Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 73 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • puits
    puits Attigny - Château (Le) - route de Darney - en village - Cadastre : 2017 A 307
    Historique :
    fief par Stanislas en 1753 en faveur de Gabriel de Bourgogne. (sources : Lepage, Henri et Charton portée, relevée sur un puits dans les Vosges. Cette date correspond à la période de construction de la demeure bourgeoise, sur un site antérieur dont il reste le mur de clôture. Attigny est en effet, érigé en
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    "1734" sculptée dans un cartouche sur la face antérieure de la margelle.Un léger glacis marque la base de la margelle. Une superstructure en fer surmontait le puits, mais il n'en reste que des vestiges.
    Auteur :
    [commanditaire] Gabriel de Bourgogne
    Localisation :
    Attigny - Château (Le) - route de Darney - en village - Cadastre : 2017 A 307
    Illustration :
    Puits du chateau d'Attigny, vue de détail de la date portée et d'un repose sceau
  • maison de Gabrielle de Bouzey
    maison de Gabrielle de Bouzey Nancy - 9 place du Colonel Fabien - en ville - Cadastre : 1830 G 356 1865 G 632, 633, 634, 637 1972 AN 83 2008 AN 83
    Copyrights :
    (c) Ville de Nancy
    Historique :
    du couvent), et mise en location par elles à partir de 1749 et à vie, à la comtesse Gabrielle de Maison reconstruite pour les religieuses du couvent de dominicaines, mitoyen, dans le 2e quart du 18e siècle (probablement entre 1738 et 1748 : période non couverte par les livres de compte conservés Bouzey. Elle se situe à droite de la porte charretière qui donnait accès à la basse-cour du couvent. En 2). La menuiserie de la porte piétonne date de la première moitié du 19e siècle. Le bâtiment est protégé à deux titres ; d'une part il se situe dans le secteur sauvegardé de la ville (3/04/1996) et d'autre part il constitue un élément de la place du colonel Fabien : site urbain inscrit (DIREN 17/09/1947).
    Description :
    Maison à 4 travées percée de fenêtres à linteau segmentaire délardé et chambranle en bandeau à ressauts et crossettes. Les fenêtres du rez-de-chaussée sont protégées par des grilles de défense à tombeau par un petit perron de deux marches, la menuiserie bois à panneau inférieur en pointe de diamant est surmontée d'une imposte vitrée dont les petits bois forment un motif de losanges entrecroisés. Le portail décentré à gauche qui donnait accès à la basse-cour du couvent, est surmonté d'un linteau à arc en anse de
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Auteur :
    [habitant célèbre] Bouzey, comtesse de Gabrielle
    Titre courant :
    maison de Gabrielle de Bouzey
    Illustration :
    Vue de situation. IVR41_20155412111NUC4A
  • Ancienne caserne dite Pavillon de Bourgogne, puis hospice civil, actuellement logements
    Ancienne caserne dite Pavillon de Bourgogne, puis hospice civil, actuellement logements Marsal - 4 rue de la Plaisance - en village - Cadastre : 1828 G 172, 173 1988 2 88
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Moselle
    Historique :
    Cette ancienne caserne de type Vauban, dite de la Porte de Bourgogne, a été construite à la même époque que les casernes de la porte de France, c'est-à-dire vers 1666, peu après la prise de la place (cf un grenier, et sert au 18e siècle de logement d'officiers. Désaffectée à l'époque révolutionnaire , elle devient, après un décret impérial du 5 avril 1813, le siège de l'hospice civil suite à un échange avec l'armée qui transforme l'ancien hospice, situé à l'angle des rues du Gouvernement et de l'Arsenal (1828 G 82, 1988 2 14), en magasin d'artillerie. C'est à cette époque, que le nouvel hospice est doté de mairie). En 1889, elle est transformée en école de filles. Restauré il y a quelques années pour devenir un immeuble de logements sociaux, le bâtiment a conservé toutes ses façades intactes, de même qu'une partie de ses structures intérieures (cages d'escalier)
    Murs :
    grès moellon sans chaîne en pierre de taille enduit
    Description :
    Certains linteaux sont en bois. Une des portes de la façade antérieure est sculptée. Dans la cour , se trouvent des communs en pan de bois, avec une fontaine adossée en grès.
    Auteur :
    [ingénieur militaire] Vauban Sébastien Le Prestre de
    Localisation :
    Marsal - 4 rue de la Plaisance - en village - Cadastre : 1828 G 172, 173 1988 2 88
    dc_bd328de7-2499-495c-8dc3-ea1c52cbe413_0 :
    {import cindoc=NAT2}{lot=0056}{publication MCC=versé 2016/02/09 EP}{Illustration=Pas de photo
    Titre courant :
    Ancienne caserne dite Pavillon de Bourgogne, puis hospice civil, actuellement logements
    Appellations :
    dite Pavillon de Bourgogne
  • ensemble de 2 dalles funéraires : dalle funéraire (n° 1) d'Antoine Gabriel de Manessy et de Pierre Doré ; dalle funéraire (n °2) de Dominique Chaput
    ensemble de 2 dalles funéraires : dalle funéraire (n° 1) d'Antoine Gabriel de Manessy et de Pierre Doré ; dalle funéraire (n °2) de Dominique Chaput Nancy - rue Saint-Dizier
    Inscriptions & marques :
    soutiens/Antoine Gabriel de Manessy /chanoine de la cathédrale de Toul/ mort le 7 décembre 1802, à l’âge de dalle n° 1 : D.O.M. /Ici sont déposés les restes mortels/ de deux prêtres de pieuse mémoire/dont le premier comme supérieur/ le second comme directeur/furent pour cette congrégation/de solides et précieux 62 ans/Pierre Doré, vénérable jésuite/mort le 22 mai 1816, à l’âge de 83 ans/l’'un et l’'autre doux et humbles de cœoeur/éprouvant l’'ardeur et respirant l’'aménité/de la piété chrétienne/allumant dans benedictione ; dalle n° 2 : D.O.M. /ici, près de l’'autel/où il offrait l’'adorable victime/est inhumé Dominique Chaput /chanoine honoraire de Nancy /supérieur des soeœurs de la Doctrine chrétienne /restaurateur et père de la congrégation / prêtre selon le cœoeur de Dieu/humble, mortifié, laborieux, désintéressé /tout au bien et à son ministère/il exécuta modestement et sans éclat/de nombreuses et d’'utiles entreprises/ plein de mérites et de bonnes œoeuvres/il rendit à Dieu sa belle âme/ le 12 août 1827, à l’'âge
    Historique :
    Doctrine chrétienne (statuts de 1803). La dalle n° 1 est celle d'Antoine Gabriel de Manessy (1740-1802 Ensemble de 2 dalles funéraires de trois ecclésiastiques. Anciens supérieurs et directeur de la congrégation de la Doctrine chrétienne, ils eurent chacun un rôle important dans la réorganisation de la communauté des soeurs Vatelotes qui, au début du 19e siècle, devient officiellement la congrégation de la ) supérieur de 1792 à 1802, date de sa mort, et chanoine de la cathédrale de Toul (1780) ainsi que celle de Pierre Doré (1733-1816) directeur spirituel, formateur et prédicateur auprès des soeurs de la Doctrine . La dalle n° 2 est celle de Dominique Chaput (1747-1827), supérieur de 1803 à 1827, date de sa mort , et chanoine honoraire du chapitre de Nancy (1802).
