Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 939 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Immeuble France-Lanord
    Immeuble France-Lanord Nancy - 71 avenue Foch - en ville - Cadastre : 1972 CD 524
    Historique :
    plancher en béton armé est exécuté par l'entreprise France Lanord et Bichaton, concessionnaire du système Immeuble de rapport construit entre 1903 et 1904 pour Jean-Baptiste Lanord dit France Lanord Lanord et Bichaton, par Émile André (1871-1933), architecte à Nancy. La date et la signature sont situées , entrepreneur nancéien associé depuis 1900 à son neveu Auguste Bichaton avec lequel il fonde l'entreprise France de part et d'autre de la fenêtre axiale du rez-de-chaussée. Émile André réalise une série de huit
    Description :
    davantage médiéval et un oriel saillant amorti d'un pignon triangulaire à l'abondant décor feuillagé. Il l'usage traditionnel, les salons et salles à manger s'ouvrent sur la rue.
    Auteur :
    [entrepreneur] France-Lanord et Bichaton
    Titre courant :
    Immeuble France-Lanord
    Appellations :
    dit Immeuble France Lanord
    Aires d'études :
    Nancy et périurbain
    Illustration :
    Elévation antérieure. Projet dressé par Emile André. Encre et aquarelle sur papier, n° 782, 39 x Elévation antérieure. Projet dressé par Emile André. Encre et aquarelle sur papier, n° 782, 39 x Elévation antérieure. Projet dressé par Emile André. Crayon de papier et aquarelle sur calque, n Elévation antérieure. Projet dressé par Emile André. Crayon de papier et aquarelle sur calque, n Elévation antérieure. Projet dressé par Emile André. Crayon de papier et aquarelle sur calque, n Elévation antérieure. Projet dressé par Emile André. Encre et aquarelle sur papier, n° 782, 39 x papier et de couleur sur calque, contrecollée sur un tirage de calque sur papier, 49 x 60,6 cm (Fonds Plan du rez-de-chaussée. Projet dressé par Emile André, 18 février 1903. Encre et aquarelle sur Plan du rez de chaussée. Projet dressé par Emile André. Encre de chine et aquarelle sur papier, n Plan du rez-de-chaussée. Projet dressé par Emile André. Encre et aquarelle sur calque, 36 x 52,5 cm
  • Immeuble d'entrepreneur dit Immeuble France Lanord
    Immeuble d'entrepreneur dit Immeuble France Lanord Nancy - 5 5bis rue Isabey - en ville - Cadastre : 1972 CI 312
    Historique :
    l'entreprise de maçonnerie France Lanord et Bichaton, fondée en 1894 par le commanditaire de l'immeuble et par Lanord le fils du cofondateur de l'entreprise (attribution par source). L'entreprise France Lanord et Jean-Baptiste Lanord dit France Lanord (1848-1922) son oncle. Le premier étage est loué à Émile France Immeuble construit de 1907 à 1908 pour l'entrepreneur nancéien Auguste Bichaton (1864-1933), par Joseph Hornecker (1873-1942), architecte à Nancy. La date (1908) et la signature sont portées par l'oriel Bichaton réalise le gros-œuvre, concessionnaire du système Hennebique, elle exécute sans doute les l'entreprise Louis Majorelle de Nancy dont un daté du 26 mai 1908. Cet ensemble a été réalisé pour Émile France Lanord, un album de photographies conservé par les héritiers de la famille de l'entrepreneur, montre , vol de mouettes, exécutée par le peintre verrier nancéien Jacques Gruber et aujourd'hui exposée au
    Représentations :
    sujet : érable, faux platane, support : baies, oriel ; sujet : vigne vierge, support : vantaux et
    Description :
    La verticalité de cet immeuble de 6 niveaux et 5 travées est accentuée par la présence de 2 bow concède à l'Art nouveau que l'inspiration naturaliste du décor sculpté sur le départ des bow-window et le
    Auteur :
    [entrepreneur] France-Lanord et Bichaton
    Titre courant :
    Immeuble d'entrepreneur dit Immeuble France Lanord
    Appellations :
    dit Immeuble France Lanord
    Aires d'études :
    Nancy et périurbain
    Illustration :
    Détail de la modénature et pierre de fondation. IVR41_19885402648VD
  • immeuble Babcock et Wilcock
    immeuble Babcock et Wilcock Nancy - 47 rue Henri Poincaré 3 rue Mazagran - en ville - Cadastre : 1972 BY 293 2008 BY 293
    Historique :
    Randon de Grolier (1873-1934 ; AM Nancy, 668 W 143), les travaux réalisés par l'entreprise France Lanord et Bichaton (signature en façade à l'angle des deux rues). L'immeuble est construit à l'emplacement Immeuble de rapport construit en 1925 pour la société française des constructions Babcock et Wilcock (fabricant de chaudières, surchauffeurs et économiseurs industriels) qui y installe son agence pour l'Est de la France. Les plans sont dressés en septembre 1924 par l'architecte parisien Edouard l'ascenseur et la rampe d'escalier.
