Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 20 sur 20 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Les fermes de la commune de Raon-sur-Plaine
    Les fermes de la commune de Raon-sur-Plaine Raon-sur-Plaine - bâti dense
    Localisation :
    Raon-sur-Plaine - bâti dense
    Titre courant :
    Les fermes de la commune de Raon-sur-Plaine
    Texte libre :
    Les fermes de la commune de Raon-sur-plaine répondent à la typologie de la vallée de la Plaine . Elles sont principalement mitoyennes au centre du bourg et organisée de part et d'autre de l'axe routier qui mène au Col du Donon (716 m). 9 fermes ont été repérées sur le territoire de la commune dont quatre sont étudiées. Elles ont toutes perdu leur fonction agricole au profit d'une fonction essentiellement résidentielle. 7 sont situés au centre du bourg et 2 fermes d'altitude aux abords de la route du
  • Les fermes de la commune de Celles-sur-Plaine
    Les fermes de la commune de Celles-sur-Plaine Celles-sur-Plaine - bâti dense
    Localisation :
    Celles-sur-Plaine - bâti dense
    Titre courant :
    Les fermes de la commune de Celles-sur-Plaine
    Texte libre :
    Les fermes de la commune Celles-sur-Plaine répondent à la typologie de la vallée de la Plaine . Elles sont principalement mitoyennes au centre du bourg et organisée de part et d'autre de la route départementale 392A. Elles ont été majoritairement reconstruites au 19e siècle, suite à de multiples incendies et dont quatre sont étudiées. Elles ont toutes perdu leur fonction agricole au profit d'une fonction essentiellement résidentielle. Elles sont situées au centre du bourg. Les chronogrammes s'étagent entre 1740 et
  • Les fermes de la commune de Luvigny
    Les fermes de la commune de Luvigny Luvigny
    Texte libre :
    Les fermes de la commune de Luvigny répondent à la typologie de la vallée de la Plaine. Elles sont principalement mitoyennes au centre du bourg et organisée en îlots au centre du bourg. 6 fermes ont été repérées sur le territoire de la commune dont une est étudiée. Elles ont toutes perdu leur fonction agricole au profit d'une fonction essentiellement résidentielle. Elles sont situées au centre du bourg. Les
  • Les fermes de la commune d'Allarmont
    Les fermes de la commune d'Allarmont Allarmont
    Texte libre :
    Les fermes de la commune d'Allarmont répondent à la typologie de la vallée de la Plaine. Elles sont principalement mitoyennes au centre du bourg et organisée de part et d'autre de la route départementale 392 et de l'axe routier qui enjambe la Plaine pour rejoindre Bionville. 8 fermes ont été repérées sur le territoire de la commune dont deux sont étudiées. Elles ont toutes perdu leur fonction agricole au profit d'une fonction essentiellement résidentielle. Elles sont situées au centre du bourg. Les chronogrammes
    Illustration :
    Ferme n°3, aujourd'hui auberge, détail de la porte piétonne au linteau daté de 1722
  • Les fermes de la commune de Raon-l'Etape
    Les fermes de la commune de Raon-l'Etape Raon-l'Étape - bâti dense
    Texte libre :
    exception. Situé à l'entrée de la vallée de la Plaine, ses fermes répondent à la typologie locale. 9 fermes leur fonction agricole au profit d'une fonction essentiellement résidentielle. Elles sont situées au
  • Les aménagements de la rivière Plaine
    Les aménagements de la rivière Plaine en village
    Historique :
    Les archives attestent la présence de nombreuses scieries dans la vallée de la Plaine dès la fin du 16e siècle. On en dénombre 43, de part et d’autre de son cours au milieu du 18e siècle (AD54 4F3), les 1912, 28 scieries sont dénombrées dont 9 sont domaniales. Au cours du 19e siècle, l'industriese de la Plaine a fait l’objet, en 1852, d’un projet de rectification, consistant à supprimer toutes les courbes entre Celles-sur-Plaine et d’Allarmont afin de faciliter le flottage. En 1983, un plan d’eau a été construit sur la commune de Celles-sur-Plaine, il est destiné en association avec le barrage de Pierre
