Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 6944 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Les fermes de la commune des Rouges-Eaux
    Les fermes de la commune des Rouges-Eaux Les Rouges-Eaux
    Historique :
    Les fermes de la commune portent des chronogrammes qui s'étagent entre 1783 et 1822.
    Description :
    L'habitat de la commune est largement dispersé, il est établi en bordure de voie ou de forêt. Les
    Localisation :
    Les Rouges-Eaux
    Titre courant :
    Les fermes de la commune des Rouges-Eaux
  • Présentation de la commune des Rouges-Eaux
    Présentation de la commune des Rouges-Eaux Les Rouges-Eaux
    Localisation :
    Les Rouges-Eaux
    Titre courant :
    Présentation de la commune des Rouges-Eaux
  • Les scieries hydrauliques à cadre de la commune des Rouges-Eaux
    Les scieries hydrauliques à cadre de la commune des Rouges-Eaux Les Rouges-Eaux
    Historique :
    scieries sur la commune des Rouges-Eaux proviennent des fonds du chapitre de Saint-Dié (AD88 G2331), ce Les forêts de Mortagne sont la propriété indivise du chapitre de Remiremont et de seigneurs locaux ce qui explique la profusion de documents d'archive les concernant. Les premières mentions de -dits déjà dénommés La Scye-Hardy et La Scye-Piot. Les cartes topographiques des forêts de Mortagne réalisées dans la seconde moitié du 18e siècle en dénombrent 18 dont 4 sont mentionnées détruites. Les supprime 3. Le cadastre de 1835 en dénombre 12, en 1933 elles sont encore 10 à fonctionner. Depuis les
    Description :
    Sur les 20 sites de scieries localisés, 12 ne présentent plus de vestiges si ce n'est parfois des leur cessation d'activité et sont en péril, les deux autres font l'objet d'une réhabilitation qui eau, pour les autres sites même si les ouvrages sont conservés, ils ne sont plus alimentés en eau.
    Localisation :
    Les Rouges-Eaux
    Titre courant :
    Les scieries hydrauliques à cadre de la commune des Rouges-Eaux
    Illustration :
    Les Rouges-Eaux, repérage des scieries au milieu du 18e siècle. Carte topographique de la forêt de Les Rouges-Eaux, marche des scieries au milieu du 18e siècle. Carte topographique de la forêt de Les Rouges-Eaux, chronogramme des scieries. IVR41_20118810001NUDA Les Rouges-Eaux, scierie Petitdidier, extrait de plan. Plan géométral, arpentement de la forêt de Les Rouges-Eaux, scierie Petitdidier élévation antérieure. IVR41_20108810707NUC2A Les Rouges-Eaux, scierie Petitdidier, vestiges de la roue. IVR41_20108810708NUC2A Les Rouges-Eaux, scierie Simon, élévation postérieure, ruine de la scierie. IVR41_20108810709NUC2A Les Rouges-Eaux, scierie du Moulin, élévation postérieure. IVR41_20108810710NUC2A Les Rouges-Eaux, scierie de Gérupt, élévation postérieure. IVR41_20108810700NUC2A Les Rouges-Eaux, scierie de Gérupt, élévation antérieure. IVR41_20108810702NUC2A
  • Usine élévatoire des eaux de Gondrexange
    Usine élévatoire des eaux de Gondrexange Gondrexange
    Dénominations :
    établissement élévateur des eaux
    Description :
    bâtiment abritant les turbines est un bâtiment de plan rectangulaire allongé, en rez-de-chaussée avec une trop-plein de l'étang au canal quand celui-ci n'a pas atteint son niveau normal (réf. AD57 5S169). Les
    Titre courant :
    Usine élévatoire des eaux de Gondrexange
    Illustration :
    Usine élévatoire des eaux, bâtiment abritant les turbines et prises d'eau. IVR41_20145711236NUC4A Plan des turbines de l'usine élévatoire des eaux de Gondrexange, les deux premières installations Etang de Gondrexange, cornée de Ketzing, vue sur l'usine élévatoire des eaux Usine élévatoire des eaux de Gondrexange, élévation antérieure, ensemble face Usine élévatoire des eaux, bâtiment d'habitation et annexe. IVR41_20145711229NUC4A Usine élévatoire des eaux, bâtiment d'habitation et annexe. IVR41_20145711230NUC4A Usine élévatoire des eaux, ensemble trois quarts gauche. IVR41_20145711237NUC4A Usine élévatoire des eaux, vue d'ensemble depuis le chemin de halage. IVR41_20145711247NUC4A Usine élévatoire des eaux, vue depuis le chemin de halage. IVR41_20145711248NUC4A Usine élévatoire des eaux, vue depuis la Cornée de Réchicourt. IVR41_20145711238NUC4A
