Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 5 sur 5 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • synagogue de Verdun
    synagogue de Verdun Verdun - 1 impasse des Jacobins - en ville - Cadastre : 2012 AM 85
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    traces. Elle fut reconstruite en 1873-1875, avec l'aide de la commune, selon les plans de l'architecte verdunois H. Mazilier, en se référant à un "style hispano-mauresque" caractérisé par la polychromie des bien présent dans l'est de la France (entre 1862 et 1885) où les communautés juives affirmaient leur -officiant, à prévoir un éclairage zénithal pour la synagogue et à faire une reprise en sous-oeuvre complexe Jacobins et de la synagogue précédente, fut conçu pour abriter des bains rituels et un chauffage dont les conduites dans le sol et les murs sont encore visibles. L'édifice a subi quelques dommages durant la seconde des soldats américains. Vers 1980, la ville a acquis le logis du ministre-officiant. La synagogue est
    Précisions sur la protection :
    La synagogue située 1, impasse des Jacobins, en totalité, y compris le parvis, les deux escaliers
    Représentations :
    tables de la Loi La façade ouest, dont le pignon était amorti par les tables de la Loi (auj. déposées), porte une frise à décor géométrique qui souligne la corniche ponctuée de merlons à ressauts. Un motif feuillagé et le pignon de la façade ouest. A l'intérieur, les colonnes de fonte du rez-de-chaussée portent des chapiteaux à décor de feuillage (laurier, lierre) ; le garde-corps de la tribune des femmes est orné de
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La synagogue est un édifice basilical à deux niveaux, de plan rectangulaire, précédé par un avant outrepassés et prolongé par une abside (à cinq pans et couverte d'une croupe polygonale) qui renferme la niche de la Torah. Elle est construite en pierre de taille (façades) et moellon de calcaire et en brique à assises alternées et couverte d'un toit à longs pans, en verre, laissant passer la lumière. Les vaisseaux escaliers tournants en charpente. Dans la cave, sont encore visibles les restes des bains rituels alimentés
    Texte libre :
    PIONNIER (Edmond).- Verdun à la veille de la guerre..., 1917, p. 7 Tout auprès du collège, à l’extrémité de l’impasse des Jacobins, s’élève la synagogue, de style byzantin, construite aux frais de la communauté israélite de Verdun par M. Mazilier, architecte, sur l’emplacement de la synagogue primitive spécialement réservé aux hommes et des galeries hautes pour les dames. La décoration est extrêmement sobre , mais cette sobriété ne nuit nullement à la beauté de ce monument de tous points remarquable, et parfaitement approprié aux besoins du culte. Archives départementales de la Meuse : 2 O 1271(Devis descriptif ) Le présent projet a pour objet la construction du Temple israëlite (sic) de Verdun, entièrement brûlé l’extrémité d’une impasse et aboutit au rampart (sic). La construction serait élevée du côté de l’impasse. En regard de l’impasse et lui faisant fond se trouverait le temple proprement dit vers la droite et en regard du retour de la maison appartenant à M. E. Lippmann serait la maison d’habitation du rabbin et du
    Illustration :
    Plan relief : localisation de la première synagogue en 1849 IVR41_19735503025V Façade postérieure de la synagogue et de la maison du rabbin, en 1975 avant l'achèvement des Façade antérieure en 1980 après la construction de l'enceinte du lycée : vue 3/4 droite Maquette, vue de situation de la synagogue au fond de l'impasse. IVR41_20105510017NUC2A Maquette, vue des toitures de la synagogue et de la maison du rabbin : verrières éclairant la synagogue et cour faisant fonction de puits de lumière pour la maison du rabbin. IVR41_20105510013NUC2A Maquette, vue depuis le dessus vers la tribune des femmes. IVR41_20105510016NUC2A Maquette, éclaté montrant la disposition des bancs. IVR41_20105510019NUC2A Maquette, vue intérieure : disposition des bancs et de la tribune des femmes Vue de l'intérieur depuis la tribune des femmes vers l'arche sainte. IVR41_20095510036NUC2A
  • Restaurant militaire dit Cercle-Mess des Officiers
    Restaurant militaire dit Cercle-Mess des Officiers Nancy - avenue du Maréchal Juin - en ville - Cadastre : 2019 BD 875
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général (c) Métropole du Grand Nancy
    Historique :
