Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 16 sur 16 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • synagogue consistoriale de Metz
    synagogue consistoriale de Metz Metz - 39 rue Rabbin Elie Bloch (du) - en ville - Cadastre : 2020 23 134
    Historique :
    suffisait plus par ailleurs pour accueillir les membres d’une communauté grandissante. S’il fut un temps l’édifice par une référence orientale. L’architecte puise son inspiration dans les ouvrages de Léon de Laborde (1807-1869) sur l’Orient. Il prévoit dès ce moment deux rangs de tribunes pour les femmes tandis projet s’inspire du descriptif du Temple de Jérusalem. Les travaux furent adjugés en 1847 pour la construction d’une synagogue avec écoles pour les garçons et les filles et salles de réunion et d’asile. Les . Durant la Seconde guerre mondiale elle est utilisé comme entrepôt par les nazis et son intérieur est saccagé mais l’édifice est préservé. Il est aujourd’hui complété par des écoles et un home pour les
    Référence documentaire :
    rayonnement spirituel (1848- 1850) dans Les Cahiers lorrains, n°2, 2001, p.157-190 p. 292-293 Les Juifs et la Lorraine. Un millénaire d'histoire partagée [Exposition. Nancy, Musée lorrain. 2009]. Les Juifs et la Lorraine, un millénaire d'histoire partagée : catalogue / dir. Claire Affiche annonçant la reconstruction de la synagogue de Metz y compris les salles d'école et d'asie pour les enfants des deux sexes sur l'emplacement des deux synagogues actuelles et de la maison Brisac , 24 avril 1845 Affiche annonçant la reconstruction de la synagogue de Metz y compris les salles d'école et d'asie pour les enfants des deux sexes sur l'emplacement des deux synagogues actuelles et de la
    Représentations :
    hébraïques dorées, les tables de la Loi (au-dessus de l'arche sainte) et des étoiles de David)
    Description :
    corps principal, en pavillon pour les quatre pavillons). La façade extérieure était percée de cinq bois flanquée de bas-côtés surmontés de deux étages de galeries et trois au -dessus du porche amorti d'un fronton élevé supportant les tables de la Loi.
    Annexe :
    -côtés précédés d'un porche avec trois doubles portes servant d'entrée aux hommes. Au-dessus des bas -côtés il y a deux rangs de galeries et trois au-dessus du porche, destinées aux femmes, avec deux entrées particulières sur la face. La nef (...) a 13 mètres, 85 centimètres de hauteur sous le lambris en saillants (...)dans les trois arcades du milieu sont les portes d'entrée destinées aux hommes, dans les deux arcades des avant-corps sont les entrées particulières des femmes.(...) Au-dessus des cinq portes cinq grandes croisées avec colonnettes; puis une corniche intermédiaire, trois double-croisées entre les avant -corps et sur chacun de ces derniers une triple croisée. Les façades latérales sont du même style (...). Une tribune où se tiennent les chantres est placée vers le milieu de la nef, élevée du sol de deux colonnes et d'une voûte magnifiquement sculptée, le tout terminé par un fronton décoré. Les portes de remarquable par son dessin et son exécution . Les portes de l'arche sainte, intérieurement et extérieurement
    Illustration :
    Affiche annonçant la reconstruction de la synagogue de Metz y compris les salles d'école et d'asie pour les enfants des deux sexes sur l'emplacement des deux synagogues actuelles et de la maison Brisac
  • Présentation de l'opération architecture rurale de Lorraine (version provisoire)
    Présentation de l'opération architecture rurale de Lorraine (version provisoire) Lorraine
    Annexe :
    piquets et des fils de fer. Sur les côtes, des vergers ou ce qui reste d’un vignoble. Au centre du terroir publié sous la direction de Daniel Faucher, éd. Larousse, 1951, t. II, § La vie lorraine. A l’intérieur , le village : un curieux village, écrasé sous ses toits plats, comme sous une carapace unique, d’où ne dépasse que l’église. Les reconstructions du XVIIe siècle, après la guerre de Trente Ans qui fit ici des les maisons se serrent côte à côte. L’habitation proprement dite s’étire en profondeur jusqu’au jardin reposent les instruments, où s’accumule le fumier ou picore la volaille ; les grandes portes, qui percent régulièrement la façade continue de ces maisons soudées les unes au autres, donnent directement sur l’aire des grosses fermes bâties sur les réserves seigneuriales, des granges dépendant d’établissements religieux, y
    Texte libre :
