Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 13 sur 13 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Ancienne mairie-école dite
    Ancienne mairie-école dite "le château" (détruit) Corcieux - 1 place Général de Gaulle - en village - Cadastre : 2015 AB 5 1835 A 123, 124, 125, 130, 131
    Historique :
    l'église existait dés 1690. En 1842, la commune rachète le château et y installe ses services et l'école de rachète en 1822 deux bâtiments adjacents au "château". Elle installe la mairie et la justice de paix dans le premier et crée une école publique dans le second ; une école paroissiale située à proximité de
    Description :
    En 1944, lors de sa destruction, la mairie occupait le "château" des anciens seigneurs "de la tour . Le château accueillait la salle du conseil, le bureau du maire, la salle de justice de paix, un préau accueillant l'école des filles, celle des garçons et le cours complémentaire, l'étage des bâtiments sur rue
    Titre courant :
    Ancienne mairie-école dite "le château" (détruit)
    Appellations :
    le château
    Illustration :
    Elévations postérieure des bâtiments depuis le canal. IVR41_20158833181NUC2A
  • Tunnel de Mauvages
    Tunnel de Mauvages Demange-aux-Eaux - Sur le Mont - isolé - Cadastre : 2003 ZK
    Historique :
    Le souterrain ou tunnel de Mauvages assure, au canal de la Marne-au-Rhin, le passage sous une de la Méholle, à l'Est. Son tracé se développe sous le territoire des communes de Demange-aux-Eaux (tête Ouest), Delouze-Rosières (passage sous le bois du Charmois, entre les cotes topographiques 389 et partiellement par puits établis sur le plateau : 22 sont projetés, 17 exécutés et seulement 13 utilisés. La . Les première malfaçons interviennent peut après 1857, elles nécessitent le reconstruction (partielle progression du trafic induit, en 1878, le projet d'établissement d'un système de touage mécanique des bateaux ) en 1880. Le premier toueur est mis en service en 1881, le second (construit par les Ets. Cail) en peut assurer le remorquage simultané de 20 à 25 bateaux et le franchissement du souterrain en 4 heures le plus important concerne l'important mouvement d'un piédroit sur environ 160 m. Des sondages le courant de l'année 1911 ; d'un montant estimé à 9.600.000 fr., sur une durée de 7 ans, ils
    Référence documentaire :
    2é série, 1850 [Groult, conducteur des travaux en 1844 ; engagement Léo-Saudino, le 14-07-1844 8-08-1885, p. 234-235 [locomotives sans foyer pour toueur à vapeur]. Le génie civil : revue réalisé entre 1880 et 1885]. Le génie civil : revue générale des inventions françaises et étrangères 24-08-1912,p. 352 [travaux Fougerolle en cours, descrption]. Le génie civil : revue générale des 28-02-1914, p. 364 [halage électrique établi pour les travaux Fougerolle]. Le génie civil : revue 13-08-1927, p. 169. [travaux récemment effectués]. Le génie civil : revue générale des inventions
    Canton :
    Gondrecourt-le-Château
    Localisation :
    Demange-aux-Eaux - Sur le Mont - isolé - Cadastre : 2003 ZK
    Illustration :
    Tête Ouest du tunnel, vue partielle depuis le Sud-Ouest. IVR41_20195503002NUC4A Le canal, en avant de la tête Ouest de l'ouvrage, vue en direction de l'Ouest Détail de la tête Ouest, vuee prise depuis le Nord : maçonnerie de la culée Nord et garde-corps
  • Maisons ; fermes de la commune de Fremifontaine
    Maisons ; fermes de la commune de Fremifontaine Fremifontaine
    Description :
    Habitat le plus souvent non mitoyen ou partiellement mitoyen situé le lont d'une voie élargie par
    Annexe :
