Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 10 sur 10 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • poste transformateur de la compagnie lorraine d'électricité, actuellement parc de stationnement
    poste transformateur de la compagnie lorraine d'électricité, actuellement parc de stationnement Nancy - 4 rue Guerrier de Dumast - en ville - Cadastre : 1830 F6 1098, 1099 1865 F1 80, 81, 82 1972 BY 86 2008 BY 86
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général (c) Métropole du Grand Nancy
    Historique :
    Bourgeois (1879-1971) pour la Compagnie Lorraine d'Electricité (A.M. Nancy, 668 W 127). Cet architecte nancéien travailla à plusieurs reprises pour la Compagnie Lorraine d'Electricité (bureaux : 78 rue Raymond stationnement : suppression de la porte cochère décentrée à droite et remplacement par un transformateur
    Référence documentaire :
    L'immeuble et la construction dans l'Est, 20 avril 1920 L'immeuble et la construction dans l'Est
    Description :
    Bâtiment à 2 niveaux d'élévation. La partie médiane du rez-de-chaussée, légèrement en ressaut, est percée de grandes baies encadrées de pilastres à chapiteaux cannelées et surmontée d'une corniche à denticules. L'étage percé de 8 baies, celles de la partie médiane étant jumelées, est revêtu de briques
    Titre courant :
    poste transformateur de la compagnie lorraine d'électricité, actuellement parc de stationnement
  • Église paroissiale de la Nativité-de-la-Vierge
    Église paroissiale de la Nativité-de-la-Vierge Reillon - Grande Rue
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général (c) Conseil départemental de la Meurthe-et-Moselle
    Historique :
    , situé hors œuvre sur le côté nord de la nef, édifiée au 18e siècle ainsi que le chœur. La commune ayant été presque entièrement détruite durant la Première Guerre mondiale, l'édifice a été reconstruit sur intérieur. A cette date, une partie, voire la totalité, des verrières dont l'ensemble, sauf le triplet du
    Représentations :
    Dans le chœur, la baie géminée présente saint Joachim et sainte Anne sur fond de feuilles de chêne et glands et le triptyque, le Christ en croix entre la Vierge et saint Jean. Dans la nef, chacune des Bonaventure, docteur, - sainte Germaine de Pibrac et la bienheureuse Thérèse de l'Enfant Jésus, sur fond de
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La tour-porche est percée d'une porte en plein cintre, surmontée d'un oculus puis de l'étage des cloches où les baies sont à l'abri d'un gâble ; l'horloge est située sous la "jupe" de la flèche. L'usage de la brique en parement souligne les modénatures et confère une certaine originalité à cette église l'espace du confessionnal avec l'escalier qui dessert la tribune et la chapelle des fonts baptismaux ; ces derniers sont constitués de deux cavités creusées dans un autel, fermées par un couvercle métallique. La carré. Dans le chœur, octogonal, voûté, la lumière est apportée par deux baies géminées au nord et un triplet au chevet. Les trois autels sont en calcaire blanc. La grille de communion dont les portes ont disparu, est en fer forgé ; côté nord, un décrochement dessine l’emplacement de la chaire. Dans la nef, de
    Localisation :
    Reillon - Grande Rue
    Titre courant :
    Église paroissiale de la Nativité-de-la-Vierge
    Vocables :
    Nativité de la Vierge
    Illustration :
    Eglise - vue de la nef IVR41_20155434755NUC2A Verrière de la nef : sainte Germaine de Pibrac et la bienheureuse Thérèse de l'Enfant Jésus
  • Église paroissiale Saint-Martin
    Église paroissiale Saint-Martin Igney - Grande Rue
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Meurthe-et-Moselle (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    D'après les cartes postales anciennes, avant la Première Guerre mondiale, existait une église dont la tour-porche semble présenter une origine romane avec un portail probablement du 18e siècle comme le reste du bâtiment. Après la guerre de 1914-1918, alors que l'église était endommagée, la commune n'a pas adhéré à la coopérative de reconstruction des églises, mais demanda une indemnité conséquente qui permit à l'architecte nancéien Lucien Lavocat de la reconstruire avec l'entreprise France-Lanord
    Représentations :
