Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 278 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • La grande ferme de Saint-Léonard
    La grande ferme de Saint-Léonard Saint-Léonard - 360 rue de Lorraine - en village - Cadastre : 2014 AB 365
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    Construite vers 1950, en bordure de la nationale 415, cette ferme est l'une des plus imposantes de la région de Saint-Dié (32 m de long). Néanmoins, le bâtiment détruit qu'elle remplace était encore plus grand (38 mètres). Sa partie habitation, particulièrement ostentatoire, abrite le logement du
    Description :
    Le bâtiment se démarque par le volume de son habitation qui domine la partie exploitation et dont la travée centrale est soulignée par un appareillage de moellon de grès grossièrement équarri, tout comme son soubassement. La partie habitation abrite le logement du propriétaire au rez-de-chaussée et celui de l'exploitant au premier niveau. Les 5 travées de l'exploitation sont affectées à : la buanderie et au garage du propriétaire, à la grange, à l'étable pour 7 bovins, à une remise fermée avec réduit
    Titre courant :
    La grande ferme de Saint-Léonard
  • La grande ferme de Ban-sur-Meurthe-Clefcy
    La grande ferme de Ban-sur-Meurthe-Clefcy Ban-sur-Meurthe-Clefcy - Sur les Graviers - Sur les Graviers - isolé - Cadastre : 2014 AP 52
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    Construite vers 1952 par l'architecte Robert Chevrel en bordure de la départementale 73, cette ferme est l'une des plus imposantes de la région de Saint-Dié (31 m de long), bien que sa partie
    Description :
    vestibule, la partie exploitation comprend une buanderie, une laiterie, une étable pour 18 bovins, une
    Titre courant :
    La grande ferme de Ban-sur-Meurthe-Clefcy
  • Foyer du Groupement des Étudiants Catholiques, actuellement Foyer du Groupement des Étudiants du Cours Léopold
    Foyer du Groupement des Étudiants Catholiques, actuellement Foyer du Groupement des Étudiants du Cours Léopold Nancy - 33 cours Léopold 5 rue Baron Louis - en ville - Cadastre : 2018 AM 51 2018 AM 321
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    André (1905-1975) en collaboration avec Claude Prouvé (1929-2012). En 2004, la Métropole du Grand Nancy ), association visant à pallier le manque de logements étudiants à Nancy. Le Diocèse de Nancy-Toul et la Compagnie de Jésus acquiert un terrain situé à l'angle du cours Léopold et de la rue Baron Louis devenir la propriété de la famille de Metz-Noblat ainsi que par deux immeubles d'habitation (date de la création de l'institution puis à sa direction. Afin de financer le foyer la Société immobilière du l'évêché de Nancy et Toul. Le projet occupe toute la périphérie du terrain en conservant l'hôtel au centre du site. En 1926 est posée de la première pierre de deux ailes, destinées à abriter des chambres, un Léopold et ouvre sur la cour d’honneur montant vers l’hôtel. L'ensemble est achevé en 1927 avec l'aide . La structure de béton armé Hennebique est mise en œuvre par l'entrepreneur de travaux publics lorrain Bernanose et Lommée. Les vitraux de la chapelle sont posés entre 1931 et 1934. En 1931, une galerie reliant
    Observation :
    l'implication sociale des ordres religieux, à la qualité de ses élévations portant un abondant décor sculpté et à l'ensemble formé par le théâtre et la chapelle du pavillon dit "Marquette".
    Représentations :
    que les alérions et croix lorrains. La façade du pavillon Marquette porte un décor sculpté ainsi qu'une baie dont la menuiserie métallique forme le chrisme. La cade d'escalier du théâtre comporte -corps métallique du balcon du théâtre représente le chrisme. La scène du théâtre est surmontée d'une
    Statut :
    propriété publique propriété de la Communauté Urbaine du Grand Nancy
    Description :
    amitié ce G.E.C. dont un jour il voulut bien se dire le grand camarade". La sculpture porte la date de Le foyer, occupant une parcelle oblongue à l'angle du cours Léopold et de la rue Baron Louis, est un bas relief carré représentant Jésus enfant et Joseph charpentier, la scène est encadrée par l'inscription "NOS PATERNA JS VICE CUSTODI", les initiales IHS sont au bas de la scène. Le portail d’entrée en ardoise (brisis) et tuiles mécaniques (terrassons). Le bâtiment Coty est implanté en limite sud de la mètres de long sur la cour d'honneur. Il comprend en rez-de-chaussée les bureaux des gestionnaires du GEC terrain, le long de la rue Baron Louis, où sa façade se développe sur 40 mètres. Il comporte un demi sous étudiants et aux sanitaires. La façade sur cour comprend un bas-relief en pierre représentant le maréchal 1935 et la signature de l'artiste (non lisible). Le fond de la cour est occupé par l'ancien hôtel couvert d'un toit à pans fait de tuiles mécaniques. Bien que construit à la fin du 19e siècle son
    Dates :
    1926 porte la date
    Datation secondaire :
    3e quart 19e siècle porte la date
    Illustration :
    Vue du Pavillon Lyautey depuis la rue Baron Louis IVR41_20205410543NUC4A Vue du Pavillon Lyautey depuis la rue Baron Louis IVR41_20205410544NUC4A Vue du Pavillon Lyautey depuis la rue Baron Louis, détail IVR41_20205410545NUC4A Pavillon Marquette, vue depuis la rue Baron Louis IVR41_20205410523NUC4A Pavillon Marquette, vue depuis la rue Baron Louis IVR41_20205410527NUC4A Entrée du Pavillon Marquette depuis la rue Baron Louis IVR41_20205410524NUC4A Entrée du Pavillon Marquette depuis la rue Baron Louis IVR41_20205410525NUC4A Vue du Pavillon Marquette depuis la rue Baron Louis, détail IVR41_20205410526NUC4A Vue du Pavillon Marquette depuis la rue Baron Louis, détail IVR41_20205410540NUC4A Hôtel de Metz-Noblat, rez-de-chaussée, salle de détente, vue vers la cour d'honneur
  • Chapelle du Foyer du GEC de Nancy
    Chapelle du Foyer du GEC de Nancy Nancy - 5 rue Baron Louis - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Genre :
    de clercs réguliers de la compagnie de Jésus
    Historique :
    La chapelle fait parti du pavillon Marquette du foyer du Groupement des Étudiants Catholiques conçu fruit de commandes d'établissements d'enseignement supérieur de Nancy : la faculté de médecine (1933 par André Lemoine), l'école de chimie (1934 par André Antoine), la faculté de pharmacie (1935 par Joseph Benoît), l'école des mines (1936 par Joseph Benoît), la faculté de droit (1936 par Joseph Benoît 1989-1990, la chapelle est convertie en salle de sport pour les étudiants du foyer.
