Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 563 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Lavoir dit la Grande Fontaine
    Lavoir dit la Grande Fontaine Neufchâteau - rue de la Grande Fontaine - en ville - Cadastre : 1810 C4 1233 1974 AH 164
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Localisation :
    Neufchâteau - rue de la Grande Fontaine - en ville - Cadastre : 1810 C4 1233 1974 AH 164
    Titre courant :
    Lavoir dit la Grande Fontaine
    Dates :
    1621 porte la date
    Appellations :
    dit la Grande Fontaine
  • Maisons, fermes de la commune de Grand
    Maisons, fermes de la commune de Grand Grand
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Localisation :
    Grand
    Titre courant :
    Maisons, fermes de la commune de Grand
  • Ferme de la Seconde reconstruction, 20 Grand Rue, Saint-Georges.
    Ferme de la Seconde reconstruction, 20 Grand Rue, Saint-Georges. Saint-Georges - 20 rue grand - en village - Cadastre : 2019 1 188
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    La ferme est construite après 1945.
    Description :
    vocation agricole, certainement une ancienne étable. En face, apr_s une grande cour, un grand bâtiment carré sur un rez-de-chaussée surélevé. Deux portes piétonnes permettent l'accès au logis, une sur la rue et une seconde depuis la cour. Les encadrements des baies sont en grès, les appuis de fenêtres en . La buanderie et l'étable ont un toit à long pans couvert de tuile mécanique. Le bâtiment . Le fenil dans la partie haute du bâtiment est aéré par des ouvertures rectangulaires. Le auvent est
    Typologies :
    ferme de la seconde reconstruction
    Localisation :
    Saint-Georges - 20 rue grand - en village - Cadastre : 2019 1 188
    Titre courant :
    Ferme de la Seconde reconstruction, 20 Grand Rue, Saint-Georges.
    Illustration :
    Ferme, 20 grand Rue, vue depuis la Grand Rue. IVR41_20205730116NUC2A Ferme, 20 grand Rue, vue d'ensemble depuis la rue de France. IVR41_20205730112NUC2A Ferme, 20 Grand Rue, bâtiment d'habitation et buanderie, ensemble trois quarts droit Ferme, 20 grand Rue, bâtiment de l'exploitation. IVR41_20205730114NUC2A Ferme, 20 grand Rue, vue façade latérale gauche et postérieure. IVR41_20205730115NUC2A
  • présentation de la commune de Liffol-le-Grand
    présentation de la commune de Liffol-le-Grand Liffol-le-Grand
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Localisation :
    Liffol-le-Grand
    Titre courant :
    présentation de la commune de Liffol-le-Grand
  • Maisons, fermes de la commune de Liffol-le-Grand
    Maisons, fermes de la commune de Liffol-le-Grand Liffol-le-Grand
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Localisation :
    Liffol-le-Grand
    Titre courant :
    Maisons, fermes de la commune de Liffol-le-Grand
  • Foyer du Groupement des Étudiants Catholiques, actuellement Foyer du Groupement des Étudiants du Cours Léopold
    Foyer du Groupement des Étudiants Catholiques, actuellement Foyer du Groupement des Étudiants du Cours Léopold Nancy - 33 cours Léopold 5 rue Baron Louis - en ville - Cadastre : 2018 AM 51 2018 AM 321
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    André (1905-1975) en collaboration avec Claude Prouvé (1929-2012). En 2004, la Métropole du Grand Nancy ), association visant à pallier le manque de logements étudiants à Nancy. Le Diocèse de Nancy-Toul et la Compagnie de Jésus acquiert un terrain situé à l'angle du cours Léopold et de la rue Baron Louis devenir la propriété de la famille de Metz-Noblat ainsi que par deux immeubles d'habitation (date de la création de l'institution puis à sa direction. Afin de financer le foyer la Société immobilière du l'évêché de Nancy et Toul. Le projet occupe toute la périphérie du terrain en conservant l'hôtel au centre du site. En 1926 est posée de la première pierre de deux ailes, destinées à abriter des chambres, un Léopold et ouvre sur la cour d’honneur montant vers l’hôtel. L'ensemble est achevé en 1927 avec l'aide . La structure de béton armé Hennebique est mise en œuvre par l'entrepreneur de travaux publics lorrain Bernanose et Lommée. Les vitraux de la chapelle sont posés entre 1931 et 1934. En 1931, une galerie reliant
    Observation :
    l'implication sociale des ordres religieux, à la qualité de ses élévations portant un abondant décor sculpté et à l'ensemble formé par le théâtre et la chapelle du pavillon dit "Marquette".
