Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 10 sur 10 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • synagogue consistoriale de Metz
    synagogue consistoriale de Metz Metz - 39 rue Rabbin Elie Bloch (du) - en ville - Cadastre : 2020 23 134
    Historique :
    suffisait plus par ailleurs pour accueillir les membres d’une communauté grandissante. S’il fut un temps l’édifice par une référence orientale. L’architecte puise son inspiration dans les ouvrages de Léon de Laborde (1807-1869) sur l’Orient. Il prévoit dès ce moment deux rangs de tribunes pour les femmes tandis projet s’inspire du descriptif du Temple de Jérusalem. Les travaux furent adjugés en 1847 pour la construction d’une synagogue avec écoles pour les garçons et les filles et salles de réunion et d’asile. Les . Durant la Seconde guerre mondiale elle est utilisé comme entrepôt par les nazis et son intérieur est saccagé mais l’édifice est préservé. Il est aujourd’hui complété par des écoles et un home pour les
    Référence documentaire :
    rayonnement spirituel (1848- 1850) dans Les Cahiers lorrains, n°2, 2001, p.157-190 p. 292-293 Les Juifs et la Lorraine. Un millénaire d'histoire partagée [Exposition. Nancy, Musée lorrain. 2009]. Les Juifs et la Lorraine, un millénaire d'histoire partagée : catalogue / dir. Claire Affiche annonçant la reconstruction de la synagogue de Metz y compris les salles d'école et d'asie pour les enfants des deux sexes sur l'emplacement des deux synagogues actuelles et de la maison Brisac , 24 avril 1845 Affiche annonçant la reconstruction de la synagogue de Metz y compris les salles d'école et d'asie pour les enfants des deux sexes sur l'emplacement des deux synagogues actuelles et de la
    Représentations :
    hébraïques dorées, les tables de la Loi (au-dessus de l'arche sainte) et des étoiles de David)
    Description :
    corps principal, en pavillon pour les quatre pavillons). La façade extérieure était percée de cinq bois flanquée de bas-côtés surmontés de deux étages de galeries et trois au -dessus du porche amorti d'un fronton élevé supportant les tables de la Loi.
    Annexe :
    -côtés précédés d'un porche avec trois doubles portes servant d'entrée aux hommes. Au-dessus des bas -côtés il y a deux rangs de galeries et trois au-dessus du porche, destinées aux femmes, avec deux entrées particulières sur la face. La nef (...) a 13 mètres, 85 centimètres de hauteur sous le lambris en saillants (...)dans les trois arcades du milieu sont les portes d'entrée destinées aux hommes, dans les deux arcades des avant-corps sont les entrées particulières des femmes.(...) Au-dessus des cinq portes cinq grandes croisées avec colonnettes; puis une corniche intermédiaire, trois double-croisées entre les avant -corps et sur chacun de ces derniers une triple croisée. Les façades latérales sont du même style (...). Une tribune où se tiennent les chantres est placée vers le milieu de la nef, élevée du sol de deux colonnes et d'une voûte magnifiquement sculptée, le tout terminé par un fronton décoré. Les portes de remarquable par son dessin et son exécution . Les portes de l'arche sainte, intérieurement et extérieurement
    Illustration :
    Affiche annonçant la reconstruction de la synagogue de Metz y compris les salles d'école et d'asie pour les enfants des deux sexes sur l'emplacement des deux synagogues actuelles et de la maison Brisac
  • église paroissiale catholique puis église de simultaneum puis temple calviniste de Hellering-lès-Fénétrange
    église paroissiale catholique puis église de simultaneum puis temple calviniste de Hellering-lès-Fénétrange Hellering-lès-Fénétrange - rue principale
    Historique :