    Référence documentaire :
    février 1924 L'immeuble et la construction dans l'Est L'immeuble et la construction dans l'Est
    Description :
    Henri Poincaré, une travée d'angle et 4 travées rue Mazagran, un rez-de-chaussée réservé au commerce, 5 étages carrés et 2 étages de comble. Les façades sur rue sont en pierre de taille calcaire, l'ossature arrondi, percé à chaque étage par des fenêtres en triplet et surmonté d'une lucarne surdimensionnée en les portes-fenêtres sont groupées par un balcon filant au 2e et 5e étages. Les oriels comportent portant le monogramme BW (= Babcock Wilcock). Elle ouvre sur un vestibule avec colonnes et pilastres, orné d'un faux appareil et d'une frise de denticules. L'escalier principal, inscrit dans une cage polygonale
    Auteur :
    [entrepreneur de maçonnerie] France-Lanord et Bichaton
    Titre courant :
    immeuble Babcock et Wilcock
    Appellations :
    immeuble Babcock et Wilcock
    Aires d'études :
    Nancy et périurbain
    Illustration :
    Plans du rez-de-chaussée et du 3e étage. Tirage encre, 15 septembre 1924. IVR41_20155410281NUC2A
  • Immeuble
    Immeuble Nancy - 51 boulevard Lobau - en ville - Cadastre : 1972 AX 12
    Historique :
    1905 (dates et attribution par source). Le fonds France Lanord et Bichaton conserve de nombreux -œuvre est réalisée par l'entreprise France Lanord et Bichaton également concessionnaire du système Hennebique (attribution par source). L'entreprise France Lanord et Bichaton constituée en 1894 réalise ici le l'arc portait l'inscription : entreprise France Lanord et Bichaton. Immeuble construit de 1904 à 1905 pour l'entrepreneur nancéien Auguste Bichaton (1864-1933), par Charles-Désiré Bourgon (1855-1915) architecte, professeur d'architecture à l'école municipale et régionale des beaux arts de Nancy. Les plans sont dressés en 1903 et 1904. L'immeuble est occupé entre 1904 et d'entablement actuellement sculpté était primitivement projeté en grès. Les commandes, des 28 et 29 septembre planchers sur caves et du rez-de-chaussée ainsi que pour les linteaux de cet étage. L'exécution du gros boulevard. La maison située au numéro 53 était celle d'Auguste Bichaton. L'entreprise qui possédait ses
    Référence documentaire :
    Fonds des archives de l'entreprise France Lanord et Bichaton
    Description :
    d'une porte charretière et d'une porte piétonne à gauche, le rythme des percements est régulier et la verticalité de l'immeuble est accentuée par une succession de petits balcons superposés des travées 2 et 4. La balcons sont "en coup de fouet", motif que l'on retrouve sculpté au dessus du linteau des baies des 1er et
    Auteur :
    [entrepreneur de maçonnerie] France-Lanord et Bichaton
    Aires d'études :
    Nancy et périurbain
  • Chapelle Saint-Phlin, puis église du Christ-Roi.