    Représentations :
    Les vitraux représentent des scènes de la vie du Christ ou des paraboles christiques. Les
    Statut :
    propriété publique propriété de la Communauté Urbaine du Grand Nancy
    Description :
    La chapelle occupe le deuxième étage du pavillon Marquette du foyer de l'ancien Groupement des recouverts d'un enduit imitant le grès rose. L'unique vaisseau de la nef, de plan rectangulaire, compte trois (disparus). La première travée de la nef laisse apparaître les traces de la tribune originelle, détruite. Le chœur s'ouvre sur la nef par une arcade plein cintre précédé d'un degré large et droit et jouxté de part
    Dimension :
    Autel : h 98,5 cm ; la 200,5 cm ; pr 95 cm
    Illustration :
    Bâtiment Marquette, entrée de la chapelle IVR41_20205410353NUC4A Bâtiment Marquette, entrée de la chapelle IVR41_20205410354NUC4A Vue depuis la nef vers le choeur en 2010 IVR41_20155434256NUC2A
  • Gare de Toul
    Gare de Toul Toul - avenue Victor Hugo - en ville - Cadastre : 2011 BK 166 Bâtiment-voyageurs et bâtiment annexe, halle marchandise, quais voyageurs, quai militaire 1
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale patrimoine ferroviaire de la Région Grand-Est
    Historique :
    -Mirecourt (par Barisey-la-Côte, Favières et Frenelle-la-Grande), suivie en 1886 de l'établissement d'un La mise en service de la voie ferrée Paris-Strasbourg, sur le territoire de la commune de Toul , intervient dans le courant de l'année 1852. Son tracé est sensiblement parallèle, au Nord, du canal de la Marne-au-Rhin. Une première gare est édifiée, à titre définitif, entre 1852 et 1855. Placée dans la seconde zone de servitudes (entre 250 et 487 m) des fortifications urbaines de la ville, elle semble alors , avant 1874, une remise à voitures. L'ouverture, entre 1881 et 1884, de la ligne de la ligne Toul reconstruction de la gare, rapidement ajourné à la suite de l'opposition du Ministère de la Guerre. Dans le courant de l'année 1887, le passage à niveau de la R.N. 4, qui franchit les voies à l'Est du bâtiment pont au dessus des voies. Cette réalisation intervient à la suite de directives formulées par le accidentelle des voies par la circulation routière. La gare comporte 2 quais militaires, dont un de 350 m
    Référence documentaire :
    20-01-1894, p. 278 [la gare de Toul]. L'immeuble et la construction dans l'Est.
    Description :
    Orientée Est-Ouest dans son plus grand développement, la gare de Toul comporte un ensemble au point de bifurcation placé, à quelques kilomètres de Culmont-Chalindrey (52), sur voie 1 de la ligne Paris-Belfort (en avant de la tête Est du souterrain de Chaudenay). Elle constitue le PK 0.000 de la ligne Toul-(Chaligny)-Pont-Saint-Vincent et Chaligny-Blainville. Elle se compose des éléments de l'horloge cantonné de bombes (sur brisis Sud) surplombant l'inscription "CHEMIN DE FER" et la date troisième appartement, actuellement inoccupé, règne dans l'entresol placé côté quai (Nord). La distribution . La salle des pas-perdus comporte une décoration présentant des pilastres saillants et un plafonnement
    Dates :
    1895 daté par source porte la date
    Aires d'études :
    Région Grand Est
    Texte libre :
    , traduit une influence parisienne, fréquemment utilisée dans des immeubles "haussmaniens" de la fin du l'horloge symbolisent la fonction militaire de la ville. Il offre de fortes similitudes architecturales avec l'architecte Gouny (Base Léonore, dossier Daniel Dupuis) : la maison occupée par son parrain de promotion (rue Fortuny à Paris) est voisine d'une maison due à l'architecte Gouny, détail qui autorise la rapprochement de fer doublant les pilastres (ou dissimulées à l'intérieur de ces derniers ?) de la salle des pas , en bordure du mur Ouest du pavillon médian, était dévolu au chauffage : de la salle des pas-perdus
    Illustration :
    Le bâtiment-voyageurs et la cour, ensemble depuis le Sud-Est d'après une carte postale, vers 1900 le bâtiment-voyageurs et la cour, ensemble depuis le Sud-Ouest, d'après une carte postale, entre Le bâtiment-voyageurs et la cour, élévation Sud, d'après une carte postale, vers 1900 Le bâtiment-voyageurs, la cour et l'abri de défense passive, vue partielle depuis le Sud-Est Vue intérieure du bâtiment-voyageurs, détails de la charpente métallique à voligeage en bois sous de la ligne vers Neufchâteau et le raccordement direct, de cette dernière, à la ligne Paris numéros, manettes de déverrouillage, renvois d'angle sur tringlerie vers la table d'enclenchements entre Toul et Neufchâteau (à gauche) et armoire de commande de la coupure du courant de traction 25 kv à hauteur de la gare de Toul (à droite). IVR41_20205410453NUC4A
  • ligne Toul-Chaligny-Pont-Saint-Vincent-Blainville-Damelevières (ligne 27).