    parties annexes ; la présence d’un toit à croupe (maison dite le château, 1934 B 427) et deux toits à Le village de Fremifontaine se situe, dans la Montagne vosgienne dans une zone géologique de grès (en continuité avec la Vôge), le territoire communal s’étend, à 350m d‘altitude, sur une superficie de 955 hectares dont 845 de forêt, soit 88%, à dominante feuillue (hêtre et chêne). Le point culminant Plaine : le point le moins élevé se trouve au confluent des Près Colnots avec le ruisseau des Roseaux, à naissent des sources présentes dans la forêt. 2. Morphologie du village Le village est étiré car il réunit considérée comme le centre du village. L’espace publique se compose d’une voirie surdimensionnée ; cependant , on constate l’absence de place et d’espace collectif. Le bâti rural traditionnel est encore visible de portes, pierres de fondation). 4. Implantation Dans le village, la plupart des édifices ont la façade principale parallèle à la voirie (mur gouttereau sur rue) et l’usoir est encore visible ; le plus
    Illustration :
    pour matérialiser le passage vers le jardin. IVR41_20078803021NUC2A pour matérialiser le passage vers le jardin, détail de la clé datée de 182?. IVR41_20078803022NUC2A Ferme, 10 rue du calvaire (1934 B126), détruite après 1979, détail de pierre sur le linteau de la
  • Château de l'Isle
    Château de l'Isle Domrémy-la-Pucelle
    Historique :
    . Le château ne sera plus entretenu par la suite. Encore attesté en 1562 il a totalement disparu au -Pucelle. En 1420, le seigneur concéda à un groupe d'habitants du village, un bail de neuf ans pour la location du château de l'Isle, utilisé pour abriter les troupeaux durant les incursions des bandes armées
    Référence documentaire :
    Bail à ferme, pour neuf ans, de la maison forte de Domremy et ses dépendances, le 2 avril 1420 Plan du château de l'Isle en 1562
    Précision localisation :
    localisation inconnue sur l'île Nautroppe sur le cours de la Meuse
    Titre courant :
    Château de l'Isle
    Illustration :
    Plan du château de l'Isle en 1562 IVR41_20148830285_
  • Usine de tissés métalliques Gantois
    Usine de tissés métalliques Gantois Saint-Dié-des-Vosges - 25 rue des Quatre Frères Mougeotte - en ville - Cadastre : 2012 AS 91, 94, 113, 225 2012 AT 212 Outre la parcelle 212, l'emprise originelle comportait les parcelles suivantes : 61 à 63, 211, 453, 454.
    Historique :
    suite du décès de Camille Henry, J. Gantois s'assure le concours de Just Beucher et fonde une nouvelle mécaniques, la société prend, en 1900, le rhinocéros comme emblème, associé à une devise formant argument Beucher, qui intervient dans le courant de l'année 1927, la société devient Etablissements Gantois en mai , le bâtiment, sur plan en équerre, il offre une tour d'angle dont le registre supérieur paraît évoquer une lampe de mineur ; le linteau courbe de sa porte piétonne est pourvu d'une sculpture représentant l'entreprise absorbe les locaux voisins de l'ancienne textile J. Trimbach qui avait procédé, dans le courant transfert dans les locaux de l'entreprise J. Trimbach aurait pu intervenir dans le courant de l'année 1929 ², sont construits en 1962, 1963 et 1973, deux autres en 1992 et 2000. Désaffectée depuis le début des
    Référence documentaire :
    et Brueder). Le béton armé. Organe des Concessionnaires et Agents du Système Hennebique. Editeur : le : Chéry). Le béton armé. Organe des Concessionnaires et Agents du Système Hennebique. Editeur : le béton
    Précisions sur la protection :
    l'exclusion de l'extension) : les façades et toitures ; l'entrée et le vestibule ; la cage d'escalier avec l'ensemble des verrières ; le bureau du directeur avec ses décors immeubles par nature (cad : AS 91
    Description :
    -sol partiel, 2 étages carrés, plan en L comportant 2 corps principaux à élévation ordonnancée (le
    Texte libre :