    Représentations :
    que les alérions et croix lorrains. La façade du pavillon Marquette porte un décor sculpté ainsi qu'une baie dont la menuiserie métallique forme le chrisme. La cade d'escalier du théâtre comporte -corps métallique du balcon du théâtre représente le chrisme. La scène du théâtre est surmontée d'une
    Statut :
    propriété publique propriété de la Communauté Urbaine du Grand Nancy
    Description :
    amitié ce G.E.C. dont un jour il voulut bien se dire le grand camarade". La sculpture porte la date de Le foyer, occupant une parcelle oblongue à l'angle du cours Léopold et de la rue Baron Louis, est un bas relief carré représentant Jésus enfant et Joseph charpentier, la scène est encadrée par l'inscription "NOS PATERNA JS VICE CUSTODI", les initiales IHS sont au bas de la scène. Le portail d’entrée en ardoise (brisis) et tuiles mécaniques (terrassons). Le bâtiment Coty est implanté en limite sud de la mètres de long sur la cour d'honneur. Il comprend en rez-de-chaussée les bureaux des gestionnaires du GEC terrain, le long de la rue Baron Louis, où sa façade se développe sur 40 mètres. Il comporte un demi sous étudiants et aux sanitaires. La façade sur cour comprend un bas-relief en pierre représentant le maréchal 1935 et la signature de l'artiste (non lisible). Le fond de la cour est occupé par l'ancien hôtel couvert d'un toit à pans fait de tuiles mécaniques. Bien que construit à la fin du 19e siècle son
    Dates :
    1926 porte la date
    Datation secondaire :
    3e quart 19e siècle porte la date
    Illustration :
    Vue du Pavillon Lyautey depuis la rue Baron Louis IVR41_20205410543NUC4A Vue du Pavillon Lyautey depuis la rue Baron Louis IVR41_20205410544NUC4A Vue du Pavillon Lyautey depuis la rue Baron Louis, détail IVR41_20205410545NUC4A Pavillon Marquette, vue depuis la rue Baron Louis IVR41_20205410523NUC4A Pavillon Marquette, vue depuis la rue Baron Louis IVR41_20205410527NUC4A Entrée du Pavillon Marquette depuis la rue Baron Louis IVR41_20205410524NUC4A Entrée du Pavillon Marquette depuis la rue Baron Louis IVR41_20205410525NUC4A Vue du Pavillon Marquette depuis la rue Baron Louis, détail IVR41_20205410526NUC4A Vue du Pavillon Marquette depuis la rue Baron Louis, détail IVR41_20205410540NUC4A Hôtel de Metz-Noblat, rez-de-chaussée, salle de détente, vue vers la cour d'honneur
  • ensemble de 2 verrières décoratives : chèvrefeuille et paysage vosgien
    ensemble de 2 verrières décoratives : chèvrefeuille et paysage vosgien Nancy - 45 cours Léopold - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    signature (en bas à gauche sur la verrière n° 1) : Jacques Gruber Nancy
    Historique :
    gauche sur la verrière n° 1) dans le 1er quart du 20e siècle pour l'hôtel du docteur Vautrin (1870-1943), qui y ajouta la représentation de 2 usines à la chambre de commerce de Nancy dans une . La technique de la gravure à l'acide, apprise par le maitre-verrier lors de son passage dans
    Représentations :
    chèvrefeuille disposé en encadrement sur les 3 côtés de la verrière, sur fonds de vitrerie géométrique dans la partie centrale, décor de paysage identifié : Vosges (montagne, sapin, lac) dans la partie
    Description :
    Ensemble de 2 verrières occupant les fenêtres à 2 vantaux (à 3 panneaux) de la cage d'escalier . Seule la verrière du 1er palier (verrière n° 1) est conservée dans sa totalité, celle du 2e palier (verrière n° 2) amputée des 3/4 n'a conservé que la partie haute.
