Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 11 sur 11 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • ensemble de 3 rampes d'escalier
    ensemble de 3 rampes d'escalier Nancy - 9 rue Chanzy 58 rue Saint Jean - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Description :
    Ensemble composé de trois rampes d'escalier, deux appartenant aux escaliers du hall, la troisième à l'escalier desservant les appartements. La rampe d'appui de l'escalier principal du hall devient à l'étage le garde-corps de la galerie.
    Emplacement dans l'édifice :
    deux rampes pour l'escalier du grand hall, la troisième pour l'escalier desservant les appartements
  • Dossier de synthèse thématique architecture de l'Art Nouveau à Nancy
    Dossier de synthèse thématique architecture de l'Art Nouveau à Nancy Nancy
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Référence documentaire :
    , l'Art nouveau et industries d'art. Exposition, Galerie Poirel. Nancy, éditions de la Réunion des musées Europe : actes du colloque, 15, 16 octobre 1999, Salle Poirel, Nancy, sous la direction de François Loyer 1900 : catalogue. Exposition. Paris, Galeries nationales du Grand Palais. 2000. 1900 : catalogue . Exposition. Paris, Galeries nationales du Grand Palais. 2000. - Paris : Réunion des Musées Nationaux, 2000 travaux publics. L’entreprise de bâtiments et travaux publics de la famille Bernanose a connu une longue existence sous divers patronymes. Mosellan d’origine, Adolphe Bernanose opte en 1871 pour la nationalité française, s’installe à Nancy et intègre la société Doirisse, avant d’accéder au statut d’associé avec départementale des musées de la Meuse
    Texte libre :
    grandes écoles ainsi que pour la renaissance de l'enseignement artistique. Devenu directeur de l’École grande manifestation rendant compte de la vitalité du mouvement est la construction, en 1909, du pavillon de grandes artères reliant le centre de la ville à ses faubourgs. Entre 1891 et 1911, on dénombre 3 à s'affranchir de ces influences. Plus que tout autre, il sait utiliser la grande diversité des Nancy, une brillante capitale. Le désastre militaire et humain de la guerre de 1870 a transformé la population nombreuse et pugnace. La Meurthe, devenue Meurthe-et-Moselle, devient, grâce à l'ouverture de nouvelles mines de fer et au développement de la métallurgie, une terre riche. Les industries de transformation, en particulier la construction métallique (entreprise Schertzer...) et la chaudronnerie (La (brasseries, tanneries et verreries) s'établissent et se développent dans la périphérie de Nancy notamment la Société Daum frères et Cie. Nancy est aussi devenue une place bancaire importante avec le transfert de la
    Illustration :
    Les volumes indiquent les fonctions : exemple de la villa "Les glycines" au parc de Saurupt Décor naturaliste, les arums : détail de la verrière déposée provenant du 4 rue du Général Drouot
  • Magasin de commerce dit Magasin Vaxelaire et Pignot
    Magasin de commerce dit Magasin Vaxelaire et Pignot Nancy - 53 à 57 rue Saint-Dizier 3, 7 à 9 rue de la Faïencerie - en ville - Cadastre : 1972 BE 201 A 204
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    métallique du dernier étage est masquée et la grande verrière est occultée. originaire de Wissembach (88), créateur d'un ensemble de grands magasins en Belgique et en France, le second immeubles contigus rue Saint-Dizier et rue de la Faïencerie prenant en tenaille le magasin Gallé situé en maçonnerie de Nancy exécute le gros-œuvre. La devanture en acajou est exécutée par Garnier. L'entreprise nancéienne Majorelle réalise la marquise en fer forgé et fournit les luminaires. L'entreprise Cayotte frères de Nancy réalise les travaux de plâtrerie. Le peintre nancéien Paul Martignon exécute la décoration respectent pour partie la structure métallique des deux premières campagnes. En 1936, Raphaël Oudeville (1896 compte du Bon Marché de Paris, la structure métallique des deux premiers niveaux est totalement masquée , l'ensemble des trémies est bouché et l'escalier du second étage est détruit. En 1980, la structure
    Représentations :
    , support : tympan ; sujet : roses, support : chapiteaux et cartouches des supports portant la grande verrière ; sujet : ornement géométrique, support : vitrail de la grande verrière ; monogramme V et P des