    boulonnage, le bâtiment pouvait se prêter à un déplacement aisé sur une longue distance, par chemin de fer en présentait de bâtiment de ce type. Bien moins connu dans son état antérieur à 1914, le quartier La désaffectés (tout ou en partie) après 1920 : Beauvau (cavalerie) ; Stanislas, actuel château (cavalerie, puis
    Illustration :
    Bureaux, vue partielle depuis le Sud-Ouest. IVR41_20128812387NUC2A Atelier de fabrication G, vue de situation depuis le Sud-Ouest. IVR41_20128812365NUC2A Bâtiment E ( à gauche) et F, vue depuis le Sud-Ouest. IVR41_20128812388NUC2A Bâtiment F (bureaux), élévation Nord, détail : avant-corps abritant le bureau de direction Bâtiment F, rez-de-chaussée de la tour d'angle, vue intérieure partielle du vestibule vers le Nord Bâtiment F, rez-de-chaussée de la tour d'angle, vue intérieure du vestibule, détail : le plafonnier vers le vestibule Nord et l'escalier de distribution intérieur. IVR41_20128812239NUC2A Bâtiment F, escalier en demi-hors-oeuvre, vue partielle de son développement depuis le premier -hors-oeuvre : colonne abritant le dispositif de déclenchement de l'ouverture automatique des portes -hors-oeuvre, détail de la colonne renfermant le dispositif de déclenchement d'ouverture aotomatique des
  • Garage de réparation automobile et station service Thiébaut
    Garage de réparation automobile et station service Thiébaut Corcieux - 1 place Fusillés - en village - Cadastre : 2015 AB 76
    Historique :
    . C'est le dernier bâtiment reconstruit du centre de Corcieux, le retard est dû a de nombreuse difficultés 1956, le retrait de 4 mètres par rapport à la façade sur rue.
    Description :
    rue de l'Hôtel-de-Ville et le chemin de "desserte du Château". Le bâtiment en bordure de la rue principale abrite en rez-de-chaussée la station-service, le hall d'exposition et le bureau, à l'étage un
  • Maison de manouvriers n°7 de la commune de Domrémy-la-Pucelle
    Maison de manouvriers n°7 de la commune de Domrémy-la-Pucelle Domrémy-la-Pucelle - en village
    Historique :
    est la plus ancienne rue du village. Elle permettait d’accéder au château de l'Isle qui se trouvait sur un ilot sur la Meuse. La maison actuelle a la même forme que la maison qui figure sur le cadastre
    dc_2dac87e6-33e8-45ca-8e43-2fe7f4523b6b_15 :
    porcherie précède le logis. Logis composé de deux pièces en enfilade. la deuxième pièce est
    Description :
    travées: une travée d'exploitation (porcherie) et un logis. Le logis est composé de deux pièces en rez-de
  • Présentation de la commune de Domrémy-la-Pucelle
    Présentation de la commune de Domrémy-la-Pucelle Domrémy-la-Pucelle
    Historique :
    château, appelé "Château de l'Isle" situé sur l'île Nautroppe sur le cours de la Meuse. A l'époque de Bourlémont comprenant l'église, le château et les maisons se situant au sud du ruisseau, et le fief de , prieuré Saint-Pierre de Châtenois). Le village est probablement né à la suite des défrichements (froment et avoine) et la vigne. Le village comprenait également un four banal et une maison forte. Le seigneur du village est, dès le XIIe siècle, le comte de Bourlémont qui possédait dans le village un Jeanne d'Arc, le village se situe dans les confins du royaume de France, entre le royaume de France et l'Empire germanique, dans le Barrois mouvant, partie du duché de Bar pour laquelle le duc doit prêter , le ruisseau des Trois-Fontaines délimitait deux obédiences féodales : le fief des seigneurs de l'abbaye prémontré de Mureau au nord, appartenant au domaine royal. Le village de Domremy prend le nom de siècle aux années 1970, période marquant le début du déclin. De nombreuses infrastructures se développent
    Description :