    Description :
    La Plaine constitue la limite nord de l’aire de la « montagne vosgienne », elle délimite aussi les , pilons à écorce, papeterie, puis à partir du 19e siècle les filatures. La Plaine est fortement sollicitée
    Titre courant :
    Les aménagements de la rivière Plaine
    Illustration :
    Canalisation de la Plaine à Raon-l'Etape. IVR41_20128803318NUC2A Plaine entre Allarmont et la R.D. 24, 1852. IVR41_20128810225NUC2A Plaine entre Allarmont et la R.D. 24, 1852. IVR41_20128810223NUC2A Extrait de plan, partie 3. Projet d'amélioration de la Plaine entre Allarmont et la R.D. 24 de la Plaine, sans date. IVR41_20128810209NUC2A Plaine entre Allarmont et la R.D. 24, 1852. IVR41_20128810222NUC2A Extrait de plan. Plans de la Plaine, scierie des Chaudes-Roches, partie 1. Encre et lavis, sans Extrait de plan. Plans de la Plaine, scierie des Chaudes-Roches, partie 2. Encre et lavis, sans Extrait de plan, partie 1. Scieries de la Forge-Evrard et de Bonrupt. Plan de la Plaine, sans date Extrait de plan, partie 1. Projet d'amélioration de la Plaine entre Allarmont et la R.D. 24
  • relief de la
    relief de la "Chasse de saint Hubert" Saint-Remimont - 150 place Numa Aubry - en village
    Historique :
    Le relief de saint Hubert situé au-dessus de la porte piétonne de la ferme n°18 de Saint-Remimont Vouxey (parcelle cadastrale 2012 ZD 11). Ce saint est en effet apprécié au moins jusqu'au 18e siècle dans la plaine des Vosges, surtout pour prévenir la rage.
    Représentations :
    Le relief figure la "Chasse de saint Hubert", juste avant sa conversion, au moment où il sonne l'hallali sur son cheval et fait face au cerf qui porte entre ses bois un crucifix. La scène est placée dans un paysage avec des arbres à gauche et au centre, un château-fort à l'arrière-plan droit, et deux
    Description :
    Au-dessus de la niche, un relief au cadre mouluré a été inséré en remploi qui figure la "Chasse de
    Illustration :
    Relief en façade antérieure de la Ferme n°18 de Saint-Remimont, vue de la niche et du relief au " au-dessus de la porte piétonne IVR41_20178838152NUC2A
  • Présentation de la commune de Dompaire
    Présentation de la commune de Dompaire Dompaire
    Historique :
    La carte archéologique mentionne la présence d’une nécropole gauloise au lieu-dit Bennevise et des identifié des doubles fossés, des cercles et un ancien chemin au lieu-dit Les Culs Pesants. Dompaire est seigneurs au 12e siècle, et devient un centre politique, juridique et économique important au début du 13e siècle, au détriment de Laviéville qui est la paroisse mère. Protégé par une enceinte, le bourg médiéval église. Deux foires annuelles à Dompaire permettent d’alimenté le commerce local au 15e siècle. (Mallet , Nicolas. Dompaire, un bourg castral au Moyen-Age. JEV 2011). C’est le chef-lieu de prévôté (bailliage des par la suite, les fortifications sont toutefois proches de la ruine au 17e siècle, n’offrant pas de Laviéville (CMH 25/11/1943) édifié dans la seconde moitié du 12e siècle et modifiée au 16e siècle. (Claudel ainés ruraux. Dompaire raconte ses cimetières. 1995). Au 19e siècle, une bascule est installée à coté de en vigueur dans la commune au milieu du 20e siècle (sources orales). Les affouages sont encore
    Référence documentaire :