    Emplacement dans l'édifice :
    fenêtres de la cage d'escalier
    États conservations :
    manque une grande partie de la verrière n° 2
  • Gare de Nouvel-Avricourt
    Gare de Nouvel-Avricourt Avricourt - Nouvel-Avricourt - en écart - Cadastre : 2013 4 126
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    La guerre franco-prussienne de 1870 et la défaite de la France conduisant à la signature du traité de Francfort sont les origines directes de la construction de la colonie ferroviaire de Deutsch , sont comprises dans le territoire allemand lorsque la nouvelle frontière est déterminée entre la France et l’Allemagne, à la signature du traité de Francfort le 10 mai 1871. Or, depuis 1852, Igney et Avricourt possèdent une gare commune sur la ligne Paris - Strasbourg, également, depuis 1864, une gare d’embranchement sur la ligne rejoignant Dieuze pour l’exploitation des salines et depuis 1870, sur la ligne privée d’Avricourt – Blâmont - Cirey-sur-Vezouze, (ligne ABC). Pour des raisons économiques, la France négocie avec l’Allemagne afin de récupérer les deux villages et la gare. Par une convention additionnelle au traité de Francfort, signée le 12 octobre 1871 à Berlin, l’Allemagne rend la commune d’Igney et une partie de celle d’Avricourt (aujourd’hui en Meurthe-et-Moselle) et restitue la gare à la France. En contrepartie, la France
    Précisions sur la protection :
    arrêté du Préfet de la région Grand Est, du 9 octobre 2019
    Description :
    reste aujourd'hui l'aile Est du bâtiment, le corps central et deux tours d'angle, soit 49m de façade. La gare est implantée sur la ligne Paris – Strasbourg (fig.5), 1400 m à l’Est de celle d’Igney-Avricourt . Aligné sur la ligne Strasbourg - Avricourt côté voies, et sur la ligne Avricourt -Cirey côté cour, le emmarchement permettant l’entrée dans la salle des pas perdus du pavillon central, reliée au quai situé de de la maison Villeroy et Boch imitant un faux crénelage, élément que l’on retrouve sur le pavillon central est déplacé, et la porte-fenêtre transformée en baie.
    Illustration :
    Gare de Nouvel-Avricourt, vue depuis la voie ferrée, ensemble trois quarts gauche Plan de la cité de Deutsch-Avricourt, plan de la gare, de la poste, et du dépôt,, AD57, 15AL567 Plan de la cité de Deutsch-Avricourt, détail de la ligne Paris-Strasbourg, 1912, AD57, 15AL567 Gare de Nouvel-Avricourt, vue depuis le haut de la rue du Temple, ensemble face Gare de Nouvel-Avricourt, vue de la façade coté de l'ancienne ligne locale Dieuze-Avricourt Gare de Nouvel-Avricourt, vue sur les voies Paris-Strasbourg et l'aile ouest de la gare, ensemble Gare de Nouvel-Avricourt, élévation latérale gauche, détail de la corniche, frise de denticule et
  • Chapelle du Foyer du GEC de Nancy
    Chapelle du Foyer du GEC de Nancy Nancy - 5 rue Baron Louis - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Genre :
    de clercs réguliers de la compagnie de Jésus
    Historique :
    La chapelle fait parti du pavillon Marquette du foyer du Groupement des Étudiants Catholiques conçu fruit de commandes d'établissements d'enseignement supérieur de Nancy : la faculté de médecine (1933 par André Lemoine), l'école de chimie (1934 par André Antoine), la faculté de pharmacie (1935 par Joseph Benoît), l'école des mines (1936 par Joseph Benoît), la faculté de droit (1936 par Joseph Benoît 1989-1990, la chapelle est convertie en salle de sport pour les étudiants du foyer.