    ligne Toul-Chaligny-Pont-Saint-Vincent-Blainville-Damelevières (ligne 27). Toul - bâti dense
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale patrimoine ferroviaire de la Région Grand-Est
    Historique :
    plan Freycinet (1879) ; il se place dans le contexte de la création d'une ligne nouvelle, reliant Toul à Epinal (88), par Mirecourt, largement conditionnée par des impératifs de nature militaire. La , mais qui rencontre une forte opposition émanant du Ministère de la Guerre qui souhaite un tracé à l'Est entre 1891 et 1892, effectuées sous la direction d'Albert Descubes (1858-1927), ingénieur à la Compagnie , de la ligne Paris-Avricourt (54), de manière à pallier, en cas de guerre franco-allemande, le tracé longueur de 23250 m (origine du point kilométrique, dit PK 0+000 : axe du bâtiment-voyageurs (BV) de la mise en service (dénommée ligne 27, dans la nomenclature de l'ensemble des lignes ferroviaires du raisons financières, dés 1893. Les travaux d'infrastructures sont effectués en 2 lots : de la gare de , architecte de la Compagnie de l'Est, sont édifiés par l'entrepreneur Léon Carny qui pourvoit, par ailleurs, à la fourniture du ballast de la totalité de la ligne. Les rails en acier, de profil Vignole, sont
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Pont sur le canal de la Marne-au-Rhin (Toul) : culées en pierre de taille calcaire et de granite , moellon de calcaire, tablier an acier avec éléments en fer (?) puddlé ; pont sur la Moselle (Toul et . Plateforme de la ligne entre Toul-Chaligny et Pont-Saint-Vincent partiellement envahie par la végétation
    Localisation :
    Pierre-la-Treiche - bâti isolé
    États conservations :
    envahi par la végétation
    Aires d'études :
    Région Grand Est
    Illustration :
    Ligne de Toul à Pont-Saint-Vincent (...), stations de Pierre-la-Treiche, Chaudeney, Maron et Ligne de Toul à Nancy par Pont-Saint-Vincent, enquête (...), chemise de la carte générale du tracé Ligne (...), détail : tracé compris entre Toul et un point situé à l'Est de la station de VIlley-le Ligne (...), détail : tracé compris entre un point situé à l'Ouest de la station de Maron et la Ligne (...), détail : tracé compris entre les raccordements en projets entre la ligne nouvelle vers Pont-Saint-Vincent, Ludres-Jarville (par la ligne existante) et Jarville par la ligne nouvelle (dont Ligne (...), détail : tracés compris entre la station de Ludres (ligne existante de Nancy à Vézelise et Mirecourt) et Jarville et pour la ligne projetée entre les points kilomètriques 29 et 38 Pont (0913414 ; 6845494) sur le canal et la Moselle (PK 1+7), ensemble depuis le côté Toul, vers le Pont (0913414 ; 6845494) métallique sur le canal et la Moselle (PK: 1+7), vue inférieure de la
  • Ferme n°17, dite Maison du Prévot
    Ferme n°17, dite Maison du Prévot Dompaire - 121 rue derrière les Halles 140 rue Charles Gérôme - en village - Cadastre : 2019 AB 162
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    La ferme n°17 de Dompaire, est appelée la Maison du Bailly ou du Prévôt. Elle semble remonter au 17e siècle, elle aurait été construite en 1624 par Pierre Hierosme, prévot de la ville. Le bâtiment est à l'abandon entre 1976 et 1995, date à laquelle menaçant de ruine, il est acquis par la commune et profondément réhabilité. (sources : L'Est Républicain - Epinal - article du 13 avril 1995). La partie agricole
    Référence documentaire :
    La grande misère de la maison du bailli - Dompaire La grande misère de la maison du bailli. L'Est
    Représentations :
    Les 4 baies du logis de la maison du Bailly sont à croisée en calcaire (dont une restituée). La porte piétonne et son imposte sont moulurées (en grès). Les encadrements de la porte charretière et la porte de l'étable sont chanfreinés. La tour d'escalier est surmonté d'une girouette.
    Description :
    La ferme n°17 de Dompaire, dite Maison du Prévot, est située au centre du bourg de Dompaire, dans l’ancienne enceinte. Elle est composée de deux parties : une habitation urbaine s'ouvrant sur la rue un escalier en vis. La pièce gauche à l'étage a été divisée au 19e siècle par des cloisons de bois en 1978 : Une cheminée en angle dans la cuisine du rez-de-chaussée ; une cheminée contre le pignon dans la chambre du rez-de-chaussée ; et une cheminée moulurée dans la cuisine du premier étage. Une d'entrée et la cour intérieure. La partie agricole s'ouvre en façade Est (rue derrière les Halles), avec entre les deux corps constituent une cour intérieure qui sert de puits de lumière. La partie agricole est aujourd’hui détruite (seule la façade sur rue est conservée) et la maison du Prévôt ruinée à la
    Illustration :
    Dompaire, Ferme n°17 dite Maison du Prévot, façade rue derrière les Halles, vue de détail de la
  • Ferme n°51
    Ferme n°51 Sauville - 5 rue Certe (de la) - en village - Cadastre : 2014 C 122
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    La ferme n°51 de Sauville possède une structure qui remonte au 19e siècle, avec des modifications
    Représentations :
    La porte piétonne du logis est encadrée de moulures et surmontée d'une corniche. Chaque niveau est soulignée par un bandeau en pierre de taille. L'encadrement de la porte charretière est garnie de moulures à la hauteur des chapiteaux. Celle-ci est ornée de petits jours en forme de cœur.
    Description :
    . Cette grande ferme est composée d'une grange et probablement deux logis de part et d'autre de la porte La ferme n°51 est implantée parallèlement et au bord de la rue, non loin de la place de l’Église servait à la conservation des fromages. Au-dessus des chambres ont été aménagée sur toute la largeur de la façade antérieure, hormis au-dessus de la grange. Des jours rectangulaires éclairent les combles. Les séparent les niveaux et une corniche moulurée souligne la toiture, confèrent un caractère bourgeois au bâtiment. La porte charretière est en anse de panier.