    ensembles verts, des pâtures, limités par des rangées de piquets et des fils de fer. Sur les côtes, des ses toits plats, comme sous une carapace unique, d’où ne dépasse que l’église. Les reconstructions du La France, géographie et tourisme. Ouvrage publié sous la direction de Daniel Faucher, éd. Larousse vergers ou ce qui reste d’un vignoble. Au centre du terroir, le village : un curieux village, écrasé sous monotonie, à l’aspect peu orné et sans élégance de ces villages, où les maisons se serrent côte à côte cour collective, la rue, avec ses larges « usoirs » où reposent les instruments, où s’accumule le fumier ou picore la volaille ; les grandes portes, qui percent régulièrement la façade continue de ces maisons soudées les unes au autres, donnent directement sur l’aire des granges, et la récolte dort les réserves seigneuriales, des granges dépendant d’établissements religieux, y [=rotation triennale
  • église paroissiale catholique puis église de simultaneum puis temple calviniste de Hellering-lès-Fénétrange
    église paroissiale catholique puis église de simultaneum puis temple calviniste de Hellering-lès-Fénétrange Hellering-lès-Fénétrange - rue principale
    Historique :
    conduisit les protestants à se rendre au culte hors la commune alors que l’église fut transmise aux les deux communautés, le simultaneum fut arrêté en 1872 et une nouvelle église néo-gothique (Saint -Martin) fut construite pour les catholiques eurent dès lors une église spécifique, l’église Saint-Martin de style néo-gothique. Les deux autels latéraux de la nouvelle église pourraient provenir de
    Description :
    moulurée et chaine d’angle s’achevant en chapiteau toscan sur la façade ; les encadrements des baies sont
    Localisation :
    Hellering-lès-Fénétrange - rue principale
    Titre courant :
    église paroissiale catholique puis église de simultaneum puis temple calviniste de Hellering-lès
    Annexe :
    semblable eut déjà lieu en 1829 …notre table sainte est renversée sur un de ces côtés et comme elle a les l’église de Hellering était consacrée des 1475 au seul culte catholique et que les luthériens usant en 1565 . Ils ont été maintenus dans cette possession jusqu’à l’an X de la République où les luthériens obtinrent d’en partager l’usage …Proposition que les luthériens utilisent l’ancien temple de Guerling situé donnant les horaires : Réformés : 10 à 12 h puis de 2 à 4 heures Catholiques : 8 à 10 h 00 ; 12 à 14 h de chaque office tous les meubles et effet à l’usage de leur culte qui ne doivent pas nécessairement été bâtie en 1786 par SM. Louis XVI seulement pour les catholiques et que les protestants ont été …. [d’après les protestants, ceux-ci] ont payé plus que les catholiques » Plainte sans date des catholiques contre « les protestants de la confession helvétique … tandis qu’on leur avait assigné un temple dans un autre lieu et que les temples qu’ils fréquentaient avant la révolution existent encore et ne sont
    Illustration :
    Vue de la charpente pendant les travaux de restauration en 2015 IVR41_20175754804NUC2A
  • Temple de protestants de Dombasle-sur-Meurthe
    Temple de protestants de Dombasle-sur-Meurthe Dombasle-sur-Meurthe - rue du 14 septembre
    Historique :
    1873, le temple de Dombasle a été construit par les paroissiens entre 1956 et 1959 selon le plan fourni
    Référence documentaire :
    « les Protestantismes en Lorraine (XVIe-XXIe siècle). Nancy, 2-4 novembre 2015. Lille, ed. Septentrion
    Annexe :
    soleil de septembre qui dore les paysages et les pierres, elle avait été préparée par beaucoup. Pour les donner à ce qui est encore un peu un chantier, un aspect avenant, net et même fleuri. Malgré les 42 lampes elles évoquaient peut-être « les langues de feu » qui descendirent sur une autre Assemblée ….) devait ainsi créer pour les nouveaux venus l’impression d’un lieu de recueillement et de joie. Mais la l’histoire troublée du protestantisme français, l’orateur a tenu à montrer quel rôle important les Réformés précieuses. Enfin le catholicisme français lui-même semble avoir reçu de par notre expérience à ses côtés, un environs du temple de Dombasle étaient fort animés. Le service d’ordre mis en place par les routiers culte de dédicace commença, très simple et très beau, coupé par les chants des fidèles, soutenus siècle. Après l’invocation et l’adoration, les paroissiens qui avaient joué le plus grand rôle dans la construction du temple apportèrent successivement les différents objets qui consacraient la dédicace au culte
    Illustration :
    Les espaces communautaires IVR41_20175454763NUC2A
  • ligne Toul-Chaligny-Pont-Saint-Vincent-Blainville-Damelevières (ligne 27).