    Représentations :
    Les vitraux représentent des scènes de la vie du Christ ou des paraboles christiques. Les
    Statut :
    propriété publique propriété de la Communauté Urbaine du Grand Nancy
    Description :
    La chapelle occupe le deuxième étage du pavillon Marquette du foyer de l'ancien Groupement des recouverts d'un enduit imitant le grès rose. L'unique vaisseau de la nef, de plan rectangulaire, compte trois (disparus). La première travée de la nef laisse apparaître les traces de la tribune originelle, détruite. Le chœur s'ouvre sur la nef par une arcade plein cintre précédé d'un degré large et droit et jouxté de part
    Dimension :
    Autel : h 98,5 cm ; la 200,5 cm ; pr 95 cm
    Illustration :
    Bâtiment Marquette, entrée de la chapelle IVR41_20205410353NUC4A Bâtiment Marquette, entrée de la chapelle IVR41_20205410354NUC4A Vue depuis la nef vers le choeur en 2010 IVR41_20155434256NUC2A
  • Eglise paroissiale Saint-Barthélémy
    Eglise paroissiale Saint-Barthélémy Bezange-la-Petite - rue de l' Eglise Grande rue - en village - Cadastre : 1988 1 45
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général (c) Conseil départemental de la Moselle
    Historique :
    la nef et le clocher avaient été restaurés entre 1848 et 1860 en style néo-gothique par l'architecte nancéien Fernand Pierron (plan aux arch. dép. de la Moselle, Q32) chargé, par dérogation, de la Reconstruction de certaines communes de Moselle sous la direction de l'architecte en chef Lablaude. Les verrières la guerre de 1914-1918, exécuté par Petit, sculpteur à Dieuze, est le seul vestige datant d'avant la
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    -ouest. La chapelle des fonts, demi hors oeuvre, se situe à l'angle opposé. Quatre portiques en béton armé composent la structure de cet édifice et délimitent en même temps la nef et les bas-côtés. Cinq poutres soutiennent la toiture à longs pans couverte en tuiles mécaniques. Les murs sont en béton. Le long
    Localisation :
    Bezange-la-Petite - rue de l' Eglise Grande rue - en village - Cadastre : 1988 1 45
  • ligne Toul-Chaligny-Pont-Saint-Vincent-Blainville-Damelevières (ligne 27).
    ligne Toul-Chaligny-Pont-Saint-Vincent-Blainville-Damelevières (ligne 27). Toul - bâti dense
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale patrimoine ferroviaire de la Région Grand-Est
    Historique :
    plan Freycinet (1879) ; il se place dans le contexte de la création d'une ligne nouvelle, reliant Toul à Epinal (88), par Mirecourt, largement conditionnée par des impératifs de nature militaire. La , mais qui rencontre une forte opposition émanant du Ministère de la Guerre qui souhaite un tracé à l'Est entre 1891 et 1892, effectuées sous la direction d'Albert Descubes (1858-1927), ingénieur à la Compagnie , de la ligne Paris-Avricourt (54), de manière à pallier, en cas de guerre franco-allemande, le tracé longueur de 23250 m (origine du point kilométrique, dit PK 0+000 : axe du bâtiment-voyageurs (BV) de la mise en service (dénommée ligne 27, dans la nomenclature de l'ensemble des lignes ferroviaires du raisons financières, dés 1893. Les travaux d'infrastructures sont effectués en 2 lots : de la gare de , architecte de la Compagnie de l'Est, sont édifiés par l'entrepreneur Léon Carny qui pourvoit, par ailleurs, à la fourniture du ballast de la totalité de la ligne. Les rails en acier, de profil Vignole, sont
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Pont sur le canal de la Marne-au-Rhin (Toul) : culées en pierre de taille calcaire et de granite , moellon de calcaire, tablier an acier avec éléments en fer (?) puddlé ; pont sur la Moselle (Toul et . Plateforme de la ligne entre Toul-Chaligny et Pont-Saint-Vincent partiellement envahie par la végétation
    Localisation :
    Pierre-la-Treiche - bâti isolé
    États conservations :
    envahi par la végétation
    Aires d'études :
    Région Grand Est
    Illustration :