    Chapelle Saint-Phlin, puis église du Christ-Roi. Laneuveville-devant-Nancy - La Madeleine - place de l'Eglise - isolé - Cadastre : 2012 AL 99
    Historique :
    exécution est confiée à l'entreprise France Lanord et Bichaton, sous la direction de Marcel Dumont (1899 verrerie (disparue) et de la saline du Pont-de-Saint-Phlin (absorbée par la soudière Marcheville-Daguin plusieurs logements d'ouvriers, ultérieurement transformé et récemment disparu. La chapelle est érigée bombardements de la soudière et de ses abords, intervenus en 1944, il semble faire l'objet d'un projet de auprès de l'usine et la première pierre est posée le 26 mai 1957. Dédiée au Christ-Roi, l'église actuelle
    Référence documentaire :
    p.20 (date, architecte et montant total des travaux). Entreprise France-Lanord et Bichaton -Daguin et Cie, autorisation de voirie pour traversée de la R.N.4, demande en date du 13-06-1894. plan d'abords avec mention de l'école et de l'église, sans échelle Autorisation de voirie pour dates et montant des travaux, attribution aux architectes. Dommages de guerre 1940-1945 : chapelle p. 414 Pays Lorrain : un problème insoupçonné, les risque naturel et industriel. LAUMON Annnette cultes à Laneuveville & La Madeleine, Société d’Histoire de Laneuveville et de La Madeleine, 2007, 146 p.
    Description :
    Parpaing de béton enduit sur façade Nord, façades Est et Ouest en moellon de calcaire taille
    Auteur :
    [] France Lanord, et Bichaton
  • Église paroissiale de la Nativité-de-la-Vierge
    Église paroissiale de la Nativité-de-la-Vierge Reillon - Grande Rue
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Meurthe-et-Moselle
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale orfèvrerie religieuse et mobilier religieux des églises de Meurthe-et-Moselle
    Historique :
    les plans de l'architecte André Désenclos par l'entreprise France-Lanord et Bichaton ; pour répondre à bienheureuse, or elle est béatifiée en avril 1923 et canonisée en mai 1925.
    Représentations :
    Dans le chœur, la baie géminée présente saint Joachim et sainte Anne sur fond de feuilles de chêne et glands et le triptyque, le Christ en croix entre la Vierge et saint Jean. Dans la nef, chacune des succèdent : - les saints Georges et Victor sur fond de primevères, surmonté de saint Bernard, docteur , - saint Sigisbert et sainte Radegonde, sur fond de feuilles de chêne et glands, surmontés de saint Bonaventure, docteur, - sainte Germaine de Pibrac et la bienheureuse Thérèse de l'Enfant Jésus, sur fond de et Maurice, sur fond de primevères, surmontés de saint Thomas d'Aquin, - saint Louis et sainte Clotilde sur fond de feuilles de chêne et glands, surmontés de saint Anselme, confesseur, - les saintes Geneviève et Jeanne d'Arc sur fond de roses, surmontées de saint Hilaire, évêque.
    Description :
    de la brique en parement souligne les modénatures et confère une certaine originalité à cette église , sans référence historique précise. A l'intérieur, de part et d'autre de l'entrée, se trouvent l'espace du confessionnal avec l'escalier qui dessert la tribune et la chapelle des fonts baptismaux ; ces composite en bois peint, avec guirlandes de laurier, pommes de pin, frise d'oves et dards et croix au nimbe carré. Dans le chœur, octogonal, voûté, la lumière est apportée par deux baies géminées au nord et un part et d'autre de l'allée centrale, se comptent sept rangées de bancs en chêne sculpté, numérotés sur
    Auteur :
    [entrepreneur de maçonnerie] France-Lanord et Bichaton
    Aires d'études :
    Meurthe-et-Moselle
    Illustration :
    Verrière de la nef : sainte Germaine de Pibrac et la bienheureuse Thérèse de l'Enfant Jésus
  • Usine de la
    Usine de la "S.A. des Produits Chimiques et Soudières de la Meurthe", puis de Saint-Gobain, actuellement zone artisanale et lotissement concerté. Varangéville - rue d' Alsace - bâti lâche - Cadastre : 2016 AK 300, 303, 304, 306 2016 AL 67, 181
    Historique :
    l'édification de silos à soude (?) de 8000 m3, réalisées par l'entreprise France Lanord et Bichaton de Nancy l'entreprise France Lanord et Bichaton intervient de 1945 à 1949, au nombre de 5, les nouveaux fours produisent La "S.A. des Produits Chimiques et Soudières de la Meurthe" est formée à Nancy le 18 juin 1891 à l'instigation d'Edmond Guérin (1844-1932), administrateur des faïenceries de Lunéville, et d'un groupe d'industriels verriers du Nord-Est de la France. Elle a pour principal objet la fabrication de soude à l'aide du procédé Solvay à l'ammoniac et de dérivés sodiques. L'édification de la plupart des bâtiments intervient entre janvier 1892 et mars 1893 sous la direction de Paul Reclus (1858-1941), ingénieur de l'entreprise -Nord-Est (rue et impasse Pierre-Brossolette). L'ensemble de la fabrication s'articule autour d'un plan concession et de la saline d'Art-sur-Meurthe ; en 1908, elle procède à l'acquisition de l'emprise de de Saint-Gobain absorbe la "S.A. des Produits Chimiques et Soudières de la Meurthe". La Première
    Référence documentaire :
    Entreprise France-Lanord et Bichaton (...), références, Nancy, Impr. Thorax, 1967. bombardements (1914-1922) ; acquisitions de terrains et d'emprises diverses par la société de Saint-Gobain à 17-01-1901, p.1 [projet de fusion entre la société de Saint-Gobain et la S.A. des Soudières de la 7-02-1909, p. 325 [fusion avec la société de Saint-Gobain]. L'immeuble et la construction dans 11-05-1924 [édification d'une seconde cité ouvrière]. L'immeuble et la construction dans l'Est.