    Description :
    Ensemble de 2 dalles funéraires de plan ovale en ardoise gravée d'une épitaphe et d'une croix
    Titre courant :
    ensemble de 2 dalles funéraires : dalle funéraire (n° 1) d'Antoine Gabriel de Manessy et de Pierre Doré ; dalle funéraire (n °2) de Dominique Chaput
    Catégories :
    taille de pierre
    Illustration :
    Dalle n° 1 d'Antoine Gabriel de Manessy et de Pierre Doré. IVR41_20135412272NUC2A Dalle funéraire (n °2) de Dominique Chaput. IVR41_20135412271NUC2A
  • ensemble de 3 sauvegardes avec l'image du Sacré-Coeur
    ensemble de 3 sauvegardes avec l'image du Sacré-Coeur Allain - rue Etienne Olry - en village
    Copyrights :
    (c) Conseil général de la Meurthe-et-Moselle
    Inscriptions & marques :
    , MISERICORDE DIVINE INCARNEE DANS LE SACRE COEUR DE JESUS COUVREZ LE MONDE REPANDEZ VOUS SUR NOUS ; transcription N°2 : ARRETE ! LE COEUR DE JESUS EST LA ! QUE VOTRE REGNE ARRIVE ! 100 JOURS D'INDULCES CHAQUE FOIS. PIE IX 14 JUIN 1877 ; transcription N°3 : ARRETE ! LE COEUR DE JESUS EST LA ! QUE VOTRE REGNE
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale mobilier religieux de Meurthe-et-Moselle
    Historique :
    Sauvegardes de la 1ère moitié du 20e siècle diffusées par le couvent de la Visitation-Sainte-Marie de Paray-le-Monial (71).
    Précision dénomination :
    image de piété
    Dénominations :
    image de commémoration
    Représentations :
    Image du coeur enflammé de Jésus, coeur saignant avec la couronne d'épines, surmonté d'une croix.
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Bourgogne, 71, Paray-le-Monial
    Titre courant :
    ensemble de 3 sauvegardes avec l'image du Sacré-Coeur
    Illustration :
    ensemble de 3 sauvegardes avec l'image du Sacré-Coeur ; vue d'ensemble IVR41_20135432354NUC2A
  • Croix de chemin
    Croix de chemin Vic-sur-Seille - butte du prieuré saint-Christophe ? - route de Salonnes route de Morville-les-Vic - isolé - Cadastre : 2011 17 425
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Moselle
    Contributeur :
    Stiller Gabriel
    Historique :
    Cette grande croix située au-delà de la porte de Metz, au croisement des routes de Salonnes et Morville-les-Vic, a été érigée en 1872 par Laurent aîné de Nancy sur une sorte de motte correspondant peut rasé par l'évêque Thierry de Boppard en 1381. Son inscription "Réparée en 1572, refaite en 1872, o crux ave spes unica" fait référence à une ancienne croix connue sous le nom de "belle croix" qui avait été élevée en 1572 au même endroit et qui fut détruite à la Révolution. Il subsistait de cette première croix une tête de Christ qui disparut à son tour entre 1914 et 1918.
    Référence documentaire :
    Guerbeur (Fabrice), Les croix dans le Saulnois, témoins de la dévotion populaire, In [Exposition . Vic-sur-Seille, Musée Georges de La Tour. 2004]. Art sacré & Patrimoine. 2004 Guerbeur (Fabrice), Les croix dans le Saulnois, témoins de la dévotion populaire, In Art sacré & Patrimoine, Exposition. Vic -sur-Seille, Musée Georges de La Tour. 2004.