    Thomas, Jean-François. Histoire géologique d’un village de la Plaine des Vosges. Dompaire et sa région, Epinal, 79 p, 2005. Thomas, Jean-François. Histoire géologique d’un village de la Plaine des Mallet, Nicolas. Dompaire, un bourg castral au Moyen-Age. In Actes des 13eme Journées d'Etudes castral au Moyen-Age. In Actes des 13eme Journées d'Etudes Vosgiennes.14, 15, et 16 octobre 2011
    Description :
    d’altitude. Il est composé de plusieurs villages indépendants (cf. Carte de Cassini), qui ont été reliés au de la Porte, croix IMH…). Des habitations ont été ajoutées en dehors du tracé de l’ancien rempart au de manouvriers s’est aussi implanté sur le coteau au nord de la Gitte dans le quartier du Val d’en été achevée qu’en 1784. La route actuelle RN n°66 de Bar-le-Duc à Bâle passe en plaine sous le village et non au centre sur la colline comme à l’origine, pour améliorer la sécurité. Le village de bornés au profit de la ferme attenante. Les constructions se sont développées aux fils des siècles autour établies en périphérie nord au-delà de l’école et du collège, et au sud à proximité de l’Ermitage et de délimitation au sud et à l’ouest de la ville. Les exploitations agricoles contemporaines ont élevé leurs grands de ses affluents étant propices au pâturage. Les terrains situés plus en hauteur sont mis en culture , Mirombois et Le Bouchot s’étendent au Nord. Le Bois de Nove, Le Chanot et quelques taillis sont inclus au
  • scierie hydraulique à cadre avec logement de la Hallière (détruite)
    scierie hydraulique à cadre avec logement de la Hallière (détruite) Celles-sur-Plaine - La Hallière - Hallière - en écart - Cadastre : 2010 A 413 1809 A 9 1846 A 517 et 518
    Historique :
    la Vallée de la Plaine qui achève sa restauration. Elle est gérée depuis 1982 par l'association des "Amis de la Hallière" qui l'ouvre au public. En 2000, elle est rachetée par la Communauté de communes de la vallée de la Plaine et est entièrement détruite par un incendie en 2001. La reconstruction a
    Hydrographies :
    dérivation de la Plaine
    Description :
    roue verticale de poitrine (4,20 m de diamètre) est alimentée par un bief de dérivation sur la Plaine
    Localisation :
    Celles-sur-Plaine - La Hallière - Hallière - en écart - Cadastre : 2010 A 413 1809 A 9 1846 A 517
    Illustration :
    Vanne de prise d'eau sur la Plaine. IVR41_20118803230NUC2A
  • Les fermes du canton de Raon-l'Etape
    Les fermes du canton de Raon-l'Etape Raon-l'Étape
    Texte libre :
    parties : la vallée de la Plaine (de Celles-sur-Plaine à Raon-sur-Plaine), bande étroite, fortement boisée . L’habitat de la vallée de la Plaine est groupé en bourg, souvent disposé sur un parcellaire laniéré de cheminée au large adossée à un puits de lumière (une vise-à-jour ou encore flamande) qui lui apporte un peu a tendance à faire fonction de cuisine au cours du 19e siècle. Les annexes se développent moulures sur l'encadrement de la porte piétonne qui persistent qu'au 18ème siècle, peut-être faut-il y voir
    Illustration :
    Celles-sur-Plaine, rue principale. IVR41_20178835710NUC2A Raon-sur-Plaine, fontaine en bordure de voie publique. IVR41_20178835714NUC2A
  • L'exploitation forestière dans les Hautes-Vosges
    L'exploitation forestière dans les Hautes-Vosges
    Historique :
    . C'est l'arrivée du chemin de fer au pied du massif vosgien qui va provoquer les premières évolutions démocratisation du tracteur agricole et de la tronçonneuse thermique, au lendemain de la Seconde guerre mondiale
    Illustration :
    Voiturage des grumes en 1908 près de Celles-sur-Plaine. Phototype ancien du Centre Image Lorraine Chargement d'une voiture, vers Celles-sur-Plaine, en 1900. Phototype ancien du Centre Image Abattage au passe-partout, vers Gérardmer, vers 1900. Phototype ancien du Centre Image Lorraine Préparation au schlittage d'une grume à l'aide d'un "bouc" en 1970, vers Gérardmer. Phototype
  • Ferme n°18