    Description :
    Bureau central et infirmerie : en rez de chaussée surélevé, encadrements de baies en béton armé surmontés de cintres en brique, enduit, croupe ; atelier de réparation et magasin industriel : brique peinte incendie ; cantine, puis bains-douches : baies avec écoinçons, harpes et appuis en pierre de taille calcaire, toit à longs pans, restauré ; bureau : chaînes et encadrements de baies jumelées en brique peinte saillie pour les fenêtres, filets de séparation des niveaux en brique, toit à longs pans et appentis , restaurée ; vestiges non identifiés 1 et 2 en bordure du canal : béton, brique.
    Auteur :
    [] France Lanord, et Bichaton
    Titre courant :
    Usine de la "S.A. des Produits Chimiques et Soudières de la Meurthe", puis de Saint-Gobain , actuellement zone artisanale et lotissement concerté.
    Appellations :
    S.A. des Produits Chimiques et Soudières de la Meurthe, puis de Saint-Gobain
    Illustration :
    (0945182 ; 6842032), bureau de direction et infirmerie (0945244 ; 6842020) ; au second plan, à gauche Atelier de réparation et magasin industriel (0945333 ; 6842000), élévation Sud-Ouest, ensemble Atelier de réparation et magasin industriel (0945333 ; 6842000), élévation Sud-Ouest, ensemble Atelier de réparation et magasin industriel (0945333 ; 6842000), élévation Sud-Ouest, ensemble Bureau central et infirmerie (0945244 ; 6842020), élévation Sud-Ouest, ensemble trois quarts gauche Bureau central et infirmerie (0945244 ; 6842020), élévation Sud-Ouest, ensemble trois quarts droit Limite Est de l'emprise de l'usine et canal, au premier plan, vue en direction de l'Ouest
  • Verrerie-cristallerie et faïencerie Gallé-Reinemer puis entreprise Emile Gallé puis établissement Gallé S.A, puis école spéciale de radioélectricité puis lycée technique professionnel privé et garage de réparation automobile
    Verrerie-cristallerie et faïencerie Gallé-Reinemer puis entreprise Emile Gallé puis établissement Gallé S.A, puis école spéciale de radioélectricité puis lycée technique professionnel privé et garage de réparation automobile Nancy - 82-86 boulevard Jean Jaurès 39 avenue de la Garenne 13-15 rue du Docteur Bernheim - en ville - Cadastre : 1972 BN 213-216, 249, 246
    Historique :
    mort d’Émile Gallé (1904), sa femme s'adresse à France-Lanord et Bichaton (concessionnaire du système confiée à l'architecte Henri Louis Antoine et à France-Lanord et Bichaton (sous-sol : stockage de bois nouvel atelier. 1926 : restructuration du magasin par France-Lanord et Bichaton et Henri-Victor Antoine -Reinenmer) pour s'installer dans la maison et atelier de décor qu'il a fait construire au 2, avenue de la , fait construire en 1884-1885 un atelier d'ébénisterie puis de faïencerie connu par une aquarelle et dont il ne subsiste qu'une travée (1 corps principal de 3 niveaux d'élévation, couvert en pavillon et flanqué de 2 ailes de 2 niveaux d'élévation couverte d'un toit à longs pans et terrasse ; ensemble en moellon enduit avec brique en alternance pour les encadrements et les chaînes d'angle). Émile Gallé y nouvelle verrerie Daum (four à 4 pots et 10 places par Marchand de Saint-Denis, halle de soufflage, atelier de décoration). En 1897 : modification de la salle d'exposition et mise en place de la porte en
    Représentations :
    Atelier de décoration : tige végétale et bouton floral. Salle d'exposition : mosaïque en tesselle
    Description :
    grille et comprenant en son centre un verger remplaçant l'ancien jardin. Atelier de décoration : sous -sol, rez-de-chaussée surélevé, 2 étages carrés, 4 travées, moellon enduit et brique pour les encadrements dans la partie édifiée en 1894, pierre de taille et brique émaillée dans l'accroissement de 1912 fonte de fer, sol en carreaux blanc et noir ou en mosaïque de tesselles de marbre de couleur.