  • récipient pour les cendres
    récipient pour les cendres Bagneux - rue de l' Eglise - en village
    Historique :
    Récipient pour les cendres, probablement réalisé au 20e siècle
    Canton :
    Colombey-les-Belles
    Dénominations :
    récipient pour les cendres
    Description :
    Le plat ovale, en étain, à bord chantourné, de style Louis XV, est utilisé comme récipient pour les
    Titre courant :
    récipient pour les cendres
    Illustration :
    récipient pour les cendres ; vue d'ensemble IVR41_20135432407NUC2A récipient pour les cendres ; détail IVR41_20135432408NUC2A
  • scie alternative multiple
    scie alternative multiple Les Rouges-Eaux - Devant Tavongoutte - Vidonchamp 37 - en village
    Description :
    Scie alternative multiple, à cadre, de construction industrielle, destinée à débiter les grumes
    Localisation :
    Les Rouges-Eaux - Devant Tavongoutte - Vidonchamp 37 - en village
  • Les architectes et entrepreneurs des édicules des eaux des Vosges (en cours)
    Les architectes et entrepreneurs des édicules des eaux des Vosges (en cours)
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale édifices des eaux des Vosges
    Titre courant :
    Les architectes et entrepreneurs des édicules des eaux des Vosges (en cours)
    Illustration :
    Plan d'ensemble du pédiluve à construire à Martigny-les-Bains, dressé par Mathey père (1822
  • Les décors signifiants sur les édicules liés à l'eau dans les Vosges
    Les décors signifiants sur les édicules liés à l'eau dans les Vosges
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale édifices des eaux des Vosges
    Titre courant :
    Les décors signifiants sur les édicules liés à l'eau dans les Vosges
    Aires d'études :
    Bains-les-Bains Plombières-les-Bains
    Texte libre :
    décors signifiants portés par les édicules des eaux des Vosges sont à 92% en fonte (179 sites). Les Sur les plus de 2200 fontaines, puits et lavoirs relevés dans les Vosges, environ 27 % (610 sites …) et ont disparu au fil du temps. Ce sont soit des ornements architecturaux magnifiant les façades de l'édifice public, soit des éléments sculptés ou en fonte sur la colonne d'alimentation ; pas sur les bassins apotropaïque. Hormis celles à vocation commémorative, les fontaines sont placées sous la protection de la est toutefois différent en fonction du matériau employé. Les décors liés à l'eau réalisés en pierre : Les décors liés à l'eau réalisés en pierre sont au nombre de 15, situés dans la plaine et dans les principales villes du piémont. Cet ensemble comprend des fontaines parmi les plus anciennes du corpus, dans les quartiers canoniaux d'Epinal et de Saint-Dié avec des motifs renaissants de cariatides, grotesques , coquilles (16e siècle), et les fontaines d'Amphitrite et Neptune à Remiremont et Bruyères (18e siècle
  • scierie avec logement dite scierie Hardy
    scierie avec logement dite scierie Hardy Les Rouges-Eaux - Scierie Hardy - Tempoix 51 - en village - Cadastre : 1835 A 19 2010 A 11
    Historique :
    logement y est adjoint en 1868 (date portée par l'ancienne porte piétonne). Les bâtiments sont vendus par
    Description :
    d'un haut-fer est partiellement conservé, de même à l'extérieur celui d'une scie de coté. Les machines
    Localisation :
    Les Rouges-Eaux - Scierie Hardy - Tempoix 51 - en village - Cadastre : 1835 A 19 2010 A 11
  • scierie hydraulique à cadre puis parqueterie, aujourd'hui maison
    scierie hydraulique à cadre puis parqueterie, aujourd'hui maison Les Rouges-Eaux - Devant Tavongoutte - Vidonchamp 37 - en village - Cadastre : 1835 A 262 2010 A 673
    Localisation :
    Les Rouges-Eaux - Devant Tavongoutte - Vidonchamp 37 - en village - Cadastre : 1835 A 262 2010 A
  • Les décors faisant références à l'antiquité et à la mythologie sur les édicules liés à l'eau dans les Vosges.