    Ferme n°18 Saint-Remimont - 150 rue Numa Aubry - en village - Cadastre : 2017 AA 89
    Historique :
    cadastrale 2012 ZD 11). Ce saint est en effet apprécié au moins jusqu'au 18e siècle dans la plaine des Vosges La ferme pourrait remonter au milieu du 17e siècle, selon la date "1656" inscrite sur le linteau de la porte d'étable. La façade antérieure a semble-t-il été rénovée au 18e siècle, avec des modifications postérieures, notamment l'ajout d'une remise accolée au nord dans la seconde moitié du 20e siècle . En 1979, lors du pré-inventaire effectué par R. Truttmann, le propriétaire est Robert Fenard. Au
    Représentations :
    l'Enfant. Au dessus, un relief figure la "Chasse de saint Hubert". La façade antérieure est ornée de
    Description :
    La ferme est située au centre de Saint-Remimont, le long de la rue principale, non mitoyenne et en successifs. L'étable se situe à l'arrière de la chambre à four. Une annexe a été accolée récemment au mur
    Illustration :
    Ferme, vue de la façade antérieure, vue de détail de la niche et du relief au-dessus de la porte
  • Les fermes du canton de Brouvelieures
    Les fermes du canton de Brouvelieures Brouvelieures
    Texte libre :
    distinction entre fermes du nord de la montagne et ferme de la plaine tient d’abord au mode de distribution de la route, laissant place à un usoir et au milieu de la parcelle afin de laisser suffisamment date de leur construction (59/107). Les construction antérieures au milieu du 18e siècle sont rares et charri ou chépu, …). Cette porte pouvant devenir l’unique accès au bâtiment. Il existe des solutions -Vosges et la plaine des Vosges toutes ces variantes sont présentes en proportion à peu près égales.Sur 89 segmentaire ou chapeau de gendarme au 18e siècle, linteau délardés en cavet durant la première moitié du 19e siècle. Il faut noter toutefois la présence rare de moulure sur l'encadrement de la porte piétonne au doubles au-dessus des portes piétonnes (5), ainsi que de décors à arcs interrompus terminés par des
  • Ferme-moulin n°21
    Ferme-moulin n°21 Bettegney-Saint-Brice - Moulin de Chozel - route departementale n°10 - isolé - Cadastre : 2018 ZH 17 2018 ZH 18
    Historique :
    (1860-vers 1920). Celui-ci crée un second logis accolé au nord en 1888 selon la mention sur la pierre de
    Description :
    du moulin au-dessus de l'ancien canal, au sud-ouest. Cette habitation ne contient d’une cuisine avec un four à pain (détruit). Elle a été agrandie par l’ajout d’une grange au nord-est. Un second logis a l’alignement de la façade antérieure, mais dont l’entrée est tournée vers la route, au nord. Servant d’habitation, il repose sur une cave haute, accessible de plain-pied grâce à la dénivellation du terrain. La réalisés pour l’exploitation contemporaine (bovins et verger), d’un accolé au nord-ouest du corps principal
    Annexe :
    d’habitant) En 1896 : Théophile Finot (37 ans, cultivateur) habite au moulin de Chozel avec Marie Couturieux au moulin de Chozel avec Marie Couturieux son épouse (34 ans), leurs deux enfants (Théophile, 9 ans ) habite au moulin de Chozel avec Marie Couturieux son épouse (née en 1866), leurs trois enfants (Théophile , propriétaire exploitant) habite au moulin de Chozel avec Marie Couturieux son épouse (née en 1866 à Evaux
    Illustration :
    Ferme n°21 dite Moulin de Chozel à Bettegney-saint-Brice. Schéma d'organisation au sol (rez-de
  • Ferme n°8
    Ferme n°8 Racécourt - 6 rue du Pont - en village - Cadastre : 2018 AA 55 2018 AA 81
    Historique :
    La ferme n°8 de Racécourt remonte au moins au 16e siècle, avec des modifications postérieures. Elle a notamment été agrandie par l'ajout d'un pavillon au nord dans la première moitié du 19e siècle.