    Auteur :
    [entrepreneur] France-Lanord et Bichaton
    Titre courant :
    Verrerie-cristallerie et faïencerie Gallé-Reinemer puis entreprise Emile Gallé puis établissement Gallé S.A, puis école spéciale de radioélectricité puis lycée technique professionnel privé et garage de
    Appellations :
    Gallé-Reinemer fabricant de cristaux et porcelaine
    Aires d'études :
    Nancy et périurbain
    Illustration :
    , industriel et commercial", 1894. IVR41_19855402423X
  • Usine de produits chimiques de la Société des Produits Chimiques de l'Est, puis Marcheville-Daguin et Cie, puis Rhône-Poulenc, actuellement Novacarb.
    Usine de produits chimiques de la Société des Produits Chimiques de l'Est, puis Marcheville-Daguin et Cie, puis Rhône-Poulenc, actuellement Novacarb. Laneuveville-devant-Nancy - La Madeleine - 34 rue Gilbert Bize - en écart - Cadastre : 2012 AL 1 à 3 2012 T 16, 17 partie Ouest du site comportant bassins de décantation et partie des sondages
    Historique :
    l'entreprise France Lanord et Bichaton, sous la direction de l'ingénieur Albert Droit (1846-1927), son premier l'entreprise France Lanord et Bichaton. Entre 1892 et 1946 (?) l'usine est exploitée sous la raison sociale Daguin et Cie, elle tire une partie de la saumure des champs d'exploitation par sondages (IA54002187) de , au même moment, l’absorption, par la soudière de l'emprise et des bâtiments de la saline Jacquemin . L'établissement des premiers sondages dans la concession de la Madeleine intervient entre 1889 et 1897 (puits 1, 2 : 094225;6842291;0942236;6842304;0942286;6842278;0942272;6842257), les puits no. 7 et 8 sont foncés en 1913 et 1914, no .10 en 1921. Les puits no. 7 à 26 sont établis en bordure Nord de la concession. La soudière est régulièrement modernisée et agrandie à partir de . Nouveaux agrandissements et reconstructions principalement intervenus en 1920-1921, 1925, 1927, de 1928 à 1930, en 1932-1933, 1945, 1958 et 1966. Une part importante de ces travaux a été effectuée par Marcheville-Daguin et Cie, puis passe dans le giron de la société Rhône-Poulenc. Vers 1990-1995, elle passe
    Référence documentaire :
    p. 8 Entreprise France Lanord et Bichaton, liste dactylographiée de références, 30 p., s.d. [entre ensemble de travaux éxécutés entre 1924 et 1933 par l'entreprise France lanord et Bichaton pour le Autorisation de voirie en bordure de la R.N. 4, travaux éxécutés par l'entreprise France Lanord et Lanord & Bichaton, 5 Quai Isabey, 5 - Nancy (Meurthe-et-Moselle),Principales références, ravaux publics Bichaton, pour le compte de la société Marcheville-Daguin et Cie, 5-06-1929. (...) SOUDIERES SALINES ET INDUSTRIE CHIMIQUES : Marcheville-Daguin et Cie (...), 1885-1931. France plan de la maison de direction et du jardin, droite HM 435 Plan d'alignement partiel bordure R.N. 4 (dossier improprement référencé "commune de Varangéville") : plans de la soudière et de la saline de Laneuveville et de leurs abords, 1/500e, par Lagore, géomètre du cadastre, 11-1884. aqueduc et conduite en fonte sous la route ; nouvelle entrée pour la maison de direction
    Description :
    1 (ancien embranchement de la saline Jacquemin) et par un port sur la canal de la Marne-au-Rhin. Il de 4 fours à chaux en brique cerclée de métal ; d'un bureau d'entreprise pourvu d'un étage carré et
    Auteur :
    [entrepreneur] France-Lanord et Bichaton
    Localisation :
    3 2012 T 16, 17 partie Ouest du site comportant bassins de décantation et partie des sondages
    Titre courant :
    et Cie, puis Rhône-Poulenc, actuellement Novacarb.