    Description :
    Les fondations en béton armé du magasin précédant ont probablement été conservées. La structure
    Localisation :
    Nancy - 53 à 57 rue Saint-Dizier 3, 7 à 9 rue de la Faïencerie - en ville - Cadastre : 1972 BE 201
    Illustration :
    Projet d'exécution sur la façade coté rue Saint-Dizier (5 février 1913) IVR41_19805400450P Détail du fronton portant le monogramme et de la devise. IVR41_19925400824XA
  • Banque Renauld
    Banque Renauld Nancy - 9 rue Chanzy Saint-Jean - en ville - Cadastre : 1972 BY 277
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    Grande Chaudronnerie Lorraine exécute la charpente métallique. La ferronnerie intérieure et le mobilier La banque est construite de 1908 à 1910 (date portée par le porche) pour Charles Renauld, banquier système Hennebique, également auteur du gros-œuvre achevé pour l'hiver 1909. La Société Anonyme de la Gruber (1870 1936), maître-verrier à Nancy. L'ascenseur est fourni par la maison Pifre de Paris (attributions par source et travaux historiques). Une seconde campagne, dans la continuité stylistique de la première, englobe une maison voisine située rue Chanzy. Cette extension est entreprise après 1912. La grille qui clôturait le porche de la tour a été détruite ainsi que la verrière de Jacques Gruber qui couvrait le grand hall. Des modifications intérieures successives ont dénaturé les aménagements des
    Représentations :
    de la tour porche, lucarnes pignon ; sujet : fougères, support : tour, rampe d' escalier desservant les étages ; sujet : monnaie du pape, support : hall, rampes des escaliers et des garde-corps de la
    Murs :
    granite grand appareil parement
    Description :
    La banque Renaud est édifiée à l'angle de la place Maginot et de la rue Saint-Jean avec des et charpente métallique. L'élément le plus remarquable est la tour porche coiffée d'une flèche pittoresque. Les baies des deux premiers niveaux traduisent la fonction des pièces : des bureaux. Les 2e et 3e . L'édifice comprend trois escaliers : le premier dessert les étages, le deuxième donne accès à la galerie du
    Auteur :
    [charpentier] Grande Chaudronnerie Lorraine
    Dates :
    1910 porte la date daté par source daté par travaux historiques
    Illustration :
    escalier desservant la galerie du grand hall (début 20e siècle) IVR41_00005404713V Vue d'ensemble du grand hall depuis la galerie (début 20e siècle) IVR41_00005404714V La salle des titres et des coupons vue depuis la galerie du grand hall (début du 2oe siècleà Projet d'élévation de la façade : dessin à l'encre de chine (10 octobre 1908, signé Paul La banque Renauld et l'axe de la rue Saint-Jean (début 20e siècle) IVR41_00005402636X Bureaux des titres et coupons : vue depuis le grand hall (début 20e siècle) IVR41_00005404712V Escalier donnant accès à la galerie du 1er étage (début 20e siècle) IVR41_00005404715V Verrière couvrant le grand hall : vue d'ensemble (début 20e siècle) IVR41_00005400387PD Vue du grand hall (debut 20e siècle) IVR41_00005404711V Bague métallique ornant le pilier de la tour porche, signatures des deux architectes et date
  • comptoir
    comptoir Nancy - 9 rue Chanzy 58 rue Saint Jean - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    Le comptoir issu des ateliers Majorelle était installé à l'origine dans le grand hall sous la
    Déplacement :
    oeuvre déplacée à 54,Nancy,rue Saint-Jean,annexe de la banque A VERIFIER
  • Magasin de Commerce dit Magasin Vaxelaire
    Magasin de Commerce dit Magasin Vaxelaire Nancy - 1 à 13 rue Raugraff 15 à 21 rue Saint-Jean - en ville - Cadastre : 1972 BX 71
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    Wissembach (68), créateur d'un ensemble de grands magasins. En 1886, il créé un premier magasin rue Saint en 1896 du magasin de la rue Saint-Dizier, est chargé des travaux. Le gros-œuvre en maçonnerie est confié à l'entrepreneur nancéien Alexis Boudot. La structure métallique est réalisée par Frédéric Schertzer, ingénieur civil et entrepreneur de charpente métallique. La devanture est conçue par Émile André , architecte à Nancy, fils de Charles André et exécutée par Eugène Vallin, ébéniste et constructeur à Nancy. La céramique de la devanture est réalisée par Alexandre Bigot, fabricant à Mer (41). Les grilles de la devanture sont dessinées par Émile André et sont exécutées par le serrurier Albert Blosse. La menuiserie des -verrier nancéien Jacques Gruber réalise les vitraux des portes. La décoration murale est fournie par la nancéien Raphaël Oudeville. La devanture du 13, rue Raugraff demeure en place. En 1984 l'intérieur est