    conduisit les protestants à se rendre au culte hors la commune alors que l’église fut transmise aux les deux communautés, le simultaneum fut arrêté en 1872 et une nouvelle église néo-gothique (Saint -Martin) fut construite pour les catholiques eurent dès lors une église spécifique, l’église Saint-Martin de style néo-gothique. Les deux autels latéraux de la nouvelle église pourraient provenir de
    Description :
    moulurée et chaine d’angle s’achevant en chapiteau toscan sur la façade ; les encadrements des baies sont
    Localisation :
    Hellering-lès-Fénétrange - rue principale
    Titre courant :
    église paroissiale catholique puis église de simultaneum puis temple calviniste de Hellering-lès
    Annexe :
    semblable eut déjà lieu en 1829 …notre table sainte est renversée sur un de ces côtés et comme elle a les l’église de Hellering était consacrée des 1475 au seul culte catholique et que les luthériens usant en 1565 . Ils ont été maintenus dans cette possession jusqu’à l’an X de la République où les luthériens obtinrent d’en partager l’usage …Proposition que les luthériens utilisent l’ancien temple de Guerling situé donnant les horaires : Réformés : 10 à 12 h puis de 2 à 4 heures Catholiques : 8 à 10 h 00 ; 12 à 14 h de chaque office tous les meubles et effet à l’usage de leur culte qui ne doivent pas nécessairement été bâtie en 1786 par SM. Louis XVI seulement pour les catholiques et que les protestants ont été …. [d’après les protestants, ceux-ci] ont payé plus que les catholiques » Plainte sans date des catholiques contre « les protestants de la confession helvétique … tandis qu’on leur avait assigné un temple dans un autre lieu et que les temples qu’ils fréquentaient avant la révolution existent encore et ne sont
    Illustration :
    Vue de la charpente pendant les travaux de restauration en 2015 IVR41_20175754804NUC2A
  • Présentation du mobilier de l'église Saint-Martin de Fribourg
    Présentation du mobilier de l'église Saint-Martin de Fribourg Fribourg - rue Principale
    Historique :
    sud, 18e-19e siècle, orfèvrerie 19e et 20e siècle, les statues en plâtre fin 19e siècle, Christ en Killian en 1860 est enlevé en 1914-1918 et les tuyaux en bois sont intégrés au buffet resté en place Valence sœur de l'ancien curé, il est fabriqué dan ses ateliers de Valentin Jaeg. Les missels, 1938 et 1939. Les missels sont imprimés en 1938 et 1939 respectivement à Tours et Ratisbonne.
    Texte libre :
    une nappe pliée qui recouvre la pierre d’autel, il y a deux autres nappes qui couvrent les deux côtés processions à bougie, laiton repoussé, motif de croix sur les verres, manche en bois tourné. 147 cm de ht martyre, saint Joseph, sainte Thérèse (sous la tribune), Christ en croix, sur latéral sud, bois sculpté , 18-19e, chandelier en bois sur les deux autels latéraux (4), chandeliers d’autel en bronze (4), un DU SR JEAN DE THUMERY ESCUYER LAQUELLE A DONE 400 FRANCS BAROIS A RENTE POUR DIRE UNE MESSE TOUS LES Temple les deux autels collatéraux faits en bois, nous sommes entrés au chœur le maître autel fait en stuque doré en partie avec la table et les deux degrés en marche pied. Un pupitre, une lanterne, 6 , 2 autres chandeliers avec leurs souches pour les messes basses. Ils ne sont qu’en bois vernissé. La . Il y a aussi un beau pot à fleur dans le même genre pour placer en avant du tabernacle les jours de . Ceux de tous les jours ne valent rien, l’autre est en bois en noyer. Sur la table de l’autel se trouve
    Illustration :
    Buffet d'orgue, vue depuis la tribune sur les tuyaux en bois. IVR41_20155710710NUC4A
  • Présentation du mobilier de l'église paroissiale Saint-Jacques à Ibigny
    Présentation du mobilier de l'église paroissiale Saint-Jacques à Ibigny Ibigny
    Historique :
