Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 8 sur 8 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Foyer du Groupement des Étudiants Catholiques, actuellement Foyer du Groupement des Étudiants du Cours Léopold
    Foyer du Groupement des Étudiants Catholiques, actuellement Foyer du Groupement des Étudiants du Cours Léopold Nancy - 33 cours Léopold 5 rue Baron Louis - en ville - Cadastre : 2018 AM 51 2018 AM 321
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    André (1905-1975) en collaboration avec Claude Prouvé (1929-2012). En 2004, la Métropole du Grand Nancy ), association visant à pallier le manque de logements étudiants à Nancy. Le Diocèse de Nancy-Toul et la Compagnie de Jésus acquiert un terrain situé à l'angle du cours Léopold et de la rue Baron Louis devenir la propriété de la famille de Metz-Noblat ainsi que par deux immeubles d'habitation (date de la création de l'institution puis à sa direction. Afin de financer le foyer la Société immobilière du l'évêché de Nancy et Toul. Le projet occupe toute la périphérie du terrain en conservant l'hôtel au centre du site. En 1926 est posée de la première pierre de deux ailes, destinées à abriter des chambres, un Léopold et ouvre sur la cour d’honneur montant vers l’hôtel. L'ensemble est achevé en 1927 avec l'aide . La structure de béton armé Hennebique est mise en œuvre par l'entrepreneur de travaux publics lorrain Bernanose et Lommée. Les vitraux de la chapelle sont posés entre 1931 et 1934. En 1931, une galerie reliant
    Observation :
    l'implication sociale des ordres religieux, à la qualité de ses élévations portant un abondant décor sculpté et à l'ensemble formé par le théâtre et la chapelle du pavillon dit "Marquette".
    Représentations :
    que les alérions et croix lorrains. La façade du pavillon Marquette porte un décor sculpté ainsi qu'une baie dont la menuiserie métallique forme le chrisme. La cade d'escalier du théâtre comporte -corps métallique du balcon du théâtre représente le chrisme. La scène du théâtre est surmontée d'une
    Statut :
    propriété publique propriété de la Communauté Urbaine du Grand Nancy
    Description :
    amitié ce G.E.C. dont un jour il voulut bien se dire le grand camarade". La sculpture porte la date de Le foyer, occupant une parcelle oblongue à l'angle du cours Léopold et de la rue Baron Louis, est un bas relief carré représentant Jésus enfant et Joseph charpentier, la scène est encadrée par l'inscription "NOS PATERNA JS VICE CUSTODI", les initiales IHS sont au bas de la scène. Le portail d’entrée en ardoise (brisis) et tuiles mécaniques (terrassons). Le bâtiment Coty est implanté en limite sud de la mètres de long sur la cour d'honneur. Il comprend en rez-de-chaussée les bureaux des gestionnaires du GEC terrain, le long de la rue Baron Louis, où sa façade se développe sur 40 mètres. Il comporte un demi sous étudiants et aux sanitaires. La façade sur cour comprend un bas-relief en pierre représentant le maréchal 1935 et la signature de l'artiste (non lisible). Le fond de la cour est occupé par l'ancien hôtel couvert d'un toit à pans fait de tuiles mécaniques. Bien que construit à la fin du 19e siècle son
    Dates :
    1926 porte la date
    Datation secondaire :
    3e quart 19e siècle porte la date
    Illustration :
    Vue du Pavillon Lyautey depuis la rue Baron Louis IVR41_20205410543NUC4A Vue du Pavillon Lyautey depuis la rue Baron Louis IVR41_20205410544NUC4A Vue du Pavillon Lyautey depuis la rue Baron Louis, détail IVR41_20205410545NUC4A Pavillon Marquette, vue depuis la rue Baron Louis IVR41_20205410523NUC4A Pavillon Marquette, vue depuis la rue Baron Louis IVR41_20205410527NUC4A Entrée du Pavillon Marquette depuis la rue Baron Louis IVR41_20205410524NUC4A Entrée du Pavillon Marquette depuis la rue Baron Louis IVR41_20205410525NUC4A Vue du Pavillon Marquette depuis la rue Baron Louis, détail IVR41_20205410526NUC4A Vue du Pavillon Marquette depuis la rue Baron Louis, détail IVR41_20205410540NUC4A Hôtel de Metz-Noblat, rez-de-chaussée, salle de détente, vue vers la cour d'honneur
  • Chapelle du Foyer du GEC de Nancy
    Chapelle du Foyer du GEC de Nancy Nancy - 5 rue Baron Louis - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Genre :
    de clercs réguliers de la compagnie de Jésus
    Historique :
    La chapelle fait parti du pavillon Marquette du foyer du Groupement des Étudiants Catholiques conçu fruit de commandes d'établissements d'enseignement supérieur de Nancy : la faculté de médecine (1933 par André Lemoine), l'école de chimie (1934 par André Antoine), la faculté de pharmacie (1935 par Joseph Benoît), l'école des mines (1936 par Joseph Benoît), la faculté de droit (1936 par Joseph Benoît 1989-1990, la chapelle est convertie en salle de sport pour les étudiants du foyer.
