Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 5 sur 5 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Usine de tissés métalliques Gantois
    Usine de tissés métalliques Gantois Saint-Dié-des-Vosges - 25 rue des Quatre Frères Mougeotte - en ville - Cadastre : 2012 AS 91, 94, 113, 225 2012 AT 212 Outre la parcelle 212, l'emprise originelle comportait les parcelles suivantes : 61 à 63, 211, 453, 454.
    Historique :
    suite du décès de Camille Henry, J. Gantois s'assure le concours de Just Beucher et fonde une nouvelle mécaniques, la société prend, en 1900, le rhinocéros comme emblème, associé à une devise formant argument Beucher, qui intervient dans le courant de l'année 1927, la société devient Etablissements Gantois en mai , le bâtiment, sur plan en équerre, il offre une tour d'angle dont le registre supérieur paraît évoquer une lampe de mineur ; le linteau courbe de sa porte piétonne est pourvu d'une sculpture représentant l'entreprise absorbe les locaux voisins de l'ancienne textile J. Trimbach qui avait procédé, dans le courant transfert dans les locaux de l'entreprise J. Trimbach aurait pu intervenir dans le courant de l'année 1929 ², sont construits en 1962, 1963 et 1973, deux autres en 1992 et 2000. Désaffectée depuis le début des
    Référence documentaire :
    et Brueder). Le béton armé. Organe des Concessionnaires et Agents du Système Hennebique. Editeur : le : Chéry). Le béton armé. Organe des Concessionnaires et Agents du Système Hennebique. Editeur : le béton
    Précisions sur la protection :
    l'exclusion de l'extension) : les façades et toitures ; l'entrée et le vestibule ; la cage d'escalier avec l'ensemble des verrières ; le bureau du directeur avec ses décors immeubles par nature (cad : AS 91
    Description :
    -sol partiel, 2 étages carrés, plan en L comportant 2 corps principaux à élévation ordonnancée (le
    Texte libre :
    boulonnage, le bâtiment pouvait se prêter à un déplacement aisé sur une longue distance, par chemin de fer en présentait de bâtiment de ce type. Bien moins connu dans son état antérieur à 1914, le quartier La désaffectés (tout ou en partie) après 1920 : Beauvau (cavalerie) ; Stanislas, actuel château (cavalerie, puis
    Illustration :
    Bureaux, vue partielle depuis le Sud-Ouest. IVR41_20128812387NUC2A Atelier de fabrication G, vue de situation depuis le Sud-Ouest. IVR41_20128812365NUC2A Bâtiment E ( à gauche) et F, vue depuis le Sud-Ouest. IVR41_20128812388NUC2A Bâtiment F (bureaux), élévation Nord, détail : avant-corps abritant le bureau de direction Bâtiment F, rez-de-chaussée de la tour d'angle, vue intérieure partielle du vestibule vers le Nord Bâtiment F, rez-de-chaussée de la tour d'angle, vue intérieure du vestibule, détail : le plafonnier vers le vestibule Nord et l'escalier de distribution intérieur. IVR41_20128812239NUC2A Bâtiment F, escalier en demi-hors-oeuvre, vue partielle de son développement depuis le premier -hors-oeuvre : colonne abritant le dispositif de déclenchement de l'ouverture automatique des portes -hors-oeuvre, détail de la colonne renfermant le dispositif de déclenchement d'ouverture aotomatique des
  • Faïencerie Chambrette, puis Cure-Lacroix
    Faïencerie Chambrette, puis Cure-Lacroix Moyen - 13 rue du Général Leclerc Chemin de la Faïencerie - en village - Cadastre : 1838 I2 74 1946 I2 721
    Historique :
    (?) du château, dont l'eau sert au pétrissage de la terre. Commence à produire dans le courant de l'année familiales et de concurrence. Le bâtiment est établi à proximité d'un petit ruisseau, alimenté par un puits
  • Usine métallurgique, actuellement ferme
    Usine métallurgique, actuellement ferme Vrécourt - le Fourneau - isolé - Cadastre : 1840 B4 397 à 399, 403 à 406, 408 1968 B4 154, 532, 556, 558
    Historique :
    rachetée par Charles Joseph Hocard, négociant de La Rochelle demeurant à Gondrecourt-le- Château (Meuse de Luigné puis en 1773 de la famille de Brunet-Neuilly. Le baron Dietrich en donne en 1788 la annuelle est d’environ 30 tonnes de fonte dont la moitié est transformée en fer commercialisé par le port de Gray (Haute-Saône) vers le sud et le reste en sablerie. Le minerai est extrait sur place ou à proximité (Chaumont-la-Ville, Graffigny-Chemin, Malaincourt). Le bois provient pour un quart de la -Neuilly à la Révolution, l’usine est vendue comme Biens Nationaux de 2e origine. Le 23 messidor an IV (11 de Bains-les-Bains. Elle est fermée en 1806 et détruite l’année suivante. Le déversoir en pierre de taille du bassin de retenue est le seul vestige du l'usine du 18e siècle. Le 3 novembre 1810 l’usine est ). Il reconstruit sur les fondations de l’ancienne usine, entre 1824 et 1828 (daté par sources) le haut fourneau, l’atelier de fabrication, l’entrepôt industriel et le logement d’ouvriers. Vers 1840, l’usine
    Hydrographies :
    le Mouzon
    Référence documentaire :
    p. 1002-1003 Lepage, Henri et Charton, Charles. Le département des Vosges : statistique historique , Henri et Charton, Charles. Le département des Vosges : statistique historique et administrative. Nancy p. 9-11 MALINVERNO Bruno et DOYEN Jean-Pierre, L'ancienne métallurgie dans le département des métallurgie dans le département des Vosges,Images du Patrimoine, n° 52, 1988, 64 p.