    dont trois de type grand confort. Devant l’importance du projet le directeur des travaux sollicite la capacités insuffisantes et inadaptées de l’ancien Cercle-Mess des Officiers situé dans un immeuble loué à la Officiers de la garnison. En 1961, il est envisagé l’acquisition en copropriété de locaux situés dans l’immeuble Saint-Thiebaut à Nancy dont la construction est prévue dans le quartier Saint-Sébastien. Mais une élevé et prescrit la construction d’un bâtiment neuf sur le terrain du Parc des Subsistances et sur une partie de la caserne Donop (surface de 1,4ha) située près du parc Sainte-Marie. L’idée première d’implanter le Mess-Cercle dans les bâtiments de la caserne et d’aménager le Parc des Subsistances en espaces en mai et août 1969 où les besoins sont définis. La garnison souhaite bâtir un bâtiment pouvant ministère français de la défense) qui accepte en janvier 1971 d’assister tous les stades de l’étude. La décoration de l’ensemble est confiée à l’atelier Arts Décoratifs de la S.T.B.F.T. Une étroite collaboration
    Description :
    la grande salle à manger est en aluminium blanc laqué. Du verre sous différentes formes compose l’ensemble : glace réfléchissante, glace émaillée et glace filtrante trempée sont utilisées pour la grande Le Mess-Cercle des Officiers est implanté en bordure de l’avenue de la Garenne, sur un terrain de 3 l'ancien mess de la base aérienne de Metz-Frescaty (57) réalisé en 1969. Le second cylindre (1er étage), en blanc, la couleur de ces panneaux contraste avec les façades grises du rez-de-chaussée et des étages supérieurs. Sur la façade Sud, la partie centrale du bâtiment est évidée au deux derniers niveaux. Les courbes du bâtiment sont interrompues sur la façade Nord par l’imposant bloc vertical de la cage du meuble-bar. L’aspect arrondi de la salle du bar est renforcé par la présence d'une galerie en central. Le même effet rayonnant se retrouve dans la forme trapézoïdale du meuble du bar conçu sur mesure de grand standing et une terrasse circulaire. Au sous-sol se trouvent une salle de projection, un
    Illustration :
    Vue depuis la mezzanine IVR41_20195410269NUC4A Salle du rez-de-chaussée réservée aux officiers vue depuis la mezzanine IVR41_20195410270NUC4A Rez-de-chaussée, salon, vue sur la cheminée IVR41_20195410271NUC4A Rez-de-chaussée, salon, vue sur la cheminée IVR41_20195410272NUC4A Rez-de-chaussée, salon, vue sur la cheminée IVR41_20195410273NUC4A
  • Maison forte de Adompt (88)
    Maison forte de Adompt (88) Gelvécourt-et-Adompt - Adompt - 2 route des Marronniers - en village - Cadastre : 2020 ZB 6
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    la commune de Adompt est située sur le ban de Begnécourt (cf.1841 sur le cadastre napoléonien) réunie partie du canton de Valfroicourt. Aujourd'hui, la commune qui comptait 89 habitants en 2001, est située propriétés composant la ferme y attenant furent vendues en mars 1790 au fermier du marquis. Le château était séparé de l'église par un passage de 1,50m. L'église a été agrandie prenant la surface de ce passage. La dont il reste de rares témoins : la partie saillante en façade antérieure correspondant à une ancienne hotte de cheminée et les éléments de maçonnerie dans les combles, le bandeau biseauté et la partie de maçonnerie concave correspondant à une ancienne structure de plancher ou de charpente en appentis. La maison est reconstruite sur les bases d'origine à le fin du 16e siècle avec ajout de la tour ronde dont le linteau de la porte piétonne est daté 1560. Le logis du 1er étage correspond a été réaménagé à cette correspondent aussi à cette période. La tour carrée accolée au pignon droit à l'arrière de la maison est édifié
    Représentations :
    La cheminée de la seconde pièce du premier étage est ornée à la base du pilier formant les piédroits de motifs triangulaires en relief surmonté de motif de corde sculpté, la partie centrale est sculptées en fort relief. La base du piédroit de la porte d'entrée de la tour est ornée d'un décor sculpté
    Datation principale :
    4e quart 16e siècle porte la date
    Description :