    Dénominations :
    croix de chemin
    Représentations :
    le fût de plan octogonal porte un décor d'inspiration néo-classique avec ailerons, chutes de
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Grande croix en calcaire taillé et mouluré, de près de 7 m de hauteur, portant une plaque de marbre et entourée d'une grille en fonte de fer
    Auteur :
    [tailleur de pierre] Laurent aîné
    Localisation :
    Vic-sur-Seille - butte du prieuré saint-Christophe ? - route de Salonnes route de Morville-les-Vic
    dc_bd328de7-2499-495c-8dc3-ea1c52cbe413_0 :
    {import cindoc=NAT2}{lot=0056}{publication MCC=versé 2016/02/09 EP}{Illustration=Pas de photo
    Titre courant :
    Croix de chemin
  • Croix de chemin, dite de la Bonne-Fontaine
    Croix de chemin, dite de la Bonne-Fontaine Vic-sur-Seille - C. V. n° 2 vers Salival - en village - Cadastre : 1988 4 93
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Moselle
    Contributeur :
    Stiller Gabriel
    Historique :
    Cette croix de chemin, située à la sortie du village, au-delà de la porte de Salival, à proximité de la Bonne-Fontaine (cf IA57000434) est datée par J. P. Kirsch de 1625. Son croisillon à volutes rappelle fortement, bien que traité de façon plus rustique, celui de la croix dite des pestiférés , conservée dans l'église paroissiale Saint-Marien (cf IP5700530) et datée par Kirsch de 1635.
    Référence documentaire :
    Guerbeur (Fabrice), Les croix dans le Saulnois, témoins de la dévotion populaire, In [Exposition . Vic-sur-Seille, Musée Georges de La Tour. 2004]. Art sacré & Patrimoine. 2004 Guerbeur (Fabrice), Les croix dans le Saulnois, témoins de la dévotion populaire, In Art sacré & Patrimoine, Exposition. Vic -sur-Seille, Musée Georges de La Tour. 2004. p. 106 Decomps Claire et Gloc Marie, Le canton de Vic-sur-Seille, entre Seille et Madon, Images du Patrimoine, Paris, 2011 DECOMPS (Claire) et GLOC (Marie), Le canton de Vic-sur-Seille, entre Seille et Madon
    Dénominations :
    croix de chemin
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Croix d'environ 2,8 m de hauteur ; le socle, curieusement percé de trous, semble incomplet.
    Typologies :
    fût en colonne de section polygonale
    dc_bd328de7-2499-495c-8dc3-ea1c52cbe413_0 :
    {import cindoc=NAT2}{lot=0056}{publication MCC=versé 2016/02/09 EP}{Illustration=Pas de photo
    Titre courant :
    Croix de chemin, dite de la Bonne-Fontaine
    Appellations :
    dite de la Bonne-Fontaine
  • ensemble calice et patène avec boîte de calice
    ensemble calice et patène avec boîte de calice Aboncourt - rue Haute - en village
    Copyrights :
    (c) Conseil général de la Meurthe-et-Moselle
    Inscriptions & marques :
    GABRIELLE PERNOT EN SOUVENIR DE MME RAOULT-LERBIER NOEL 1949 poinçon de maître poinçon de maître : les initiales MH séparées par une croix de Lorraine dans un losange horizontal séparées par une croix de Lorraine dans un rectangle, marque sous le pied ; transcription : DON DE
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale orfèvrerie religieuse de Meurthe-et-Moselle
    Historique :
    l'église en souvenir de Mme Raoult-Lerbier par Gabrielle Pernot à Noël 1949. Le calice a été consacré par l'évêque de Nancy comme l'atteste le certificat de consécration, daté du 6 décembre 1949, conservé dans la boîte de rangement.
    Dénominations :
    boîte de calice
    Représentations :
    Pied et tige sont d'un seul tenant. Des épis de blé en fort relief ceinturent le noeud. La patène
    Description :
    Ensemble calice et patène avec boîte de rangement en bois. La patène et la coupe du calice sont en argent doré. Le décor de la patène est gravé.
    Auteur :
    [donateur] Pernot Gabrielle
    Titre courant :
    ensemble calice et patène avec boîte de calice
    Dimension :
    h = 16 ; d = 12,4 ; dimensions du calice ; diamètre de la patène : d = 14,4 ; hauteur boîte : h
    Illustration :
    ensemble calice et patène avec boîte de calice ; vue d'ensemble IVR41_20135432338NUC2A ensemble calice et patène avec boîte de calice ; détail IVR41_20135432339NUC2A ensemble calice et patène avec boîte de calice ; détail IVR41_20135432340NUC2A
  • croix de chemin
    croix de chemin Foulcrey - - chemin de Haute Seille - isolé - Cadastre :
    Inscriptions & marques :
    Cette croix a été posée par Rémi Jambois l'ainé et Gabrielle Mansuit son épouse en mémoire de la mort de N. Seg. et le repos des âmes de leurs parents défunts. Le 6 mars 1809. Requiescant
    Historique :
    Croix érigée par Rémi Jambois et son épouse pour le repos de l'âme de leurs parents.
    Matériaux :
    fonte de fer
    Référence documentaire :
    Croix et calvaires. Canton de Rechicourt-le-Château Daniel Bollinger, Danièle Gérard, Didier Thiry . Croix et calvaires. Canton de Rechicourt-le-Château. dir. Albert Schoeb. [Sarrebourg] : Société d'histoire et d'archéologie de Lorraine-Section de Sarrebourg, 1993. - 110 p. : ill., cartes ; 30 cm
    Dénominations :
    croix de chemin
    Description :
    gravée, un fût rectangulaire de base élargie sommé d'une croix latine portant un Christ en croix en fonte.
    Localisation :
    Foulcrey - - chemin de Haute Seille - isolé - Cadastre :
    Titre courant :
    croix de chemin
    Illustration :
    Croix de chemin, ensemble face. IVR41_20145711434NUC4A Croix de chemin, ensemble face. IVR41_20145711435NUC4A Croix de chemin, ensemble face. IVR41_20145711436NUC4A
  • Bandelette de Torah (mappah) n° 5
    Bandelette de Torah (mappah) n° 5 Bouzonville - 2 rue des Bénédictins 19 rue des Résistants - en ville - Cadastre :
    Inscriptions & marques :
    Inscription en hébreu : « Gabriel fils de Pinhas, C[ohen] Ts[adiq], né le 16 Marhesvan 697 D[u] P » / sur le rouleau de Torah : Genèse, 12, 1-10 / sous la Houppah : « Voix de joie et voix d’Allégresse la Voix du Fiancé et la Voix de la Fiancée » (extrait d'un cantique chnaté lors du mariage) Inscription en français : « Gabriel Cahen, né le 1er nov 1936 à Metz »
    Historique :
    Cette mappah de belle facture a été réalisée pour Gabriel Cahen, né le 1er novembre 1936 à Metz.