    Le paysage si caractéristique de Domrémy-la-Pucelle est lié à sa situation particulière dans la haute vallée de la Meuse, entre Neufchâteau et Vaucouleurs, couramment appelé le pays de Jeanne d'Arc . Inscrit dans le relief de cuesta des côtes de Meuse, formant le pourtour extérieur du bassin parisien -Meuse sa confluence avec le Vair, traverse le front de côte pour couler à l'ouest du talus. La plaine argilo-limoneuse accueillant la vallée des deux cours d'eau est dominée des deux côtés par le relief -Vair. Le village de Domremy-la-Pucelle est de type village-rue. La population est majoritairement agricole et l’habitat, ancien, est le reflet de cette activité. D’après la carte des Naudin (1728-1739 Basilique), épousant la courbe de la Meuse. Le noyau central était situé autour de l’église paroissiale. La partie la plus ancienne du village se situe entre le triangle formé par la rue de la Basilique (AB 69 divisé en deux cercles. Le premier cercle était constitué de la maison natale de Jeanne d’Arc et d’un
  • Présentation du village de Corcieux - Version provisoire
    Présentation du village de Corcieux - Version provisoire Corcieux - en village
    Historique :
    La première mention écrite du nom de Corcieux, sous la forme "Corrocello", date du 11e siècle. Le , Vienville, Rennegoutte et les Arrentès-de Corcieux. Le territoire de la Houssière et une partie de celui de Gerbépal en dépendait. Le ban faisait partie de la prévôté (puis du baillage) de Bruyères. Un fief, dit "de pour le temporel du chapitre de Remiremont et pour le spirituel du chapitre de Saint-Dié (?). La haute justice y était exercée par le duc de Lorraine. En 1792, les différentes communes prennent leur contour même canton dont Corcieux devient le chef-lieu. Situé à 20 km de la frontière de 1870, un camp militaire est créé à la Croix-Fleurence, en 1888. D'abord destiné au repos et à la convalescence, le camp 1913, le 31e Bataillon de Chasseurs à Pied y est formé. En 1914, un terrain d'aviation est aménagé le mondiale Corcieux est occupé et un maquis y est créé. Le 5 juin 1944, il est le seul en capacité de Corcieux (nuit du 15 au 16 novembre). Corcieux reçoit la croix de guerre avec palmes le 22 mai 1949. Dix
    Description :
    mètres (Mont-Plaisir), bordée au nord par le massif gréseux du Haut-Jacques et traversée par le Neuné et agricoles et forestiers : le village compte cinq féculeries, une laiterie-fromagerie, un moulin, six compte 1643 habitants et son activité économique, toujours axée sur l'agriculture et le bois, s'est
    Texte libre :
    . Les perles de la Vologne et le Château-sur-Perles. Mémoires de l’Académie Stanislas, 1869, p. 10-30 . Dénombrement de la Lorraine en 1594 par le président Alix. Nancy : L. Wiener, 1870. MOINAUX, Pierre. Vieilles
    Illustration :
    Remise de la croix de guerre à Corcieux, le 22 mai 1949. IVR41_20158833283NUC2A Le bourg sous la neige. IVR41_20168810621NUC4A
  • orgue
    orgue Metz - avenue Jean XXIII - en ville
    Historique :
    le vicomte Maurice du Coëtlosquet qui le fit remonter en 1896 dans la chapelle de son château de 1909 par un ouvrier de l'établissement Dalstein et Haerpfer de Boulay (57). Le buffet néo-gothique ne
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le bras sud
    Origine :
    lieu de provenance Lorraine, 57, Ars-Laquenexy, château de Mercy
  • Lycée Raymond Poincaré ; maison dite château Nicolas
    Lycée Raymond Poincaré ; maison dite château Nicolas Bar-le-Duc - 1 place Paul-Lemagny 77 boulevard Poincaré - en ville - Cadastre : 2008 AW 38, 421, 491, 175
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique étude urbaine de Bar-le-Duc
    Historique :