    Ligne de Toul à Pont-Saint-Vincent (...), stations de Pierre-la-Treiche, Chaudeney, Maron et Ligne de Toul à Nancy par Pont-Saint-Vincent, enquête (...), chemise de la carte générale du tracé Ligne (...), détail : tracé compris entre Toul et un point situé à l'Est de la station de VIlley-le Ligne (...), détail : tracé compris entre un point situé à l'Ouest de la station de Maron et la Ligne (...), détail : tracé compris entre les raccordements en projets entre la ligne nouvelle vers Pont-Saint-Vincent, Ludres-Jarville (par la ligne existante) et Jarville par la ligne nouvelle (dont Ligne (...), détail : tracés compris entre la station de Ludres (ligne existante de Nancy à Vézelise et Mirecourt) et Jarville et pour la ligne projetée entre les points kilomètriques 29 et 38 Pont (0913414 ; 6845494) sur le canal et la Moselle (PK 1+7), ensemble depuis le côté Toul, vers le Pont (0913414 ; 6845494) métallique sur le canal et la Moselle (PK: 1+7), vue inférieure de la
  • maison Grisot dit hôtel de Gormand puis maison des soeurs macarons actuellement immeuble
    maison Grisot dit hôtel de Gormand puis maison des soeurs macarons actuellement immeuble Nancy - 10 rue des Soeurs Macarons - en ville - Cadastre : 1830 A5 674 1865 A5 1184, 1185 1972 BC 240 2008 BC 240
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général (c) Communauté urbaine du Grand Nancy
    Historique :
    adjacent qu'il a fait construire quelques années auparavant (8 rue des Soeurs Macarons ; IA54002905). La entre le palier intermédiaire de l'escalier principal et un escalier secondaire en aile avant la ) mais non vérifiée à ce jour par aucune source d'archives, l'hôtel aurait appartenu à la famille de Gormand à la fin du 18e siècle, et compta à partir de 1790 parmi ses occupants Marie Mélanie de Gormand 1765 dans l'église du Saint-Sacrement, détruite) ; en 1793, la religieuse aurait accueilli 2 soeurs converses (dont Elisabeth Morlot) dans la maison familiale où elles produisirent et firent commerce des célèbres gâteaux. Toutefois, lors de la vente révolutionnaire de la maison le 31 mars 1794, la maison est la propriété de la famille Vallet, comme l'hôtel adjacent (n° 8), et elle est acquise alors par Morlot, détentrice de la recette des macarons, dont le mari, Monsieur Muller est pâtissier. La production , cheminées des pièces du 1er étage) datant probablement du Second Empire (1852-1870). La maison communiquait
    Précisions sur la protection :
    façades et toitures sur rue et sur cour, le grand escalier avec cage et rampe, les deux fours et la cheminée de la pièce sur cour : inscription par arrêté du 19 mai 1987
    Représentations :
    ordre composite : encadrement de la porte ; mascaron : figure de Mercure ; ornement végétal : platine du heurtoir ; ornement végétal et fleur : imposte de la porte ; monogramme A Z G : imposte de la
    Description :
    corps principal occupe également un côté de la cour. La porte piétonne occupe à gauche l'espace d'une 5e figurant une tête de Mercure. La menuiserie de la porte comporte deux panneaux moulurés à décor géométrique rue possèdent des verrières à décor géométrique dans leur partie basse. La façade postérieure est à 3 niveaux, le 1er étage à grande élévation correspond à l'emprise de l'escalier intérieur qu'éclairent 2 hautes baies aux chambranles moulurés. Balcon d'angle aux étages avec garde-corps en fer forgé. La façade en retour comporte 2 niveaux de hautes fenêtres et un dernier niveau de baies plus petites. La pièce du rez-de-chaussée sur la cour conserve une cheminée 18e siècle (IM54014091) accostée de 2 fours
    Illustration :
    L'immeuble en 1972, avec l'enseigne de la fabrique de macarons. IVR41_19725401245Z
  • statue (demi-nature) : Immaculée Conception
    statue (demi-nature) : Immaculée Conception Liffol-le-Grand - 12 rue du Bourg Saint-Arnould - en village
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    transcription : APPARTIENT/A/LA/PAROISSE/DE LIFFOL-LE-GRAND
    Localisation :
    Liffol-le-Grand - 12 rue du Bourg Saint-Arnould - en village
    Dimension :
    h = 98 ; la = 62 ; pr = 27
  • église Notre-Dame des Champs puis couvent de dominicaines puis demeure
    église Notre-Dame des Champs puis couvent de dominicaines puis demeure Toul - 3 rue Chanzy - en ville - Cadastre : 1820 L 828 2010 AR 504
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    hommes travaillaient à l'élaboration de la technique du camouflage au fort de Domgermain durant la Grande En 1622, le chanoine Gardon de la collégiale Saint-Gengoult et la famille de Bailliry fondent premières religieuses. Elles demandent aux religieuses de Dijon de venir assurer la direction spirituelle colonnes et colonnettes torses datant du 12e siècle visibles à la jonction entre l'élévation antérieure et cours, de grands bâtiments conventuels et un jardin mitoyen à l'ouest du couvent des religieuses du tiers ordre. Le chevet de l'église porte un cartouche avec la date 1663 au-dessus de l'ancienne rose 19e siècle. Le médecin et hygiéniste toulois Emile Bancel habita au 19e siècle. Plus tard