    Description :
    ordonnancés en façade antérieure, celui-ci est au-dessus d'une cave haute accessible de plain-pied depuis La ferme n°8 de Racécourt est située en périphérie au centre du village, le long de la rue reliant la rue principale au ruisseau de La Gitte. Elle est composée de trois travées avec une grange au nord du corps principal, dans l'alignement de la façade antérieure. Présentant 3 niveaux de plus une moulure sur l’encadrement de la porte charretière, et une petite baie au-dessus avec un
    Illustration :
    Ferme n°8 de Racécourt, vue de détail de la baie au-dessus de la porte charretière
  • Gare de Toul
    Gare de Toul Toul - avenue Victor Hugo - en ville - Cadastre : 2011 BK 166 Bâtiment-voyageurs et bâtiment annexe, halle marchandise, quais voyageurs, quai militaire 1
    Historique :
    , intervient dans le courant de l'année 1852. Son tracé est sensiblement parallèle, au Nord, du canal de la Marne-au-Rhin. Une première gare est édifiée, à titre définitif, entre 1852 et 1855. Placée dans la -Mirecourt (par Barisey-la-Côte, Favières et Frenelle-la-Grande), suivie en 1886 de l'établissement d'un pont au dessus des voies. Cette réalisation intervient à la suite de directives formulées par le service, en 1889, de la ligne Toul-Neufchâteau, par prolongement vers le Sud du tracé Toul-Barisey-la-Côte de soutènement en bordure Nord de la gare, la mise en place de 5 voies à quais (au lieu de 3 offre des éléments de décor (mascarons ; clefs pendantes) dus au sculpteur parisien Daniel Dupuis (1849 de chaleur pourvoit au chauffage du hall, des salles d'attente et des bureaux liés à l'exploitation l'Est du bâtiment-voyageurs, qui formait un abri au débouché du passage souterrain côté ville . L'ancienne remise à machines a été détruite vers 1995-1997, pour laisser la place à un hangar réservé au fret
    Hydrographies :
    canal Marne-au-Rhin
    Description :
    220.00 m et 222.00 m. Elle est établie au PK 314.400 de Paris-Est et au PK 114.000 qui trouve son origine au point de bifurcation placé, à quelques kilomètres de Culmont-Chalindrey (52), sur voie 1 de la des dortoirs pour les agents de trains et au rez-de-chaussée, les 3 salles d'attente pour voyageurs
    Texte libre :
    ), dues au même architecte. 2-l'attribution d'éléments de décor intérieur au sculpteur Daniel Dupuis Ouest du pavillon médian, elles comportent des ventouses allongées par des gaines débouchant au sommet , en bordure du mur Ouest du pavillon médian, était dévolu au chauffage : de la salle des pas-perdus
    Illustration :
    Reconstruction du bâtiment-voyageurs : pavillon central, élévation exérieure Sud au 1/50e, cotée Reconstruction du bâtiment-voyageurs : pavillon central, coupe Est-Ouest au 1/50e, cotée, août 1894 Reconstruction du bâtiment-voyageurs : pavillon central, plan au niveau du sol, 1/50e, coté, août Reconstruction du bâtiment-voyageurs : aile des messageries (Est), élévation Sud au 1/50e, cotée au 1/50e, cotées, août 1894 (révisions des 3 Octobre et de Janvier 1895, modifications de Février au 1/50e, cotée, Août 1894 (révision du 3 Octobre et de Janvier 1895). IVR41_20195410210NUC4A potences (au second plan), vue prise depuis l'Est, d'après une carte postale, entre 1900 et 1905 Ensemble des voies depuis l'Est : voitures et machine en mouvement (au premier plan), d'après une Ensemble des voies depuis l'Est : train de pondéreux (au premier plan), palettes de directions d'aiguilles sur mât (au second plan), d'après une carte postale, avant 1909. IVR41_20205403010NUC2A
  • Les scieries hydrauliques à cadre du massif vosgien
    Les scieries hydrauliques à cadre du massif vosgien
    Description :
    abrite le mécanisme de transformation du mouvement de la roue pour le transmettre au cadre de la scie. La mécanique les remplacent. Une plate-forme terrassée, de plain-pied est aménagée devant la face antérieure largement ouverte. Un logement, en maçonnerie, adjacent à la scierie, destiné au "sagard" a généralement été ajouté au 19e siècle. A l'intérieur, le centre du bâtiment est occupé sur toute sa largeur par la scie et conservé leurs machines dont 9 sont encore en état de fonctionnement et 5 ouvertes au public. Sur la moitié
  • Ferme n°13, brasserie
    Ferme n°13, brasserie Dompaire - 202 rue derrière les Halles - en village - Cadastre : 2019 AB 84