    Dénominations :
    bandelette de Torah
    Représentations :
    étoile de David Chandelier à 7 branches du temple de Jérusalem, mains de cohen (prêtre, descendant d'Aaron), étoile de David, signe du scorpion, rouleau de Torah, Houppah, drapeau français, fleurs, lierre
    Statut :
    propriété d'un établissement public Consistoire israélite de la Moselle
    Description :
    Cette mappah se distingue par la qualité de son décor : chandelier à 7 branches (ménorah), mains bénissantes de cohen (descendant du grand prêtre Aaron), dais de mariage (houppah), et surtout rouleaux de la Torah portant un long extrait de la parashah de la semaine, section de la Torah lue à la synagogue (Genèse, 12 1-10). On notera aussi la présence du signe zodiacal de l’enfant et celle conjointe d'un drapeau français et d'une étoile de David aux couleurs du futur état israélien. On remarquera enfin que l'inscription ne couvre pas la totalité de la bandelette.
    Titre courant :
    Bandelette de Torah (mappah) n° 5
    Illustration :
    Détail du nom de l'enfant. IVR41_20075730005NUC2A Détail de la date. IVR41_20075730006NUC2A Détail du rouleau de Torah avec un extrait de la parashah de la semaine (Genèse, 12, 1-10 Détail de la bénédiction. IVR41_20075730008NUC2A
  • Croix de chemin
    Croix de chemin Rettel - Grund - chemin de Koenigsberg - isolé
    Historique :
    Croix érigée pour Gabriel et Catharina Betenburger en 1826 (date portée) et remontée sur un socle
    Dénominations :
    croix de chemin
    Localisation :
    Rettel - Grund - chemin de Koenigsberg - isolé
    Titre courant :
    Croix de chemin
  • Usine de produits chimiques et saline Solvay
    Usine de produits chimiques et saline Solvay Dombasle-sur-Meurthe - 2 rue Gabriel Péri - en ville - Cadastre : 2019 A 15, 1699 Bordure Nord canal : réservoirs et fours à chaux. 2019 F 1246, 1252, 1526, 1528, 1529, 1801 à 1804 Bordure Sud canal : soudière et saline.
    Historique :
    bordure Sud du canal ; le mur de clôture longeant l'actuelle rue Gabriel Péri est édifié en 1901 La société Solvay de Couillet (Belgique) forme, dans les premiers mois de l'année 1872, le projet d'installer une usine à Varangéville-Dombasle. Son édification débute en juin 1873, sous la direction de procédé de fabrication de la soude à partir de l'ammoniaque. P Hanrez assurera la direction des établissements de Dombasle jusqu'en 1899 (?). Achevée en 1874, l'usine commence sa production en octobre de la même année. Des agrandissements sont opérés en 1882, un bâtiment à usage de bureaux d'entreprise est édifié en 1883, sur les plans de l'architecte nancéien Ferdinand Genay (1846-1909). Une importante campagne d'agrandissement et de reconstruction intervient entre 1887 et 1894, elle comporte la réalisation de la plus grande partie des bâtiments encore visible actuellement, entre la voie ferrée et la . Antérieurement une batterie de fours à chaux est établie en bordure Nord du canal, elle semble avoir comporté
    Référence documentaire :
    Autorisations de voirie bordure R.N. 4 : Solvay et Cie, plan des bâtiments en cours d'édification Plan d'ensemble, 1/1000e, 08-1893 ; plan de détail (bordure Sud canal), 1/100e, 17-08-1893 ; établissement d'une passerelle sur la canal, 1891 Canal de la Marne-au-Rhin : autorisations de voirie en bordure plans divers relatifs à l'édification de bâtiments (1882-1901). Autorisations de voirie en bordure de la R.N. 4 : Ets. Solvay établissement d'une ligne 4000 V, 50 hz depuis l'usine et la station de Dombasle vers les sondages de Haraucourt, Crévic et Flainval (1907). Autorisations de voirie en bordure de la .N. 4 concessions de Haraucourt et Flainval : état des sondages en 1922 avec date de leur mise en service , profondeur, entreprise les ayant effectués ; demande de fonçage d'un puits pour exploitation de sel gemme dans la concession de Flainval (1901-1903). Sondages de la société Solvay.
    Précision dénomination :
    usine de dérivés sodiques
    Dénominations :
    usine de produits chimiques
    Description :
    Site industriel desservi par embranchements ferroviaires à la ligne Paris-Strasbourg et canal de la
    Auteur :
    [ingénieur de l'entreprise, ingénieur civil] Hanrez Prosper, Auguste [entrepreneur] Lefevre Frères (entreprise de sondage)
    Localisation :
    Dombasle-sur-Meurthe - 2 rue Gabriel Péri - en ville - Cadastre : 2019 A 15, 1699 Bordure Nord Varangéville - rue Gabriel Péri - en ville - Cadastre : 2019 AM 4, 9, 86 à 90, 139, 148 à 150, 155 , 156 Partie Nord-Ouest de l'usine (saline et soudière), de part et d'autre de la voie ferrée Paris à 93 Partie Sud-Est de l'usine (saline et partie de la soudière), de part et d'autre de la voie
    Titre courant :
    Usine de produits chimiques et saline Solvay
    Aires d'études :
    Saint-Nicolas-de-Port
  • reliquaire de la Bienheureuse Bernadette Soubirous
    reliquaire de la Bienheureuse Bernadette Soubirous Allain - rue Etienne Olry - en village
    Copyrights :
    (c) Conseil général de la Meurthe-et-Moselle
    Inscriptions & marques :
    transcription : ETOFFE AYANT TOUCHE A LA BIENHEUREUSE BERNADETTE SOUBIROUS, MAISON DES SOEURS DE LA CHARITE DE NEVERS DIEU SEUL
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale mobilier religieux de Meurthe-et-Moselle
    Historique :
    Série de reliques représentatives de la Bienheureuse Bernadette Soubirous fabriquées entre le 14 juin 1925, date de la béatification et le 8 décembre 1933, date de la canonisation de la sainte, par les religieuses de la maison mère des Soeurs de la Charité à Nevers où Bernadette Soubirous finit ses
    Description :
    Relique représentative de la Bienheureuse Bernadette Soubirous sous enveloppe scellée de petites dimensions. Sur une face, l'étiquette imprimée définit la nature de cette relique secondaire, sur l'autre l'étiquette indique le couvent qui fabriqua ces objets de dévotion.