    Les décors faisant références à l'antiquité et à la mythologie sur les édicules liés à l'eau dans les Vosges.
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale édifices des eaux des Vosges
    Référence documentaire :
    Lavoirs et fontaines : les catégories et les ornementations. Connaissance de la Meuse BOCCIARELLI , Marie. Lavoirs et fontaines : les catégories et les ornementations. Connaissance de la Meuse, octobre Les lavoirs meusiens, entre éclectisme et architecture savante. Le pays lorrain : L'eau en Lorraine WIECZOREK, Jean-Pierre. Les lavoirs meusiens, entre éclectisme et architecture savante. Le pays lorrain Les fontaines-lavoirs de Franche-Comté GRISEL, Denis. Les fontaines-lavoirs de Franche-Comté
    Titre courant :
    Les décors faisant références à l'antiquité et à la mythologie sur les édicules liés à l'eau dans les Vosges.
    Aires d'études :
    Bains-les-Bains
    Texte libre :
    Sur les plus de 2200 fontaines, puits et lavoirs relevés dans les Vosges, environ 27 % portent au fil du temps. Ce sont soit des ornements architecturaux magnifiant les façades de l'édifice public , soit des éléments sculptés ou en fonte sur la colonne d'alimentation ; pas sur les bassins ou en commémorative, les fontaines sont placées sous la protection de la statue d'un saint, d'un personnage , vases…), mais les autres (53/483) portent un discours plus complexe par la référence à des personnages de la mythologie greco-romaine en particulier. Les ornements faisant référence à l'antiquité La référence à l'antiquité est omniprésente dans les formes et décors des édicules liés à l'eau. Indirectement l'abondance. Dans le centre des Vosges par exemple, il est fréquent que les sources captées soient rassemblées d'une moulure qui évoque une corniche. Parfois, les lavoirs prennent également l'apparence d'imposants temples antiques, surtout dans les Vosges Méridionales (Relanges, Lamarche, Villotte…). On y retrouve un
    Illustration :
    Lavoir de Bains-les-Bains. Vue d'ensemble de trois quarts gauche de la facade antérieure Tableau de recensement des édicules liés à l'eau dans les Vosges portant des décors
  • L'eau comme facteur d'urbanisme dans les Vosges
    L'eau comme facteur d'urbanisme dans les Vosges
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale édifices des eaux des Vosges
    Titre courant :
    L'eau comme facteur d'urbanisme dans les Vosges
    Texte libre :
    regroupées pour alimenter une fontaine-abreuvoir-lavoir, dont les eaux sont ensuite dirigées vers d'autres La source-fontaine isolée Parmi les sources les plus anciennes identifiées, un nombre important est isolé dans les forêts ou les prés. Leur éloignement les rend d'autant plus désirables que des vertus beaucoup de temps et d'énergie. La canalisation des sources vers les villages a généralement entraîné leur abandon, hormis celles servant à l'élevage dans les prés ou qui ont été patrimonialisées. La vers le cœur du village permet de libérer les habitants de la contrainte des déplacements. Selon la gestion des eaux de décharge, et de leur évacuation par des caniveaux ou égouts pour améliorer l'hygiène les pompes à incendie, les bains-douches et les toilettes publiques, voire d'autres édifices
  • Les petites industries hydrauliques des Hautes-Vosges
    Les petites industries hydrauliques des Hautes-Vosges
    Historique :
    Les moulins sont cités dans les archives dès le 12e siècle, les premières scieries sont attestées biens nationaux, réglementation des droits d’eaux, amélioration des voies de communication et ’énergie relocalisent les industries vers les bourgs au plus près de la main d’'œuvre et des dessertes routières et ferroviaires. L’énergie hydraulique est complétée à la fin du 19e siècle par les machines à vapeur puis au début du 20e par les moteurs thermiques puis par l’électricité. L’exploitation des sites hydrauliques de faible puissance (inférieurs à 10 cv) ne perdure que dans les très petites industries isolées qui l’'utilise en entrainement direct, elle cesse leur activité dans les années 1960 - 1970. Les sites au potentiel plus importants sont exploités, dès les années 1920, pour produire de l’'électricité à l
    Description :