    Référence documentaire :
    l'Est illustré, Nos grands Magasins l'Est illustré, Nos grands Magasins, n° 15, 8 avril 1923
    Représentations :
    sujet : plumes de paon, support : céramique de la devanture sujet : ornement végétal, support
    Description :
    démontée en grande partie (sur la rue Saint-Jean) et l'un des éléments de grès déposé au Musée de l’École Ce magasin est situé sur l'importante voie commerçante qu'est la rue Saint-Jean (11 travées) avec un bref retour sur la rue Raugraff (3 travées). L'angle est soigneusement arrondi. L'imposant corps derrière. La structure est métallique et seule la trame serrée des travées permet de le deviner. Les deux
    Déplacement :
    partie déplacée Paris - Musée d'Orsay - 1 rue de la Légion d'honneur
    Illustration :
    Ensemble trois quarts gauche. D'après une photographie extraite de l'Est illustré, Nos grands Vue intérieure. D'après une photographie extraite de l'Est illustré, Nos grands Magasins, n° 15, 8 Vue intérieure. D'après une photographie extraite de l'Est illustré, Nos grands Magasins, n° 15, 8 Vue de la structure métallique en cours de dégagement. IVR41_19845402052V Vue de la structure métallique en cours de dégagement. IVR41_19845402053V Vue de la structure métallique en cours de dégagement. IVR41_19845402054V Vue de la structure métallique en cours de dégagement. IVR41_19845402055X Vue de la structure métallique en cours de dégagement. IVR41_19845405193Z Vue de la structure métallique en cours de dégagement. IVR41_19845405194Z Vue de la structure métallique en cours de dégagement. IVR41_19845405195Z
  • Immeuble d'artiste dite aussi maison Weissenburger
    Immeuble d'artiste dite aussi maison Weissenburger Nancy - 1 boulevard Charles V Glacis - en ville - Cadastre : 1972 AL 291
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    (1860-1928), architecte à Nancy, pour lui même. La ferronnerie et le mobilier sont réalisés par l'entreprise nancéienne Louis Majorelle. La cheminée d'une chambre du premier étage et la frise du bahut de la terrasse sur rue sont exécutées par la Société Anonyme des Produits Céramiques de Rambervillers (88) : pour la cheminée d'après un projet d'Eugène Vallin (1856-1922), pour la frise d'après un projet de Louis ). Les garages sur la rue des Glacis sont construits aux dépens du jardin et ouvert dans le mur de
    Représentations :
    , bahut de la terrasse sur rue sujet : ornement géométrique, support : garde-corps de la terrasse sur rue , départ de la rampe d'escalier ; porte ; sujet : croix de Lorraine : remplage de la baie de comble de la
    Description :
    cheminée est original tout comme la grande lucarne à traverse et meneau en forme de croix de Lorraine. La Le bâtiment est situé sur une parcelle irrégulière à l'angle de la rue des Glacis et du boulevard à la tradition classique. En revanche, le devant de lucarne dont le fronton s'achève en souche de
    Illustration :
    Elévation rue des Glacis, lucarne de la 5e travée. IVR41_19725401894X Elévation rue des Glacis, lucarne de la 5e travée. IVR41_19725402053Z Angle de la rue des Glacis et du boulevard Charles V, lucarnes. IVR41_19795409005ZA 1er étage, corps latéral gauche, salon à l'angle de la rue des Glacis et du Boulevard Charles V 1er étage, corps latéral gauche, salon à l'angle de la rue des Glacis et du Boulevard Charles V 1er étage, corps latéral gauche, salon à l'angle de la rue des Glacis et du Boulevard Charles V Verrière 2 : Sabots de Vénus et marronniers, ensemble depuis la salle à manger. IVR41_19755402438V
  • Maison d'Industriel dite Maison Victor Luc
    Maison d'Industriel dite Maison Victor Luc Nancy - 25 rue de Malzéville - en ville - Cadastre : 1972 AK 495 A 496
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    Bourdet, céramistes à Billancourt, réalisent la frise décorative sous la corniche du corps principal et la quarts puis construit sur la rue Michelet ce qui a entraîné la destruction des communs.