    Maison construite en maçonnerie de pierre de taille de grès et en moellon de grès pour la tour ronde et la tour carrée. Le toit à deux pans est couvert de tuile mécanique et de tuile plate, le toit en pavillon de la tour ronde est couvert de tuile creuse. La façade antérieure est percée de 4 baies dont une à meneaux et traverse (en partie murée), la façade latérale droite est percé au rez-de traverse à l'étage d'une même fenêtre à meneaux murée également. Le plan initial de la maison est rectangulaire, la tour ronde et la partie saillante carrée sur le pignon droit sont édifiées postérieurement. Le sous la travée de gauche. On accède à cette cave par un escalier en vis depuis une porte située dans la troisième pièce en façade. Des baies ont été bouchées dans la cave, il y avait un accès direct depuis pignons prenant toute la profondeur du bâti. La première pièce à laquelle on accède depuis une porte donnant sur le vestibule de la tour, est composée d'une cuisine avec une cheminée attribuable au 17e
    Dates :
    1560 porte la date
    Illustration :
    Vue de la maison forte depuis le chevet de l'église. IVR41_20208810116NUC4A Vue du vestibule et de la cuisine depuis la porte piétonne. IVR41_20208810135NUC4A Maison forte de Adompt, vue du vestibule depuis la cuisine. IVR41_20208810115NUC4A Maison forte de Adompt, vue du vestibule depuis la cuisine. IVR41_20208810114NUC4A Maison forte de Adompt, base du piédroit de la porte d'entrée de la tour. IVR41_20208810136NUC4A Maison forte de Adompt, vestibule d'entrée, base du piédroit de la porte piétonne ouvrant sur la Maison forte de Adompt, vue de la cuisine du rez-de-chaussée. IVR41_20208810111NUC4A Maison forte de Adompt, vue de la cuisine du rez-de-chaussée, porte ouvrant vers le vestibule Maison forte de Adompt, troisième pièce du rez-de-chaussée,détail du loquet en fer forgé de la Maison forte de Adompt, descente de la cave. IVR41_20208810070NUC4A
  • hôpital militaire Gama
    hôpital militaire Gama Toul - rue Gama - bâti isolé - Cadastre : 2012 BD 572 ?
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    . Un ambitieux programme d'extension est partiellement réalisé par la construction d'un cinquième grand -officiers de la garnison. Désaffecté en 1945, l'hôpital est reconverti en 1951 en école d'infirmiers, puis est détruit en 2001 pour laisser la place à un lotissement concerté. Il n'en subsiste que l'ancien
    Dates :
    1892 porte la date daté par source
    Illustration :
    Bâtiment de malades (3), vue intérieure au rez-de-chaussée dans le vestibule desservi par la donnant sur la cour Sud. IVR41_20005400167ZA Galerie vitrée entre les bâtiments (3) et (4), détail de l'intersection avec la galerie desservant Bâtiment (inachevé) de malades (5), vue intérieure des combles : détail de la charpente sans Bâtiment des officiers, élévation sud après dérasement de la galerie de liaison vers bâtiment de Vue partielle de la cour Ouest : cuisine et réfectoire (19) (au fond), galerie reliant les Liaison entre fer plat 10 X 60 mm pour chaînage et fer en U provenant de la démolition d'un usage de chaufferie, plaque du constructeur de la chaudière. IVR41_20005400179X Entrée principale Est : ensemble de la grille, vue de face. IVR41_20005400322Z
  • fort Klein
    fort Klein Toul - Mont Saint Michel - isolé - Cadastre : 1986 B 118, 208, 209, 401, 421, 422, 720, C 100
    Copyrights :
    (c) Région Grand-Est - Inventaire général
    Historique :
    Dominant la ville de Toul à 1800 m au nord-ouest, la position du Mont-Saint-Michel (cote du terrain , en 1868. Ajourné à la suite de la guerre franco-allemande de 1870, il est à nouveau étudié en 1873 , sous la forme d'un premier projet constitué d'un fort sur plan carré, formant réduit, associé à un ouvrage périphérique ceinturant la bordure topographique de la butte. L'ouvrage actuel, dont le tracé définitif (?) intervient entre mars et juin 1874, se présente sous la forme d'un fort de ceinture avec particulièrement exposés) ; il est entouré de 4 batteries annexes établies sur le pourtour de la butte et reliées entre elles par une enceinte continue formant enveloppe. Grand abri de contrescarpe sur front nord du 1889 par l'entrepreneur de maçonnerie Cook de Bourges (18). Une poudrière, destinée à la desserte de la -enveloppe, une retraite de la garnison vers l'intérieur du réduit. Tourelle Mougin (0912153;6847396) pour 2 tours casematées, 2 tours non casematées et sans créneaux, un mur à la Carnot (batterie Est) et par les
    États conservations :
    envahi par la végétation
    Dates :
    1874 daté par source porte la date 1877 daté par source porte la date 1882 porte la date
    Illustration :
    Caponnière 62 et corps de garde d'entrée, mur crénelé de l'enceinte-enveloppe entre la caponnière Front nord, vue intérieure à hauteur de l'angle d'épaule est de la batterie annexe dite "de Bruley gauche) et de la pièce de 12 (à droite). IVR41_20015400557Z
1