    Représentations :
    Les vitraux représentent des scènes de la vie du Christ ou des paraboles christiques. Les
    Statut :
    propriété publique propriété de la Communauté Urbaine du Grand Nancy
    Description :
    La chapelle occupe le deuxième étage du pavillon Marquette du foyer de l'ancien Groupement des recouverts d'un enduit imitant le grès rose. L'unique vaisseau de la nef, de plan rectangulaire, compte trois (disparus). La première travée de la nef laisse apparaître les traces de la tribune originelle, détruite. Le chœur s'ouvre sur la nef par une arcade plein cintre précédé d'un degré large et droit et jouxté de part
    Dimension :
    Autel : h 98,5 cm ; la 200,5 cm ; pr 95 cm
    Illustration :
    Bâtiment Marquette, entrée de la chapelle IVR41_20205410353NUC4A Bâtiment Marquette, entrée de la chapelle IVR41_20205410354NUC4A Vue depuis la nef vers le choeur en 2010 IVR41_20155434256NUC2A
  • Église paroissiale Saint-Pierre
    Église paroissiale Saint-Pierre Anthelupt - Grande Rue
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Meurthe-et-Moselle (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    , a été agrandi par l'architecte nancéien Léon Vautrin en 1868. La démolition du massif occidental , comme les travaux de la nef, des deux collatéraux, des baies du chœur et du clocher ont été adjugés à
    Représentations :
    elles, qui se font face, commémorent l'une, les noms des soldats de la Grande Guerre," Morts pour la La verrière centrale du chœur représente saint Pierre et saint Paul. Les verrières de la nef
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    encastré dans l’oculus, aménagé en tabernacle et protégé par une grille en fer forgé. La table d’autel repose sur quatre colonnes aux chapiteaux néo-gothiques. La cuve de la chaire à prêcher est installée du monogramme de la Vierge, celui de l’autel sud, du monogramme de saint Joseph. Les statues en , il n’a pas été vu de pierre d’autel. Dans la nef, les bancs, en chêne tourné, sur un plancher, sont la nef centrale, les numéros se suivent sans ordre dans les collatéraux.
    Localisation :
    Anthelupt - Grande Rue
    Illustration :
    Vue sur la nef IVR41_20175430603NUC2A
  • Église paroissiale Saint-Blaise
    Église paroissiale Saint-Blaise Vigneulles - Grande Rue
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général (c) Conseil départemental de la Meurthe-et-Moselle
    Historique :
    fondations. Suite aux dommages de la Première Guerre mondiale, le clocher a été reconstruit , vraisemblablement par Jules Criqui. Le maître-autel, le Christ en croix et la plaque de fondation de messe , homogène, offert en grande partie par les paroissiens.
    Représentations :
    La baie à trois lancettes du choeur représente à gauche la Vierge de l'Immaculée Conception, au centre le Christ sauveur du monde et saint Charles Borromée, à gauche saint Blaise, patron de la paroisse . Ces verrières sont signées Bertin et Najean, Nancy. Dans la nef, baies et oculi figurent saints et
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    -oeuvre, en brique creuse pour les voûtes et en pierre de Blainville pour le pavé de la nef. Elle est sur croisées d'ogives. La tour-porche située sur la façade occidentale, est flanquée de deux tours. Le et l'ensemble du retable le 11 juillet 1978. Le monument aux morts de la Première Guerre mondiale se -relief de plâtre moulé, peint polychrome. Chaque station a conservé le nom de son donateur : la 1ère est un "Don de Mr l'abbé Dossmann curé", l'abbé Dossmann a été curé de Vigneulles de 1878 à 1932, la 2ème
    Localisation :
    Vigneulles - Grande Rue
    Dates :
    1877 porte la date
    Illustration :
    Vue de la nef depuis le choeur IVR41_20145433548NUC2A
  • église paroissiale Saint-Maurice
    église paroissiale Saint-Maurice Arracourt - Grande Rue - en village - Cadastre : 2011 AD 60
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général (c) Conseil départemental de la Meurthe-et-Moselle
    Historique :