    Représentations :
    , arcades du corps de portique ; sujet : iris, support : frises de la corniche ; sujet : pommes de pin
    Description :
    La demeure est construite en retrait de la rue en tête d'une parcelle traversante allant jusqu'à la portique en retour d'équerre couvert d'une terrasse. Le corps principal est double en profondeur. La façade (en grande partie disparu) était planté d'érables, pins, sapins, noyers, saules, sureaux, sorbiers
    Illustration :
    Corps de portique, ensemble depuis la rue. IVR41_19745401132Z Corps de portique, arcade depuis la rue. IVR41_19795409300ZA Corps de portique, arcade depuis la rue. IVR41_19795409301ZA
  • Hôtel de voyageurs, débit de boissons d'Industriel dit Hôtel d'Angleterre et Brasserie (Restaurant) de l'Excelsior
    Hôtel de voyageurs, débit de boissons d'Industriel dit Hôtel d'Angleterre et Brasserie (Restaurant) de l'Excelsior Nancy - 3 rue Mazagran Henri Poincaré - en ville - Cadastre : 1972 BY 37 2012 BY 360
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    métallique par la Grande Chaudronnerie Lorraine. Le mobilier et la lustrerie sont fournis par les ateliers à Nancy, et pour Louis Moreau, brasseur à Vézelise (54), propriétaire et gérant de la brasserie, par travaux de gros-œuvre sont exécutés pour la maçonnerie par Bernanose et Lommée et pour la structure Majorelle de Nancy. La décoration stuquée est exécutée par Léopold Wolff (1863-1924) et Guillaume ), ingénieur à Nancy, aménage le hall d'accès par la rue Poincaré et exécute la rampe de l'escalier d'accès au
    Précisions sur la protection :
    classement partiel : salle de la brasserie avec son décor du rez-de-chaussée. 6 juin 1996.