    Les moulins, situés au centre des villages, n’'ont laissés que peu de traces. Ils sont généralement aléatoire. Les scieries domaniales initialement construites au pied des forêts sont délaissées au cours du 19e siècle au profit de nouvelles constructions en bordure de village où l’eau est plus abondante. Les féculeries, ainsi que les nouvelles industries grosses consommatrices d’eau les y rejoignent. Les traces de le long des rivières, mais aussi par les étangs-réservoirs avec déversoir de superficie et conduite forcées destinés à alimenter les turbines. Au cours de l'étude 397 édifices ont été repérés et 46 étudiés . BIBL Des bois dont on fait les Vosges. Une histoire de la forêt vosgienne : catalogue / Exposition
    Titre courant :
    Les petites industries hydrauliques des Hautes-Vosges
    Texte libre :
    conduire, d’élever et de ménager les eaux pour les différens besoins de la vie [1737-1739]. Paris : Jombert , 1782-1789, Première partie, tome premier. BELHOSTE, Bruno, LEMAÎTRE, Louis. « J.V. Poncelet, les ingénieurs militaires et les roues et turbines hydrauliques ». Cahier d’histoire des sciences et des techniques, no 29, 1990, p. 33-89. BOILEAU, Pierre-Prosper. Instruction pratique sur les scieries [1855 ]. Paris : E. Lacroix, 1861. BOITHIAS, Jean-Louis, BRIGNON, Marc. Les Scieries et anciens sagards des et bûcherons. Barembach : J.-P. Gyss, 1983 (1896). HENRY Jean-Yves, « Les scieries hydrauliques : 10.4000/insitu.12965 HUSSON, Jean-Pierre, Les hommes et la forêt en Lorraine. Paris : C. Bonneton, 1991 -1846]. Nancy : chez l’auteur, 1848. MICHIELS, Alfred, SCHULER Théophile, Les bûcherons et les comprenant les premiers éléments de la science des machines et leur application aux scieries forestières ,1547. Autres sources : Archives départementales des Vosges : 98P (Scieries et ouvrages dans les forêts
    Illustration :
    siècle, tirée de "Les montagnes de France. Les Vosges" de G Fraipont. IVR41_20148810034NUC2A
  • Ferme de la Cense Saint-Dié, aujourd'hui ferme-auberge
    Ferme de la Cense Saint-Dié, aujourd'hui ferme-auberge Les Rouges-Eaux - Cense Saint-Dié - 44 La Cense Saint-Dié - en écart - Cadastre : 2018 A 100 1831 A 133
    Description :
    terminé par deux demi-croupes revêtu de tuiles plates. Les encadrements de baies portent des linteaux en
    Localisation :
    Les Rouges-Eaux - Cense Saint-Dié - 44 La Cense Saint-Dié - en écart - Cadastre : 2018 A 100 1831
  • Édifices des eaux des Vosges gréseuses
    Édifices des eaux des Vosges gréseuses
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale édifices des eaux des Vosges
    Titre courant :
    Édifices des eaux des Vosges gréseuses
    Aires d'études :
    Bains-les-Bains Plombières-les-Bains
    Texte libre :
    les 569 édicules des eaux relevés dans le périmètre des Vosges gréseuses, 62 ont été étudiés. Le piémont gréseux des Vosges est une zone de transition entre les pratiques de la Montagne et villages plus denses où l'eau est gérée en commun. Les sources y sont abondantes et facilement accessibles , mais les débits ne sont pas réguliers selon des saisons. Parmi elles, les sources de la Saône faisant Nord, toutes deux à Vioménil. Quelques soit les modes de gestion de l'eau, certaines constantes morphologiques sont observables dans cet espace. Les bassins d'abreuvoir sont de forme rectangulaire , monolithiques, en grès local, d'une teinte claire (rose, ocre) dans les Vosges méridionales et plus soutenue , en grès. Les plus récentes ont été reconstruites en briques de laitier ou en ciment. Généralement modestes et utilitaires, 27% des édicules des eaux des Vosges gréseuses, portent des ornements, ce qui géométriques. Si les plus anciennes sont en grès, elles allient généralement la fonte. Le bassin en pierre
    Illustration :
    Répartition des typologies des 569 édicules des eaux relevés dans les Vosges gréseuses Liste des édicules des eaux relevés dans les Vosges gréseuses. IVR41_20178835702NUC4Y Puits à balancier à Gruey-les-Surance, vue d'ensemble IVR41_20178835149NUC2A Répartition des formes de lavoirs publics identifiées dans les Vosges Gréseuses Répartition des dates de construction relevées des édicules des eaux des Vosges gréseuses Carte de répartition des lavoirs à pierres et planches à laver relevés dans les Vosges
  • Édifices des eaux de la montagne vosgienne
    Édifices des eaux de la montagne vosgienne
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale édifices des eaux des Vosges
    Titre courant :
    Édifices des eaux de la montagne vosgienne
    Texte libre :