  • Magasin de commerce
    Magasin de commerce Nancy - 45 boulevard Lobau - en ville - Cadastre : 1972 AX 8
    Historique :
    Lanord et Bichaton, également auteur du gros-œuvre. A la même date cette entreprise construit d'après les par source). Le plancher et la terrasse en béton armé sont exécutés par l'entreprise nancéienne France
    Murs :
    brique et pierre à assises alternées
    Auteur :
    [entrepreneur] France-Lanord et Bichaton
    Aires d'études :
    Nancy et périurbain
  • Église paroissiale Sainte-Madeleine
    Église paroissiale Sainte-Madeleine Chazelles-sur-Albe - Grande Rue
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Meurthe-et-Moselle
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale orfèvrerie religieuse et mobilier religieux des églises de Meurthe-et-Moselle
    Historique :
    -ci a été reconstruite par l'entreprise France-Lanord et Bichaton, vraisemblablement sur les plans de
    Représentations :
    alpha et oméga Les verrières, non signées, sont illustrées de symboles : crâne d'Adam, Alpha et oméga
    Auteur :
    [entrepreneur de maçonnerie] France-Lanord et Bichaton
    Aires d'études :
    Meurthe-et-Moselle
  • Maison de médecin
    Maison de médecin Nancy - 16 rue Emile Gallé - en ville - Cadastre : 1972 BV 694
    Historique :
    en béton armé est exécuté par l'entreprise nancéienne France Lanord et Bichaton, concessionnaire du
    Auteur :
    [entrepreneur] France-Lanord et Bichaton
    Aires d'études :
    Nancy et périurbain
  • Église paroissiale Saint-Martin
    Église paroissiale Saint-Martin Igney - Grande Rue
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Meurthe-et-Moselle
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale orfèvrerie religieuse et mobilier religieux des églises de Meurthe-et-Moselle
    Historique :
    qui permit à l'architecte nancéien Lucien Lavocat de la reconstruire avec l'entreprise France-Lanord et Bichaton. L'édifice bombardé de nouveau en 1944, a été entièrement rebâti par l'architecte Jean -Roland Belin et livré au culte le 18 juin 1961.
    Représentations :
    de Nancy. Elles figurent les deux charités de saint Martin, Martin partageant son manteau et la Messe
    Description :
    hors œuvre sur le côté nord. L'église présente une nef de trois travées et un chœur polygonal ; sous la tribune sont répartis de part et d'autre du portail, les fonts baptismaux et le confessionnal. L'ensemble représente le titulaire de l'autel dont le nom est gravé sur la tranche de la table : "la Mère du Sauveur" et "saint Martin guérit un lépreux". Dans le chœur, une poutre et une croix, contemporaines de l'aménagement intérieur de l'édifice, accueillent les statues, en bois polychrome, de la Vierge, de saint Jean et du
    Auteur :
    [entrepreneur de maçonnerie] France-Lanord et Bichaton
    Aires d'études :
    Meurthe-et-Moselle
  • Immeuble Lombard
    Immeuble Lombard Nancy - 69 avenue Foch - en ville - Cadastre : 1972 CD 523
    Historique :
    nancéienne France Lanord et Bichaton, concessionnaire du système Hennebique, également auteur du gros-œuvre Immeuble de rapport construit entre 1902 et 1904 pour Jules Lombard, maître carrier à Cousances-les -Forges (55) (attribution par source) par Émile André (1871-1933), architecte à Nancy. La date et la
    Représentations :
    sujet : ornement végétal, support : grilles des vantaux de la porte cochère et de son imposte
    Description :
    haut et s'achèvent par une coursière rythmée par une colonnade au rythme alterné (colonne simple
    Auteur :
    [entrepreneur] France-Lanord et Bichaton
    Aires d'études :