    Localisation :
    Sauville - 5 rue Certe (de la) - en village - Cadastre : 2014 C 122
    dc_52cd4446-d2fb-44eb-9947-7e9d7c624059_12 :
    Grande ferme avec cave voutée importante sous le logis, ayant servie à la fromagerie. Porte
    Illustration :
    Ferme, vue de la facade antérieure, vue d'ensemble de trois quarts droit. IVR41_20148830773NUC2A Ferme, vue de détail de la porte charretière. IVR41_20148830774NUC2A Ferme, vue de détail de la porte piétonne. IVR41_20148830775NUC2A
  • Ferme n°7
    Ferme n°7 Vrécourt - 16 rue Champ Saint-Martin (du) - en village - Cadastre : 2014 ZX 119
    dc_52cd4446-d2fb-44eb-9947-7e9d7c624059_16 :
    un oculus au-dessus de la porte charretière un oculus donnant dans la cuisine certainement au -dessus de la pierre à eau, sans volet.
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    La ferme n°7 de Vrécourt possède une structure du 18e siècle avec modifications au 19e siècle. Elle
    Description :
    dans la cuisine. Une grande dalle de grès posée sur champ matérialise la limite de mitoyenneté sur La ferme n°7 est implantée parallèlement à la rue, à l'extrémité sud-ouest du bourg. Mitoyenne aménagées au-dessus, et la chambre à four se place à l'arrière du logis. L'étable, dénaturée, a peut-être rez-de-chaussée et à linteau droit à l'étage. La porte charretière est en anse de panier et elle est surmonté d'un oculus qui éclaire les engrangements. Un autre oculus est placé au-dessus de la pierre à eau l'usoir, le long des trois marches menant à la porte piétonne.
    dc_52cd4446-d2fb-44eb-9947-7e9d7c624059_12 :
    four à pain à l'arrière du logis. une grande dalle de grès posée sur champ matérialise la limite de mitoyenneté sur l'usoir, le long des trois marches menant à la porte piétonne.
    Illustration :
    ferme, vue de la facade antérieure, vue d'ensemble de trois quarts gauche IVR41_20148830322NUC2A ferme, vue de la facade antérieure, vue de détail de la porte piétonne et des baies de cuisine Ferme, vue de la facade antérieure, vue de la porte charretière. IVR41_20158832316NUC2A
  • Ferme n°73
    Ferme n°73 Vrécourt - 15 Grande Rue - en village - Cadastre : 2014 ZW 39
    dc_52cd4446-d2fb-44eb-9947-7e9d7c624059_16 :
    jour rectangulaire au-dessus de la pierre à eau
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    La ferme n°73 possède une structure qui remonte au 3e quart du 19e siècle, selon la pierre de fondation située à droite de la porte charretière de la façade postérieure. Celle-ci porte la mention "Cette la cour, se trouve un pilier de clôture provenant du château de Vrécourt (source orale) ; un second pilier identique se trouve dans le jardin voisin (IA88030150 Ferme n°72 de la commune de Vrécourt).
    Représentations :
    La toiture du pavillon est ornée de deux épis de faitage, servant de girouettes : l'un représentant un chasseur et l'autre un cervidé (?). La porte piétonne est garnie de grille de facture récente.
    Datation principale :
    3e quart 19e siècle porte la date
    Description :
    . C'est une maison de vigneron avec une grande cave voûtée sous le logis (accès par la cour arrière) et un La ferme n°73 possède 3 rains et est implantée parallèlement à la rue principale au cœur du bourg cellier à l'arrière de l'étable. La grange traversante, avec balancier, est datée de 1859, par la pierre de fondation qui est située à droite de la porte charretière, en façade postérieure. Le logis , la "Belle Chambre" s'ouvre sur la rue, et la cuisine sur le jardin, avec une petite chambre entre les deux. Celle-ci possède une alcôve (détruite). La cuisine est munie d'une cheminée contre le mur bandeaux en pierre de taille séparent les niveaux et la toiture est soulignée par une corniche. Les encadrement des ouvertures sont en pierre de taille à linteau droit. La porte charretière est à linteau
    Localisation :
    Vrécourt - 15 Grande Rue - en village - Cadastre : 2014 ZW 39
    Dates :
    1859 porte la date
    dc_52cd4446-d2fb-44eb-9947-7e9d7c624059_12 :
    Ferme et maison de vigneron avec grande cave voutée sous le logis (accès par la cour arrière) et remise à l'arrière. Cuisine à l'arrière et Belle Chambre sur la rue. puits dans la cour. Cave vouté sous
    Illustration :
    Ferme, vue de la facade antérieure, vue d'ensemble de trois quarts droit. IVR41_20148830545NUC2A Ferme, vue de détail de la pierre de fondation. IVR41_20148830546NUC2A ferme, vue intérieure de la cuisine, vue de la cheminée IVR41_20158833125NUC2A ferme, vue intérieure de la cuisine, vue du placard au dessus de la pierre à eau
  • Présentation de la commune de Vaubexy
    Présentation de la commune de Vaubexy Vaubexy
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Description :
    nouveau cimetière a été écarté à 300m à l’est du village. Les forêts (Le Grand Bois, La Forêt, La Garenne Vaubexy est situé au nord de Dompaire, au creux de plusieurs coteaux dominant la vallée du Robert qui passe à la frontière sud du territoire communal. Il est alimenté par plusieurs rus, dont le Ruisseau de Gérard Champ qui longe le village. Celui-ci est à la limite ouest de la région appelée la constructions sont implantées le long de la rue principale suivant la vallée, et d’une rue secondaire parallèle de la Rue du Coue (2e moitié du 18e siècle et 1ere moitié du 19e siècle). Des maisons de manouvriers sont construites le long de la rue Pilatte (route vers Charmes) dans la seconde moitié du 19e siècle . Le centre est marqué par l’Église et le cimetière, ainsi que la place publique autour laquelle sont établis les édifices publics : la Mairie-école, la remise des pompes, le lavoir (actuellement salle communale) et la fontaine circulaire. De manière générale, les bâtiments sont implantés de manière lâche
    Titre courant :
    Présentation de la commune de Vaubexy
    Illustration :
    Vaubexy, vue de la Place, Grande Rue. IVR41_20188839829NUC2A
  • Ferme n°3
    Ferme n°3 Urville - - 6 Grande Rue - en village - Cadastre : 2015 AA 65 gauche
    dc_52cd4446-d2fb-44eb-9947-7e9d7c624059_16 :
    jour rectangulaire au-dessus de la pierre à eau. jours rectangulaires sous la toiture.