    Observation :
    BENOIT (Arthur), "L'ordre de Saint-Dominique à Toul", Mémoires de la Société d'Archéologie Lorraine , 1888, p. 219-235 ; HOWALD (Gérald), "Les rues de Toul : la rue Chanzy et le couvent des dominicaines du Grand Ordre", Etudes Touloises, 1992, N° 62, p. 3-13.AD 54 : H 2718 ; H 2719, H 2720
    Référence documentaire :
    p. 3-13 Les rues de Toul : la rue Chanzy et le couvent des dominicaines du Grand Ordre HOWALD (Gérald), "Les rues de Toul : la rue Chanzy et le couvent des dominicaines du Grand Ordre", Etudes ", Mémoires de la Société d'Archéologie Lorraine, 1888, p. 219-235
    Description :
    étage sont à linteau en arc segmentaire délardé. La taille des fenêtres diminue avec l'élévation . L'élévation postérieure coïncide avec le chevet de l'ancienne église. La rose est désormais murée de même que la fenêtre en plein cintre originellement percée dans le pan nord-est. Au rez-de-chaussée sous pans et croupe est couvert de tuiles plates et de tuiles en écailles. Le mur fermant la propriété sur
    Dates :
    1663 porte la date
    Datation secondaire :
    3e quart 17e siècle porte la date
  • Chapelle Saint-Joseph et grotte de Lourdes, Foulcrey
    Chapelle Saint-Joseph et grotte de Lourdes, Foulcrey Foulcrey - rue de Cogney - en village - Cadastre : 2015 359
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    bénéficiant d’une main d’œuvre bénévole et de contributions en espèce et en nature.Bénie en 1866, la chapelle est donnée à la paroisse en 1879. Elle devient un lieu de pèlerinage très fréquenté où les fidèles se rendent en procession pour la messe, le jour des rogations.Elle entretient et développe considérablement la dévotion à saint Joseph et à Notre-Dame de Lourdes grâce à une grotte édifiée dans le parc voisin . La première pierre est posée le 16 août 1858, elle est terminée en 1866. En1880 « Mr Poirine, curé de Foulcrey a fait donation à la paroisse au profit de la cure catholique de la chapelle dite de Saint Joseph ). Un tableau de tous les donateurs est accroché à l'entrée de la chapelle. En 1956, les vitraux et rosaces endommagées pendant la Seconde Guerre mondiale sont restaurés intégralement dans leur état réparation de maçonnerie. La toiture elle détruite complètement est refaite à neuf. Ferblanterie, plomberie charpente de la chapelle par l’entreprise Cholving de Sarrebourg.
    Description :
    mouchette. La façade principale est amortie d'une statue de saint Joseph portant l'enfant Jésus. Le portail brisé fleuronné le tout amorti par un gable. De part et d'autre de la porte deux piliers rectangulaires amortis de pinacle fleuronné. Une rosace est sculptée au-dessus du portail. La partie sommitale de la façade est à redent. Quatre petites têtes d'angelots ornent la façade. Des fenêtres en arc brisé dans la nef et à un meneau et remplage avec tri-lobes et mouchettes dans le chœur éclairent la chapelle. La construite par des artisans locaux, bénévoles. La structure est en moellon, les baies en grès rose des Vosges quatre dans la nef de 2m*0.40cm, motifs géométriques. Les lobes sont éclairés par une rosace, au nombre de 8 de 0.40, 0.60 et 0.80 cm de diamètre. A l'intérieur la chapelle est voûtée d'ogives. Les piliers
    Dimension :
    la 12.0 m plus grande
    Illustration :
    Vue intérieure, coté situé sur la droite, ensemble trois quarts droit. IVR41_20155710889NUC4A Vue intérieure, coté situé sur la gauche, ensemble trois quarts gauche. IVR41_20155710888NUC4A Chapelle Saint-Joseph, pierre de fondation de la chapelle, ensemble face. IVR41_20155730092NUC2A
  • bancs de fidèles (bancs d'église, 30)
    bancs de fidèles (bancs d'église, 30) Certilleux - rue de l' Eglise - en village
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Dimension :
    h = 88 ; la = 240 ; pr = 45 ; dimensions du plus grand banc
  • clôture de choeur
    clôture de choeur Landaville - rue de l' Eglise - en village
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    Clôture de choeur du 18e siècle, sans doute réalisée après la reconstruction de l'église en 1762.