    ligne Toul-Chaligny-Pont-Saint-Vincent-Blainville-Damelevières (ligne 27). Toul - bâti dense
    Historique :
    entre 1891 et 1892, effectuées sous la direction d'Albert Descubes (1858-1927), ingénieur à la Compagnie raisons financières, dés 1893. Les travaux d'infrastructures sont effectués en 2 lots : de la gare de 10+756 au PK 23+218 aux entrepreneurs Léon Carny, Gelly et Thomas. Les travaux métalliques (9 ponts de développement variable) sont effectués par les entreprises Hachette et Driout, S.A. des Forges de Franche-Comté, Nouguier-Kessler et Cie. Les bâtiments des stations, dont les plans sont dus à Adrien Gouny la fourniture du ballast de la totalité de la ligne. Les rails en acier, de profil Vignole, sont fournis, tout au moins en partie, par les Ets de Wendel (usine de Joeuf, 54), certains, laminés en 1892 inférieur à 500 m). Les conditions géologiques incertaines (terrains instables des versants de la rive -Maisons (passage de la ligne Chaligny-Blainville sous la ligne Pont-Saint-Vincent-Jarville) ; ces travaux les signaux-y compris signaux de cantonnement-sont pourvus de feux de franchissement de couleur
    Description :
    Dommartin-les-Toul) : 5 arches, piles à avants-becs en pierre de taille calcaire, culées de facture identique à l'ouvrage précédent, les 2 arches côté sont dotées d'une tablier totalement construit en acier
    Localisation :
    Dommartin-lès-Toul - bâti dense
    Illustration :
    Ligne (...), ensemble des abris-voyageurs (type no. 2), plans, élévation, coupe au 1/50e, cotés, 26 Ligne (...), abri-voyageurs (type no. 2), plan, coupe, élévations au 1/50e, cotés, 10 Octobre 1894 Ligne (...) abri-voyageurs (type no. 2), plan, coupe élévations au 1/50e, cotés (avec retombes), 10 Ligne (...), bâtiment-voyageurs, type B (Novembre 1893), élévations côtés voies et cour, élévations de l'horloge, 1/50e, cotés, 10 Octobre 1894. IVR41_20195410227NUC4A Ligne (...), détail : tracé compris entre les raccordements en projets entre la ligne nouvelle vers les points kilomètriques sont représentés en chiffres romains), 1/10.000e, Janvier-Avril 1889 Vézelise et Mirecourt) et Jarville et pour la ligne projetée entre les points kilomètriques 29 et 38 -Est : plaque du constructeur sous le tablier côté culée Nord. IVR41_20145403179NUC2A
  • Ferme modèle de Saurupt
    Ferme modèle de Saurupt Harol - Saurupt - isolé - Cadastre : 2020 A 1554 2020 A 1555 2020 A 1017
    Référence documentaire :
    Mathieu, Hubert. Voyage agricole dans les Vosges. 1821. Mathieu, Hubert. Voyage agricole dans les . Mémoire adressé à M. le sous-prefet de Lunéville par Jean-Joseph Grangé, sur la charrue dont il est aujourd’hui, ici et là-bas. Sous la direction de René Bourrigaud et François Sigaut – Centre d’histoire du
    Texte libre :
    répétée après de profond labourages. « Afin de borner l’entrainement des terres, les côtes les plus trainée par six chevaux » et ayant sous les yeux des instruments aratoires perfectionnés, il a cherché à Une ferme modèle est établie dans les années 1820, au lieu-dit « Saurupt » en bordure de l’ancienne . Derazey acquière progressivement les 239 hectares de terrains très morcelés pendant 22 ans. Peu , jachère) sans engrais, peu productif, manquant d’eau. Après les récoltes, elles servent de pâture aux charmait les longues soirées de l’hiver ». Malgré le scepticisme de ses voisins cultivateurs, J.N. Derazey les pierres, des débris de tuiles plates et à rebords et de grossières statues » atteste en effet d’une présence ancienne à cet endroit. Les bâtiments J.N. Derazey commence l’élévation du « premier les plans et veille à leur application. Les constructions sont toutes solides, grandes et bien modèle à suivre » (Mathieu - Voyage agricole dans les Vosges – 1821). Il poursuit en 1819 par « deux
  • cheminée et glace (n°1)
    cheminée et glace (n°1) Nancy - - 18-24 rue Lionnois - en ville
    Historique :
    Bien que pourvue d'un système moderne de chauffage par air chaud (calorifère en sous-sol alimenté
    Description :
    console sous le miroir. La partie supérieure se continue au milieu et sur les côtés par un lambris de
  • Abécédaire
    Abécédaire Lunéville - 7 rue Castara - en ville
    Historique :