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    La ferme n°3 d'Urville possède une structure qui remonte probablement au 2e quart du 19e siècle , reconstruite après un incendie (source orale) par Auguste Fleurichamp (propriétaire) en même temps que la ferme accolée à gauche (IA88030676) qui appartenait à son beau-frère. La ferme a accueilli un café au cours du 2e quart du 20e siècle. La maison de manouvrier n°5 (IA88030677) situé en face dépend de cette ferme.
    Description :
    La ferme n°3 est implantée parallèlement à la rue, au bord de la rue principale. Cette grande ferme est composée de 5 travées : une étable de part et d'autre de la grange, un logis, puis une 3e étable . Construite en même temps que la ferme voisine (IA88030676), l'agencement est quasiment symétrique (fermes couloir. A gauche, la cuisine a conservée sa cheminée, ses placards, et sa pierre à eau sous la baie. A , se trouvent deux chambres dont celle sur la rue possède une alcôve et a servi de café. Des chambres escalier soit depuis la cuisine (fermé et remplacé par un accès dans l'étable), soit depuis le jardin à l'arrière. Les combles et greniers sont éclairés par des jours rectangulaires sous la toiture. Les encadrements des ouvertures sont en pierre de taille à linteau droit. La porte charretière et la porte de de chaines d'angle. La maison de manouvriers qui est en face (IA88030677), de l'autre coté de la rue dépend de la ferme et servait de chambre à four.
    Localisation :
    Urville - - 6 Grande Rue - en village - Cadastre : 2015 AA 65 gauche
    dc_52cd4446-d2fb-44eb-9947-7e9d7c624059_12 :
    Grande ferme avec 3 étables. construite en même temps que la ferme voisine (fermes jumelles). cave sous le logis. La maison de manouvriers qui est en face, de l'autre coté de la rue dépendait de la ferme sur le plan cadastre du milieu du 19e siècle et servait de chambre à four. accès à la cave voutée par la cuisine, et à l'arrière dans le jardin. Puis l'accès de la cuisine a été remplacé par un accès dans l'étable. Café dans la chambre en façade.
    Illustration :
    Ferme, vue de la façade antérieure, vue d'ensemble de trois quarts gauche. IVR41_20158832520NUC2A Ferme, vue de la façade antérieure, vue d'ensemble de trois quarts droit. IVR41_20158832521NUC2A Ferme, vue de la façade antérieure, vue de détail du logis. IVR41_20158832522NUC2A Fermes, vue de la façade antérieure, vue d'ensemble de deux fermes jumelles. IVR41_20158832523NUC2A Fermes, vue de la façade antérieure, vue de détail de la chaine d'angle entre les deux fermes
  • Ferme n°31
    Ferme n°31 Médonville - 11 rue Pont (du) - en village - Cadastre : 2015 D 702
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    La ferme n°31 de Médonville possède une structure du premier quart du 19e siècle, selon la date portée "1822" gravée sur la niche au-dessus de la porte piétonne et la mention "PAX VOBIS". Des
    Représentations :
    La porte piétonne du logis est surmontée d'une niche portant la date et abritant une statuette de la Vierge à l'Enfant en céramique vernie aux couleurs vives. L'enfant, nu, est assis dans les bras de la Vierge, qui est debout et qui porte une robe jaune à point noir et un voile bleu. Ses pieds dépassent légèrement de la robe et repose sur un socle vert. (position et traitement proche des productions
    Datation principale :
    1er quart 19e siècle porte la date
    Description :
    La ferme n°31 est implantée parallèlement à la rue principale, à la sortie nord-est du village de part et d'autre de la grange, et un logis en largeur avec la cuisine et le poêle prenant le jour sur la rue. La partie agricole a été agrandie. Une remise sur poteaux de bois fermée par un essentage de planches verticales, est accolée à l'arrière. La porte charretière est en anse de panier et les ajout de tablette en ciment. Au dessus de la porte piétonne, une niche abrite une statuette en céramique de la Vierge à l'Enfant, fermée par deux barreaux de fer. Les encadrements des ouvertures, sont
    Dates :
    1822 porte la date
    dc_52cd4446-d2fb-44eb-9947-7e9d7c624059_12 :
    Grande ferme en largeur avec agrandissement sur l'arrière (chaine visible en mur pignon). Porte piétonne surmontée d'une niche avec statuette en céramique de la Vierge à l'Enfant. Remise de bois accolée
    Illustration :
    Ferme, vue de la façade antérieure, vue d'ensemble de trois quarts droit. IVR41_20158831754NUC2A Ferme, vue de la façade antérieure, vue d'ensemble de trois quarts gauche. IVR41_20158831755NUC2A Ferme, vue de la façade postérieure, vue d'ensemble de trois quarts gauche. IVR41_20158831756NUC2A Ferme, vue de la façade antérieure, vue de détail des ouvertures de l'étable et de la grange Ferme, vue de la façade antérieure, vue de détail des ouvertures du logis. IVR41_20158831758NUC2A Ferme, vue de la façade antérieure, vue de détail de la niche abritant une statuette de la Vierge à