    Le lycée Raymond Poincaré est créé en 1854 sous Napoléon III (décret du 4 avril 1854). Il demeure un exemple exceptionnel de création ex-nihilo, la plupart des lycées dit impériaux (fondés sous le 1er Empire à partir de 1804 ou le 2nd Empire à partir de 1854) ayant occupé des bâtiments déjà -1934) depuis le 13 juillet 1935 ; né à Bar-le-Duc, Raymond Poincaré fut élève du lycée entre 1867 et devenir président de la République de 1913 à 1920. Durant les trois guerres de 1870, 1914 et 1939 le lycée chapelle est entièrement restaurée et aménagée en salle polyvalente par le Conseil régional de Lorraine qui confie le chantier à l'architecte Israël Dos Santos. Actuellement le lycée est répartie sur 2 sites. Le premier site, le plus important, s'est développé autour d'un premier bâtiment construit en 1856-1857 construit en 1990. Le second site (77 boulevard Poincaré), sur l'autre rive de la rivière, comprend un bâtiment administratif (maison dit château Nicolas IA55000773) et un bâtiment construit en 1958-1960 pour
    Localisation :
    Bar-le-Duc - 1 place Paul-Lemagny 77 boulevard Poincaré - en ville - Cadastre : 2008 AW 38, 421
    Précision localisation :
    précision sur la géolocalisation Bar-le-Duc
    Titre courant :
    Lycée Raymond Poincaré ; maison dite château Nicolas
    Appellations :
    château Nicolas
  • Église Paroissiale Saint-Mansuy
    Église Paroissiale Saint-Mansuy Nancy - 243 avenue de la Libération - en ville - Cadastre : 1972 CM 30
    Historique :
    église sur la route de Toul (aujourd'hui avenue de la Libération). Le terrain est acheté en partie grâce au don de la famille Jacquemin. Les travaux commencent le 25 août 1878, réalisés par les frères soit conforme aux plans de son père, Claude Jacquemin. Le 16 octobre 1881, l'église est bénie par Mgr Foulon, évêque de Nancy bien qu'elle soit inachevée (encore aujourd'hui d'ailleurs) : il manque le choeur , le transept et la flèche de la tour. Mgr Trouillet dote l'église d'un orgue de 20 jeux à buffet de , saint Gerard, saint Pierre et saint Paul. Le maitre autel de style renaissance provient de l'église de réalisés en Allemagne (Atelier A. D. ISSI de Munich). En 1891, un calorifère est installé derrière le impressionnante, représentant un château fort. La table d'autel est décorée d'une sculpture de Canaux représentant le sacrifice d'Abraham, Moïse et le rocher d'eau vive. Ce maitre autel est à son tour démoli en 1954
    Description :
    L'église Saint-Mansuy est construite en moellons et pierres de taille. Les façades latérales et le ont un toit en appentis couvert de tuiles mécaniques. Le chevet possède un toit polygonal d'ardoises
    Illustration :
    Vue intérieure vers le choeur. IVR41_20075410436NUC2A Vue intérieure vers le choeur. IVR41_20075410437NUC2A
  • Tableau représentant les Vosges et l'Alsace.
    Tableau représentant les Vosges et l'Alsace. Saint-Dié-des-Vosges - 25 rue des Quatre Frères Mougeotte - en ville - Cadastre : 2012 AS 91, 94, 113, 225
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le fabricant anglais imprimé un phylactère) : VOSGES et AlSACE ; date (apocryphe) : 1495 ; inscription concernant le fabricant du
    Représentations :
    château
    Description :
    dépressions périphériques. Il porte le titre "Vosges et Alsace", inscrit dans un phylactère placé en bas à gauche,à la droite duquel figure le blason de la ville de Saint-Dié inscrit dans un cuir et environné de nature historique : un cloître, le sommet d'une tour de la cathédrale, une presse à imprimer surmontée de (château de Lunéville, Lion de Belfort, roseraie de Saverne), soit par des symboles de leur activité ville de Colmar. Les richesses du sous-sol comportent le thermalisme, représenté par une source
    Illustration :
    Revers du tabelau, détail du châssis : inscription concernant le fabricant. IVR41_20128812268NUC2A
1