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Bourgogne, 58, Nevers
    Titre courant :
    reliquaire de la Bienheureuse Bernadette Soubirous
    Appellations :
    de la Bienheureuse Bernadette Soubirous
    Illustration :
    reliquaire de la Bienheureuse Bernadette Soubirous ; vue d'ensemble IVR41_20135432369NUC2A
  • Fontaine, dite de la Bonne-Fontaine
    Fontaine, dite de la Bonne-Fontaine Vic-sur-Seille - C. V. n° 2 vers Salival - en village - Cadastre : 1988 4 93
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Moselle
    Contributeur :
    Stiller Gabriel
    Historique :
    de diverses réparations au 18e siècle (délibérations de la ville). On sait par ailleurs qu'en 1770 une personne, spécialement chargée de l'entretien des fontaines de la commune, était logée au corps de garde de la "Bonne-Fontaine".
    Référence documentaire :
    p. 152 Decomps Claire et Gloc Marie, Le canton de Vic-sur-Seille, entre Seille et Madon, Images du Patrimoine, Paris, 2011 DECOMPS (Claire) et GLOC (Marie), Le canton de Vic-sur-Seille, entre Seille et Madon
    Représentations :
    La couverture est surmontée d'un vase de fleurs
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    grès pierre de taille
    Description :
    Edicule d'environ 4 m de haut, de plan octogonal, construit avec un bel appareil en grès et couvert d'une sorte de dôme dans le même matériau. La fontaine qui possède encore une pompe en fer est bordée
    dc_bd328de7-2499-495c-8dc3-ea1c52cbe413_0 :
    {import cindoc=NAT2}{lot=0056}{publication MCC=versé 2016/02/09 EP}{Illustration=Pas de photo
    Titre courant :
    Fontaine, dite de la Bonne-Fontaine
  • Ensemble des verrières de la nef
    Ensemble des verrières de la nef Corcieux - place des Martyrs - en village - Cadastre : 2015 AC 6
    Copyrights :
    (c) Commune de Corcieux
    Inscriptions & marques :
    La verrière du tympan de la porte latérale porte l'inscription : "Loire Chartres 1957"
    Historique :
    verrières de la chapelle, réalisées par l'atelier Gabriel Loire de Chartres sur des cartons de François Ensemble composé des 24 verrières latérales de la nef, du tympan de la porte latérale et des 4
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    L'ensemble des verrières portent un décor géométrique coloré, à l’exclusion de 5 verrières des baies latérales qui symbolisent les litanies de la Vierge : tour d'ivoire, vase d’honneur, reine des
    Auteur :
    [verrier] Loire Gabriel
    Titre courant :
    Ensemble des verrières de la nef
    Illustration :
    Elévation latérale gauche de la nef. IVR41_20168810016NUC4A Elévation latérale droite de la nef. IVR41_20168810017NUC4A Verrière des litanies de la Vierge : La tour d'ivoire. IVR41_20168810020NUC4A Verrière des litanies de la Vierge : le vase d'honneur. IVR41_20168810021NUC4A Verrière des litanies de la Vierge : la reine des anges. IVR41_20168810022NUC4A Verrière des litanies de la Vierge : la rose mystique. IVR41_20168810023NUC4A Verrière des litanies de la Vierge : l'étoile du matin. IVR41_20168810024NUC4A Verrière de la porte latérale. IVR41_20168810018NUC4A Verrière de la porte latérale : détail de la signature du verrier. IVR41_20168810019NUC4A Carton de François Bertrand pour les vitraux de la chapelle. IVR41_20168833342NUC4A
  • abbaye de bénédictins Saint-Clément puis collège de Jésuites actuellement hôtel de région
    abbaye de bénédictins Saint-Clément puis collège de Jésuites actuellement hôtel de région Metz - quartier Pontiffroy - place Gabriel Hocquard place Saint-Clément - en ville - Cadastre : 2009 07 303, 359, 361, 418, 423, 424, 425
    Genre :
    de bénédictins
    Historique :
    Abbaye Saint-Clément construite à partir de 1669 sous l'abbatiat de François Reynel (1662-1678) à l'emplacement de l'ancienne abbaye construite entre 1565 et 1567, entièrement disparue. Les travaux commencent par le cloître, ils sont interrompus à de multiples reprises et ne se terminent qu'en 1737 par le portail de l'église conventuelle. Les travaux sont menés par les architectes Jean Spinga (1641-1724) puis Lapierre (1660-1715) (on ne connait pas précisément la part de chacun), le tailleur de pierre Pierre Le d'un cloître (disposition connu par un plan de 1790 conservé à la médiathèque de Metz) : le corps nord abritait le réfectoire et la salle du chapitre au rez-de-chaussée, les chambres des moines et l'appartement . L'entrée de l'abbaye se faisait au nord, par un portail (détruit dans les années 1980) ouvrant sur le parvis de l'église. La façade principale (ouest) donnait sur un jardin (non documenté) par un escalier droit à une volée double (montées convergentes) ; elle était encadrée de deux pavillons en avancée (le
    Référence documentaire :
    Mémoire sur le local, la forme et l'état actuel des bâtiments de la maison des Bénédictins de St
    Précisions sur la protection :
    église en totalité ; façades et toitures de l' ensemble des bâtiments conventuels ; escalier novembre 1972 ; ancienne chapelle (de la Congrégation) avec son décor (cad. 7 418/88) : classement par
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    L'ensemble des bâtiments est disposé autour de deux cours, à l'est de l'église (IA57002095). La (IA57002097) ; la galerie est vient se loger entre les culées des contreforts de l'église ; la galerie nord a gardé son élévation d'origine, à un étage couvert de tuiles creuses, les 2 autres galeries sont à 2 seconde cour dite cour du parloir, de plan rectangulaire ; le corps sud dont le rez-de-chaussée est occupé par une chapelle (chapelle de la Congrégation) est à 3 niveaux d'élévation : le rez-de-chaussée (dont laquelle s'insèrent les 5 baies de la chapelle (baies composées de 2 formes en plein cintre surmontées d'un tympan à jour et encadrées de fines colonnettes aux chapiteaux à crochets). Les façades sont toutes soulignées par des bandeaux moulurés au niveau des assises de baies, par des corniches en pierre et des chaînes d'angle. La composition de la façade principale (ouest), qui compte 24 travées, n'est pas homogène niveaux. Les baies permettent de distinguer plusieurs campagnes de travaux ; milieu 19e siècle : baies en