    Butte, orfèvre de Nancy dont le poinçon fut insculpé le 29 Brumaire an VII (19 novembre 1798). Les verrières de la nef ont été exécutées dans les ateliers de Valentin Jaeg et posées vers 1950. L'ensemble des bancs sont réalisés dans les ateliers de Valentin Jaeg et posés en 1950.( réf. texte libre, AD57 29J2267
    Texte libre :
    (autel latéral sud), sur les bas-cotés nord, saint Joseph (blanc)et Jeanne d'Arc (polychrome), à ), sous le porche une statue en plâtre polychrome de saint Antoine de Padoue. Dans le chœur une statue en bois doré de la Vierge, revers sculpté 98 cm de haut et un sacré cœur en plâtre. Réalisés dans les
    Illustration :
    Vue sur les stations de chemin de croix, les verrières et les statues de la nef Vue sur les stations de chemin de croix, les verrières et les statues de la nef
  • Synagogue de Forbach
    Synagogue de Forbach Forbach - 98 avenue Saint-Rémy - en ville
    Historique :
    est prolongée sur les côtés, venant couper les baies. Suite à des malfaçons nécessitant l'expertise personnes et 1,9 % de la population en 1904). Un premier lieu de culte est aménagé dès les années 1730 au porte inférieure. Menaçant ruine en 1833, il est fermé par les autorités. Entre temps, la communauté a au devis de l'architecte Charles Desgranges, grâce à une subvention de 3 000 francs de l’État. Les travaux sous la conduite de l'architecte Alexis Robin. L'aménagement de l'actuel "chœur" avec sa clôture par les nazis durant l'été 1940, la synagogue a été en très grande partie reconstruite à l'identique
    Référence documentaire :
    p. 124 et notice 389 (red. C. Decomps) Les Juifs et la Lorraine. Un millénaire d'histoire partagée [Exposition. Nancy, Musée lorrain. 2009]. Les Juifs et la Lorraine, un millénaire d'histoire partagée
    Description :
    plus simple si l'on en croit les élévations dessinées en 1864. Elle est très sobre, avec un simple . Les galeries des femmes, prolongées dans la seconde moitié du 19e siècle, et reconstruites à l’identique après la guerre, viennent interrompre les hautes baies en plein cintre. La synagogue est bordée
  • Église Paroissiale Saint-Martin de Fribourg et grotte Notre-Dame de Lourdes
    Église Paroissiale Saint-Martin de Fribourg et grotte Notre-Dame de Lourdes Fribourg - rue Principale - en village - Cadastre : 2018 02 97
    Historique :
    -dit « Les Talbourg » pour protéger le voie Metz-Tarsal-Sarrebourg. Jusqu’au XVIIe siècle, les et de Binsing. En 1622, les églises paroissiales de ces deux villages sont détruites, leurs matériaux
    Description :
    sur les bas côtés, deux fenêtres divisées en deux lancettes trilobées ont des tympans à mouchettes et . Sous bassement et chaîne d'angle en pierre de taille de grès. Une sacristie de plan carré derrière le une rose à polylobé éclaire le fond. Dans la nef les fenêtres à arc brisé, trumeau divisa, 2 lancettes
    Texte libre :
    . On se servira de tuiles plates placées un lattis qui recouvrira tous les anciens bardeaux que l’on ne
  • Église Paroissiale Sainte-Thérèse-de-l'Enfant-Jésus
    Église Paroissiale Sainte-Thérèse-de-l'Enfant-Jésus Vasperviller - - rue de l'Eglise - en ville - Cadastre : 2017 4 01 249, 183
    Historique :
    côtés des fidèles, et à faire appel aux dons, notamment par la vente de timbre symbolisant une brique se poursuit par le gros oeuvre, confié à l’entreprise Bopp et Dintzner. Les verrières sont réalisées septembre 1968, bien que les travaux ne soient pas complètement achevés, l’église est consacrée par Dom Gabriel Lemaître de Lettenbach, sous le vocable de Sainte-Thérèse de Lisieux. L'église a reçu le label
    Description :