    de Nancy. Elles figurent les deux charités de saint Martin, Martin partageant son manteau et la Messe de saint Martin. Dans la nef, les motifs géométriques des verrières évoquent l'Art nouveau.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La façade de l'édifice est percée d'un oculus qui surmonte le portail ; la tour-clocher est située hors œuvre sur le côté nord. L'église présente une nef de trois travées et un chœur polygonal ; sous la représente le titulaire de l'autel dont le nom est gravé sur la tranche de la table : "la Mère du Sauveur" et intérieur de l'édifice, accueillent les statues, en bois polychrome, de la Vierge, de saint Jean et du
    Localisation :
    Igney - Grande Rue
    Illustration :
    Église - vue de la nef IVR41_20155434637NUC2A
  • Église paroissiale Saint-Étienne
    Église paroissiale Saint-Étienne Verdenal - rue de la Cure
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Meurthe-et-Moselle (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    La tour-clocher semble dater de l'époque romane. Deux pierres d'autel, en place, ont été consacrées construite en 1832, le mobilier fut réalisé progressivement au cours de la seconde moitié du 19e siècle par 1866 pour l'autel latéral sud, Goeury-Storay Blâmont en 1883 pour le maître-autel et en 1885 pour la chaire à prêcher. L'édifice a été légèrement endommagé au cours de la Première Guerre mondiale, les
    Représentations :
    chœur figurent la vision de saint Étienne avant son martyre et sa lapidation. Dans la nef, chacune des fils", "Tes péchés te sont remis", "Venez à moi, vous tous qui peinez", "Je suis la Résurrection et la plâtre peint, imitant la pierre, avec rehauts dorés, sont signés Arthur Pierron, Quai de la Bataille , Nancy. Au-dessus de la porte d'entrée, un calvaire, en plâtre peint imitant la pierre, est constitué du
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La tour-clocher est percée du portail, surmonté d'un oculus puis des baies au niveau de la chambre la continuité des modèles du 18ème siècle.
    Localisation :
    Verdenal - rue de la Cure
    Dates :
    1859 porte la date 1866 porte la date 1883 porte la date 1885 porte la date 1955 porte la date
    Illustration :
    Vue de la nef IVR41_20155434331NUC2A Autel de la Vierge, signé A.L.J., Nancy, 1859 IVR41_20155434337NUC2A
  • Église paroissiale Saint-Clément
    Église paroissiale Saint-Clément Amenoncourt - Grande Rue
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Meurthe-et-Moselle (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    La première mention de l'église qui relevait alors du diocèse de Metz, date de 1206. La tour-porche changement d'orientation de l'édifice à une date non connue. En l'absence d’archives, la datation des autres , est de style gothique et la nef du 18e siècle. Après la Première Guerre mondiale, l'architecte Lucien Lavocat a évalué les dégâts concernant l'édifice; il assura la maîtrise d’œuvre des travaux (ou André Hornet?). La partie supérieure du clocher, dépourvue de décoration sculptée, a été réalisée au 20e siècle
    Représentations :
    entouré d'un côté du général Foch, de soldats et d'une femme couronnée, de l'autre des villageois; la Sainte Cène, le Curé d'Ars. Dans la nef : la Bonne Mort, saint Clément, Jeanne d'Arc et saint Michel
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La tour, à trois niveaux, flanque le chœur à chevet plat, de deux travées voûtées sur croisées est éclairé par une baie centrale à trois lancettes et deux baies latérales opposées à la tour. Les remplacés par un massif de béton, surmonté d'une niche avec une statue. La chaire à prêcher, en bois, fut
    Localisation :
    Amenoncourt - Grande Rue
    Illustration :
    Église - vue de la nef vers le choeur IVR41_20155434593NUC2A Église - vue de la nef IVR41_20155434594NUC2A Verrière de la Bonne Mort - signé G.Gross, Nancy, 1954 IVR41_20155434597NUC2A
  • Église Paroissiale Saint-Remy
    Église Paroissiale Saint-Remy Autrepierre - rue de l'Église
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Meurthe-et-Moselle (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    d'édification de l'église, sans justification de la source historique. Stylistiquement, le chœur peut être daté du 16ème siècle. La reconstruction de la nef s'effectua de 1786 à 1788. Des travaux sur le plafond de (1806-1873), curé d'Autrepierre de 1859 à 1873, entreprit lui-même la décoration du chœur en peignant de scènes bibliques, les espaces libres. L'estimation des dommages, subis par l'église lors de la Première l'entreprise France-Lanord et Bichaton. Les verrières actuelles sont postérieures à la Seconde Guerre mondiale.