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [tailleur de pierre] Le Moyne Pierre [maître de l'oeuvre] Lauras Mathieu
    Localisation :
    Metz - quartier Pontiffroy - place Gabriel Hocquard place Saint-Clément - en ville - Cadastre
    Titre courant :
    abbaye de bénédictins Saint-Clément puis collège de Jésuites actuellement hôtel de région
    Destinations :
    collège de Jésuites hôtel de région
    Illustration :
    Plan schématique portant la dénomination des divers corps de bâtiments. IVR41_20095711298NUDA municipales de Metz) et du plan actuel. IVR41_20095710804NUDA Schéma de datation des bâtiments (à partir du plan cadastral). IVR41_20095710803NUDA Schéma de datation des bâtiments. IVR41_20095710802NUDA Restitution en perspective de l'ensemble des bâtiments, état n° 1 : 1737-1855 Restitution en perspective de l'ensemble des bâtiments, état n° 2 : 1857-1932 Restitution en perspective de l'ensemble des bâtiments, état n° 3 : 1932-1966 Restitution en perspective de l'ensemble des bâtiments, état n° 4 : après l'incendie de 1966 Restitution en perspective de l'ensemble des bâtiments, état actuel. IVR41_20095710776NUDA Plan de situation de l'abbaye (lettres portées de A à H) dans le 3e quart du 18e siècle, détail
  • Maisons, fermes de la commune de Richeval
    Maisons, fermes de la commune de Richeval Richeval - en village - Cadastre :
    Historique :
    « des produits des manufactures de fayence dans la Bourgogne et dans les provinces les plus reculées de Le patrimoine bâti de la commune de Richeval est composé de fermes des 18e et 19e siècles et de fermes de la Seconde reconstruction édifiées sur les crédits des dommages de guerre à neuf ou restaurées à droite de la route, de laquelle on remarque la rapidité des coteaux qui sont considérables (...)". Il y avait un relais de poste au chevaux le long de la route de Nany à Blâmont. Le hameau de la Haie des Allemands avait, au 18e et 19e siècle, bâtiments, fermes et maisons de manouvriers dont les hameau de la Haie-des-Allemands qui comptait encore 61 habitants en 1836, avait pour activité l’export
    Référence documentaire :
    où elles passent, même de ceux qu'ont peut apercevoir ; des notes curieuses sur les chaînes des montagnes qu'on rencontre. enrichi de cartes topographiques, dont les routes sont distinguées par une
    Murs :
    ciment parpaing de béton
    Description :
    La population de Richeval était de 307 individus pour 62 habitations en 1838. En 2019 la population est de 136 pour 57 logements. Ces logements se composent de 52 résidences principales, 2 résidences secondaires ou occasionnels ainsi que 3 logements vacants . 17% de ces maisons sont construites avant 1919, 5 .(sources INSEE). Les fermes et maisons de Richeval se développe le long de deux rues perpendiculaires avec une habitat composé de fermes et de maison de manouvriers mitoyennes à l'origine, l'habitat hameau de la Haie des Allemand il reste une maison de manouvrier et deux fermes. Les fermes sont à trois ou quatre travées de plan, le logis de trois pièces en profondeur avec une cuisine centrale. Il y a de plus petites fermes à deux travées de plan proches de la maison de manouvrier. Les portes de plan ais en utilisant les matériaux de construction et des éléments produits en série, en béton armé , pour les appuis de fenêtre notamment. Plusieurs maisons de manouvriers au bout de la rue des Hauts
    Typologies :
    ferme de la seconde reconstruction ferme de plan en L
    Titre courant :
    Maisons, fermes de la commune de Richeval
    Texte libre :
    AD57, fonds Denny, 45J197 Richeval travaux sur l’immeuble de mr Gustave Georges n°60 à Richeval , exploitation habitation, bombardement en 1944, explosion de ponts-expulsion, occupation de troupe. Pour la partie habitation la chambre derrière la cuisine le propriétaire n’a plus l’intention de remonter la dalle de séparation formant le garde-mange, puits dans la maison pollué par suite d'un conduit bougé . Écurie, deux séparations briques de 12 sont à reprendre ainsi que réfection du poulailler, écurie des chevaux. Immeuble n°3, remise en état d’un puits de 18m de prof*; Travaux sur immeuble de m Herscher, n °58, destruction partielle démolition de maçonnerie de moellon, dépose de pierre de taille, repose (…), réfection des maçonneries de briques, exécution d’un fumoir en brique de 0,22 au 1er étage , construction vieux bois, portes pleine pour grange . Découvrture de tuiles plates, démolition et dépose sans soins pour remaniement de la toiture d’esse chêne cloué sur voligeage même surface que tuile plates , tuile
    Illustration :
    Cadastre ancien de Richeval, section E du village, AD57 35P580 IVR41_20205730165NUC2A Cadastre ancien de La Haye des Allemands, section C1 du village, AD57 35P308 IVR41_20205730163NUC2A Cadastre ancien de La Haye des Allemands, section A1 de la Carpe Frite, AD57 35P308 Maison de manouvrier, 57 Quartier Saint Germain, élévation antérieure. IVR41_20205730186NUC2A Maison de manouvrier, 57 Quartier Saint Germain, élévation antérieure. IVR41_20205730187NUC2A Maison de manouvrier et ferme, la Haie des Allemands, élévation antérieure. IVR41_20205730194NUC2A
  • Ensemble d'industrie chimique de Varangéville.