    Nancy et périurbain
    Illustration :
    Façade sur rue, travées 2-3, niveaux 1-2, fenêtres et balcon. IVR41_19725401821X Façade sur rue, travées 2-3, niveaux 2-3, fenêtres et balcons. IVR41_19725401822X
  • Église Paroissiale Saint-Remy
    Église Paroissiale Saint-Remy Autrepierre - rue de l'Église
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Meurthe-et-Moselle
    Contributeur :
    Enqueteur Jacops Marie-France
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale orfèvrerie religieuse et mobilier religieux des églises de Meurthe-et-Moselle
    Historique :
    l'entreprise France-Lanord et Bichaton. Les verrières actuelles sont postérieures à la Seconde Guerre mondiale. réalisées entre 1876 et 1880, et une intervention eut lieu sur le clocher en 1885. L'abbé Joseph Masson Guerre mondiale, fut faite par l'architecte Lucien Lavocat et les travaux de restauration par
    Représentations :
    "Baptême de Clovis" et sainte Marguerite-Marie Alacoque "Incendie de l'Amour". Dans la nef, les verrières figurent l'Assomption, la Pentecôte, sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, la Sainte Famille et l’Adoration des un prophète de l'Ancien Testament, Marie-Madeleine aux pieds du Christ et une scène rassemblant le Christ, une femme et deux enfants. Inscriptions : 1346 EDIF. et 1866 DECORAB. Les quatorze stations du fronton où sont peints le chiffre de la station et son titre, sous une croix latine. La 14e station est
    Description :
    et bardeaux de grès rose marquant les étages. Le portail est composé de pilastres toscans, d'un entablement et d'une corniche saillante surmontée d'une croix. Six baies en plein cintre rythment la nef de reçu un décor peint daté de 1866. Dans le chœur, la coquille, surmontant l'armoire eucharistique, et sa porte en fer évoquent la Renaissance et permettent de dater l'ensemble de la première moitié du 16ème siècle. Le retable du maître-autel a été réalisé au cours de la première moitié du 18ème siècle et, comme ce mobilier. Des statuettes d'anges, en bois peint et verni, ont remplacé les sujets qui se trouvaient dans les niches du retable et du maître-autel, elles ont été sculptées par un membre de la famille de l'abbé Alphonse Dedenon (1865-1940), dans les années 1930. Les autels latéraux, en bois peint et
    Auteur :
    [entrepreneur de maçonnerie, menuisier-ébéniste] France-Lanord et Bichaton
    Aires d'études :
    Meurthe-et-Moselle
  • Église paroissiale Saint-Clément
    Église paroissiale Saint-Clément Amenoncourt - Grande Rue
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Meurthe-et-Moselle
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale orfèvrerie religieuse et mobilier religieux des églises de Meurthe-et-Moselle
    Historique :
    par l'entreprise France-Lanord et Bichaton; elle semble avoir été faite en moellons ou en béton enduit. d'origine a conservé le rez de chaussée et le 1er étage du 12e siècle; elle devint tour-clocher lors du , est de style gothique et la nef du 18e siècle. Après la Première Guerre mondiale, l'architecte Lucien
    Représentations :
    entouré d'un côté du général Foch, de soldats et d'une femme couronnée, de l'autre des villageois; la Sainte Cène, le Curé d'Ars. Dans la nef : la Bonne Mort, saint Clément, Jeanne d'Arc et saint Michel , sainte Cécile, Notre-Dame de Lourdes et l'Annonciation.
    Description :
    est éclairé par une baie centrale à trois lancettes et deux baies latérales opposées à la tour. Les -grange présente une nef de trois travées avec six baies. Les autels latéraux ont été supprimés et tronçonnée et transformée en ambon.