  • Présentation de l'opération architecture rurale de Lorraine (version provisoire)
    Présentation de l'opération architecture rurale de Lorraine (version provisoire) Lorraine
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général (c) Conseil départemental de la Meuse (c) Conseil départemental de la Moselle
    Annexe :
    austérité ni sans grandeur. Des bois, certes, car la forêt est partout présente, et souvent sur de grandes reposent les instruments, où s’accumule le fumier ou picore la volaille ; les grandes portes, qui percent L'architecture rurale vue par un géographe en 1951 La France, géographie et tourisme. Ouvrage publié sous la direction de Daniel Faucher, éd. Larousse, 1951, t. II, § La vie lorraine. A l’intérieur maintenant assez de traits semblable pour qu’elle [la Lorraine] puisse être considérée comme une authentique minutieuse marqueterie ; parfois aussi, de grands ensembles verts, des pâtures, limités par des rangées de dépasse que l’église. Les reconstructions du XVIIe siècle, après la guerre de Trente Ans qui fit ici des : il y a bien des raisons à la monotonie, à l’aspect peu orné et sans élégance de ces villages, où , qui la prolonge par l’arrière. Pièces en enfilade, dont l’une, centrale, la cuisine ne prend le jour que par le haut ! Point de cour, ou plutôt une cour collective, la rue, avec ses larges « usoirs » où
    Texte libre :
    fumier ou picore la volaille ; les grandes portes, qui percent régulièrement la façade continue de ces La France, géographie et tourisme. Ouvrage publié sous la direction de Daniel Faucher, éd. Larousse , 1951, t. II, § La vie lorraine. A l’intérieur de ses limites historiques, ainsi que dans quelques territoires contigus ou enclavés, il y a encore maintenant assez de traits semblable pour qu’elle [la Lorraine est d’un ordre extrême, qui ne va pas sans austérité ni sans grandeur. Des bois, certes, car la forêt est partout présente, et souvent sur de grandes étendues, mais ce sont toujours des bois strictement terre sans clôture, rangées par secteur, dessinant une minutieuse marqueterie ; parfois aussi, de grands XVIIe siècle, après la guerre de Trente Ans qui fit ici des ravages, l’absence d’imagination d’une dense et menue de cette campagne morcelée en étroites parcelles : il y a bien des raisons à la . L’habitation proprement dite s’étire en profondeur jusqu’au jardin, qui la prolonge par l’arrière. Pièces en
  • Ferme n°19
    Ferme n°19 La Vacheresse-et-la-Rouillie - Rouillie (La) - 271 Grande Rue ( ) - en village - Cadastre : 2015 ZB 22
    dc_52cd4446-d2fb-44eb-9947-7e9d7c624059_16 :
    oculus au-dessus de la pierre à eau.
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    La ferme n°19 de La Rouillie possède une structure qui remonte 2e quart du 18e siècle, selon la mention sculptée sur le manteau de la cheminée : "17 C.S. IHS FDB 34". Des modifications ont été réalisées sur la maison rurale" réalisée par Georges Savouret vers 1943.
    Représentations :
    Le manteau de la cheminée porte la mention sculptée "17 C.S. IHS FDB 34" avec le monogramme du christ surmonté d'une croix. La porte du logis arrière est ornée de chevrons.
    Datation principale :
    2e quart 18e siècle porte la date
    Description :
    La ferme n°19 est implantée parallèlement à la rue principale de La Rouillie, au centre. Cette ferme à trois rains possède un logis en profondeur avec la cuisine ouvrant sur la rue principale et le poêle sur le mur pignon. Dans la cuisine, sont conservés la cheminée dont le manteau est sculpté (date portée de 1734), la pierre à eau sous l'oculus et des placards. Au dessus du logis, une chambre est une pierre à eau sous la baie ont servi de second logis. Ils sont accessibles depuis la grange ou depuis le mur pignon, où la porte est ornée de chevrons. Des remises y sont accolées dont une sur poteaux appentis accolé à l'arrière de l'étable (détruits). Les baies de l'étable sont dénaturées et la porte de la
    Localisation :
    La Vacheresse-et-la-Rouillie - Rouillie (La) - 271 Grande Rue ( ) - en village - Cadastre : 2015 ZB
    Dates :
    1734 porte la date
    dc_52cd4446-d2fb-44eb-9947-7e9d7c624059_12 :
    Ferme à double logis. 2e logis situé à l'arrière dans la chambre à four, dont la porte ornée de
    Illustration :
    Ferme, vue de la façade antérieure, vue d'ensemble de trois quarts gauche. IVR41_20158832027NUC2A Ferme, vue de la façade latérale gauche, vue d'ensemble de trois quarts droit Ferme, vue de la façade latérale gauche, vue de détail des ouvertures du logis arrière Ferme, vue intérieure dans la cuisine, vue d'ensemble de la cheminée datée. IVR41_20158832030NUC2A
  • Ferme n°24
    Ferme n°24 La Vacheresse-et-la-Rouillie - Rouillie (La) - 190 Grande Rue ( ) - en village - Cadastre : 2015 ZB 72
    dc_52cd4446-d2fb-44eb-9947-7e9d7c624059_16 :
    oculus au-dessus de la porte charretière.