    Ensemble d'industrie chimique de Varangéville. Varangéville - - rue Gabriel Péri - en ville - Cadastre : 2019 AB Usine : ancienne maison de direction ; ancien bureau central. 2019 AC Usine : mine et saline 2019 AD Cité ouvrière : partie Nord. 2019 AE Cité ouvrière : partie Est. 2019 AB Champ d'exploitation : sondages de la Roanne.
    Historique :
    L'ensemble d'industrie chimique de Varangéville trouve son origine dans une concession salifère , dite concession de Saint-Nicolas, d'une superficie de 640 ha, instituée le 7 juillet 1855, au profit de la société "Daguin et Cie", portée à 769 ha par décret du 15 avril 1878. Il se compose d'une mine de sel, dite mine de Saint-Nicolas, puis de Varangéville (IA54002186), édifiée principalement en 1855 -1856, couplée à une saline exploitée à partir de 1874. La mise en service de la saline intervient à la l'établissement, à partir de 1874, d'un champ d'exploitation par sondages (IA54002187), principalement établi sur le territoire des communes de Lenoncourt et Varangéville (0943307;6843741 / 0944105;6845068), dans la vallée de la Roanne, affluent de la Meurthe (rive droite). A la suite de la fusion, intervenue en 1882 , entre la société "Daguin et Cie" et la "Société des Produits Chimiques de l'Est", le champ d'exploitation par sondages alimente partiellement en saumure l'usine de produits chimiques de la Madeleine
    Référence documentaire :
    Concessions de mines de sel : institution de la concession de la Madeleine (1881) et extensions (1900, 1913, 1917), fusion avec la concession de Saint-Nicolas (1885).
    Murs :
    calcaire moellon sans chaîne en pierre de taille enduit bois essentage de planches
    Description :
    Mine de sel et saline : essentage de tôle, moellon sans chaine en pierre de taille, tuile mécanique et métal en couverture, restaurée ; puits de sondages : soubassement en calcaire et résidu industriel , essentage de planches, toit en tôle ondulée et tuile mécanique, mauvais état, désaffecté ; cité ouvrière
    Localisation :
    Varangéville - - rue Gabriel Péri - en ville - Cadastre : 2019 AB Usine : ancienne maison de . 2019 AE Cité ouvrière : partie Est. 2019 AB Champ d'exploitation : sondages de la Roanne.
    Titre courant :
    Ensemble d'industrie chimique de Varangéville.
    Appellations :
    de Varangéville
    Aires d'études :
    Arrondissement de Nancy
    Illustration :
    Vue aérienne de la partie Est de l'ensemble : usine (à gauche) et cité Est. IVR41_20195410595NUC4A
  • Présentation de la commune de Richeval.
    Présentation de la commune de Richeval. Richeval
    Historique :
    « des produits des manufactures de fayence dans la Bourgogne et dans les provinces les plus reculées de Village qui faisait partie de la baronnie de Saint-Georges et appartenait donc au r=temporel des évêques de Metz. A Richeval vestige d’une voie et habitat romain. Le village s'est développé au 18 et 19 hameau de la Haie-des-Allemands qui comptait encore 61 habitants en 1836, avait pour activité l’export Malanrup, dit la Carpe c'est une petite auberge située à droite de la route, de laquelle on remarque la rapidité des coteaux qui sont considérables (...) Arrivez à Richeval étant en bas de la côte, on passe de grande et de petite Voile. 50 pas après le pont, on tourne à droite et ensuite à gauche, en passant à l'extrémité de ce hameau ; il y a une maison à droite, après laquelle il y a un chemin qui conduit au bois de Blamont. Quittant la poste, on monte une côte rapide, et ensuite on se trouve au bout des clos et des jardins de Richeval à droite, après lesquels on tourne fort du même coté en laissant
    Référence documentaire :
    Aux sources de la Seille et de la Sarre Aux sources de la Seille et de la Sarre / ill. Pierre Chenu Monographies des villages de France Département de la Meurthe, Dictionnaire historique et statistique Grosse E., Monographies des villages de France Département de la Meurthe, Dictionnaire historique Les communes de la Meurthe : journal historique des villes, bourgs, villages, hameaux et censes de ce département Lepage Henri, Les communes de la Meurthe : journal historique des villes, bourgs , villages, hameaux et censes de ce département, Nancy 1978, réimpression de l'édition de 1853 où elles passent, même de ceux qu'ont peut apercevoir ; des notes curieuses sur les chaînes des montagnes qu'on rencontre. enrichi de cartes topographiques, dont les routes sont distinguées par une
    Description :
    La commune de Richeval est située dans le département de la Moselle en région Lorraine, elle appartient à l'arrondissement de Sarrebourg et au canton historique de Réchicourt-le-Château, elle fait partie de la communauté de commune Sarrebourg-Moelle-Sud.Cette commune est traversée par l'ancienne route de Sarrebourg à Blâmont. L'altitude moyenne de Richeval est de 310 mètres environ. Sa superficie est de 4.92 km². Le ruisseau de l'étang de Hattigny traverse le village dans sa partie basse Richeval n'a pas d'église paroissiale ni de cimetière, la paroisse est une succursale d'Ibigny. Le hameau La Haie des Allemands est sur le territoire communal de Richeval, il constitue une clairière dans le bois communal de Blâmont. L'habitat se développe le long de deux rues perpendiculaires avec une habitat composé de fermes et de maison de manouvriers mitoyennes à l'origine. La population de Richeval était de 307 individus pour 62 habitations en 1838. En 2019 la population est de 136 pour 57 logements. Ces logements se
    Titre courant :
    Présentation de la commune de Richeval.