    Représentations :
    Dans le chœur, les verrières représentent : la mort du Christ (scène sans figuration du Christ), le "Baptême de Clovis" et sainte Marguerite-Marie Alacoque "Incendie de l'Amour". Dans la nef, les verrières figurent l'Assomption, la Pentecôte, sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, la Sainte Famille et l’Adoration des fronton où sont peints le chiffre de la station et son titre, sous une croix latine. La 14e station est
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    L'église-grange présente une tour hors-œuvre, flanquant la façade au nord, avec chaînages d'angles entablement et d'une corniche saillante surmontée d'une croix. Six baies en plein cintre rythment la nef de trois travées, mais la sixième est aveugle en raison de la présence de la tour. Le chœur, de plan carré reçu un décor peint daté de 1866. Dans le chœur, la coquille, surmontant l'armoire eucharistique, et sa porte en fer évoquent la Renaissance et permettent de dater l'ensemble de la première moitié du 16ème siècle. Le retable du maître-autel a été réalisé au cours de la première moitié du 18ème siècle et, comme les autres éléments en bois, a été abondamment sur-peint, opération qui nuit à la bonne lisibilité de trouvaient dans les niches du retable et du maître-autel, elles ont été sculptées par un membre de la famille
    Dates :
    1346 porte la date 1786 porte la date
    Illustration :
    Verrière de la Sainte Famille IVR41_20155434469NUC2A
  • Église paroissiale Sainte-Madeleine
    Église paroissiale Sainte-Madeleine Chazelles-sur-Albe - Grande Rue
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Meurthe-et-Moselle (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    L'église Sainte-Madeleine a été totalement détruite au cours de la Première Guerre mondiale, comme . L'architecte Fernand César évalua le montant des dommages de l'église. La Semaine Religieuse indique que celle Fernand César. La rénovation extérieure a eu lieu en 1996 alors que les travaux intérieurs ont été
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    chapiteaux cubiques supportant un arc en plein cintre, surmonté d'un fronton triangulaire. La nef à trois travées est éclairée de huit baies en plein cintre dont deux prennent jour sur la façade. Le chœur , confessionnal, grille de communion) est sorti de l'atelier de Jules Cayette. Il convient de noter dans la sacristie, la présence de toilettes, contemporaines de la construction du bâtiment.