    des aménagements de plus grande envergure afin de capter et diriger les eaux sur des centaines de . Sur les 245 édicules des eaux relevés dans le périmètre des Vosges granitiques, 21 ont été étudiés. Dans la montagne vosgienne, au sol principalement granitique, les sources sont très nombreuses et abondantes. L'habitat y est plutôt dispersé, les fermes s'étant naturellement implantées près des points de lavoirs, ni de fontaines communautaires. Les aménagements publics en matière d'eau débutent des fermes vosgiennes des 18e et 19e siècle et probablement antérieurement, les sources ou "rupt" à mètres. Ces galeries de captage ont été identifiées à proximité de Fraize, Entre-deux-Eaux, Corcieux et (creusement de galeries, drain, barrage, puits…). (cf. J-C Fombaron, Les galeries de captage d'eau, un ). Le bassin de réception peut être à ciel ouvert, à proximité de la ferme, mais étant données les d'étable dans un espace de passage où se côtoient les hommes et les animaux. En effet, le récipient sert à
    Illustration :
    Répartition des typologies des édicules des eaux relevées dans les Vosges granitiques Liste des édicules des eaux relevés dans les Vosges granitiques IVR41_20178835696NUC4Y Carte de répartition des lavoirs à pierres et planches à laver relevés dans les Vosges
  • Production de fontaines par les fonderies de Ducel et du Val d'Osne dans les Vosges
    Production de fontaines par les fonderies de Ducel et du Val d'Osne dans les Vosges
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale édifices des eaux des Vosges
    Référence documentaire :
    haut-Marnais (ASPM) - janvier 2011. contenant les articles : "Raon l'Etape, secret d'archives" de Guy Les Fontaines de Raon l'Etape Janot, Bernard. Les Fontaines de Raon l'Etape, dans Journées d'études . Les Éditions de l'Amateur, 1985. 319p.
    Titre courant :
    Production de fontaines par les fonderies de Ducel et du Val d'Osne dans les Vosges
    Texte libre :
    20 fontaines dans les Vosges ont été identifiées comme provenant des fonderies Ducel ou de la 1995, a sans doute été une source d'inspiration pour les communes voisines ; en premier lieu La Neuveville-lès-Raon (1900), qui a été rattachée à la ville en 1947, mais également Senones, Moyenmoutier , Saint-Ouen-lès-Parey a également acquis une statue en fonte. Hormis à Vexaincourt, il s'agit de fonderie du Val d’Osne, en 1878. Les ateliers sont alors fermés mais l'entreprise du Val d’Osne continue de commercialiser les modèles sous son nom, souvent avec les cartouches d’origine. La différenciation des les valeurs portées par la ville (fontaines de la Concorde, du Bonheur) ou d'évoquer voire d'invoquer sur une colonne d'alimentation et un bassin en fonte provenant de la même fonderie, choisis parmi les modèles circulaires ou ovales proposés sur les catalogues. Parfois, il s'agit d'un ensemble préétabli par , ornements végétaux…). Les bassins de pierre (granit) correspondent à des reconstructions, à l'exception de
    Illustration :
    Grande fontaine de Saint-Ouen-lès-Parey, vue d'ensemble de trois quarts droit Fontaine de Diane Chasseresse à La Neuveville-lès-Raon, vue d'ensemble de face dans les Vosges IVR41_20178835533NUC4Y dans les Vosges. IVR41_20178810424NUDA
  • Ferme héréditaire dite
    Ferme héréditaire dite "Miniguerre ou Maisons Rouges", Languimberg. Languimberg - Maisons Rouges - route D11 - isolé - Cadastre : 2016 12 36
    Historique :
    Ferme héréditaire construite entre 1940 et 1944 par les nazis suivant un plan ben précis . Le IIIe rurale en Moselle entre 1870 et 1945, Marie Gloc, revue In Situ). Extrait documents concernant les bâtiment accessoires. (1956) Maison rouges actuelles. M Barbier et son épouse à la suite de la destruction
    Description :
    La ferme nommée Maisons Rouges, ferme héréditaire se situe à l'extérieur du village de Languimbreg . Le bâtiment d'exploitation, perpendiculaire au logis abrite une pièce de préparation pour les aliments, une porcherie perpendiculaire à une grande étable qui se termine par un espace permettant les engrangements dans le fenil qui couvre tout le bâtiment. Les structures des murs sont en brique et les cloisons en béton et brique silico-calcaire. Les sols sont composés de dalles de béton armé au niveau du fenil et dans les espaces de stabulation, le sol est couvert de ciment coulé et de dalles en terre cuite , la présence de rigoles pour l'évacuation des eaux assurent à l’ensemble la préservation d'une
    Localisation :
    Languimberg - Maisons Rouges - route D11 - isolé - Cadastre : 2016 12 36
    Titre courant :
    Ferme héréditaire dite "Miniguerre ou Maisons Rouges", Languimberg.