    Auteur :
    [] France-Lanord et Bichaton
    Aires d'études :
    Meurthe-et-Moselle
  • Église paroissiale Saint-Étienne
    Église paroissiale Saint-Étienne Verdenal - rue de la Cure
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Meurthe-et-Moselle
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale orfèvrerie religieuse et mobilier religieux des églises de Meurthe-et-Moselle
    Historique :
    réparations ont été effectuées par l'entreprise France-Lanord et Bichaton. Les verrières ont été créées en 1866 pour l'autel latéral sud, Goeury-Storay Blâmont en 1883 pour le maître-autel et en 1885 pour la
    Représentations :
    chœur figurent la vision de saint Étienne avant son martyre et sa lapidation. Dans la nef, chacune des fils", "Tes péchés te sont remis", "Venez à moi, vous tous qui peinez", "Je suis la Résurrection et la Christ en croix sur une nuée d'où émergent trois têtes d'angelots, entre le Vierge et saint Jean, situés
    Auteur :
    [entrepreneur de maçonnerie] France-Lanord et Bichaton
    Aires d'études :
    Meurthe-et-Moselle
  • immeuble Gillet-Lafond
    immeuble Gillet-Lafond Nancy - 6 rue Guerrier de Dumast - en ville - Cadastre : 1972 BY 90 2008 BY 90
    Historique :
    même année. Les entrepreneurs France-Lanord et Bichaton, spécialistes du béton armé, sont chargés du l'atelier de fabrication et l'entrepôt ainsi que quelques logements pour cadres des magasins Gillet-Lafond désagréable » (L'Immeuble et la construction dans l'Est, 27 mai 1923 et 10 août 1924). Il le qualifie
    Référence documentaire :
    27 mai 1923 L'immeuble et la construction dans l'Est, 20 avril 1920 L'immeuble et la construction 10 août 1924 L'immeuble et la construction dans l'Est L'immeuble et la construction dans l'Est
    Description :
    L'édifice, asymétrique à droite, comporte trois niveaux d'atelier, deux niveaux d'habitation et un étage de comble. La structure en béton armé, peinte en gris, est visible en façade et ménage de brique rouge formant un jeu de damiers, et surtout par l'’association de poteaux en béton et de poutres ouvrait sur les ateliers du rez-de-chaussée) et à l'escalier menant aux étages. La porte est encadrée par et traitement typiques de l’'Art déco).
    Auteur :
    [entrepreneur de maçonnerie] France-Lanord et Bichaton
    Illustration :
    Départ de l'escalier et ascenseur. IVR41_20185410240NUC4A Départ de l'escalier et ascenseur (porte ouverte). IVR41_20185410241NUC4A
  • poste transformateur de la compagnie lorraine d'électricité, actuellement parc de stationnement
    poste transformateur de la compagnie lorraine d'électricité, actuellement parc de stationnement Nancy - 4 rue Guerrier de Dumast - en ville - Cadastre : 1830 F6 1098, 1099 1865 F1 80, 81, 82 1972 BY 86 2008 BY 86
    Historique :
    stationnement : suppression de la porte cochère décentrée à droite et remplacement par un transformateur
    Référence documentaire :
    L'immeuble et la construction dans l'Est, 20 avril 1920 L'immeuble et la construction dans l'Est
    Description :
    percée de grandes baies encadrées de pilastres à chapiteaux cannelées et surmontée d'une corniche à
    Auteur :
    [entrepreneur] France-Lanord et Bichaton
  • Hôtel Lang ; Banque dite Société Nancéienne de Crédit Industriel et de Dépôts
    Hôtel Lang ; Banque dite Société Nancéienne de Crédit Industriel et de Dépôts Nancy - 4 place André Maginot Victor Poirel - en ville - Cadastre : 1972 BY 286
    Historique :
    . Les planchers en béton armé sont exécutés par l'entreprise nancéienne France Lanord Bichaton de bâtiment sur la place Maginot et par travaux historiques). La ferronnerie de la rampe d'escalier est réalisée par Frédéric Schertzer (1845-1929), ingénieur civil et entrepreneur de charpente Nancy (attributions par sources et travaux historiques). Pour la deuxième campagne de 1906 (daté par source), Joseph Hornecker, architecte à Nancy, réalise un agrandissement rue Victor Poirel et réaménage l'hôtel particulier pour le transformer en banque. Les travaux commencent en 1907 et s'achèvent en 1909 cour de l' hôtel qui reçoit les coffres et les guichets, les bureaux sont construits dans un corps de Joseph Hornecker est sollicité pour une troisième et ultime campagne qui se déroulera de 1924 à 1925. Le hall de la première campagne est détruit en 1964-1965 (attributions par source et travaux historiques).
    Représentations :
    ; sujet : feuillages et fleurs, support : baies ; sujet : chardon, support : vantaux de la porte cochère l'ancien hôtel et de la 2ème campagne ; sujet : ornement végétal, support : fenêtres et corniche de
    Auteur :
    [entrepreneur] France Lanord, et Bichaton
    Titre courant :
    Hôtel Lang ; Banque dite Société Nancéienne de Crédit Industriel et de Dépôts
    Appellations :
    Banque dite Société Nancéienne de Crédit Industriel et de Dépôts
    Aires d'études :
    Nancy et périurbain
1 2 3 4 47 Suivant