    Représentations :
    : plafond de la salle de brasserie
    Description :
    Situé près de la gare, à l'angle d'une rue, l'hôtel de voyageurs se déploie sur 4 travées rue Mazagran et sur 8 travées rue Henri Poincaré. L'angle de rue est marqué par un pan coupé avec la porte qui dessert la brasserie, celle-ci occupant tout le rez-de-chaussée (une seconde salle est créée après la ). Des balcons fortement saillants avec garde-corps en calcaire et la pergola sur le toit terrasse accentuent la monumentalité de cet angle. Le deuxième étage est souligné également par des balcons regroupés portant l'architrave (ornée de tournesols en stuc autrefois doré) supportant la toiture débordante. La salle de la brasserie occupe tout le rez-de-chaussée (25 m x 12 m), elle est largement éclairée par des
    Auteur :
    [fabricant] Grande Chaudronnerie Lorraine
    Illustration :
    Vue d'ensemble depuis la place de la République IVR41_20195410583NUC4A Détail du plafond de la salle de la brasserie IVR41_19765404748X Lustre de la salle de la brasserie IVR41_19925403464VA
  • hôtel de PImodan
    hôtel de PImodan Toul - 6 bis, 6 rue Général Gengoult - en ville - Cadastre : 1820 L 1293 2010 AR 581, 777
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    Originaire d'Argonne, la famille de Rarécourt de la Vallée de Pimodan remonte au XIIIe siècle . Jacques de la Vallée s'établit à Toul à la fin du XVIe siècle. C'est probablement lui qui édifie l'hôtel de Pimodan vers 1600 (datation par dendrochronologie). La cave conserve une porte du 15e siècle en réemploi ou vestige d'un habitat antérieur. Les membres masculins de la famille occuperont jusqu'à la Révolution la charge de bailli et de lieutenant du roi à Toul. Les fenêtres de lucarne illustrent l'utilisation d'origine de l'étage en surcroît comme espace d'engrangement. Contemporain de la construction, le 1825 et ayant probablement fait son apprentissage à la manufacture Keller et Guérin, emménage dans le objet de faciliter la collaboration déjà engagée avec la manufacture de Toul-Bellevue. C'est que naît Louis Majorelle le 3 octobre 1859. La famille quitte Toul pour Nancy en 1860. Les fenêtres sur cour de siècle. La porte piétonne à gauche de l'élévation antérieure est percée à la limite entre le 19e et le
    Référence documentaire :
    p. 14-15 Majorelle BOUVIER (Roselyne), Majorelle, Paris-Metz, La Bibliothèque des Arts, éditions
    Description :
    au tailloir rectangulaire soutient 1 grande poutre transversale. La pièce abrite 1 pressoir. 1 ; corps 3 : élévation antérieure : escalier demi-hors-oeœuvre). Cave sous-corps 1 accessible depuis la espace distribuant les 3 pièces de la cave. Au nord, 1 porte piétonne à piédroits et linteau droit chanfreinés ouvre sur 1 grande pièce plafonnée au sol de terre battue. Non centrée, 1 colonne ronde en pierre escalier débouchait autrefois sur la rue Général Gengoult. Face à l'escalier donnant sur cour, 1 porte ouvre sur 1 petite pièce dont la paroi sud est percée pour accéder à la 3e pièce. Porte cochère de l postérieures, la taille des fenêtres diminue avec l'élévation. On note la présence d'un pressoir à vin (corps 1
    Auteur :
    [commanditaire)] Jacques de la Vallée
  • Immeuble de notaire dite Maison Houot
    Immeuble de notaire dite Maison Houot Nancy - 7 rue Chanzy - en ville - Cadastre : 1972 BY 278
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    . Joseph Hornecker qui lui succède à la fin de l'année 1906 signera seul cet immeuble. Le gros-œuvre est second étage de comble n'est définitivement achevé qu'en 1914. La décoration intérieure est confiée à
    Description :
    décentré sur la gauche et un étage noble (celui de l'appartement du propriétaire) placé au 2 étage, ce qui est plutôt atypique. Ce dernier est souligné par la présence des balcons. L'influence de l'Art nouveau
    Dates :
    1907 porte la date daté par source daté par travaux historiques
    Illustration :
    Grand hall, côté escaliers. (Fonds André). IVR41_19765404713V Grand hall, galerie. (Fonds André). IVR41_19765404719V Grand hall, départ des escaliers. (Fonds André). IVR41_19765404717V Grand hall, porte d'accès à l'escalier conduisant aux appartements. (Fonds André Grand hall. Projet de portes et de guichet. Dessin attribué à Louis Majorelle. Dessin. Fonds Coupe du bâtiment principal ; face du bâtiment en retour sur la cour ; coupe du bâtiment en retour Grand hall, comptoir. D'après une photographie (Fonds André). IVR41_19765404712V Rampe 3. Grand hall, escalier : départ. (Fonds André). IVR41_19765404718V Rampe 3. Grand hall, escalier : départ. (Fonds André). IVR41_19765404716V Grand hall, comptoir. (Fonds André). IVR41_19765404711V
1