    Illustration :
    Ferme héréditaire des "Maisons Rouges", bâtiment abritant la buanderie et les étables Ferme héréditaire des "Maisons Rouges", vue d'ensemble depuis la route. IVR41_20175710106NUC4A Ferme héréditaire des "Maisons Rouges", vue d'ensemble depuis la route. IVR41_20175719107NUC4A Ferme héréditaire des "Maisons Rouges", vue d'ensemble depuis la route. IVR41_20175710108NUC4A Ferme héréditaire des "Maisons Rouges", vue d'ensemble depuis la route. IVR41_20175710109NUC4A Ferme héréditaire des "Maisons Rouges", vue de face de l'ensemble des bâtiments Ferme héréditaire des "Maisons Rouges", vue de face de l'ensemble des bâtiments Ferme héréditaire des "Maisons Rouges", ensemble trois quarts gauche. IVR41_20175710112NUC4A Ferme héréditaire des "Maisons Rouges", bâtiment d'habitation et étable et porcherie Ferme héréditaire des "Maisons Rouges", bâtiment d'habitation et étables. IVR41_20175710115NUC4A
  • Les scieries hydrauliques à cadre du canton de Brouvelieures
    Les scieries hydrauliques à cadre du canton de Brouvelieures
    Historique :
    : Département des Vosges, description, histoire, statistique, 1887). Celles de la commune des Rouges-Eaux sont
    Titre courant :
    Les scieries hydrauliques à cadre du canton de Brouvelieures
  • Les rivières aménagées de la commune d'Etival-Clairefontaine
    Les rivières aménagées de la commune d'Etival-Clairefontaine Étival-Clairefontaine - - - bâti lâche - Cadastre :
    Historique :
    papeteries exploitent toujours les eaux de la Meurthe. Les plans cadastraux de 1846 représentent les canaux alimentés par des dérivations du ruisseau des Vieux-Prés. Il comprend aussi les sites des Forges et de Répy sur la Valdange ainsi que les sites de Bourmont et de la Fosse sur la Meurthe. Ces sites ont eu une est constitué d'une part, par les deux papeteries de Clairefontaine et des Chatelles qui se sont papeteries de Clairefontaine a entrainé la disparition des sites voisins de Bourmont et de la Fosse. Les deux
    Observation :
    simultanément sur différents sites et successivement dans un même lieu. Les trois biefs de dérivation de la
    Référence documentaire :
    Les cahiers du Ban n°2 : Etival et le papier Les Amis du Ban d'Etival, Les cahiers du Ban n°2 Les cahiers du Ban n°1 La promenade de la Pierre-d'Appel. Les amis du Ban d'Etival, Les cahiers du
    Description :
    recensés sur le territoire de la commune d’Etival-Clairefontaine. Sur la Meurthe, les installations datent du 19e siècle. Les deux scieries de Bourmont et de la Fosse installées au début de ce siècle sont toujours les turbines de ces deux usines. Les vestiges de la scierie double de Bourmont sont encore la Meurthe, se trouvent les installations les plus anciennes. Elles sont situées au cœur ou à par des biefs de 1700 mètres de longueur totale, parfaitement conservés. Les ouvrages de prise d’eau (seuils et vannes) sont encore en place, bien que parfois en mauvais état. Les tronçons de la Petite construite au milieu du 19e siècle. Elle était actionnée par une turbine. Seules les fondations du bâtiment les deux papeteries. Sur la partie centrale de la Valdange, au cœur du village, trois biefs sont toujours alimentés en eau et les ouvrages liés à leur prise d'eau sont parfaitement conservés. Ils papeterie. A ce réseau de biefs, il faut ajouter les nombreux canaux d’irrigation et drainage dont la
    Titre courant :
    Les rivières aménagées de la commune d'Etival-Clairefontaine