    Texte libre :
    AD 57 10AL1628 Dommages de guerre de Haie-des-Allemands, noms des ayants droit en 1871, 19 de 105 m de tuyaux en grès, frais de transport des cors depuis la gare de Deutsch Avricourt , fourniture de pierres de taille pour la tête de fontaine, grenouillère et porte en fer. Remplacement des cors en chêne par des cors en grès. Richeval, construction d’un nouveau pont sur le ruisseau de Richeval à la place de la traverse de la route de Richeval à Taconville 1893. 9 journées de maçon.
    Illustration :
    Carte générale et carte figurative représentant la figure des bois de son Altesse royale tant anciens qu’acquêtés à l’usage des salines de Dieuze et partie celle de Marsal, 1712 (AD 54, H2450-4 Extrait de la carte dessinée par Louis denis de la route de Strasbourg par Nancy Cadastre ancien de La Haye des Allemands, section C1 du village, AD57 35P308 IVR41_20205730163NUC2A Cadastre ancien de Richeval, section E du village, AD57 35P580 IVR41_20205730165NUC2A Cadastre ancien de La Haye des Allemands, section A1 de la Carpe Frite, AD57 35P308 Vue aérienne de la commune de Richeval. IVR41_20125711313NUC4A Vue aérienne de la commune de Richeval. IVR41_20125711314NUC4A Mairie de Richeval, 31 rue Principale. IVR41_20205730175NUC2A
  • ensemble de 3 autels de style néo-gothique
    ensemble de 3 autels de style néo-gothique place Saint-Clément
    Inscriptions & marques :
    inscription et date sur le retable de l'autel latéral gauche : Hussenot 1860 ; armoiries non identifiées pintes sur l'autel latéral droit ; inscription concernant l'iconographie (peinte au pied de Sainte -Thérèse d'Avila et de saint Bernardin de Sienne), autel latéral droit : S[anct]a Teresia Virgo carm[elo ] str[icta] obs[erventia] parens (Sainte Thérèse instigatrice du carmel de la stricte observance), S . Bernardinus Senenseis ord[inis] min[oris] (S. Bernardin de Sienne franciscain)
    Historique :
    En 1855, les Jésuites font l’'acquisition de l’'ensemble des bâtiments monastiques de Saint-Clément , afin d'’y installer un collège. En 1860, ils réaménagent l'’intérieur de l’église pour en faire la chapelle du collège. Les trois autels sont réalisés pour le 6 juin 1860, date de la consécration de la chapelle. Les autels secondaires ont été réalisés grâce aux dons de la comtesse de Briey et de M. de Saint dite de la Congrégation (construite par et pour le collège des Jésuites dans un nouveau corps de bâtiments IA57002096) d'après un carton de son fils Joseph (1827-1896). Le maître-autel a été amputé de son
    Représentations :
    saint Bernardin de Sienne saint Gabriel ornement architectural : pinacle, fleuron ; Tétramorphe : autel de la Vierge et porte du tabernacle
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    : des archanges saint Gabriel et saint Michel pour celui de la Vierge (autel latéral gauche), de saint Ensemble de trois autels en pierre de décor néogothique. Ils sont posés sur un degré de deux marches pour les autels secondaires et de trois pour le maître-autel. La table est portée par 4 colonnes décor architecturé et au fond peint en bleu ou or. Les retables sont ornés de deux grandes peintures Bernardin de Sienne et de sainte Thérèse d'Avila pour celui de saint Joseph (autel latéral droit) ; dans la niche centrale (peinte en bleu nuit étoilé) de chaque autel latéral est disposée une statue (non étudiée ) en plâtre peint de la Vierge à l'Enfant et de saint Joseph. Les prédelles sont ornées de décors floraux pour l'autel de la Vierge et des scènes de la Nativité et de la fuite en Egypte pour celui de saint Joseph. La représentation de sainte Thérèse d'Avila est peinte d'après l'oeuvre d'Andreas Müller (Allemagne, 1811-1890), diffusée par la gravure de H. Kipp.
    Titre courant :
    ensemble de 3 autels de style néo-gothique
    Catégories :
    taille de pierre
    Illustration :
    Autel secondaire de la Vierge, retable, détail du décor peint : saint Gabriel Autel secondaire de la Vierge, ensemble face. IVR41_20095711159NUC2A Autel secondaire de la Vierge, retable. IVR41_20095711158NUC2A Autel secondaire de la Vierge, table d'autel, détail du décor peint. IVR41_20095711224NUC2A Autel secondaire de la Vierge, prédelle, détail du décor peint : lion de saint Marc Autel secondaire de la Vierge, prédelle, détail du décor peint : aigle de saint Jean Autel secondaire de la Vierge, prédelle, détail du décor peint : ange de saint Matthieu Autel secondaire de la Vierge, prédelle, détail du décor peint : taureau de saint Luc Autel secondaire de la Vierge, prédelle, détail du décor peint. IVR41_20095711226NUC2A Autel secondaire de la Vierge, retable, détail du décor peint : saint Michel
1 2 3 4 Suivant