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    La ferme n°24 de La Rouillie possède une structure qui remonte probablement au 18e siècle, avec des modifications au milieu du 20e siècle. La façade est ornée de deux bustes en remploi, provenant peut-être de bâtiment est appelé "Maison Félicien DUFOUR" lors de l'étude "enquête sur la maison rurale" réalisée par
    Représentations :
    La façade du logis de gauche est ornée de deux bustes sculptés en pierre sur console ornée d'une
    Description :
    La ferme n°24 est implantée parallèlement à la rue principale de La Rouillie, au centre du hameau de la grange. Celui de droite est constitué d'une cuisine unique avec une cheminée et une pierre à eau sous la baie. Le logis de gauche possède aussi une cuisine avec cheminée et pierre à eau sous la baie, mais a été agrandi par l'ajout d'un poêle accolé en avant sur l'usoir. Sur la façade de celui-ci y entre en passant par la grange. Les étables se situent à l'arrière et les engrangements au-dessus ). Celles du rez-de-chaussée sont munies d'un garde-corps de fonte. La porte charretière est en plein cintre . Au-dessus, les greniers sont éclairés par un oculus. Les conduits de cheminées sur la toiture sont en
    Localisation :
    La Vacheresse-et-la-Rouillie - Rouillie (La) - 190 Grande Rue ( ) - en village - Cadastre : 2015 ZB
    Illustration :
    Ferme, vue de la façade antérieure, vue d'ensemble de trois quarts droit. IVR41_20158832045NUC2A Ferme, vue de la façade antérieure, vue de détail du logis de droite. IVR41_20158832046NUC2A Ferme, vue de la façade antérieure, vue de détail des deux bustes sur console Ferme, vue de la façade antérieure, vue de détail du buste de gauche. IVR41_20158832048NUC2A Ferme, vue de la façade antérieure, vue de détail du buste de droite. IVR41_20158832049NUC2A Ferme, vue de la façade antérieure, vue de détail du garde-corps de la baie du logis de gauche Ferme, vue de la façade antérieure, vue d'ensemble de la facade latérale de l'avancée (en 1982
  • Ferme n°13, brasserie
    Ferme n°13, brasserie Dompaire - 202 rue derrière les Halles - en village - Cadastre : 2019 AB 84
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    La ferme n°13 de Dompaire remonte au moins à la 2e moitié du 18e siècle (visible sur le plan de médiévale de la ville. Le bâtiment est aménagé ou reconstruit au début des années 1820 par Joseph François Guyot, pour y établir une brasserie alimentée par l’eau de la Fontaine d’en Bas. La demande de concession pour 5 ans est acceptée par le conseil municipal le 12 mai 1821, car la source est abondante, la concession permet d'alléger une partie de l’entretien des corps de la fontaine et le conseil souhaite 2 chaudières et emploie 4 ouvriers (Fournier, A. Topographie ancienne du département des Vosges. La plaine (2e partie), 8e fascicule. Épinal. 1899.) La brasserie est active jusqu'en 1904, puis le bâtiment
    Référence documentaire :
    Le grand livre de la bière en Lorraine. Editions place stanislas. 2008 Topographie ancienne du département des Vosges : 8e fascicule- La Plaine FOURNIER, Alban . Topographie ancienne du département des Vosges : 8e fascicule- La Plaine (2e partie). Annales de la société
    Représentations :
    La porte piétonne à imposte est ornée de panneaux sculptés de tas de sable. Elle est partiellement vitrée et protégée par une grille en fonte à motif de volutes. La toiture est soulignée par une corniche moulurée en pierre de taille. La façade antérieure est structurée par des chaînes d'angles. Les volets sont
    Description :
    -dessous, une grande cave voûtée a été creusée pour l’atelier de brasserie, accessible depuis la façade La ferme n°13 de Dompaire est située à l’extrémité nord du bourg ancien. Elle est composée de trois travées avec un logis de part d'autre de la grange. Celui au nord contient une cuisine s'ouvrant sur la constitué d'une seule pièce appelée "la petite cuisine". Les étables s’étendent à l'arrière, complétées par une étable à veaux en annexe. La grange possède une avant-grange (charri) délimitée par deux portes l'étage par un escalier. La 2e grange est munie d'un pont mobile à croix de Lorraine dans la partie nord. Une conduite en fonte y aboutit, apportant l'eau depuis la « fontaine d’en Bas » qui était située dans la rue, juste au sud. L'extrémité Est de ce corps de bâtiment est délimitée par l'ancienne s’ouvrant sur la rue. Des anneaux, un abreuvoir et une rampe maçonnée y facilitaient la montée du bétail
    Illustration :
    Dompaire. Rue des Halles. Carte postale de la première moitié du 20e siècle (coll. privée Dompaire, Ferme n°13, ancienne brasserie, facade antérieure, vue de détail de la baie au-dessus de la partie atelier et engrangement. IVR41_20198840359NUC2A Dompaire, Ferme n°13, ancienne brasserie, facade antérieure, vue de détail de la porte piétonne Dompaire, Ferme n°13, ancienne brasserie, facade antérieure, vue de détail de la jonction des d'enceinte de la ville. IVR41_20198840365NUC2A Dompaire, Ferme n°13, ancienne brasserie, cour, vue de la rampe maconnée et des anneaux pour faciliter la montée du bétail dans les camions IVR41_20198840366NUC2A
  • Présentation de la commune de Velotte-et-Tatignécourt
    Présentation de la commune de Velotte-et-Tatignécourt Velotte-et-Tatignécourt
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    La carte archéologique signale que la commune se trouve sur le tracé de la voie romaine Langres -Strasbourg près du Bois de la Basse-des-Anglées, qui franchit le Madon entre Hymont et Tatignécourt. Des débris romains sont attestés « sur toute la commune », notamment une monnaie Domitien et une panthère en bronze avec une attache à l’arrière. La première mention de Tatignécourt (Thanteneycourt) remonterait à 1276, mais le toponyme en -court indique que Tatignécourt est certainement apparu lors de la vague de dont dépendaient Hagécourt, Madecourt, Maroncourt, Rozerotte, et Valleroy-aux-Saules. Visible sur la deux bras de la Gitte et la R.D.266), et érigé en baronnie en 1722, a entièrement disparu (Gérard Gley . 1870). Le plan cadastral de 1806 (AD88-3P301) mentionne un lieu-dit « Haut de la Justice » à la frontière avec Ahéville. Velotte-et-Tatignévourt a beaucoup souffert lors de la guerre de Trente ans et de 1659 » (Idoux. Les ravages de la guerre de Trente ans dans les Vosges.1912). Puis, 27 habitants sont
    Référence documentaire :
    Idoux, M.-C. Les ravages de la guerre de Trente Ans dans les Vosges : 2e fascicule. Annales de la société d'émulation du département des Vosges, 1912, p. 1-234 Idoux, M.-C. Les ravages de la guerre de Trente Ans dans les Vosges : 2e fascicule. Annales de la société d'émulation du département des Vosges p. : ill., croquis, plans, cartes ; 30 cm. (Carte archéologique de la Gaule) Michler, Mathieu. Les d'organisation et effets sur l'environnement, sous la direction de Jean-Pierre Husson. Thèse de doctorat Plateau Lorrain : logiques d'organisation et effets sur l'environnement, sous la direction de Jean-Pierre
    Description :
    implantées à l’ouest de la Grande Rue. Les autres ont été construites en périphérie Nord de Velotte, et Sud de forêt, correspondant à une part du Grand Bois. La commune a fait l’objet d’un traitement de La couverture géologique du territoire de Velotte-et-Tatignécourt est dominée par des formations marneuses et marno-calcaires du Keuper. Elle s’étend sur 5.36 km², entre 272 m et 361 m d’altitude. La commune est composée de deux villages de part et d’autre de la Gitte, un affluant du Madon qui délimite le (actuellement R.D. n°266), au point de passage de la rivière. Sur la rive droite, le château de Fontet (ou Fontette), visible sur la carte de Cassini (milieu 18e siècle), a entièrement disparu. Sur la rive gauche d’un coteau, hors de la zone inondable de la rivière. Les anciennes fermes sont alignées le long de rues, plus souvent mitoyennes, et regroupées au carrefour de la route de la route de Blaye et d’Ahéville et celle de Racécourt. Chaque usoir est généralement cadastré au profit de la ferme attenante
    Titre courant :
    Présentation de la commune de Velotte-et-Tatignécourt
    Illustration :
    Velotte-et-Tatignécourt, vue de la Grande Rue à Velotte. IVR41_20208830425NUC2A
  • Ferme n°43
    Ferme n°43 Gendreville - 56 rue Pont (du) - en village - Cadastre : 2014 C 718
    dc_52cd4446-d2fb-44eb-9947-7e9d7c624059_16 :
    jours rectangulaires sous la toiture.
