Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 5 sur 5 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Cycle de la vie de saint Èvre
    Cycle de la vie de saint Èvre Mécrin - rue de l'église - en village
    Inscriptions & marques :
    planté sur une plaine de même accompagné au francs quartier d'une comète d'or et en pointe de deux fleurs Mr l'abbé L. Jehet étant curé." + armoiries de Léon XIII (peu lisibles) : D'azur au cyprès de sinople croix haute et potencée d'argent chargée de neuf mouchetures d'hermine de sable plantée sur une plaine de sinople, adextrée d'un lion d'argent et senestrée d'un dauphin d'or affrontés, au chef cousu Ginisty évêque de Verdun Mr l'abbé R. Laprune étant curé." + armoiries de Pie XI : Coupé au 1 d’or à l’aigle de sable ; au 2 d’argent à trois tourteaux de gueules. - Tiare papale : d’or et d’argent - Clés en
  • Haut de crosse
    Haut de crosse Verdun - - - en ville
    Historique :
    fouilles effectuées dans la cathédrale de Verdun. Ces opérations archéologiques menées au lendemain de la Première Guerre mondiale permirent en effet de dégager d’anciennes tombes, qui avaient été recouvertes au moment des travaux de restauration conduits par le chanoine de Plaine après l’incendie survenu à la
    Protections :
    classé au titre objet 1963/01/25
    Description :
    Orné au niveau du nœud de six médaillons trilobés, ce haut de crosse ou crosseron est constitué
  • Cave de bâtiment disparu
    Cave de bâtiment disparu Rouvres-en-Woëvre - Le Moulin de Rouvres - isolé - Cadastre : 2011 C 946 bâtiment non représenté, localisation incertaine à 10, 00 m ; peut-être situé à cheval sur les parcelles 932 et 946
    Description :
    entrée Sud est de plain-pied avec le terrain naturel alors que l'entrée Nord, débouchant au pied du
  • Camp militaire allemand du Moulin de Rouvres
    Camp militaire allemand du Moulin de Rouvres Rouvres-en-Woëvre - Le moulin de Rouvres - isolé - Cadastre : 1978 C2 542, 932, 934, 946, 1004 2011 C 542, 930, 932, 934, 946
    Historique :
    L'offensive allemande dans la plaine de la Woëvre, en avant de Verdun, intervient dans les premiers mesure, de masquer partiellement ces réalisations de vues aériennes. Destiné au repos des troupes, le
    Référence documentaire :
    ), incluant le moulin de Rouvres et ses abords. Canevas de tir (plan directeur), 1/20.000e, surchargé, état au bâtiments du camp représentés. Etain 7-8, carte topographique au 1/20.000e, 1935.
  • hôpital puis hôpital général puis hospice Sainte-Catherine, aujourd'hui maison de retraite Sainte-Catherine
    hôpital puis hôpital général puis hospice Sainte-Catherine, aujourd'hui maison de retraite Sainte-Catherine Verdun - 52, 54 rue Saint-Sauveur - en ville - Cadastre : 1973 AE 115
    Historique :
    aurait été fondé au VIe siècle sous l’épiscopat d’Airy. Beaucoup plus tard, en 1094, il apparaît sous apporter de preuves historiques, que sa construction ne fut pas achevée au XIVe siècle. (Clouët, 1867-1870 connut des phases de travaux en 1672, 1739 et 1753. Fermée au culte au 1790, elle est réaffectée en 1802 d’entre eux (corps C et D) conservaient des éléments des XVe et XVIe siècles. Le corps E, au sud, est
    Description :
    deux entités : 1) Au nord, jouxtant la chapelle Sainte-Catherine orientée ouest-est (donc , appelé « Communauté », le corps B en retour d’équerre au nord (pavillon des femmes), le corps C qui lui fait face côté chapelle au sud, le corps D (pavillon des hommes) qui fait face au corps A, côté ouest ouverte. 2) Au sud de la chapelle, un ensemble de trois corps de bâtiments délimitant deux cours , corps F (pavillon Peroux) au nord, corps H (pavillon Cumières) au sud, corps de liaison G entre les deux mécanique sur l’ensemble des bâtiments. Les bâtiments les plus anciens ,au nord, étaient couverts à niveaux de baies, couvertes en plein cintre au 1er niveau, à linteau droit au second niveau. Les deux plain cintre encadré de pilastres à bossages en table, amorti par un fronton triangulaire à décor de soubassement élevé (correspondant au sous-sol), deux niveaux de baies à linteau droit et chambranle mouluré (4 . Façade sur cour (nord) : Deux niveaux de baies couvertes en arc segmentaire.(linteaux de bois au second
    Annexe :
    (fortement remanié au XVIIIe siècle) appartiennent à la chapelle. Deux arguments plaident en faveur de cette dendrochronologie de la sablière située au-dessus des arcades. La datation obtenue, le XIIIe siècle, indique XIVe et le XVIe siècle. Quoi qu’il en soit, on peut difficilement admettre, au vu des deux travées vraisemblable que la construction du corps C soit à placer au XVe ou au XVIe s. Elle aurait été rendue possible apparaît que le corps D a vraisemblablement été construit au XVIe siècle, comme en témoigne la mise en XIVe et le XVIe siècle. Quoi qu’il en soit, on peut difficilement admettre, au vu des deux travées vraisemblable que la construction du corps C soit à placer au XVe ou au XVIe s. Elle aurait été rendue possible apparaît que le corps D a vraisemblablement été construit au XVIe siècle, comme en témoigne la mise en important remaniement d’ensemble, au XVIIIe siècle, des corps existants (C,D) et la construction ou bâtiment confirme l’exécution, au moins partielle, du projet. (façade est, gouttereau nord). En revanche
1