    toutes les combinaisons vocales possibles (chaque ligne correspond à une voyelle). En bas, sur les côtés Destiné à l'apprentissage de l'hébreu, cet abécédaire figure les 22 lettres de l'alphabet avec , ont été ajoutés de courts extraits de prières récitées par l'enfant avant l'étude. Sous le médaillon , figure le nom de l'auteur de la gravure, Moshe Fisch. Ce dernier a signé de manière identique les l'aiguière et les cerfs du décor de ce médaillon présentent de fortes similitudes avec plusieurs marques
    Observation :
    Decomps (Claire), Les juifs et la Lorraine : un millénaire d'histoire partagée (exposition musée
    Référence documentaire :
    Cat. 421, p. 307 (Réd. C. Decomps) Les Juifs et la Lorraine. Un millénaire d'histoire partagée [Exposition. Nancy, Musée lorrain. 2009]. Les Juifs et la Lorraine, un millénaire d'histoire partagée
  • Araire
    Araire Begnécourt - Grande Rue Petite Rue - en village
    Description :
    avant-train à roue en fer supportant l’âge en bois. Sous celui-ci le sep et le soc en fonte sont fixés de manière symétrique par rapport à l'axe de l’âge et à la ligne de travail, rejetant sur les deux côtés la terre émiettée et déplacée par le soc. La fourche de la roue se prolonge jusqu’à l’attelage. Au surface. Les deux mancherons de bois sont reliés à l’avant de l’âge et maintenus par un tirant métallique
  • Ferme n°48
    Ferme n°48 Damas-et-Bettegney - Damas - 13 rue du Lieutenant Larsen - en village - Cadastre : 2019 ZB 42 1841 B2 505
    Historique :
    réfection de la façade antérieure dans les années 1870/1880. En effet, le décor de volutes gravées en façade antérieure est similaire à celui visible sur le lavoir de Baudricourt (1874, selon les plans réalisés par
    Représentations :
    logis et les bandeaux séparant le rez-de-chaussée de l'étage sont en pierre de taille. La toiture est soulignée par une corniche moulurée. Des baies à meneau sont utilisés pour l'engrangement. Les gardes-corps et les grilles des soupiraux en fonte présentent des motifs végétaux, des volutes et des rubans.
    Description :
    été transformée en atelier. Un pigeonnier a été installé au-dessus du logis, sous les combles avec sur deux côtés, elle est composée de trois travées de plan avec une étable, une grange et un logis au
    Étages :
    sous-sol
    Illustration :
    Damas-et-Bettegney, Ferme n°48, pignon sud, vue de détail de la pierre d'envol du pigeonnier sous les combles du logis. IVR41_20198840228NUC2A
  • Synagogue de Forbach
    Synagogue de Forbach Forbach - 98 avenue Saint-Rémy - en ville
    Historique :
    est prolongée sur les côtés, venant couper les baies. Suite à des malfaçons nécessitant l'expertise personnes et 1,9 % de la population en 1904). Un premier lieu de culte est aménagé dès les années 1730 au porte inférieure. Menaçant ruine en 1833, il est fermé par les autorités. Entre temps, la communauté a au devis de l'architecte Charles Desgranges, grâce à une subvention de 3 000 francs de l’État. Les travaux sous la conduite de l'architecte Alexis Robin. L'aménagement de l'actuel "chœur" avec sa clôture par les nazis durant l'été 1940, la synagogue a été en très grande partie reconstruite à l'identique
    Référence documentaire :
    p. 124 et notice 389 (red. C. Decomps) Les Juifs et la Lorraine. Un millénaire d'histoire partagée [Exposition. Nancy, Musée lorrain. 2009]. Les Juifs et la Lorraine, un millénaire d'histoire partagée
    Description :
    plus simple si l'on en croit les élévations dessinées en 1864. Elle est très sobre, avec un simple . Les galeries des femmes, prolongées dans la seconde moitié du 19e siècle, et reconstruites à l’identique après la guerre, viennent interrompre les hautes baies en plein cintre. La synagogue est bordée
  • Ferme n°27
    Ferme n°27 Mandres-sur-Vair - rue Machoit - en village - Cadastre : 2017 D 218
    dc_52cd4446-d2fb-44eb-9947-7e9d7c624059_16 :
    jours rectangulaires sous la toiture
    Description :
    deux cotés, elle est en retrait de la rue pour disposer d'un large usoir. Elle est composée de deux cuisine disposant d'une pierre à eau sous la baie et d'une cheminée, avec un placard chauffant à l'arrière enduits avec des encadrements en pierre de taille. Les ouvertures sont à linteau segmentaire délardé et la porte charretière est en plein cintre. Les combles de grande hauteur sont couverts d'un toit à longs