    silos industriels. Les murs extérieurs du volume principal de l’église sont traités selon le principe aléatoire. A l'intérieur, les vitraux au plomb retracent l'arbre généalogique du Christ. L’un de tableaux représentant Rachel dérobant les deux théraphim de son père Laban (Genèse 31.11), attire l’attention du visiteur qui peut y percevoir les visages d’Adolf Hitler et de Mao Tse Tung. Le mobilier, entièrement
    Illustration :
    Vue vers l'autel depuis les fauteuils en 1er plan. IVR41_20165710495NUC2A
  • Synagogue d'Ennery
    Synagogue d'Ennery Ennery - 7 rue des Jardins - en village
    Historique :
    -devant, chargé d’un livre, des cierges des deux côtés, et une table au milieu, sur laquelle les juifs de Metz. En 1789, selon les cahiers de doléances, la commune compte 24 feux juifs pour 66 catholiques l’issue d’une visite judiciaire d'un certain Antoine Audry, les 23 et 24 septembre 1653, le jour « de la s’agit sous le titre d’« Usage des juifs répandus dans le pays messin » de la plus ancienne description planches de sapin, en laquelle on a pratiqué de petites ouvertures ou fenêtres, pour voir les cérémonies qui se font dans l’appartement des hommes, sans qu’il y ait aucune communication avec les femmes qui lieu où les hommes s’assemblent, une armoire dans laquelle sont les tables de Moyse et un pupitre au (comme nous sommes entrés) posaient les habits dont ils se servent en leurs cérémonies ayant déjà achevé
    Description :
    débouche sur un vestibule et une salle bordée sur trois côtés par une galerie en bois destinée aux femmes directement depuis l’extérieur. Le fait que les fenêtres de la façade latérale, côté vestibule, aient été
  • Ancien Pensionnat Notre-Dame de la Providence à Fénétrange, actuellement école primaire et siège d'une association.
    Ancien Pensionnat Notre-Dame de la Providence à Fénétrange, actuellement école primaire et siège d'une association. Fénétrange - 12 impasse des Noyers - en ville - Cadastre : 2019 9 126-127-16
    Historique :
    (Source principale : document écrit par les sœurs du couvent de Saint-de-Bassel et archives conservées au sein du même couvent. ) L'Ensemble Scolaire Jean-Martin Moyë est plutôt connu sous le nom de femmes, se consacre à l’éducation des jeunes filles dans les zones rurales de France. La première école branches, une de langue française les sœurs de la Providence de Portieux et une de langue allemande crée par l’abbé Decker qui ouvre en 1827 un noviciat à Saint-Jean –de-Bassel (57). Les sœurs se dédient à 1936 (IA57030380). Vite devenu trop étroit pour accueillir la centaine d’élèves et les Sœurs, un est édifié sur un terrain vierge, en dehors des murs de la ville. Les plans de cet édifice sont confiés aux architectes Auguste Haentzler et fils architectes à Strasbourg. Les travaux des fondations sont confiés à la maison Levêque de Sarrebourg. Le 5 septembre 1936 les premiers ouvriers arrivent de l’évêque le 17 mai. A cette date l'aile ouest n'est pas construite. Pendant la guerre, les
    Description :
    . Au sous-sol (parterre) de part et d'autre du vestibule les loges du concierge et du portier et un d'honneur. Le sous-sol de cette aile abrite les laboratoires et salles de physique chimie aménagées plus Le pensionnat se situe derrière les murs de la ville, au nord de la ville médiévale. Il a été ailes nord et sud. « Le projet a été conçu sur les données fournies par le conseil d’administration du terrain. Le bâtiment est organisé en fonction des activités. Aile Est bâtiment de réception, les bâtiments sont disposés autour de deux cours de 40/40m, la partie centrale comprend les locaux communs salle de fête, gymnastique, chapelle, dessin et peinture. L’aile ouest les cellules et les dortoirs des sœurs avec salle de communauté et des professeurs. Les trois bâtiments parallèles sont reliés d’un côté par le bâtiment d’école et de l’autre par les offices, cuisine, réfectoire, laveries et dépendances. Le projet de départ comprenait aussi l’aile ouest. Conception du bâtiment soit de telle façon que les