    Localisation :
    Vrécourt - le Fourneau - isolé - Cadastre : 1840 B4 397 à 399, 403 à 406, 408 1968 B4 154, 532, 556
    Annexe :
    Description par le Baron Dietrich Les forges et fourneaux de Vrécourt, village situé sur le Mouzon , à 6400 toises N de Lamarche. Lle territoire de ce village renferme aussides mines de fer. M. Le Espringo de la Franche-Comté. Leur bail exen 1797. Ces MM. Sont en même temps fermiers de la terre. Le 11 juin 1708, le duc Léopold de Lorraine vendit et acensa des forêts au Président abbé de Beaufremont (sic ), en lui imposant la condition de construire la forge et le fourneau de Vrécourt, avec faculté comme à chaufferie et une fonderie. Depuis le bail actuel, cette dernière chomme [chôme] ainsi que la chaufferie. Le , relativement à son cours d’eau, ce qui consomme 375 milliers de fonte. Le surplus montant à 325 mille livres ] […] Celle qui est dans le territoire de Vrécourt est en grains ronds et aplatis, on en exploite les couches ans. Cette affectation fournit à peu près le quart de la consommation, le surplus s’achète en
    Illustration :
    Vue d'ensemble de l'écart "le Fourneau" depuis Vrécourt IVR41_20148830421NUC2A Vue aérienne depuis le sud, au premier plan le près remplaçant la retenue. IVR41_20158810835NUC4A Vue aérienne depuis le sud IVR41_20158810836NUC4A Vue aérienne depuis le sud-ouest IVR41_20158810837NUC4A Vue aérienne depuis l'ouest, à gauche (maison blanche), le logement de contremaître puis à sa droite (barre grise) le logement d'ouvriers. IVR41_20158810838NUC4A Vue aérienne depuis le nord, au premier plan, le logement de contremaitre IVR41_20158810839NUC4A
  • Usine de matériel de brasserie dite Société Strasbourgeoise de Constructions Mécaniques
    Usine de matériel de brasserie dite Société Strasbourgeoise de Constructions Mécaniques Rehainviller - Chaufontaine - R.N.414 - en écart - Cadastre : 1989 A1 297 A 310
    Historique :
    Halle de fonderie, salle des machines et chaufferie, cheminée d'usine et château d'eau établis en de réparation construits en 1903. Agrandissement de la halle de fonderie vers le Nord en 1917
    Parties constituantes non étudiées :
    château d'eau
    Description :
    , shed en verre ; 2 magasins industriels : shed ; château d'eau, cheminée d'usine : béton armé ; remise
  • Tableau représentant les Vosges et l'Alsace.
    Tableau représentant les Vosges et l'Alsace. Saint-Dié-des-Vosges - 25 rue des Quatre Frères Mougeotte - en ville - Cadastre : 2012 AS 91, 94, 113, 225
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le fabricant anglais imprimé un phylactère) : VOSGES et AlSACE ; date (apocryphe) : 1495 ; inscription concernant le fabricant du
    Représentations :
    château
    Description :
    dépressions périphériques. Il porte le titre "Vosges et Alsace", inscrit dans un phylactère placé en bas à gauche,à la droite duquel figure le blason de la ville de Saint-Dié inscrit dans un cuir et environné de nature historique : un cloître, le sommet d'une tour de la cathédrale, une presse à imprimer surmontée de (château de Lunéville, Lion de Belfort, roseraie de Saverne), soit par des symboles de leur activité ville de Colmar. Les richesses du sous-sol comportent le thermalisme, représenté par une source
    Illustration :
    Revers du tabelau, détail du châssis : inscription concernant le fabricant. IVR41_20128812268NUC2A
1