    dc_52cd4446-d2fb-44eb-9947-7e9d7c624059_12 :
    gouttière d'évacuation de la pierre à eau sous la baie de cuisine
  • Église Paroissiale Sainte-Thérèse-de-l'Enfant-Jésus
    Église Paroissiale Sainte-Thérèse-de-l'Enfant-Jésus Vasperviller - - rue de l'Eglise - en ville - Cadastre : 2017 4 01 249, 183
    Historique :
    côtés des fidèles, et à faire appel aux dons, notamment par la vente de timbre symbolisant une brique se poursuit par le gros oeuvre, confié à l’entreprise Bopp et Dintzner. Les verrières sont réalisées septembre 1968, bien que les travaux ne soient pas complètement achevés, l’église est consacrée par Dom Gabriel Lemaître de Lettenbach, sous le vocable de Sainte-Thérèse de Lisieux. L'église a reçu le label
    Description :
    silos industriels. Les murs extérieurs du volume principal de l’église sont traités selon le principe aléatoire. A l'intérieur, les vitraux au plomb retracent l'arbre généalogique du Christ. L’un de tableaux représentant Rachel dérobant les deux théraphim de son père Laban (Genèse 31.11), attire l’attention du visiteur qui peut y percevoir les visages d’Adolf Hitler et de Mao Tse Tung. Le mobilier, entièrement
    Illustration :
    Vue vers l'autel depuis les fauteuils en 1er plan. IVR41_20165710495NUC2A
  • Synagogue d'Ennery
    Synagogue d'Ennery Ennery - 7 rue des Jardins - en village
    Historique :
    -devant, chargé d’un livre, des cierges des deux côtés, et une table au milieu, sur laquelle les juifs de Metz. En 1789, selon les cahiers de doléances, la commune compte 24 feux juifs pour 66 catholiques l’issue d’une visite judiciaire d'un certain Antoine Audry, les 23 et 24 septembre 1653, le jour « de la s’agit sous le titre d’« Usage des juifs répandus dans le pays messin » de la plus ancienne description planches de sapin, en laquelle on a pratiqué de petites ouvertures ou fenêtres, pour voir les cérémonies qui se font dans l’appartement des hommes, sans qu’il y ait aucune communication avec les femmes qui lieu où les hommes s’assemblent, une armoire dans laquelle sont les tables de Moyse et un pupitre au (comme nous sommes entrés) posaient les habits dont ils se servent en leurs cérémonies ayant déjà achevé
    Description :
    débouche sur un vestibule et une salle bordée sur trois côtés par une galerie en bois destinée aux femmes directement depuis l’extérieur. Le fait que les fenêtres de la façade latérale, côté vestibule, aient été
  • Ferme n°20
    Ferme n°20 Derbamont - rue du Mont - en village - Cadastre : 2018 AA 46
    Description :
    , au nord du Ruisseau Le Robert. Mitoyenne sur deux côtés, cette ferme est composée de deux travées de saillante sous la baie donnant sur l’usoir, et d’un four à pain dans la cheminée en angle. Celui-ci s'étend construite en moellons de grès enduits, et les encadrements des ouvertures sont en pierre de taille à linteau
  • Ferme n°13
    Ferme n°13 Bainville-aux-Saules - 40 rue du Grand Ménil - en village - Cadastre : 2020 ZA 81
    Historique :
    ont été effectuées au début du 18e siècle selon les mentions figurant dans le charri, sur le linteau l’ajout d'une porte entre le charri et la cuisine, et peut-être à la construction du poêle. Les tuiles du
    Représentations :
    cœur et surmonté d'une croix. Les piédroits de cette porte sont chanfreinés. L'encadrement de la porte
    Description :
    équipée d’une pierre à eau sous la baie au-dessus d’un puits et une cheminée dans l’angle. Un escalier en accéder directement à la cuisine depuis l’usoir. Construit avec des moellons de grès local enduit. Les , pour les plus anciennes (porte charretière, baie à meneau, petit jour). Les baies ont des linteaux , couvert de tuiles mécaniques en remploi provenant de plusieurs tuileries locales. Fermé sur trois côtés , les ruches s’ouvrant à l’est, une fente latérale a été aménagée dans la paroi sud de l'abri. La ferme abreuvoir est visible ainsi que les deux pierres de meule évoquant probablement un moulin à huile à chevaux
    Étages :
    sous-sol
1