    Localisation :
    Chazelles-sur-Albe - Grande Rue
    Illustration :
    Vue intérieure vers la nef IVR41_20155434184NUC2A Verrière : la Multiplication des pains IVR41_20155434186NUC2A Les toilettes dans la sacristie IVR41_20155434188NUC2A
  • Immeuble de notaire dite Maison Houot
    Immeuble de notaire dite Maison Houot Nancy - 7 rue Chanzy - en ville - Cadastre : 1972 BY 278
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    . Joseph Hornecker qui lui succède à la fin de l'année 1906 signera seul cet immeuble. Le gros-œuvre est second étage de comble n'est définitivement achevé qu'en 1914. La décoration intérieure est confiée à
    Description :
    décentré sur la gauche et un étage noble (celui de l'appartement du propriétaire) placé au 2 étage, ce qui est plutôt atypique. Ce dernier est souligné par la présence des balcons. L'influence de l'Art nouveau
    Dates :
    1907 porte la date daté par source daté par travaux historiques
    Illustration :
    Grand hall, côté escaliers. (Fonds André). IVR41_19765404713V Grand hall, galerie. (Fonds André). IVR41_19765404719V Grand hall, départ des escaliers. (Fonds André). IVR41_19765404717V Grand hall, porte d'accès à l'escalier conduisant aux appartements. (Fonds André Grand hall. Projet de portes et de guichet. Dessin attribué à Louis Majorelle. Dessin. Fonds Coupe du bâtiment principal ; face du bâtiment en retour sur la cour ; coupe du bâtiment en retour Grand hall, comptoir. D'après une photographie (Fonds André). IVR41_19765404712V Rampe 3. Grand hall, escalier : départ. (Fonds André). IVR41_19765404718V Rampe 3. Grand hall, escalier : départ. (Fonds André). IVR41_19765404716V Grand hall, comptoir. (Fonds André). IVR41_19765404711V
  • Banque du Crédit Lyonnais
    Banque du Crédit Lyonnais Nancy - 7bis rue Saint-Georges - en ville - Cadastre : 1972 BE 242
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    grand hall qui éclairait la salle des coffres et la salle des titres disparaît. La salle des dépêches et qui loue l'édifice pour vingt-quatre ans à la société du Crédit Lyonnais (attribution par source). La date (1901) et la signature sont portées par la façade principale. Le plancher en béton armé est , également auteur du gros-œuvre. La verrière est conçue par Jacques Gruber (1870-1936), maître-verrier à Nancy, et exécutée par Charles Gauvillé, maître-verrier à Malzéville. En 1929 puis en 1945 la société sont réalisés par les architectes nancéiens Roger Lamoise et Philippe Royer. En 1992 la porte d'accès
    Référence documentaire :
    1901 1er avril La Lorraine Artiste, 1er avril 1901 La Lorraine Artiste, 1er avril 1901
    Description :
    La façade perpétue la tradition classique déjà adopté pour le siège parisien du boulevard des d'ardoise s'achevant par une crête. Le hall couvre plus de la moitié du sol disponible, son sol était à l'origine en pavé de verre pour pouvoir éclairer la salle des coffres située en sous-sol. Lui-même est pouvaient être tendues entre la verrière et la charpente en utilisant une étroite galerie de circulation
    Dates :
    1901 porte la date daté par source
    Illustration :
    Elévation sur rue, dessin de F. César. D'après La Lorraine Artiste, 1er avril 1901
  • Immeuble
    Immeuble Nancy - 51 boulevard Lobau - en ville - Cadastre : 1972 AX 12
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    ateliers derrière ce front d'immeubles y accédait par la grande porte cochère du numéro 51 dont le front de documents dont le plan du rez-de-chaussée, deux projets sur quatre. Le dessin de la façade postérieure, daté du 23 septembre 1903, porte la mention d'un linteau sur le porche en ciment armé. Le décor du niveau 1903, de fers ronds pour béton armé aux forges de Sedan confirment la présence de ce matériau pour les boulevard. La maison située au numéro 53 était celle d'Auguste Bichaton. L'entreprise qui possédait ses
    Représentations :
    sujet : ornement géométrique, support : baies, garde-corps, vantaux de la porte cochère ; sujet
    Description :
    La façade, sur un soubassement de granite rose en opus incertum, est entièrement en pierre de taille mais la structure du bâtiment est en béton armé. A l'exception du rez-de-chaussée percé à droite d'une porte charretière et d'une porte piétonne à gauche, le rythme des percements est régulier et la verticalité de l'immeuble est accentuée par une succession de petits balcons superposés des travées 2 et 4. La ferronnerie de la porte charretière évoque le dessin d'ailes de papillon tandis que les garde-corps des
1