    Matériaux :
    fer en plusieurs éléments noir forgé décor dans la masse décor en ronde bosse étampé peint
    Dimension :
    h = 77 ; la = 145 ; pr = 4,5 ; dimensions totales d' un grand panneau ; porte : la = 74 ; panneau courbe : développement : la = 65
    États conservations :
    Oeuvre déposée : 2 grands panneaux encore en place, portes et éléments courbes déposés
  • bancs de fidèles (bancs d'église, 23)
    bancs de fidèles (bancs d'église, 23) Brechainville - rue de l' Eglise - en village
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    Ensemble de 23 bancs d'église réalisés vers 1782, daté par source (reconstruction de la nef) suaf pour un prie-Dieu qui porte la date de 1787
    Statut :
    propriété de la commune
    Dimension :
    h = 100 ; la = 314 ; pr = 64 ; dimensions des grands bancs ; petits bancs : h = 100, la = 157, pr
    Dates :
    1787 porte la date
  • bancs de fidèles (bancs d'église, 57)
    bancs de fidèles (bancs d'église, 57) Trampot - rue Morée - en village
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Description :
    Grand bancs : 32 ; petits bancs : 25
    Dimension :
    h = 84 ; la = 391 ; pr = 37 ; dimensions totales d'un grand banc ; siège : h = 48 ; largeur d'un petit banc : la = 65
  • Abbaye de bénédictins Saint-Michel, actuellement hôtel de ville, tribunal, bibliothèque, musée
    Abbaye de bénédictins Saint-Michel, actuellement hôtel de ville, tribunal, bibliothèque, musée Saint-Mihiel - place des Moines 7, 9 place Jean Bérain rue du Palais de Justice - en ville - Cadastre : 1826 E1 94, 97, 98, 175, 178 1982 AB 446, 461 à 470
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Précisions sur la protection :
    façades et toitures, les deux salles capitulaires au rez-de-chaussée du grand corps de logis (corps Est) , les deux galeries du cloître classées par arrêté du 19 mars 1982 ; la bibliothèque et son décor
    Représentations :
    l'escalier du corps Sud ; ordre dorique : 1er niveau de la façade Ouest du corps Est ; ordre ionique : 2e niveau de la façade Ouest du corps Est, façade Est du corps Est ; ordre corinthien : chapiteaux et culots de la sacristie ; ordre composite : chapiteaux et culots de la salle capitulaire et du réfectoire ; décor végétal : clefs de voûte ; décor floral, végétal, acanthes et fruits : agrafes de la façade Est : culot dans la salle capitulaire, au sud ; armoiries de la congrégation de Saint-Vanne et Saint-Hydulphe : culot dans la salle capitulaire, au nord, clef de voûte dans la sacristie ; mitre : clef de voûte dans la sacristie ; aigles : chapiteaux et culots dans le réfectoire ; saint Michel terrassant le dragon
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    moellon enduit : parties hautes du vestibule de la chapelle de la Vierge, gros-oeuvre du corps de bâtiment adossé au bras nord du transept ; voûte d'arêtes : rez-de-chaussée et étage de la tour-clocher ; voûte d'ogives : nef et transept ; coupoles en pendentifs : choeur ; toits en appentis : vestibule de la chapelle de la Vierge, corps de bâtiment adossé au bras nord du transept
    Dates :
    1559 daté par travaux historiques daté par source porte la date 1763 porte la date 1834 porte la date daté par source
1 2 3 4 29 Suivant