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    La ferme n°43 de Gendreville possède une structure qui remonte au 2e quart du 18e siècle. Le manteau de la cheminée du logis avant porte la date "1749". Elle semble avoir été une dépendance du
    Représentations :
    L'encadrement de la porte piétonne est mouluré et surmonté d'une agrafe et d'une corniche. Les baies du logis avant sont munies d'une agrafe. L'encadrement de la porte d'étable de gauche est mouluré et son linteau est à arc infléchi. L'encadrement de la porte charretière est à chanfrein et possède des moulures à la hauteur des chapiteaux. La porte d'étable et les baies des combles sont à chanfrein . La cheminée du logis avant est moulurée et porte la date "1749" gravée au centre. La taque est aux
    Datation principale :
    2e quart 18e siècle porte la date
    Description :
    La ferme n°43 est implanté parallèlement et en retrait par rapport à la rue principale, près de l'Anger. Cette grande ferme, probablement une dépendante du château de Beaufremont, est composée de deux étables de part et d'autre de la grange et de deux logis, l'un ouvrant sur la rue, l'autre sur le jardin . La grange et la cave sous le logis sont communes aux deux familles, mais les étables sont réparties . Un pigeonnier se trouve sous la toiture au-dessus du logis arrière. Un couloir dans l'axe de la porte . La porte d'étable de gauche est moulurée et avec un linteau à arc infléchi. La porte charretière à chanfrein possède des moulures à la hauteur des chapiteaux. Les encadrement des portes d'étables et des baies des combles sont à chanfrein. Dans le logis avant, le manteau de la cheminée moulurée et daté (1749). La taque est aux armes du Royaume de France. La pierre à eau était sous la baie alimentée par également une cheminée, une taque et un placard-chauffants (non vus). Dans la cour, des remises sert de
    Dates :
    1749 porte la date
    dc_52cd4446-d2fb-44eb-9947-7e9d7c624059_12 :
    Grande ferme dépendante du château de Beaufremont (?). Ferme à double logis, avec une étable correspondante. Grange et cave communes. Pigeonnier sous la toiture au-dessus du logis arrière. Porte piétonne gauche moulurée et linteau à arc infléchi. Porte charretière à chanfrein et avec moulures à la hauteur (datée 1749). Taque aux armes du Royaume de France. Remise dans la cour servant de grange et de bergerie.
    Illustration :
    Ferme, vue de la facade antérieure, vue d'ensemble de face. IVR41_20158831251NUC2A Ferme, vue de la facade antérieure, vue de détail de la porte charretière et l'étable de gauche Ferme, vue de la facade antérieure, vue de détail de la porte charretière. IVR41_20158831252NUC2A Ferme, vue de la facade antérieure, vue de détail du linteau en accolade de la porte d'étable Ferme, vue de la facade antérieure, vue de détail du logis avant. IVR41_20158831255NUC2A Ferme, vue de la facade antérieure, vue de détail de la porte piétonne. IVR41_20158831256NUC2A Ferme, vue de la facade antérieure, vue de détail d'un baie du logis avant. IVR41_20158831257NUC2A Ferme, vue de la facade antérieure de la remise agricole, vue d'ensemble de trois quarts gauche Ferme, vue de la facade postérieure, vue de détail du logis arrière et des remises Ferme, vue de la facade postérieure, vue de détail du logis arrière. IVR41_20158832844NUC2A
  • Rideau d'arche sainte (parokhet) n° 1
    Rideau d'arche sainte (parokhet) n° 1 Nancy - 19 boulevard Joffre - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    ) : "Le grand rabbin et madame Paul Haguenauer" / (hébreu) "qui ont livré leur âme pour la S[anctification Inscription (hébreu) : "Donné par la S[ainte] C[ommunauté] de Nancy en souvenir " / (français
    Historique :
    Ce parokhet a été offert en 1950 à la synagogue de Nancy à la mémoire de Gustave Nordon, l'ancien 1944 (cf IM54010296). Alors que la plupart des ornements réalisés après la guerre sont des objets de
    Représentations :
    les Tables de la Loi
    Description :
    portique formé par les deux colonnes du Temple encadrant une couronne de Torah et des tables de la Loi. Le style des chapiteaux palmiformes, du socle sur lequel sont placées les tables de la Loi, ainsi que la
    Dimension :
    H= 200 ; la = 105
    Aires d'études :
    Région Grand Est
1 2 3 4 14 Suivant