    Historique :
    La ferme n°13 de Dompaire remonte au moins à la 2e moitié du 18e siècle (visible sur le plan de médiévale de la ville. Le bâtiment est aménagé ou reconstruit au début des années 1820 par Joseph François plaine (2e partie), 8e fascicule. Épinal. 1899.) La brasserie est active jusqu'en 1904, puis le bâtiment
    Référence documentaire :
    Topographie ancienne du département des Vosges : 8e fascicule- La Plaine FOURNIER, Alban . Topographie ancienne du département des Vosges : 8e fascicule- La Plaine (2e partie). Annales de la société
    Description :
    travées avec un logis de part d'autre de la grange. Celui au nord contient une cuisine s'ouvrant sur la dans la rue, juste au sud. L'extrémité Est de ce corps de bâtiment est délimitée par l'ancienne
    Illustration :
    Dompaire, Ferme n°13, ancienne brasserie, schéma d'organisation au sol (rez-de-chaussée Dompaire, Ferme n°13, ancienne brasserie, facade antérieure, vue de détail de la baie au-dessus de
  • Présentation de la commune de Bulgnéville
    Présentation de la commune de Bulgnéville Bulgnéville
    Description :
    Bulgnéville est implanté dans sur la route traversant la plaine des Vosges d'est en ouest, et celle au centre du bourg, deux îlots d'habitations urbaines denses se sont développés. La rue des Potiers Neufchâteau (au nord-ouest). Le quartier de la rue Sainte-Anne prend forme dans la seconde moitié du 18e (portant la date 1599), qui était au paravent en plein champs. D'autres maisons modestes s'installent en périphérie sud-ouest. Le bourg est complété par quelques écarts, dont le moulin (au nord-ouest), la Ferme Beauménil (au sud-ouest), et la Coopérative de l’Ermitage a été implantée le long de la R.D.17 à la limite , au moment de la construction des écoles/crèches et des immeubles d'habitations au sud du bourg. Puis siècle et continue aujourd'hui, à l'exemple du quartier en cours de construction au lieu-dit « Les publicités peintes au milieu du 20e siècle, soit de réalisations récentes mettant en valeur les spécificités
  • Présentation de l'ex-canton de Dompaire
    Présentation de l'ex-canton de Dompaire Vosges
    Historique :
    , à l’époque celte, mais la présence des Leuque est peu documentée. Au contraire, le peuplement gallo -romain semble assez important sur ce territoire au vu des éléments mentionnés par la carte archéologique fondée en 1145 par Guillaume d’Arches. Au spirituel, les doyennés du diocèse de Toul organisent le Ville. JEV 2011). Dompaire se développe à partir de l’installation des seigneurs au 12e siècle, et important au début du 13e siècle, au détriment de Laviéville qui est la paroisse mère. Le territoire est -entretenues par la suite, les fortifications sont proches de la ruine au 17e siècle, n’offrant pas de , Gorhey, Gugney-aux-Aulx, Hennecourt, Hagécourt, Madegney, Ville-sur-Illon), du 1er juillet au 6 décembre 1650, les habitants se réfugiant en ville, au château de Darnieulles ou dans les forêts. Les villages définitivement abandonnés : « Blaye » au nord de Racécourt, et « La Rue-Devant-Dompaire » qui un hameau sur la ). Les communautés se reconstituent ensuite assez rapidement au début du 18e siècle, au vu des
    Description :
    compte trente communes situées au centre du département des Vosges, dans la plaine, à l’ouest de la L’aire d’étude correspond au territoire de l’ex-canton de Dompaire (en vigueur jusqu'en 2014) qui est aussi géologiquement divisé en deux parties distinctes : au nord d’une ligne Harol-Épinal, le sous l’Infra-Lias crée au nord-est de Dompaire un relief vallonné. Ces collines du Xaintois, appelées villages, séparés par des sommets boisés. Ils sont généralement implantés au pied d’un coteau, en bordure de la zone inondable. Les versants sont partagés entre prés et vergers qui ont remplacé les vignes au Keuper moyen sont aussi présentes sous forme de tache. Dans la partie sud de cette zone, au centre de arborés. Au sud de la ligne Harol-Épinal jusqu’à la Vôge, les paysages sont plus ouverts et enherbés. Cet grès bigarré ou rose en pierre de taille. Les terres acides sont moins propices aux cultures qu’au nord coule à l’ouest du canton et se jette plus au nord dans la Moselle. On peut également mettre en avant
1