    Une église paroissiale a existé dès le 13ème siècle à Arracourt. Le 1er mai 1753 a été posée la première pierre d'un nouvel édifice qui fut fortement restauré en 1867. Suite à la destruction du village durant la Première Guerre mondiale, l'église a été entièrement reconstruite par l'architecte Jules Criqui en 1922, perpendiculairement à l'axe de la rue principale. La première pierre a été posée le 19
    Représentations :
    Les verrières sortent de l'atelier de G. Janin, Nancy. Dans le chœur, si la verrière figurant saint "Souvenir de la Famille de Montureux. 1708-1914.", la verrière de Jeanne d'Arc ne porte pas mention d'un donateur. Dans la nef, cinq verrières au décor de mosaïque, correspondent à des dons : "de Monsieur et madame Paul DEMOYEN en souvenir de leur Fils", "de la Famille Eugène JEANPIERRE-PICARD", "des Familles
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    polylobées comme celles de la nef. A l'intérieur, les trois vaisseaux sont voûtés d'arêtes, reposant sur des
    Localisation :
    Arracourt - Grande Rue - en village - Cadastre : 2011 AD 60
    Dates :
    1922 porte la date
    Illustration :
    Vitrail du Sacré-Coeur - inscription : Souvenir de la Famille de Montureux. 1708-1914 Eglise Saint-Maurice, vue de la nef IVR41_20175430003NUC2A
  • Chapelle Notre-Dame
    Chapelle Notre-Dame Giriviller - La chapelle - R.D. 22 - isolé - Cadastre : 1989 ZA 83
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Meurthe-et-Moselle (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    est construit à l'emplacement d'une autre chapelle dédiée à l'Annonciation de la Vierge attestée dans la première moitié du 18e siècle. Ce précédent bâtiment est signalé par Benoit Picard dans le Pouillé de 1711 et apparaît sur la carte des Naudin (1704-1746). L'édifice actuel est stylistiquement proche d'une autre chapelle champêtre édifiée en 1944 dans la commune voisine de Seranville par les mêmes
    Représentations :
    armoiries de la Lorraine
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    Giriviller - La chapelle - R.D. 22 - isolé - Cadastre : 1989 ZA 83
    Dates :
    1944 porte la date
  • couvent de soeurs de la Sainte-Enfance de Marie puis de de soeurs de l'Alliance ; école ménagère et établissement de bienfaisance puis école professionnelle et hôpital dit clinique du Montet actuellement foyer, immeuble à logements et école catholique de l'Alliance puis école Claude Daunot
    couvent de soeurs de la Sainte-Enfance de Marie puis de de soeurs de l'Alliance ; école ménagère et établissement de bienfaisance puis école professionnelle et hôpital dit clinique du Montet actuellement foyer, immeuble à logements et école catholique de l'Alliance puis école Claude Daunot Nancy - 10 boulevard Georges Clémenceau 4 chemin Prébois 83, 85, 87, 89 avenue Général Leclerc Jeanne d'Arc - en ville - Cadastre : 1972 BN 254, 141, 143, 161 2007 BN 141, 143, 311 à 314, 316, 317, 324, 327
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Genre :
    de soeurs de la Sainte-Enfance de Marie
    Historique :
    La congrégation des soeurs de la Sainte-Enfance de Marie est fondée par l'Abbé Claude Daunot (1785 -1866) en 1823 dans le village de Dommartin-la-Chaussée (54 canton de Thiaucourt-Regniéville). En 1870 du Montet : il s'agit probablement de la partie gauche du corps principal de bâtiment donnant sur travées et un corps en retour élevés en 1890 occupés par l'établissement de bienfaisance devenu la clinique du Montet, tenue par les soeurs de la congrégation. De la même période datent deux bâtiments un prêtre et l'autre dénommée Sainte-Odile (83, avenue du général Leclerc) est utilisée par la l'architecte Criqui de 2 corps de bâtiments sur l'avenue du général Leclerc pour les besoins de la clinique . 1964 : construction d'un gymnase pour le lycée. La chapelle est désacralisée en 1993 pour être mise à la disposition du lycée : le choeur est utilisé comme CDI (centre de documentation et d'information ), la nef, divisée en deux dans la hauteur, en salles de classe (partie basse) et salle polyvalente
    Référence documentaire :
    Notice sur la congrégation des religieuses de la Sainte-Enfance de Marie Abbé A Munier. Notice sur la congrégation des religieuses de la Sainte-Enfance de Marie. Nancy : Crépin-Leblond, 1912, p. 75.
