoir - établissement de bains du Bastard à Remiremont, vue de la facade antérieure avant 1903
  • Édifices des eaux de la plaine des Vosges
    Édifices des eaux de la plaine des Vosges
    Texte libre :
    dans la commune. (source AD88 - 2O19/9). Les lavoirs-bains-douches d’Épinal et de Remiremont en La plaine des Vosges se caractérise par un habitat en villages ou hameaux denses, où les pratiques gestion privée de l'eau se limite aux puits situés dans la maison ou sur l'usoir pour satisfaire les besoins quotidiens du logis, et aux sources isolées dans les prés pour abreuver le bétail sur place. L'eau de calcaire, et sa gestion s'apparente à celle observable dans le centre de la Lorraine. Les principaux cours d'eau (La Moselle, Le Madon, La Saône, Le Vair et la Meuse) structurent les aires de répartition de formes particulières. Les édicules liés à l'eau dans la plaine des Vosges actuellement visibles ont principalement été établis au cours du 19e siècle. Même si les témoignages sont assez rares, il source ou d'un puits, voire d'un gué pour laver les chevaux. Toutefois, la gestion de l'eau revenant à la municipalité après la Révolution Française, celles-ci s'attèlent à créer les conditions de salubrité et
    Illustration :
    Carte figurant les lavoirs à bassins excavés relevés dans les Vosges. IVR41_20178810415NUDA Tableau de recensement des édicules liés à l'eau relevés dans la plaine des Vosges : les lavoirs Tableau de recensement des édicules liés à l'eau relevés dans la plaine des Vosges : les fontaines Tableau de recensement des édicules liés à l'eau relevés dans la plaine des Vosges : les réservoirs , les puits et les bains-douches (partie 3/3) IVR41_20178835708NUC4Y Carte de répartition de fontaines circulaires et hémicirculaires relevées dans les Vosges et de
  • Mobilier du temple de Remiremont
    Mobilier du temple de Remiremont Remiremont - place Mesdames - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique étude urbaine de Remiremont
    Historique :
    communauté naissante : vases liturgiques, autel et nappe pour les baptêmes et communions, une orbe de pasteur , un drap mortuaire et une chaire pastorale. un harmonium est acquis pour accompagner les chants. En
    Référence documentaire :
    Registre de délibération de la communauté protestante de Remiremont Archives de la communauté protestante de Remiremont - Registre de délibérations
    Canton :
    Remiremont
    Localisation :
    Remiremont - place Mesdames - en ville
    Titre courant :
    Mobilier du temple de Remiremont
    Annexe :
    Inventaire des biens mobiliers de la paroisse protestante de Remiremont Le 10 février 1878, lors de l'installation du premier pasteur, une liste est dressée des objets de première nécessité : les vases, une table et une nappe pour les baptêmes et la communion, une robe de pasteur, un drap mortuaire, une chaire à
  • Production de fontaines par les fonderies de Ducel et du Val d'Osne dans les Vosges
    Production de fontaines par les fonderies de Ducel et du Val d'Osne dans les Vosges
    Référence documentaire :
    haut-Marnais (ASPM) - janvier 2011. contenant les articles : "Raon l'Etape, secret d'archives" de Guy Les Fontaines de Raon l'Etape Janot, Bernard. Les Fontaines de Raon l'Etape, dans Journées d'études . Les Éditions de l'Amateur, 1985. 319p.
    Titre courant :
    Production de fontaines par les fonderies de Ducel et du Val d'Osne dans les Vosges
    Aires d'études :
    Remiremont
    Texte libre :
    20 fontaines dans les Vosges ont été identifiées comme provenant des fonderies Ducel ou de la 1995, a sans doute été une source d'inspiration pour les communes voisines ; en premier lieu La Neuveville-lès-Raon (1900), qui a été rattachée à la ville en 1947, mais également Senones, Moyenmoutier ont été installées sur la commune de Remiremont et sa voisine Saint-Amé (1908). De manière isolée , Saint-Ouen-lès-Parey a également acquis une statue en fonte. Hormis à Vexaincourt, il s'agit de fonderie du Val d’Osne, en 1878. Les ateliers sont alors fermés mais l'entreprise du Val d’Osne continue de commercialiser les modèles sous son nom, souvent avec les cartouches d’origine. La différenciation des les valeurs portées par la ville (fontaines de la Concorde, du Bonheur) ou d'évoquer voire d'invoquer sur une colonne d'alimentation et un bassin en fonte provenant de la même fonderie, choisis parmi les modèles circulaires ou ovales proposés sur les catalogues. Parfois, il s'agit d'un ensemble préétabli par
    Illustration :
    Grande fontaine de Saint-Ouen-lès-Parey, vue d'ensemble de trois quarts droit Fontaine de Diane Chasseresse à La Neuveville-lès-Raon, vue d'ensemble de face Fontaine du jardin des Olives à Remiremont, vue de détail de la statue de fonte dans les Vosges IVR41_20178835533NUC4Y dans les Vosges. IVR41_20178810424NUDA