    Étages :
    sous-sol
    Nature du dossier :
    dossier avec sous-dossier
    Illustration :
    Construction du pensionnat, description de l’exécution, par les architectes A. Haentzler et fils Construction du pensionnat, description de l’exécution, par les architectes A. Haentzler et fils Construction du pensionnat, description de l’exécution, par les architectes A. Haentzler et fils Construction du pensionnat, description de l’exécution, par les architectes A. Haentzler et fils Rapport sur les dommages causés par faits de guerre, A. Haentzler, 1 IVR41_20205730248NUC2A Rapport sur les dommages causés par faits de guerre, A. Haentzler, 2 IVR41_20205730249NUC2A Rapport sur les dommages causés par faits de guerre, A. Haentzler, 3 IVR41_20205730250NUC2A Rapport sur les dommages causés par faits de guerre, A. Haentzler, 4 IVR41_20205730251NUC2A Plan de distribution dans les mansardes de l'aile ouest, novembre 1954, signé A. Haentzler Photographie prise en 1954 dans les cuisines. IVR41_20205710235NUC4A
  • Collégiale Saint-Leger
    Collégiale Saint-Leger Marsal - rue des Quartiers - en village - Cadastre : 2020 1 01 76 1988 1 71
    Historique :
    roman. Les deux absidioles prolongeant les bas-côtés et quelques vestiges dans la première travée du polygonal de style gothique. A la même époque, les bas-côtés sont percés de grandes baies qui subsistent plupart des fenêtres, rehausser les murs de la nef et des bas-côtés, compléter le tympan triangulaire du , malgré les modifications ultérieures, l’influence de l'architecture romane du Rhin supérieur dans la les deux fenêtres éclairant la tribune remontent à cette première phase romane, de même que le portail de la façade nord. A l'intérieur, les trois vaisseaux plafonnés, séparés par des arcades en plein chœur datent de la même époque. Au cours du XIIIe siècle, les deux dernières travées de la nef sont au début du XVIIIe siècle, les piles de la nef auraient été retaillées en colonnes pour rendre exemple : église de Vomécourt-sur-Madon dans les Vosges). L'église, qui présente de grands problèmes de révélant que les fondations de l'édifice sont assises sur plus de huit mètres d'épaisseur de remblais. Si
    Référence documentaire :
    p. 61-65 Collin Hubert, les églises romanes, t. III, 1984 Les églises romanes de Lorraine : tome d'archéologie lorraine, 1984. - 216 p. : ill., plans ; 23 cm. - (Les Guides du Pays lorrain).
    Description :
    , dans les bas-côtés. On pénètre dans la nef par un porche dont la voûte en berceau supporte une tribune sous la forme d'un haut socle de section carrée. Plusieurs niches ou lavabos ont été percés dans les -côtés s'ouvrent par un arc sur une sorte de faux-transept prolongé par les absidioles, ces dernières , particulièrement visibles au niveau du massif occidental. Les parties en moellon enduit correspondent toutes à des cependant celle qui a le mieux conservé sa structure romane, de même qu'une partie de son décor comme les du premier art roman. Le tympan nu est moderne, de même que les colonnettes et les corbeaux qui le soutiennent. Les vantaux, posés en 1739, ont conservé leur panneautage et leurs ferrures. L'ensemble est massif reprennent des ouvertures romanes. Les deux masques d'animaux sauvages qui encadrent celles de la siècle, les grandes à la fin du XIVe ou au début du XVe siècle), l'ensemble ayant été très restauré par Paul Tornow. Le portail était emprunté par les paroissiens, celui du massif occidental étant
1