    Description :
    ) ; un grand bâtiment en T, qui renferme l'ancien couvent proprement dit, actuellement foyer, l'ancienne locatifs ; deux maisons dites Sainte-Odile et Saint-André ; le couvent et la chapelle (IA54002435) actuels à arcs segmentaires, étage de comble percé de baies modernes sur la façade postérieure. Maison dite
    Titre courant :
    couvent de soeurs de la Sainte-Enfance de Marie puis de de soeurs de l'Alliance ; école ménagère et
    Illustration :
    Vue aérienne prise dans les années 1990 (avant la destruction du corps de bâtiment réservé au Démolition de l'ancienne chaufferie, située contre le chevet de la chapelle, en 1994. Photographie Leclerc), détail du cartouche ornant la façade avec le monogramme SEM (=Sainte-Enfance de Marie La nouvelle chapelle construite en 1992. IVR41_20075410307NUC2A La chapelle n°1 (désacralisée en 1993), actuellement CDI et salles de classe
  • ensemble de trois hôtels puis pensionnat de Mademoiselle Mersey puis école dite Institution Sainte-Rose actuellement école Saint-Dominique
    ensemble de trois hôtels puis pensionnat de Mademoiselle Mersey puis école dite Institution Sainte-Rose actuellement école Saint-Dominique Nancy - 9-13 rue du Manège 25 rue des Tiercelins Drouin - en ville - Cadastre : 1830 A 753, 757, 758 1865 A 1082, 1083, 1085 à 1092 1972 BD 200, 201, 202 2008 BD 200, 201, 202
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général (c) Communauté urbaine du Grand Nancy
    Historique :
    construit en partie sur la grande cour, sa liaison avec l'aile en retour (corps H) datant du 18e siècle se L'actuelle école Saint-Dominique occupe trois anciens hôtels particuliers édifiés dans la 1ère moitié du 18e siècle dont les propriétaires respectifs sont en 1767 (d'après Etat des maisons de la ville filles sous la direction de Mlle Mersey, puis, à partir de 1889, externat de l'école dite Institution Sainte-Rose administrée par la congrégation du Tiers-Ordre régulier et enseignant des dominicaines chapelle est aménagée dans une pièce du 1er étage (IA54003319). A la fin du 19e siècle (vers 1899), l'école 1910-1911 sous la direction de l'architecte nancéien Pierre Le Bourgeois (1879-1971) : le corps B est prolongé jusqu'à la rue des Tiercelins (C1) en remplacement d'annexes couvertes en appentis, le bâtiment en fond de cour (sur la rue Drouin) est détruit, une nouvelle construction, dans laquelle est aménagée une salle des fêtes (IA54003320), s'élève sur la rue des Tiercelins jusqu'à la rue Drouin (C2). En 1935
    Référence documentaire :
    trois diocèses à la modification des circonscriptions diocésaines après la guerre franco-allemande diocèses à la modification des circonscriptions diocésaines après la guerre franco-allemande. Nancy Etat des maisons de la ville et faubourgs de Nancy par paroisses, rues et numéros Etat des maisons de la ville et faubourgs de Nancy par paroisses, rues et numéros, Nancy : Thomas et fils, 1767
    Description :
    Ensemble de trois hôtels construits sur des parcelles traversantes entre la rue du Manège et la rue , B et E) sont à l'alignement sur la rue du Manège, l'arrière des parcelles étant occupée par des (celui du corps A abritant les espaces d'accueil de l'école) desservant la cage d'escalier principale. Le en bandeau à ressauts, est doté d'une porte bâtarde qui dessert directement la cage d'escalier. Un corps en retour sur la rue des Tiercelins (C1 et C2) abrite une salle des fêtes actuellement convertie salles de classe ; ils sont séparés par une galerie de circulation sur laquelle ouvre la façade du corps (le premier en aile et le second à l'alignement sur la rue Drouin) accueillent également des salles de des corps de bâtiment principaux présentent la même structure : escalier en maçonnerie à retours à motifs géométriques. Le corps E possède une enfilade de quatre pièces décorées sur la rue du Manège , ainsi qu'une pièce formant vestibule sur la cour (étudiées dans la base Palissy IM54014457, IM54014459
    Illustration :
    Vue du parc et des bâtiments (vers corps A et B) à la fin du 19e siècle. IVR41_20155410395NUC2A Vue du parc et de la "véranda" (corps A) à la fin du 19e siècle. IVR41_20155410397NUC2A Vue du parc depuis la rue des Tiercelins à la fin du 19e siècle. IVR41_20155410396NUC2A Vue depuis la rue des Tiercelins au début du 20e siècle (après 1911). Ancienne photographie, s.d Vue depuis la rue des Tiercelins vers le corps D au début du 20e siècle. Ancienne photographie, s.d Projet de construction du corps C2, élévation sur la cour. Tirage diazo. 20 avril 1910 Projet de construction du corps C2, élévation sur la cour. Tirage diazo inversé. 20 avril 1910 Vue d'ensemble sur la rue du Manège (depuis la rue des Tiercelins). IVR41_20155411130NUC2A Vue d'ensemble sur la rue du Manège (depuis le n° 9). IVR41_20155411131NUC2A Corps D : élévation sur la cour. IVR41_20155410376NUC4A
1